Gouvernement : Un code de conduite pour les ministres

7
code de conduite
Moussa Mara et Boubeye Maiga tenant le document du code de conduite dans leurs mains

C’est à l’issue d’un Conseil de cabinet tenu hier à la primature que les ministres ont signé un document intitulé « Engagement éthique et de responsabilité du membre du gouvernement de la République du Mali ». L’objectif  de cet acte est d’inscrire les actions des ministres dans un cadre moral, selon le Premier ministre Moussa Mara.

 

 

Le préambule du document réaffirme que le Mali au sortir de la crise la plus grave de son histoire, se doit de retrouver un leadership responsable et efficace pour réduire la grande défiance morale des populations vis-à-vis des responsables public. L’intégrité des dirigeants, leur action conforme aux références morales et d’honneur de la société malienne, leur souci constant du bien-être des Maliennes et des Maliens, devraient restaurer la confiance entre la base et sommet en vue d’un nouveau contrat social pour le renouveau.

 

 

C’est conscient de cette situation et persuadé que l’exemple doit venir du sommet, que le gouvernement a décidé de soumettre l’exercice de la fonction de ministre dont il souligne l’importance à l’engagement de toute personne en charge de cette fonction, à respecter scrupuleusement les principes et règles éditées ci-dessous, indique le texte.

 

 

Aussitôt après avoir été nommé membre du gouvernement, le ministre doit signer le présent document qui l’engage totalement et irrévocablement pendant toute la durée de ses fonctions.

 

 

L’engagement du ministre porte sur le respect des principes suivants : la loyauté envers le président de la République et envers le gouvernement ; le sens de l’Etat et l’amour de la patrie dans les discours, les actes et le comportement quotidien, honorer la patrie et agir conformément aux valeurs fondamentales de la nation malienne et de la République. L’engagement du ministre porte également sur la solidarité et la complémentarité entre les membres du gouvernement, la collégialité dans le traitement des dossiers qui le nécessitent mais la responsabilité pleine et entière du département du ministre en question.

 

 

code de conduiteLa franchise dans les débats, la participation active aux échanges et aux activités intra gouvernementales, l’obligation de réserve et de confidentialité, le respect du secret des délibérations et la solidarité avec les décisions prises ; le respect de la personne humaine dans sa diversité culturelle, source de richesse pour l’équipe gouvernementale, la courtoisie et le respect envers les membres du gouvernement ; la diligence et la réactivité dans le traitement des dossiers sans préjudice pour la qualité, l’excellence dans la conception et mise en œuvre des politiques publiques ; l’intégrité absolue ; la promotion de la transparence et de la bonne gouvernance ; la priorité de la satisfaction des usagers et la constante recherche du bien-être des Maliens figurent au nombre de ces principes. De même que le respect de l’équité vis-à-vis des agents et usagers pour que chaque citoyen, indépendamment de son genre, son ethnie, sa situation socio-économique, ses croyances religieuses, reçoive ce qu’il mérite ; la primauté absolue de l’intérêt général sur tous les intérêts privés et corporatistes.

 

 

La connaissance certaine et le ferme engagement de respecter et de réaliser le programme présidentielle à travers ces six axes : le renforcement des institutions, la sécurité des Maliens, la réconciliation nationale, la remise en l’état de l’école, un économie prospère, des retombées en termes de création de richesses et d’emplois, de pouvoir d’achat et une politique de développement social au bénéfice de tous, notamment les plus faibles et les plus fragiles constitue le 11è principe de l’engagement du ministre.

 

 

La proximité avec les citoyens, la présence sur le terrain et l’engagement de l’ensemble du département à agir au profit exclusif du peuple ; l’utilisation des biens et services de l’Etat en bon père de famille soucieux de la préservation du patrimoine public et la redevabilité, la transparence et la communication sur les actions du département complètent les principes contenus dans l’engagement du ministre.

Le document signé prévoit que la violation des engagements institués entraîne le départ du ministre du gouvernement.

 

PARTAGER

7 COMMENTAIRES

  1. s’il ya un truc dans ce fameux code de conduite que moi IB je ne comprends c’est”la loyaute des ministres envers le president IBK” si quelqu’un peut vraiment m’eclaircir sur ce point. A mon avis le gouvernement est au service du peuple et non de celui dun president de la republique.Est-ce dire que si le president de la republique decide de voler le denier public (comme c’est la plus part des cas) il sera aide par les ministres?

  2. Un code de conduite pour les ministres 😆 😆 :lol:, alors la ladji bourama prend le peuple pour tare et con par sa politique a faire plaisir par des beaux discours sans actios\ns encore moins de resultats. Est ce que l’etat et le goouvernement ont besoin de ce rappel de code de conduite ❓ .
    😆 😆 😆 😆 😆 😆 😆 .

  3. Une question au PM: quelle est la vision actuelle du gouvernement face aux problèmes du pays? En tout cas, j’ai pas de lecture par rapport à cette vision indispensable à toute bonne politique de gestion des affaires publiques. La réponse à cette question soulagerait beaucoup de maliens.

  4. Diantre! Juste ciel! Es-ce-que ces gens là croient réellement que les maliens et les bailleurs de fonds sont de véritables niais? Passer son temps à dire une chose, généralement belle à entendre, et à faire exactement le contraire! Et vous pensez que les gens ne vous voient pas, n’entendent pas!!!!!!!
    Alors que les rues, le marché ne sont pas balayés correctement, que les prestataires ne sont pas payés, que l’armée manque d’équipement, qu’EDM manque d’argent, il y en a suffisamment pour acheter en catimini le plus luxueux des avions présidentiels pour se promener toutes les semaines avec ses copains et coquins.
    Tout ce que je retiens de ce texte de Mr Mara est la loyauté, c’est-à-dire complicité éternelle dans le pillage du pays…

  5. “L’intégrité des dirigeants, leur action conforme aux références morales et d’honneur de la société malienne, leur souci constant du bien-être des Maliennes et des Maliens”

    De la politique,encore de la politique et tjrs de la politique… 😯

    Respectez les lois, textes ,reglements de ls Republique,point barre ❗

  6. LE MARASME EST UN SYSTÈME POLITIQUE FAIT DE RENIEMENT ET DE PANTALONNADE.

    L’exemple doit venir toujours d’en haut : bien dit. Nous avons vu comment François Hollande s’est débarrassé, en deux temps trois mouvements, de son encombrant conseiller en communication Aquillino Morelle, soupçonné de conflit d’intérêt au sommet de l’Etat. Pendant qu’ ici, sur les hauteurs de Koulouba se joue la comédie de Toussaint l’aventure et le foutage de gueule aux maliens, avec la nomination du fils KAGNASY à la présidence, dont la SARL est adjudicataire d’un marché de gré à gré de près de 70 milliards (porté à 108 milliards avec les avenants).
    Venir parler d’éthique dans un contexte où le cortège présidentiel traine le bruit de tant de casseroles, relève d’un Donquichottisme outrageant. C’est pas étonnant du fils Mara, tel père tel fils dit-on. Dans ce cas, mauvais sang ne saurait mentir.
    Tekeda Tsointsoin, fermez les ban!!!!!!

  7. je me pose la question suivante: Pourquoi les sous chemises dans lesquelles le code de bonne conduite a été mis n’avaient pas toutes la même couleur? Est-ce un mot de passe? Merci de la solidarité gouvernementale sur le dos du peuple.

Comments are closed.