Fichier électoral- Le gouvernement opte pour le RACE- «Il faut revoir cette façon de faire», rétorque Tièbilé Dramé

Commentaires fermés [-] Texte [+] Email Imprimer

Les débats du Cadre de concertation entre le gouvernement et les partis politiques ont été houleux mardi dernier au Gouvernorat du District. Le gouvernement, après analyse des deux options (RACE et RAVEC), a, semble-t-il, opté pour l’amélioration de l’ancien fichier, issu du Recensement à caractère électoral (RACE). Cela, contre la volonté de la grande majorité des partis politiques, parmi lesquels le PARENA. Son Président, Tièbilé Dramé, n’a pas manqué de le signifier au cours de cette réunion.

Les débats sur l’ordre du jour des travaux annonçaient déjà les couleurs. En effet, les responsables des partis politiques ont été surpris de voir le ministre de l’Administration leur proposer un ordre du jour différent de celui qui avait été annoncé dans les correspondances. Le Président du PARENA, comme beaucoup d’autres responsables politiques, a souhaité que la journée soit consacrée au fichier électoral. Il a été rejoint par le Président de Force citoyenne pour la démocratie (FCD), Djibril Tangara et le Colonel Youssouf Traoré.

Le Président de l’ADEMA-PASJ, Dioncounda Traoré, a, pour sa part, préféré que le gouvernement donne des informations précises et utiles sur le fichier et dégage sa préférence pour l’une des deux possibilités. Le Secrétaire général du RpDM, Cheick Sy, a indiqué son parti était prêt à accompagner le gouvernement pour chercher les financement nécessaires pour organiser les élections générales de 2012, sur la base d’un fichier issu du RAVEC.

Le ministre de l’Administration Territoriale et des Collectivités Locales, le Général Kafougouna Koné, a pris la parole pour recadrer les débats, qui avaient déjà commencé à sortir du cadre. Il a donné quelques informations sur le choix du fichier électoral qui va servir de base aux élections générales de 2012. Kafougouna Koné a précisé que 14 millions de personnes sont recensées dans le RAVEC. Il reconnaît même la qualité du fichier qui en sera issu. Mais voilà «si nous voulons que tous les Maliens votent, il n’y a que le fichier issu du RACE qu’on peut utiliser pour les élections de 2012. Entre la gestion du temps pour l’organisation des élections et l’obligation de respecter les délais constitutionnels, il va falloir choisir».

Pour le ministre, les difficultés liées à l’organisation des élections sur la base d’un fichier RAVEC sont nombreuses. Entre autres, à cause du non enrôlement des Maliens de Côte d’Ivoire et de la lenteur dans la correction des fiches du RAVEC. Selon Kafougouna Koné, sur 1 600 000 fiches à corriger dans les régions de Kidal, Tombouctou, Gao et Sikasso, seulement 400 000 fiches individuelles ont été prises en compte. A Bamako, la situation est pire: sur 1 900 000 fiches, seulement 30 000 ont été corrigées. A cause de toutes ces contingences, le gouvernement a donc opté le fichier issu du RACE, qui, selon lui, peut être amélioré et dont le coût est moins cher que celui du RAVEC (31 milliards contre 41).

Le ministre a tout de suite été interpellé par le Président du PARENA. «Monsieur le ministre, vous voulez nous dire que vous avez fait votre choix. Il faut revoir cette façon de faire. Le gouvernement ne peut pas conclure sur une question aussi sensible que le fichier électoral sans nous consulter. Si vous voulez nous emporter comme ça, nous ne sommes pas d’accord», a-t-il déploré. Il a été aussitôt rejoint par Idrissa Traoré du MPR. «Notre parti n’est pas dans ça! Même s’il faut investir 20 milliards pour compléter les 31, chercher des financements. Notre parti ne souscrit pas au fichier RACE », a-t-il dit sur un ton très élevé.

La représentante de l’UM-RDA voit venir un retard prémédité. «Débloquez et trouvez les moyens pour qu’on aille aux élections avec le RAVEC », a-t-elle averti, avant de dire qu’il faut éviter à notre pays de connaître la même situation qu’en 1991. Et elle ne souhaite pas que nos enfants vivent encore cette situation. Tour à tour, les représentants du PUR, du CNID Faso Yiriwa Ton, du PIDS, du BARA et du RDS ont tous exprimé le souhait d’aller aux élections avec un fichier électoral issu du RAVEC. Certains sont mêmes allés jusqu’à dire que la vie d’une nation est faite d’exceptions et qu’on pouvait faire les élections sans les Maliens de Côte d’Ivoire. «On ne veut pas entendre parler des Maliens de Côte d’Ivoire comme obstacle au RAVEC», a dit Ahmed Cissé du BARA.

Pour calmer les ardeurs, le Délégué général aux élections, le Général Siaka Sangaré, a pris la parole pour donner trois définitions du fichier électoral, dont une africaine. Pour lui, un fichier électoral garantit l’expression du suffrage et il garantit également l’égalité des chances entre les candidats. Enfin, en Afrique, un fichier est bon quand il est consensuel. Cela pour la simple raison que dans nos pays il n’existe pas d’état-civil fiable. C’est pourquoi il a émis le vœu qu’on fasse en sorte qu’un fichier fiable soit produit et accepté par les tous les Maliens.

Pour conclure, le ministre Kafougouna Koné a proposé l’organisation d’un atelier, au cours duquel la DGE va faire une présentation sur le RACE, ses possibilités d’amélioration, ses avantages et ses inconvénients. Au sortir de cet atelier, le gouvernement fera un choix définitif. Là également, le Président du PARENA a souhaité que la même chose soit faite pour le RAVEC. Faute de quoi, les partis ne seront pas d’accord.

Youssouf Diallo

SOURCE:  du   26 mai 2011.