Fin de la transition au mois d’avril 2013 : Il faut anticiper pour Ă©viter une autre crise politique

11

La feuille de route de la transition  demandĂ©e et exigĂ©e par les partenaires et les bailleurs de fonds du Mali a mis du temps pour voir le jour. Depuis les Ă©vènements du 22 Mars 2012 et la mise en place des deux gouvernements de l’ex premier Ministre Cheick Modibo Diarra, les autoritĂ©s de la transition ont refusĂ© de consulter les partenaires politiques  et  la sociĂ©tĂ© civile sur ce prĂ©cieux document.

Cette lenteur volontaire du gouvernement illustre l’amateurisme et l’instinct de conservation des tenants du pouvoir en Afrique en gĂ©nĂ©ral et au Mali en particulier.

La question soulevĂ©e par le PrĂ©sident Jacques Chirac en 1990 Ă  Abidjan au sujet de la dĂ©mocratie en Afrique est toujours d’actualitĂ©.Il s’agit de savoir, si les acteurs politiques africains avec leur culture et pratique du pouvoir sont  vraiment fin prĂŞts pour le jeu dĂ©mocratique Ă  l’occidental. L’instinct de conservation du pouvoir et l’absence de dĂ©bat dans les dĂ©mocraties africaines lui donnent suffisamment raison.La peur de perdre le pouvoir a crĂ©Ă© une psychose chez le prĂ©sident de la rĂ©publique par intĂ©rim et l’ex premier Ministre Cheick Modibo Diarra. Cette psychose est Ă  la base des erreurs politiques commises par CMD.

Le fait d’ausculter la concertation nationale par des reports successifs avec beaucoup de malice illustre vraiment la faiblesse de la dĂ©mocratie malienne et surtout le manque de maturitĂ© dĂ©mocratique des deux premiers responsables de la transition. Ils ont Ă©tĂ© en cela aidĂ©s par la position intrangisante des responsables du FDR. Ces responsables ont une peur bleue de la remise en cause de leurs avantages politiques et matĂ©riels mal acquis.

La prĂ©cipitation survenue dans la crise sĂ©curitaire par l’intervention salutaire de l’armĂ©e française a Ă©tĂ© du  pain bĂ©ni pour le prĂ©sident de la rĂ©publique par intĂ©rim.

Actuellement les évènements lui sont favorables. En face du péril terroriste qui guettait la nation malienne, les acteurs politiques ne peuvent  que se  mobiliser pour la cause patriotique.

Dioncounda doit avoir du tact pour mieux gérer la suite des événements qui après la libération totale du territoire peuvent  ne pas lui être favorables.

La feuille de route actuelle sera certes acceptĂ©e par l’ensemble de la classe politique mais il demeure qu’elle contient certaines insuffisances.

Une bonne feuille de route doit ĂŞtre accompagnĂ©e par un chronogramme d’exĂ©cution. Et aussi la durĂ©e de  l’intĂ©rim fixĂ©e unilatĂ©ralement par les prĂ©sidents de la CEDEAO arrive Ă  terme au mois d’Avril 2013. Il faudra obligatoirement un consensus politique pour donner plus de lĂ©gitimitĂ© au pouvoir de celle-ci. Une dĂ©cision de prolongation unilatĂ©rale de la transition avec les mĂŞmes acteurs sera difficilement acceptĂ©e par l’ensemble de la classe politique. Dès maintenant, il faut anticiper pour Ă©viter Ă  l’avenir une autre crise politique.

En cela nous devons être aidés par les partenaires pour avoir une solution beaucoup plus consensuelle.

L’avenir du Mali est entre nos mains nous devons tous ĂŞtre responsables pour Ă©viter des confrontations inutiles. Il  y va de l’intĂ©rĂŞt de nous tous. Ayons tous prĂ©sent Ă  l’esprit la devise du Mali ” Un Peuple – Un But – Une Foi” .

Yacouba COULIBALY

Administrateur des Postes Ă  la Retraite

PARTAGER

11 COMMENTAIRES

  1. Vraiment Mr avec tout le respect pour vous, nous ne sommes plus Ă  ce stade et je pense que vous ĂŞtes un peu en retrait par rapport Ă  nous autre.Sans cette intervention française on aura pas tenu les mĂŞme langages de ce jour. S’il y avait deux comme Dioncounda, on en serait pas lĂ  oĂą nous en sommes

  2. A partir du moment que l’assemblĂ©e a votĂ© la feuille de route et que la communautĂ© internationale y adhère, je pense qu’il faudra organiser les elections et cesser de nous empoisonner encore de vos histoires de fin de transition ou d’hivernage. Quand on veut on peut. En posant autant de prealables vous ne chercher pas Ă  resoudre nos problèmes.

  3. Avec des gens pareil on doit avoir avoir honte du Mali!
    Regardez cet énergumene qui voit dejas ses haricots mûrs.

    Mon cher, la guerre n´a meme pas commencé et tu feras mieux de te reconvertir dans une autre religion que celle de la politique anthropophage.

  4. Mais ce n’est pas vrai ! Ça va pas chez toi ou quoi ? Tu es sclérosé ou quoi ? Peut-être seulement une subite amnésie passagère ? Peut-être que tu viens juste de sortir d’une petite hibernation qui t’a complètement brouillé l’esprit. Versez un peu d’eau fraiche sur ta tête. Cet article est complètement anachronique. Ou peut peut-être pas. Le cas échéant je te rappelle que tu as la faculté d’être vraiment énervant.

  5. IL NE FAUT PAS NOUS EMBETER. QUELLE FIN DE TRANSITION EN AVRIL. LA TRANSITION PRENDRA FIN LE JOUR OU LE NOUVEAU PRESIDENT SERA ELU.

  6. Quelle mauvaise foi! C’est le FDR qui aurait empĂŞchĂ© les concertations dites ”nationales” du CNDERRIERE, du MP602, de COPLAN, du SADIQUE, du YERENOGOTON…
    Cependant de vraies concertations nationales sans les MNLA/ MIA/ ANESARDINE, sans les CNDERRIERE/ MP602/ COPLAN/ SADIQUE/ YERENOGOTON, avec les chefs de fractions et de villages, sont absolument nĂ©cessaires dans les RĂ©gions d’abord, ensuite Ă  Bamako.

  7. La letre adressée au président Holande par le Mali peut elle être accessible au grand publique?Des elections sont elles possibles en juillet avec toutes les bonnes volontés? Regardons la réalité en face, ne bleufons pas notre peuple.

  8. Vieil oiseau de mauvaise augure, va chanter ailleurs. La feuille de route deja vote, precise les elections pour fin juillet. Personne n’aura a crier sur une certaine date du 30 avril encore. On a des vrais problemes a regler.

  9. Mon cher Oiseau de mauvaise augure, n’essayer pas de crĂ©er la confusion lĂ  oĂą il n’y en a pas. Vous n’avez pas lu feuille de route. En annnexe il y a bel bien un chronogramme. En plus le PrĂ©sident a dit qu’il organisera les Ă©lection en juillet. Qu’est ce que vous voulez de plus. Il faut savoir qu’il est et demeurera prĂ©sident jusqu’Ă  ce qu’un nouveau prĂ©sident soit Ă©lu. C’est ce qui a Ă©tĂ© dit par la Cour SuprĂŞme.

Comments are closed.