Front politique : La concertation nationale aura-t-elle lieu ?

6

A la veille de la mise en place du gouvernement d’union nationale, pratiquement plus rien ne bloquait la tenue d’une concertation nationale. En principe sa tenue avait  été prévue dans les trois semaines après la mise en place du gouvernement d’union nationale. Mais, le décret du Premier ministre en date du 15 août 2012, portant création du Comite technique charge de l’élaboration des termes de référence de la concertation nationale, risque de menacer sa tenue dans les délais prévus. Aujourd’hui, des voix  et non des moindres  se lèvent pour dénoncer ce décret qu’elles trouvent trop restrictif.

La tenue de la Convention nationale a longtemps divisé les acteurs politiques et ceux de la société civile malienne. Aujourd’hui, sa tenue ne fait plus l’ombre d’aucun doute. Dans un communiqué  de la Présidence de la République diffusé sur les antennes de l’ORTM le 17 août 2012, pour informer les Maliens sur la rencontre entre  le Président de la République et des responsables du FDR et de la COPAM, il a été clairement dit : « Le Président de la République s’engage à organiser la Concertation nationale dans les trois semaines qui suivront la mise en place du Gouvernement d’union nationale ». Mais avant ce communiqué, déjà le 15 août 2012, le Premier ministre Cheick Modibo Diarra avait pris la décision N° 2012-0104/PM-RM du 15 août 2012, portant création du Comité technique chargé de l’élaboration des termes de référence de la concertation nationale. Et, tout porte à croire que c’est sur la base de cette décision que Hamadoun Amion Guindo, Président de la COPAM, est revenu sur la position de son regroupement qui conditionnait sa participation au Gouvernement d’union nationale a la tenue de la Concertation nationale. Même si cette position n’était pas partagée avec le MP22, un regroupement influent de la COPAM.

Dans notre parution du vendredi 17 août 2012, à propos du Gouvernement d’Union nationale, Hamadoun Amion Guindo n’avait-il pas déclaré : « Dès la date de la Concertation, rien ne s’oppose a notre entrée ». Il avait même ajouté : « Nous avons été saisis par une décision de la primature qui a créé la Commission d’organisation de la Convention nationale. Elle a même déjà commencé son travail pour la validation des termes de référence et la détermination de la date de la tenue des assises ». Avant de conclure : « nous avons souhaité que la concertation nationale se tienne avant la mise en place d’un quelconque gouvernement d’union nationale. Mais pour l’intérêt du pays, avec la fixation de la date de sa tenue et la validation des termes de référence, rien ne s’oppose à notre participation au gouvernement d’union nationale ». A l’époque, cette décision du Premier ministre qui avait amené la COPAM à faire machine arrière n’avait pas été comprise par des responsables du FDR qui l’avaient perçue comme une initiative personnelle du Premier ministre.

Et, ce d’autant plus qu’ils ont toujours dit que la Concertation nationale était inopportune. Mais, à la rencontre entre le Président de la République et les responsables du FDR et de la COPAM, sous la médiation de l’honorable Konimba Sidibé, selon des indiscrétions Dioncounda Traoré  est parvenu à convaincre le FDR qu’il avait demandé au Premier ministre Cheick Modibo Diarra de prendre les dispositions utiles pour la tenue du forum. Et, c’est sûrement dans ce cadre  que la décision portant création du Comité technique chargé de l’élaboration des termes de référence de la concertation nationale a été prise au niveau de la Primature. Cette décision comporte trois articles. Le premier stipule : « Il est crée auprès du Premier ministre un Comité technique chargé de l’élaboration des Termes de référence de la Concertation nationale pour la conduite de la Transition ».  Le second traite de la composition. Il indique que le Comité technique est dirigé par un Président, en la personne de Dr Adama Traoré de la Coordination des organisations patriotiques du Mali (COPAM). Le rapporteur désigné du Comité technique est Bocar Moussa Diarra du Regroupement IBK Mali 2012.

Les cinq membres sont : Le Général Mohamed Coulibaly du Comité militaire de suivi de la reforme des forces de défense et de sécurité ; Modibo Diallo du Haut Conseil islamique du Mali ; Cheick Soufi Bilal Diallo du Haut Conseil islamique du Mali ; Mme Théra Fanta Théra du Cadre de concertation des femmes des partis politiques (CCFPP) et de l’expert Mamadou Samaké.

Le troisième article précise que le Secrétariat du Comité technique est assuré par le Cabinet du Premier ministre. Aujourd’hui, des voix s’élèvent pour contester la composition de ce comité technique. Elles estiment que si l’ont veut que la Concertation nationale soit un véritable forum national,  des dispositions urgentes doivent être prises pour ouvrir le Comité technique à d’autres sensibilités du pays qui tiennent à jouer pleinement leur rôle.  Même si aucun regroupement politique n’a encore officiellement déclaré qu’il ne participerait aux concertations nationales, force est de craindre que certains ne prennent la composition du comité technique comme un prétexte pour se débiner. Donc, pour éviter de mettre des grains dans leur moulin, il serait sage de revoir la composition du Comité technique, afin que toutes les sensibilités y soient associées.

Assane Koné

PARTAGER

6 COMMENTAIRES

  1. mais que certains maliens sont incapables de voir former quelque chose sans vouloir y rentrer. si parce qu’ils ne sont dans le comitĂ© d’organisation de cette concertation fera qu’ils ne participeront Ă  ladite concertation tant mieux car s’il meurent aujourd’hui le Mali continuera et la vie ne s’arrĂŞtera pas non plus. tout le monde veut manger quelque chose sur le dos des contribuables. mais c’est pas eux c’est plutĂ´t le pĂ©tit journaliste qui n’a rien de sĂ©rieux Ă  faire que de s’adonner Ă  la rĂ©daction d’un article de ce genre qui est vraiment le con quoi.

  2. Après la marge étroite accordé à la classe politique dans le gouvernement remix Diarra 2, dit d’union nationale, qui en plus introduit déjà des éléments de discorde comme ce Ministère des Affaires religieuses, en remerciement au HCI pour ses ovations au meeting de Mahmoud Dicko…
    Quel dommage que Dioncounda dans cette affaire n’ait pas grand chose à dire… CMD ne fait que renforcer ses troupes dans ses pleins pouvoirs!

    Pire encore, les concertations nationales!!!! rĂ©clamĂ©es haut et fort par la classe politique, d’abord la Copam et puis le Fdr et la sociĂ©tĂ© civile,seront organisĂ©es par dĂ©cision du PM par un comitĂ© restreint oĂą les sensibilitĂ©s politiques ne se retrouvent pas alors que deux places sont dĂ©jĂ  offertes au HCI.
    Si ce comité n’est pas revu et élargi, ces concertations, ESPOIR DE VRAIE SORTIE DE CRISE DU PEUPLE MALIEN, vont être encore un floc.
    Ce ADAMA TRAORE c’est l’homme des militaires … a-t-il Ă©tĂ© proposĂ© consensuellement par la Copam? PlutĂ´t imposĂ© par CMD et Kati!!!

    Que nos hommes politiques sincères et honnêtes se manifestent pour que nous puissions entrevoir enfin une lueur d’espoir.
    Que Dieu sauve le Mali!

  3. Permetre deux membres du Haut conseil islamique revient a oublier les autres confessions religieuses du Mali. Pourquoi pas une personnalite de l’Eglise catholique ou evangelique? C’est la une derive a la malienne

    • En tout cas ils sont plus credibles que notre vereux chef HCI Dicko. Que nous protege contre le plan machiavelique de cet autre cheytane…… Amine…

Comments are closed.