Le « Sphinx » jette, enfin, le masque !

0

« Si l’on se jette dans l’enfer, c’est pour se préserver du froid », disait l’ami bamanan. Mais il semble, que les auteurs de cette compilation de diatribes, intitulée « ATT-Cratie, la promotion d’un homme et de son clan », ont pris froid, pour s’être fourrés dans un enfer, qui les a déjà grillés. En un mot, ils ont dédaigné le haut de l’arbre, pour se précipiter au fond du puits.

Nous avions prédit, en effet, que tout finit par se savoir, surtout dans notre pays où, « chacun sait qui est qui, et qui fait… couac », comme dirait l’autre. Les auteurs, de ce livre, qui se délectent de cette infamie, ont fini par jeter leurs masques. Ils sont, cinq officiers –dont un ex-Colonel et un ex-DG de la Sécurité d’Etat- qui ont officié sous la dictée… d’un ex-Ministre. Rien que des « ex », qui expriment leur rancœur ! Et l’on apprend que ces « révélations », instruites par cet ex-ministre, seraient concoctées par des membres de la Cellule de Communication du RPM. Avec la bénédiction de certains « cons-frères » de RFI. Si le but visé est de discréditer le général ATT et son régime, force est de constater que la manière parait enfantine. Et l’on doute qu’un IBK soit mêlé à une mélasse de si mauvais goût. Ce n’est ni son style, ni sa façon de faire de la politique.

Fauteurs de trouble

Que l’on ne s’étonne pas, lorsqu’un masque mal attaché tombe au cours de l’exhibition, et découvre le visage de son porteur. Pourtant, les cerveaux de ce lynchage médiatique, – à savoir, l’ancien ministre et son colonel- ont tous deux joué, à un moment donné, un rôle prépondérant dans l’histoire politique de notre pays. De sources concordantes, c’est l’ex-Colonel, qui s’est porté garant de ce recueil de sarcasmes, que bien des citoyens n’ont pas hésité, à qualifier de torchon juste bon.. à se torcher les fesses. Quant à l’instigateur même de ce tract, disons « Le Sphinx », il s’était rendu en France, au siège des éditions « L’Harmattan », quelques jours avant la parution du bouquin à ragots… Le « Sphinx », entendez l’ex-ministre, avait pris le soin, non d’écrire le livre (nous rechignons au mot), mais… de le faire écrire, pour mieux, brouiller les pistes. Mais, par ses soins, l’élite politique française – de Chirac à Sarkozy, en passant par le Premier ministre, De Villepin, et la ministre de la Défense, Mme Aliot-Marie- est entrée en possession du ramassis de radotages. Et dédicacé, s’il vous plait ! En fait, la stratégie des comploteurs est, aussi, claire que de l’eau de caniveau : faire en sorte que la France s’immiscie dans notre « cuisine intérieure ». Or, ces dignitaires français ont d’autres chats politiques à fouetter –campagnes électorales françaises obligent- plutôt que de prêter foi aux élucubrations oisives d’une clique de revanchards.

Et que dire, lorsqu’un des deux cons-frères, de RFI, mis à contribution pour s’occuper du volet « éreintage par presse interposée », a refusé, à la dernière minute, de se mouiller dans cette basse manœuvre ? Et que penser, lorsque, c’est un responsable même des éditions « L’Harmattan » qui dévoile l’identité du « Sphinx » ? En effet, interrogé par la PANA, il révèle que : « C’est un ancien ministre qui l’a écrit. Il connaît bien le système et le raconte de l’intérieur. Le livre fait actuellement partie d’une de nos meilleures ventes ». C’est dire que pour cette maison d’édition, peu importe la véracité des faits publiés dans ce livre ; seuls comptent les ventes. Quand aux « diffamateurs », ils auront atteint le seuil de la bassesse. Car, s’il y a une chose que le malien déteste par dessus tout, c’est cette inélégante déloyauté, qui consiste à poignarder l’autre dans le dos, à défaut de le faire tomber, en lui glissant des peaux de banane sous la patte. Et comme dit le voisin, il faut « être garçon, et avoir du kilo » !

Des intentions tout avouées
En effet, « Le Sphinx » n’aurait pas été plus explicite sur son identité que s’il avait signé son œuvre par son vrai nom. Pour n’importe quel malien doté d’un peu de jugeote, l’identité des auteurs saute aux yeux nus ! Mais ce qu’on a du mal à comprendre – ou qu’on ne comprend que trop- c’est la lâcheté, avec laquelle ils ont commis leur forfait. Une lâcheté qui oscille entre la haine et la revanche. C’est comme si, ces détraqués, tiennent, coûte que coûte, à en découdre avec « l’homme qui les a sortis du trou » ! Sinon, comment comprendre qu’une haute et respectable personnalité – qui, pendant des lustres, a roulé sa bosse dans les rouages du pouvoir, et s’est blanchi le harnais-, s’abaisse aussi bas. Quand aux officiers impliqués dans la publication de ce livre, comment les qualifier, dès lors qu’ils qualifient leurs frères d’armes de … « horde de colonels corrompus » ?…
Recueil de médisances, clament les uns ! Ramassis de potins de rue, renchérissent les autres ! Mais, aucun citoyen ne les juge, dignes de patriotes ! Et l’on ose parier, que ces pamphlets risquent de tourner à l’avantage du Généralus léopardis, en rehaussant davantage sa côte de popularité au sein de l’opinion.

O. Diwara

Le « Sphinx », soupçonné d’avoir pompé 600 millions CFA dans la Caisse de son Département

L’homme, par qui le scandale est arrivé, n’est pas blanc comme… nègre. Selon un dossier, toujours pendant devant la justice, il est soupçonné d’avoir pompé 600 millions CFA dans la caisse de son Ministère. Comme quoi, celui qui n’a pas atteint l’autre rive, ne doit pas se moquer de celui qui se noie.

Le Mollah Omar

PARTAGER