Gestion de la réconciliation nationale : Bras de fer entre Moussa Mara et Zahabi Ould Sidi Mohamed

4
Mara-Zahabi
Moussa Mara et Zahabi Ould Sidi Mohamed (GD)

Le torchon brûlerait entre le Premier ministre, Moussa Mara, et son ministre en charge de la réconciliation nationale, à propos du remplacement du secrétaire général de ce département. Le ministre veut quelqu’un pour remplacer l’actuel Ségal qui, pas plus que son ancien ministre, Cheick Oumar Diarrah qui l’a amené, n’a brillé à ce poste. Mais le chef du gouvernement fait de la résistance sans doute soumis à des pressions diverses venant de la présidence et de certains milieux touareg proches de lui.

 

 

Rien ne va plus entre le ministre de la réconciliation nationale, Zahabi Ould Sidi Mohamed, et le chef du gouvernement, Moussa Mara. La raison de cette guéguerre, selon des indiscrétions parvenant en bas, serait la volonté de nommer l’homme qu’il faut à la place qu’il faut, notamment au poste de secrétaire général de son département. Depuis le limogeage inexplicable et contesté de Zeïdane Ag Sidalamine par le ministre sortant, Cheick Oumar Diarrah, le secrétariat général est dirigé par un autre membre de la communauté touarègue. Pour faire mentir tous ceux qui croient, à raison plus qu’à tort, que ce poste ne devrait être géré que par des Touareg, Zahabi Ould Sidi Mohamed, reconduit dans l’actuel gouvernement et chargé depuis de la question de la réconciliation compte remplacer le Targui, dont la gestion serait trouble, par Baba Hamane, présentement conseiller technique au ministère de l’intérieur et de la sécurité.

 

 

Avis contraires

Dans ce département depuis des décennies, il ne s’occupe et ne connait que les questions du nord, questions relatives à la sécurité mais aussi au développement.

 

 

C’est d’ailleurs quand il était au commissariat au nord, créé pour gérer l’application du pacte national et de nombreux autres accords de paix, au début des années 1990, que lui et Zahabi Ould Sidi Mohamed ont collaboré. C’est dire que l’actuel ministre connait l’expertise du conseiller technique des problèmes du nord et ses compétences de médiateur et de négociateur. Raison pour laquelle il est en train de tout mettre en œuvre pour l’avoir à ses côtés dans l’épineuse gestion de la réconciliation.

 

 

Si le technicien a longtemps été réticent à accepter de venir dans ce département, c’est parce que, selon certains de ses proches, il ne voyait pas la nécessité de la création d’un ministère de la réconciliation nationale, il ne croyait pas non plus aux capacités des hommes qu’IBK avait choisi pour l’animer. Entrepris par de bonnes volontés qui croient qu’il est celui qu’il faut pour appuyer les actions de son ministre, Baba Hamane se serait aujourd’hui laissé convaincre, conscient que cette mission sera cruciale et déterminante pour l’avenir du Mali. Il aurait l’aval de hauts cadres du nord, lesquels avaient décrié la gestion de Cheick Oumar Diarrah et de son équipe. Il est donc incompréhensible que Moussa Mara refuse d’accéder à la demande de son ministre qui sait, tout de même, qui lui convient le plus comme collaborateur.

 

 

Moussa Mara serait-il en train de se venger sur ses ministres en leur imposant des collaborateurs parce que, à lui-même, on a imposé certains membres de son gouvernement ou cède-t-il à des pressions venant d’ailleurs? Peut-être. En effet, le puissant lobby des Touareg, toujours très actif quand il s’agit de défendre leurs intérêts y compris en trompant la communauté internationale, ce lobby s’est mis en branle pour convaincre les plus hautes autorités de renoncer à ce changement de secrétaire général. En particulier Moussa Mara aurait déjà enterré la proposition de nomination de Baba Hamane que Zahabi Ould Sidi Mohamed avait déposée sur sa table. Par ce faire, le Premier ministre écouterait plus la voix du cœur que celle de la raison.

 

 

Le cœur plus que la raison

Il sait pourtant que rien ne va sans une atmosphère de confiance réciproque entre un ministre, quel qu’il soit, et ses plus proches collaborateurs, dont le secrétaire général, cheville ouvrière du département. Le département de la réconciliation nationale est donc voué à l’échec. C’est peut-être ce que veulent certains esprits malins et malsains.

C’est peu de le dire mais les groupes armés terroristes seraient prêts, en effet, à mettre des bâtons dans les roues du plan de réconciliation concocté par l’actuel ministre en charge de la question. Les Mnla, Hcua, MAA, etc. ne font plus mystère de leurs hostilités envers Zahabi Ould Sidi Mohamed.

 

 

Ils ne seraient pas les seuls car, ici même à Bamako, d’autres seraient prêts à cela sans que l’on connaisse leurs véritables motivations.

 

 

De plus, l’architecture mise en place par IBK (une commission vérité, dialogue et réconciliation nationale, un médiateur national, un ministère en charge de la question) est trop lourde et compliquée, surtout que les différentes parties ne se concertent pas. Ne se concertent pas non plus les trop nombreux médiateurs étrangers et ces hauts représentants ou envoyés. Tout cela fait désordre et crée une situation de cacophonie et de distorsion dans laquelle personne ne concerte les véritables acteurs concernés par la gestion de cet épineux dossier.

 

 

Pendant ce temps, les autorités observent tout cela comme si le nord ne les concerne plus, n’est plus la priorité de la campagne électorale. La situation de Kidal est perçue comme entrant dans l’ordre normal des choses, les roquettes peuvent continuer de pleuvoir et les mines, de sauter.

 

 

Pourtant, une des raisons pour lesquelles IBK a été élu, ce sont justement ses promesses de campagne de faire libérer Kidal et de ramener la paix et la sécurité dans tout le nord. Tout cela est aujourd’hui oublié.

 

 

A croire que le président est décidé à se contenter d’une république tronquée comme s’il avait adhéré à la cause du Fores, une association satanique des ressortissants du sud qui plaide pour le soulèvement du sud contre le nord. Et, rien d’étonnant, ce mouvement séparatiste est dirigé par un député élu, comme des terroristes dans le nord, sous les couleurs du RPM, le parti présidentiel.

 

Cheick Tandina

 

PARTAGER

4 COMMENTAIRES

  1. Si c’est vrai, c’est très honteux de la part de Mara. Qu’on donne les moyens humains et matĂ©riels Ă  Monsieur Zahabi qu’il puisse travailler, sinon le Mali est foutu, pourquoi crĂ©er un tel ministère et les bloquer! Pauvre Mali, que le Tout Puissant nous protège, Amine!

  2. Mara ses trompe en acceptant le poste de PM car ibk va lui pourrir la vie comme il a fait Ă  tamtam l’y Ă©tant PM il doit avoir la mains libre mais ibk aime trop le pouvoir pour se cache derrière sobre PM pauvre mara

  3. Zahabi par son passĂ© Ă©tait une Ă©pine pour le Mali, mais cette fois ci s’il se sent incomplet avec cette question du segal que le PM lui donne son OK! pour accomplir sa mission, conseille il faut vĂ©rifier tous les contours de cette crise interne qui lui oppose Ă  Diarra avant de dĂ©cider quoi que ce soit. Je crois le sanguinaire a raison son excellence Mara, surveillons le comme le lait sur le feu. Que dieu bĂ©nisse le Mali!

  4. SI Mr ZAHABI EST NOMME MINISTRE EN TOUTE CONFIANCE, IL DEVRAIT AVOIR LES MOYENS DE SA POLITIQUE ET DE TRAVAILLER CORRECTEMENT.
    A CE RYTHME,IL VA CLAQUER LA PORTE COMME TATAM LY ET TANT PIS POUR LE MALI ET SA RÉCONCILIATION BISCORNUE. CE MONSIEUR N’EST TOUT DE MEME PAS UN ROBOT QUI OBEIT A UNE TELECOMMANDE. IL A UN CERVEAU ET UNE CONVICTION, ET MOI JE LUI DIS, NE VOUS LAISSEZ PAS FAIRE.

Comments are closed.