Le nouveau gouvernement vu par la population : Des avis partagés

19

Au lendemain de la mise en place d’une nouvelle équipe gouvernementale, acteurs politiques, économiques et sociaux se sont prononcés. Sur les membres de ce gouvernement et les attentes, les avis sont mitigés.

Beydi Diakité, porte-parole du PS Yelen-Kura : «C’est un pas géant vers la réconciliation et la paix »

On ne peut que se réjouir de la mise en place de ce nouveau gouvernement. C’est un pas géant vers la réconciliation et la paix. Les attentes sont hautes, il faut que ce gouvernement actif le processus de paix et de réconciliation qui est une grande attente de la population malienne. Il doit amorcer le développement socio-économique du pays, lutter contre la cherté de la vie, donner l’espoir à la population malienne. C’est un challenge, un combat, un travail de  longue haleine. Je suis rassuré qu’il va relever le défi, nous sommes très confiants.

Nous remercions le président IBK d’avoir placé sa confiance en la jeunesse, en notre président Amadou Koïta, en le nommant ministre de la jeunesse et de la construction citoyenne. Bon vent et bonne chance au nouveau gouvernement.

Siaka Koné, fonctionnaire comptable : « c’est un gouvernement de mission »

Pour des soucis d’économie, le gouvernement devrait être réduit. Mais quelque part nous vivons une situation d’exception où il urge de faire chemin avec toutes les forces vives du pays, c’est incontournable. Aux yeux de beaucoup, ce gouvernement ressemble à un partage de gâteau.  Loin de là. Le Mali est entrain de fonctionner sur le plan administratif sans les 2/3 de sa superficie. Chaque jour, nous frôlons la division du pays. Il ne faut pas qu’on se trompe tant qu’il n’y aura pas la paix aux nord, le Mali ne fera que sombrer davantage. A ce titre aucune forme d’organisation administrative politique sociale et culturelle ne sera de trop pour aller vers la paix et la réconciliation. Donc c’est un gouvernement de mission. Il faut le soutenir. Nous attendons de cette équipe une économie saine soutenue par une bonne gouvernance. Il faut que le Malien se sente impliqué dans la gestion du pays.

 

 

Alpha Diallo, commerçant : « C’est de la promotion des cadres véreux »

La vache ! C’est un gouvernement d’incapables, de corrompus, d’incompétents, d’apatrides et de la promotion des cadres véreux. Pis, des bandits, des rebelles comme Nina Wallet Intalaou, qui ont vomi le Mali et tous ses symboles, se retrouvent dans le gouvernement. C’est une grande insulte, une injure énorme à la mémoire de nos martyrs et des victimes de Kidal, sans oublier Aguelok, Ansongo, Ménaka et autres localités. Quand même.  Depuis qu’IBK est venu au pouvoir, aucun véritable problème n’est résolu, si ce n’est la partition du pays en gestation, manigancée par la France.

 

 

Mamadou Diarra, « Je suis écœuré, complètement abattu par l’importance accordée aux armes ».

Je suis vraiment anéanti en parlant de la gifle qu’IBK et sa bande viennent de donner à leur peuple. Au Mali la violence a payé, et continue de payer. Il faut être apatride pour se faire entendre, j’ai du mal à le dire mais, obligé. Sinon, comment comprendre que des gens, comme Nina Wallet Intalou, soient nommés ministres? Je suis écœuré, complètement abattu par l’importance accordée aux armes.

Réalisé par Cyril

 

PARTAGER

19 COMMENTAIRES

  1. On ne peut que se réjouir de la mise en place de ce nouveau gouvernement. C’est un pas géant vers la réconciliation et la paix. Les attentes sont hautes, il faut que ce gouvernement actif le processus de paix et de réconciliation qui est une grande attente de la population malienne.

  2. Je pense qu'avec la situation de notre pays, le recours à la violence n'est pas la solution car le pays vient de très loin et aussi des efforts ont été faits pour arriver à ce stade. Notre gouvernement oeuvre pour le retour de la paix et de la réconciliation et pour cela nous devrions l'aider afin qu'il puisse atteindre son objectif.

  3. Je pense qu'avec la situation de notre pays, le recours à la violence n'est pas la solution car le pays vient de très loin et aussi des efforts ont été faits pour arriver à ce stade. Notre gouvernement oeuvre pour le retour de la paix et de la réconciliation et pour cela nous devrions l'aider afin qu'il puisse atteindre son objectif.

  4. Le fait de faire un remaniement n’est surement pas du bricolage mais bon choix fait par le président IBK pour le bon déroulement de la paix, étend donner qu’il va avoir des tueries par milliers.

  5. ➡ ➡ Ce nouveau gouvernement feras l’affaire en faveur de la paix et à la bonne gouvernance du mali nous devons encourager le nouveau gouvernement au lieu d faire des critiques qui ne sert à rien.

  6. Ce nouveau gouvernement feras l’affaire en faveur de la paix et à la bonne gouvernance du mali nous devons encourager le nouveau gouvernement au lieu d faire des critiques qui ne sert à rien.

  7. Le fait de faire un remaniement n’est surement pas du bricolage mais bon choix fait par le président IBK pour le bon déroulement de la paix, étend donner qu’il va avoir des tueries par milliés.

  8. Mr le journaliste dans la vie on a jamais été unanime sur quel que chose, la vie même est fait ainsi, ce gouvernement est un gouvernement qui a une mission de commando, c’est-à-dire aller à la quête de la paix.

  9. Toute ces critiques ne servent qu’à ralentir la bonne gouvernance et le bon développement du mali restons serin le président IBK va résoudre le problème de la crise accompagnée de ces ministres.

  10. Toutes mes félicitations au tout nouveau ministre bienvenu et surtout courage, ce changement doit être positif pour tout malien juste pour qu’il ait la paix sur toute l’étendue du territoire malien.

  11. Nous souhaitons que ce nouveau gouvernement conduit par le doyen de la paix Modibo Keïta soit un succès pour le bien de notre pays.

  12. IBK sait sur qui ses choix se portent donc les inquiétudes que ressente certain n’ont pas raison d’être il est évident que l’intégration des groupes armés au gouvernement est prometteur pour résolution de la situation sécuritaire au mali
    Arrêtons avec les guerres de personnage c’est normal que le choix du président ne plaise pas a tout le monde mais cela ne donne pas le sentiment d’en faire une arme pour détruire les esprits du peuple qui a cru en son chef
    Le président de la république est bien conscient des actes qu’il pose si les représentants des groupes armés de la CMA et de la plateforme dans le gouvernement fait partir de l’accord et le moment venu ils sont intégrés
    Je croise que ce nouveau gouvernement saura faire face aux enjeux qui se posent dans notre pays on ne peut leur souhaiter bon vent

  13. Le gouvernement malien est conscient de ce qu’il fera et pour cela nous devons le soutenir

  14. Ce nouveau gouvernement donne l’espoir à la population malienne. C’est un challenge, un combat, un travail de longue haleine. Maintenant je peux suis assurer qu’il va relever le défi, nous sommes très confiants donc bon vent et bonne chance au nouveau gouvernement.

  15. C’est la plus grande solution qui va nous diriger vers la réconciliation et la paix.

  16. Donc c’est un gouvernement de mission. Il faut le soutenir. Nous attendons de cette équipe une économie saine soutenue par une bonne gouvernance. Il faut que le Malien se sente impliqué dans la gestion du pays.

  17. Si certaines personnes se disent être écœurées par l'importance accordée aux armes parce que des ex rebelles figurent dans le nouveau gouvernement.Alors quelle place accordent elles à la paix?

    Ce gouvernement est celui qu'il faut pour relever les difficultés du moment.C'est la complaisance qu'ont eu les anciens présidents avant le président IBK qui a vu cette crise du nord Mali perdurée jusqu'aujourd'hui.

    Il faut donc saluer la ferme volonté et le courage du président IBK d'en finir avec cette sale guerre qui n' a que trop durée.Les populations maliennes soutiennent le président IBK et son équipe dans le travail qu'ils font pour notre pays.

  18. Faire redoubler les élèves ne les aide pas.
    Quand les enfants passent deux ans ou trois dans la même classe. Même s’ils finissent enfin par passer en classe supérieure. Ils y arrivent, psychologiquement et moralement usés et fatigués par les deux à trois ans de surplace que l’ETAT leur a fait subir. Certains n’arriveront même plus à se remotiver.
    Surtout, si à cause des redoublements. Des élèves, au cours de leur scolarité sont rattrapés voir dépassés par leurs sœurs et frères cadets… Ces élèves sont découragés à jamais, et dans certains cas n’auront plus envie de continuer les études.
    Le taux actuel, de plus en plus faible du nombre de reçus au Bac et au DEF Maliens, devrait inquiéter les Parents d’élèves. Le risque que le Système ‘ Élitiste ‘ qui existait dans les années 1960-1970 jusque dans les années 1990, menace à nouveau.
    L’Etat masquait ses insuffisances, en bridant, en bloquant la scolarité de bons nombres d’enfants. Parce que, en réalité, les structures d’accueil des scolaires dans la Capitale de notre pays et dans ses autres chefs lieux administratifs qui abritent les écoles, étaient saturées.
    L’ETAT avait instauré un système ‘ Élitiste ‘. Une sorte de… non pas un racisme de couleur de peau ni ethnique ou de religion, mais plutôt un racisme social, qui favorisait les enfants de familles, de Personnalités ou de Notables en vue. Ce serait dommage de revenir à un tel système discriminant.
    L’une des solutions, ne serait-elle pas de créer une Université dans chaque capitale régionale… ? Mais aussi de créer des Lycées, non seulement dans chaque Chef-lieu de Cercle, mais en plus des Lycées dans chaque Chef-lieu d’arrondissement… ?
    De nos jours, même si les élèves ne font pas tous des études universitaires… s’ils ont au moins le BAC, ils peuvent aborder les apprentissages et la vie professionnelle avec plus d’assurance… ?

Comments are closed.