Friandise politique : IBK, Oumar Mariko, Younous H. Dicko, les Chefs Rebelles au Sud

61 réactions [-] Texte [+] Email Imprimer

Si le premier est aveuglé par la volonté insatiable de conquérir le pouvoir (l’honneur de devenir Chef de l’Etat), le deuxième, un presque débile mental, sujet à la manipulation, le troisième est un Bella de la région de Tombouctou qui s’agite pour des postes ministériels. Voilà brièvement décrit le Portrait Robot des trois hommes qui animent la Rébellion au Sud du Mali.

«Ces trois hommes sont des apatrides. Je doute désormais de la sincérité d’Ibrahim Boubacar Kéïta. Oumour Mariko, quant à lui est l’ennemi N°1 du Mali. Chaque fois que les hostilités reprennent au Nord de notre pays, ils s’agitent au Sud», regrette un cadre du régime défunt d’Amadou Toumani Touré. Il poursuit son analyse en s’inquiétant du sort de Younous H. Dicko : «Si ces djihadistes qui sont pour la plupart des touaregs arrivaient à contrôler le Nord, Younous est un Bella et il ne peut être rien d’autre qu’au service de la population blanche dans sa localité». Comme pour dire que la population malienne ne supporte plus les agissements de ces trois hommes. Tous, nous devons être dorénavant mobilisés derrière le Président de la République, le Pr. Dioncounda TRAORE pour soutenir notre armée dans sa mission de reconquête de la partie du territoire occupé par les djihadistes.

Mais que d’intentions malveillantes. Pour, dit-il, une meilleure sortie de crise au Mali, le président des tisserands, Ibrahim Boubacar Kéïta exige la tenue d’une concertation nationale à Bamako pour sortir notre pays du joug de la communauté internationale. Il l’a fait savoir au cours d’une conférence de presse la veille de l’attaque des positions de notre armée à Konna par les djihadistes. Et c’est cette même communauté internationale qui est venue renforcer les positions de l’armée malienne, l’aidant à traquer les islamistes armées. La France en première ligne avec les frappes aériennes. Où était IBK quand les djihadistes contrôlaient Konna ?  Cet homme politique fabriqué par l’ancien Président Alpha Oumar Konaré se considère toujours comme le seul Malien prédestiné à gouverner. L’histoire retiendra désormais qu’IBK roule pour ses propres intérêts au détriment de ceux de notre chère patrie.

Le «Kankélentigi» autoproclamé de Sébénicoro qui aujourd’hui, s’acharne contre le Président de la République, le Pr. Dioncounda TRAORE, doit sa notoriété à cet homme : «C’est Dioncounda qui l’a proposé premier ministre sous Alpha alors qu’il était ministre des Affaires Etrangères. IBK doit donc tout à celui qu’il appelle ‘’grand frère’’», rappelle ancien collaborateur de l’ex Premier ministre.
Il est utile de préciser que peu avant sa nomination au poste de ministre, IBK avait été nommé Ambassadeur du Mali en Côte d’Ivoire. Mais le Président ivoirien d’alors, Félix Houphouët Boigny ne l’avait jamais accepté et a catégoriquement refusé qu’il lui présente ses lettres de créances  pour des raisons que l’on connaît. Se considérant comme successeur naturel d’Alpha Oumar KONARE à Koulouba, il s’estime trahi et démissionne de l’Adéma en 1999.

C’est ce même IBK, après qu’il eut perdu toutes ses chances de devenir président de la République, exige le départ de Dioncounda pendant que le pays est menacé.

Pour qui roule donc IBK ? Pour le Mali ? Non ! «On nous a promis le pouvoir après la Transition, nous exigeons les concertations pour mettre à la place de Dioncounda celui qui  nous a fait cette promesse». Ces propos venant d’un jeune  cadre du RPM cachent bien les intentions d’IBK. Celui-là même qui n’a pas hésité à dire devant Dieu et les hommes qu’il «ne souhaiterait pas être transporté dans un charriot pour accéder au pouvoir».

C’est encore IBK qui a fait sortir ses militants la semaine dernière pour des manifestations ayant eu des conséquences très lourdes sur la vie de la Nation. Doit-on encore avoir confiance en celui qui s’agite seulement pour ses propres intérêts ? Du constat général, il ressort qu’aucun Malien n’apprécie désormais IBK qui, pour le moins égaré, vient d’exhiber sa vraie face, son identité et ses intentions réelles pour le Mali.

Pour ainsi dire, le trio : IBK, Younous Hameye DICKO, Oumar Mariko sont plus que jamais vomis par les Maliens. Le Mali étant leur dernier souci. Les dernières marches organisées par eux, et  au devant des innocents, en sont une illustration parfaite.
Y a-t-il vraiment une connexion entre les djihahistes et ces Rebelles du Sud ? C’est  la question qui taraude les esprits.

En tous les cas, le Président de la République, le Pr. Dioncounda TRAORE vient de sauver le Mali en un laps de temps, avec l’entrée dans la danse de l’Armée française, aux côté de nos soldats. Il a su placer le Mali au dessus de sa personne….

Retenez dans nos prochaines éditions : Comment IBK a été élu député en 2007.

S. KONE

 

SOURCE:  du   16 jan 2013.    

61 Réactions à Friandise politique : IBK, Oumar Mariko, Younous H. Dicko, les Chefs Rebelles au Sud

  1. MALIDEYERE

    ARRETONS DES COMBAT POLITIQUE ARRETONS L AMALGAME MONSIEUR LE JOURNALISTE ET CHER INTERNAUTE IBK NA JAMAIS CONTREDIRE LA LEGITIMITE DE DIONCOUNDA IBK EST UN HOMME RESPONSABLE IL EST SOUCIEUX DE LAVENIR DU MALI LA REVANDICATION DE IBK ENVERS DIONCOUNDA CETAIT LA CONCERTATION ET TOUT LE MONDE SES K DANS CETTE MARCHE KIL NYAVAI PAS K IBK KI RECLAMAIT CELA. KES KE IBK VEUT? IL VEUT KON PARLE ENTRE MALIEN. ARRETONS DES KERELE POLITIQUE CE MOMENT VA VENIR ET POUR CELA PERSONNE NES PA PLUS ARMEE KE IBK CAR SES UN PATRIOTE ENGAGEE ET IL EST CONSCIENT DE CES ACTES. A NOTE KE IBK A 2 MINISTRE DANS L GOUVERNEMT ACTUEL. IBK IBK IBK ON A BS1 D TW

  2. LA VERITER

    Cher journaliste vous êtes un vaillant politicien, vous pouvez même remplacer IBK aux prochaines législatives de la manière que vous savez faire le lynchage médiatique.Si ce n’était pas IBK le Mali allait sombrer en 2002 dans une guerre civile que personne n’évalue la portée, rien que pour ça moi je le respecte.
    Répondre