Mali : la nouvelle équipe gouvernementale suscite peu d’enthousiasme des observateurs (SYNTHESE)

1

Le gouvernement formé jeudi vendredi par le président malien Ibrahim Boubacar Kéïta suscite peu d’enthousiasme de la part des analystes.

Pour Kader Toé, un chroniqueur politique indépendant, “la formation du nouveau gouvernement n’a été finalement qu’un coup d’épée dans l’eau qui a confirmé l’impertinence du chef, le tâtonnement et la gouvernance par embuscade dans la conduite des affaires de l’Etat”.

“Trois ans de pouvoir, trois Premiers ministres et cinq remaniements ministériels. Du jamais vu au Mali. Une gouvernance sans vision politique est une bombe à retardement”, souligne Seydou dit Martin Diawara, leader du Parti Lumière pour l’Afrique (opposition).

“Impossible de gérer un état dans le tâtonnement”, renchérit Fousseyni Camara, un bloggeur influent de la diaspora malienne en France. “Ma déception est totale…Les quelques départs sans grande surprise ne sont rien à coté des arrivées encore plus aberrantes et machiavéliques. Nous sommes dans l’improvisation et le sentiment que le président n’est au courant de rien de l’état réel du pays. Pour un homme qui à passé plus de 30 ans dans tous les rouages de l’état, c’est à désespérer”, poursuit M. Camara.

Il estime que le président malien a, depuis son élection, “un gros souci dans le choix des hommes. C’est ce qui explique l’instabilité des différentes équipes”.

“Ce remaniement ne rassure point malgré la personnalité de certains nouveaux comme Me Mamadou I. Konaté récemment nommé président du Comité chargé de la révision constitutionnelle, soutient Abdourhamane Dicko, spécialiste des questions “sécurité et développement”.

Une autre erreur de casting, soulignent des observateurs, c’est l’entrée de Nina Walett Intallou, une figure emblématique du MNLA, mais contestée au sein de la CMA (coordination des Mouvements de l’Azawad, ex-rébellion) qu’elle est pourtant supposée représentée à la Commission vérité, justice et réconciliation (CVJR) dont elle était la première vice-présidente.

N’empêche, “la logique géographique semble respectée en ce qui concerne les régions nord”, souligne M. Dicko qui préside également l’Association des ressortissants de Gabéro (Gao).

Un observateur anonyme relève néanmoins que “Mohamed El Moctar est chargé de Réconciliation alors même que sa légitimité est contestée et ses fréquentations jugées douteuses, tant au sein de sa communauté qu’au niveau de Bamako”.

La présence des “ex-mouvements” armés est plutôt bien accueillie. “C’est un acte de rapprochement assez important pour la sortie de la crise”, souligne Papa Sow, chroniqueur politique sur le site Maliweb.net.

“La présence des représentants des mouvements dans le gouvernement leur permettra de comprendre beaucoup de choses dans la démarche de l’Etat et surtout de mesurer la sensibilité de certaines situations”, précise M. Sow.

Pour l’ancien Premier ministre, Moussa Mara, “l’entrée de représentants des groupes armés, s’ils ne sont pas contestés par ces mêmes groupes, peut constituer un signe de progrès dans la quête de la réconciliation nationale”.

Mais, la présence de Nina Walett Intallou est déjà contestée par Almou Ag Mohamed, porte-parole de la CMA.

“Si la CMA venait à accepter son entrée au gouvernement, vous pouvez être sûr d’une chose, elle ne se serait pas contentée juste du petit département de l’Artisanat et du Tourisme”, souligne-t-il sur les ondes de la radio privée Kledu, sans se prononcer sur la position.

Pour sa part, M. Maa rappelle que “le gouvernement est un outil de mise en œuvre d’une politique elle-même fondée sur une vision. Il est temps que ces dernières (politique et vision) soient clairement établies, notamment sur la question lancinante du nord, mais aussi sur d’autres questions (école, gouvernance…) pour donner un sens aux changements annoncés”.

Le président français en tournée européenne post-Brexit du 19 au 21 juillet (Elysée)

Fousseyni Camara résume le manque d’enthousiasme qui accueille la formation de la nouvelle équipe gouvernementale.

“Ce gouvernement ne pourra rien changer car le problème, c’est le président lui-même qui est déjà en campagne pour sa réélection”, déplore le bloggeur engagé. Fin

PARTAGER

1 commentaire

  1. “Ce gouvernement ne pourra rien changer car le problème, c’est le président lui-même qui est déjà en campagne pour sa réélection”, Mais le probleme est qu’une campagne doit etre basee sur un bilan, quel bilan IBK va-t-il montrer aux Ma;liens?
    “Trompe moi une fois, honte a toi;, trompe moi deux fois, honte a moi; trompe une troisieme fois? Vas-y dit que je suis un idiot”

Comments are closed.