Gouvernement Diango Cissoko : « Nous le jugerons à la tâche »

6 réactions [-] Texte [+] Email Imprimer

Le Premier Ministre Django Cissoko et le président de la transition, Dioncounda Traoré

 

Amadou Koïta, Secrétaire politique du FDR

Le FDR prend acte de la formation du nouveau gouvernement. L’accord cadre prévoyait la mise en place d’un gouvernement d’union nationale. Tous les regroupements politiques et de la société civile sont représentés dans le nouveau gouvernement. Le FDR soutiendra ce gouvernement dans ses missions de reconquête du nord et l’organisation des élections transparentes dans un délai raisonnable.

 Dr Modibo Soumaré, Président de la Force pour la réconciliation et la paix (FRDP Mali kô)

A la FRDP Mali kô, nous pensons que le choix du Premier ministre Diango est un choix judicieux car il est de facto opérationnel. Par ailleurs le gouvernement qu’il a formé ressemble beaucoup au précédent avec quelques ajustements, est ce qu’il aurait pu faire autrement je ne saurai le dire. Mais nous restons exigeants et vigilants sur les objectifs de la transition à savoir la reconquête du nord et l’organisation d’élections crédibles et transparentes. Nous pensons que le gouvernement doit être jugé à l’épreuve et non selon les soupçons optimistes ou pessimistes. La FRDP Mali regrette que le Premier ministre n’ait pas rencontré les acteurs avant la formation du gouvernement. Vue l’importance de la menace qui pèse sur notre pays, il n’ya pas de place pour les petits sentiments, nous sommes pour une union sacrée autour des autorités pour sortir de ce épisode cauchemardesque de la vie de notre pays. Aussi chaque homme de rand, chaque haut gradé de notre armée doit recevoir notre reconnaissance pour le travail qu’il fera pour libérer notre pays du joug des agresseurs. Bonne chance à la nouvelle équipe gouvernementale !

 Moussa Marra, CSM (coalition pour sauver le Mali)

Nous n’avons rien de particulier à reprocher à ce gouvernement. Notre parti le jugera à la tâche, le jugera par rapport aux actes qu’il va poser surtout aux missions assignées. Nous avons nos représentants dans ce gouvernement et nous allons le soutenir. Je crois que pour une sortie véritable de crise, tous les Maliens doivent faire face aux problèmes de la nation pour la sauver. Notre parti à savoir le parti Yéléma doit d’ailleurs organiser ses assises le Samedi et dimanche prochain à Koulikoro. Et, lors de ces assises, la crise dans notre pays sera au centre des débats. Nous allons accompagner ce gouvernement mais nous le jugerons aussi par rapport aux actes posés.

 Adama Diakité, président sortant Forum des organisations de la société civile (FOSC)

Le Forum des organisations de la société civile a déploré la façon dont le premier sortant a été déposé. Mais se réjouit de la façon rapide de la nomination du nouveau premier ministre et de la constitution de son équipe. Nous pensons que le gouvernement a été bien constitué. Il suffit maintenant d’aller de l’avant pour sortir le pays dans la situation qu’il se trouve. Actuellement, nous n’avons plus besoin d’opposition, on doit soutenir cette équipe pour l’aider à réussir sa mission. Le FOSC reste toujours prête à jouer son rôle de veille et de proposition.

Younouss Hameye Dicko président de la Copam 2

Nous pensons que ce gouvernement, avec les femmes et les hommes qui le composent, doit être fonctionnel. Diango est compétent, il connait ce pays, ses problèmes et on peut s’attendre à un bon résultat. La Copam n’est pas bien représentée mais nous y sommes  et nous nous battrons  pour que ce gouvernement obtienne de bons résultats. Nous avons déjà rencontré le 1er ministre, l’urgence de la Copam est la ténue des concertations nationales, pour mettre en place un pouvoir fort, capable de libérer le nord et d’organiser des élections propres et crédibles

Hamadoun Amion Guindo, président de la COPAM 1

Je pense que c’est un gouvernement d’union national par rapport au précédent. A priori ce sont des cadres à hauteur de responsabilité. Les défis sont énormes, le temps est difficile pour le Mali et il faut les laisser travailler, quitte à les juger après. Ils ont besoin de temps et tout le monde doit aider à cela.

La Rédaction

 

SOURCE:  du   18 déc 2012.    

6 Réactions à Gouvernement Diango Cissoko : « Nous le jugerons à la tâche »

  1. emoo

    Le gouvernement compte au moins 6 personnes du nord dont 5 arabo, maures, touaregs…. faites la deduction vous meme pour une region qui fait a peine 10% de lapopulation nationale….

    Comme quoi au mali il est bon sde semer la pagaille pour se trouver aux affaires ….comme dirait l’autre…Un bon business…

  2. yayyyyy

    mes cheres compatriotes l probleme n est pa 1 gouvernement c est les racailles d kati tant q sanogo n est pa mort c paye n connaitra pa la paix et j met 30000 euro en jeux pour celui qui l tue notre espoir etait cmd mais dieux seul l sait qu il n pouvais rien contre ces racailles .sanogo et compagnie ont pris ma patrie en otage j demande d l aide a tous les pays du monde de sauver c pays qui va droit au mir

  3. ggg

    Conception de plans archi et beton arme
    Mr DIENG ingenieur en genie civil, dynamique et experimenté, vous propose ses services pour la conception et la realisation de vos projets de batiments (plans archi, plan beton arme, et metre ) a des prix accessible

    dieng2003@hotmail.com

  4. le khasso

    donnons le temps à ce gouvernement, mais franchement j n comprend pas!!escqu’il faut arreter cette transition au mois d’avril?LES ELECTIONS AU MOIS d’avril? LA LIBERATION AVANT L MOIS D’avril?LES CONCERTATIONS ANTIONALES POUR QUAND? escqu’apres ces concertations, le pays sera dirigé par de nouveaux dirigeants? TOUT L PROBLEME EST Là? DIANGO DIT QUE les termes de reference seront changés c’est à dire ?d’autres organes seront crees pour accompagner la structure actuelle (Primature, Presidence, Ass nationale ettoutes les autres structures)? AUTANT DE questions qui me laiss un p perplexe!!il faut aller vite parce que la libye ferme ses frontieres et le grand voisin algerien laissera passer les nids de bandits vers le Mali!!l’algerie ne cache d’ailleurs pas qu les touaregs ont des revendications legitimes!!l’ex agent des services secrets algeriens a été clair, le MALI a tué firouhn et depuis là, l’algerie ne peut plus livrer ses freres touaregs!!attention aussi quand l’attente sera longue les communautés du nord commencent dejà à se sentir plus à l’aise s’il s’agit seulement d respecter la religion musulmane!!dejà les notabilités d Menaka qui revendiq leur appartenance non pas à l’Etat du mali mais à Ansardine!!j comprend qu’ell veul s proteger!!alors les refugés du burkina , du niger et de la mauritanie qui ont des relations de parenté avec les touaregs,et les islamistes par l lien du mariage, des relations commerciales qui ont fui simplement pour se securiser, mais malheureusemt denoncés par certains maliens comme etant des collaborateurs!ceux ci veulent retournés mais ont peur des represailles des services secrets maliens!!il ya plein d chose à regler meme apres la liberation du nord!!certaines personnescomme elus auj n veulent vraiment pas voir pas slment des touaregs, mais aussi des sonrai et peulhs qui ont fui parcq ayant des relations avec les agresseurs du mali!!il faut tout cela parcq c’est pas parcq mon pere, mon frere est touareg faisant parti d cette rebellion qu’on doit m blamer!! chacun est responsabl d ses actes!!Courage à l’armee du mali pour une liberation rapide!!

  5. MODIBO MALI

    je suis désolé de me voir dans l’obligation de chercher à améliorer vous-même,votre travail de journaliste, qui doit vous obliger à travailler beaucoup, en vous assurant d’abord des mots avant de les mettre dans vos articles. voici une phrase que vous avez écrite dans les propos de Amion guindo: »Les défis sont énormes, le temps est difficile pour le Mali et il faut les laisser travailler, quitte à les juger après »
    on ne dit pas quitte à, on dit quid à

  6. andre samake

    Il y a des lueurs d’espoir pour la nouvelle équipe gouvernementale transitoire en passant le test de confiance de la classe politique et de la société civile.Maintenant la balle est dans le camp de la « Classe » Diango – un gouvernement, c’est comme une classe – de donner du sens à son action en taclant les grands défis urgents pour nourrir les rêves si elle veut être une élite populaire (du grand mérite de l’Odre National) proche des aspirations réelles des maliens en cette période de crise.