Gouvernement de Mme Cissé Mariam Khaïdama Sidibé : Les ministres Maharafa Traoré et Hamed Diane Séméga sur le départ ?

0
0

Aujourd’hui toute la classe politique se trouve dans une logique que l’élection présidentielle du 29 avril aura bel et lieu sauf tremblement de terre.  C’est dans ce cadre que tous les états-majors des formations politiques s’activent par tous les moyens possibles pour accéder à Koulouba au soir du vote. Ce qui est tout à fait normal, mais ce qui n’est pas normal, c’est lorsque certains ministres profitent de leurs privilèges et avantages pour déstabiliser leurs adversaires  déclarés en faveur de leur formation politique.


Selon nos sources, il s’agit de  Hamed Diane Séméga, ministre de l’équipement et des transports et non moins président du Parti pour le développement économique et la solidarité(Pdes) et de Maharafa Traoré, ministre de la justice, garde des sceaux et non moins  secrétaire général du Pdes. Certainement non contents de l’attitude de ces deux ministres, certains candidats à la présidentielle ont demandé aux bailleurs de fonds d’intervenir en leur faveur auprès du président de la république, Amadou Toumani Touré. Selon les mêmes sources, ces bailleurs de fonds auraient  demandé au président de la république de limoger ces deux ministres sous peine de voir leur assistance financière suspendue.

En effet on reproche à ces deux ministres de placer leurs pions à travers toute l’administration malienne et surtout l’utilisation abusive des moyens de l’état à des fins politiques afin de pouvoir influencer l’issue du vote en faveur de leur candidat qui peut être issu de leur parti ou du candidat  d’un autre parti  qu’ils vont soutenir en avril prochain. Aussi certains cadres qui relèvent de leurs structures respectives et qui sont des responsables voire des militants influents d’autres partis, sont aujourd’hui victimes de mutations arbitraires vers d’autres lieux à faible électorat. Or les bailleurs de fonds entendent veiller sur la bonne tenue des élections  régulières et transparentes. Une façon pour eux de mettre au même pied d’égalité  et de chance tous les possibles candidats à  la prochaine présidentielle d’avril prochain. Sachant que les deux ministres sont aujourd’hui plus politiques que certains acteurs, les bailleurs de fonds auraient demandé que le président ATT se débarrasse d’eux pour éviter une contestation des résultats de la présidentielle, véritable enjeu principal. La question que tout le monde se pose aujourd’hui, c’est de savoir si toutefois ATT va-t-il  accepter la proposition de ces financiers ?


Abdoul Bah

NB - L'auteur de cet article est seul responsable de son contenu.