Gestion de la Commune IV : Mara rend compte

0
1

 

Dans le but de rendre compte de sa gestion, à la tête de la mairie qu’il occupe  depuis mars 2011, le maire de la commune IV du District de Bamako, Moussa Mara a rencontré la presse,  jeudi dernier. Objectifs : rendre compte de  sa gestion d’une part. Et, d’autre part, apporter des  éclaircissements sur certains dossiers d’une brûlante actualité.

Arrivé de la tête de la mairie de la commune IV en mars 2011, Moussa Mara  s’est investi d’une seule mission : l’amélioration des conditions de travail des agents de la mairie et la réhabilitation des bâtiments, leur équipement en matériels et mobiliers de bureau.

S’y ajoute l’ouverture d’un cahier de présence, la mise en place d’une charte des usagers de la mairie, la gestion de la mairie en concertation avec les populations ainsi que l’instauration d’une confiance réciproque entre les élus et les populations.

Selon Moussa Mara, la charte des usagers, qui  est un document qui recense les services proposés par la mairie, a été mise en place pour permettre aux populations de connaître le temps nécessaire pour les services proposés par la mairie ainsi que leur coût.

Il s’agit, selon lui, d’un document qui permet de réduire la corruption.

S’agissant de la participation des populations à la gestion de la mairie, des rencontres régulières, entre l’équipe municipale et les forces vives de la commune, sont organisées ainsi qu’une concertation trimestrielle à leur initiative.

Aussi, les forces vives participent aux sessions du conseil municipal, aux opérations d’assainissement de la commune. Car, en Commune IV, les populations curent les caniveaux et la mairie évacue les ordures.

Aussi, la mairie a signé un contrat avec une vingtaine de GIE  pour une bonne gestion du système d’évacuation des ordures.

Pour informer les populations sur la vie de la municipalité, une revue d’information gratuite a été créée par la mairie.

Aussi, la mairie intervient dans le soutien aux personnes physiques et aux organisations de la société civile. Elle a manifesté sa solidarité aux personnes démunies, notamment au début du mois de Ramadan. Avec de la distribution de sucre et de céréales à hauteur de 15 millions FCFA,la construction de traversées à 12 millions FCFA, de hangars à 1.150.000 FCFA, des équipements sportifs à 12.375.000 FCFA, des dons à des associations à hauteur de 32.000.000 FCFA etc.

Sans compter la collaboration avec le service social, l’organisation de l’opération uniforme scolaire, le soutien au Centre de Santé de Référence et à l’ensemble des secteurs de la santé et des affaires sociales pour environ 13 millions FCFA, la poursuite du recensement des établissements de tourisme et la fermeture d’une vingtaine de bars, hôtels qui ne respectent pas la loi ou ne disposant pas d’autorisation.

Sur le front de l’emploi des jeunes, la mairie a mis en place un programme de formation continu au bénéfice de 50 jeunes pour  un coût de 10 millions FCFA.

En terme d’investissement, la mairie a aménagé la route de Taliko pour 4 millions FCFA, achevé la construction du cimetière de Sébénikoro pour 79 millions, équipé le CSREF d’un incinérateur de produits biomédicaux pour 3 millions FCFA.

 A ces actions, il faut ajouter la réparation de la route Sébénikoro-Kalabanbougou pour 2 millions FCFA, la construction d’infrastructures scolaires et leurs équipements pour 127 millions FCFA, l’évacuation des ordures du marché de Oulofobougou pour 25 millions, et d’autres actions comme la construction de hangar au marché de Sébénikoro, de bureau de COPIDUC, d’adduction d’eau à Sibiribougou, d’un forage à Lassa, de mini-égouts à Hamdallaye, etc.

En vue d’augmenter les revenus de la commune, la mairie a délégué la gestion des marchés de la commune à des opérateurs privés. Autant d’actions qui ont amélioré les conditions et le cadre de vie des populations de la commune IV.

 

Dieudonné Diama

NB - L'auteur de cet article est seul responsable de son contenu.