ATT-cratie : la promotion d’un homme et de son clan : Après IBK, Alpha ?

0

Ironie du sort ou quoi ? Au Mali, on se perd actuellement en conjectures. A la suite d’IBK, c’est le grand Alpha O Konaré, celui-là même qui, contre toute logique, a cédé son fauteuil à ATT pour ne jamais avoir à le faire avec IBK, qui  se trouverait dans le collimateur de son successeur. L’ancien chef de l’Etat du Mali, président de la Commission de l’Union africaine ne serait pas seul dans cette situation ridicule inédite : son ancien PM, certains de ses fidèles lieutenants sont suspectés aussi d’être les auteurs du bouquin.

Alpha ? Faire écrire et signer ‘’Le Sphinx’’ ? Tout se passe comme si on a décidé de s’en prendre au chef de la famille en personne, après la cabale contre Tiébilé dans le tordu dossier de France-Afrique, ‘’Si ce n’est pas toi, c’est donc ton fils, ton beau fils, et – pourquoi pas- ta fille?  L’anecdote de l’hyène et de la chèvre.

Toujours en panne d’inspiration et de ressort nécessaire indispensable à la conduite et la réussite de bonnes et sérieuses investigations, les services de la présidence de la république, à travers une certaine presse, ne sont pas au bout de leur désarroi.

Le bâton de l’aveugle

Ne cherchant jamais loin pour des raisons connues, ils lèvent la tête, fixent le plafond, et hop, c’est trouvé. C’est un tel qui est derrière, une semaine après, non c’est tel autre. Quelques petites heures seulement après que  le confrère de Bamako – coura, Info – Matin, eut mis le feu aux poudres, les ‘’limiers’’ du palais  ont vite fait de trouver comme à l’accoutumée, le coupable : Ibrahim Boubacar Kéïta, président du Rpm.

Il en est ainsi depuis son crime d’avoir refusé d’avaler la pilule d’Alger et de le dénoncer publiquement.

Suivant à la loupe le chemin lumineux de l’investigation de ceux qui cherchent et qui finissent toujours par trouver, on a laissé la mauvaise piste pour une autre.

Mais le véritable problème de ceux qui font office de ‘’chiens de garde’ du locataire de Koulouba – un homme qui se montre au demeurant courtois avec son prochain- c’est leur propension à la violence verbale. Ce qui n’est pas bon pour l’image même du président.

Ça   recommence !

Mais il y’a bien plus grave et là on est en train de déconner vraiment. Car le pouvoir passerait- il maître dans l’art du chantage et de la terreur qu’il ne se comporterait pas autrement. Non content de ne pouvoir mettre un visage encore moins un nom sur la personne du ‘’Sphinx’’, on se mélange les pinceaux, la cohésion restant la tare des limiers du  palais.

C’était IBK dans un premier temps, c’est de plus en plus dans l’entourage d’Alpha Oumar Konaré qu’on voit les fauteurs de troubles.

Savez-vous qu’un de ses anciens ministres est depuis quelques jours dans leur collimateur, pour avoir dissipé au temps il était aux affaires, quelques centaines de briques? Ces accusations sous forme d’insinuations ont vite fait le tour de la ville, transitant par les colonnes de certains confrères de la place.

Le nom de plusieurs autres fidèles du président Konaré est aussi sur les lèvres. En plus de cela, le fait que, il n’y a guère longtemps, son beau-fils ait été victime d’une mauvaise publicité de la part du pouvoir a intrigué plus d’un.

Difficile, par les temps qui courent, de trouver des ‘’saints’’ ici-bas.

Reste aussi que les Maliens savent que les loups savent fort crier au loup sous les tropiques maliens. Mieux, ils savent que seuls les empêcheurs de tourner en rond sont indexés et frappés d’opprobre, tandis que des pourritures roupillent dans des châteaux.

SORY HAIDARA

Commentaires via Facebook :

PARTAGER