Qui sont les nouveaux ministres ? D’où viennent-ils ? Manga Dembélé : Un journaliste chevronné à la tête du département de la Communication

27 réactions [-] Texte [+] Email Imprimer

Conseiller à la communication à l’Ambassade du Mali à Paris, le nouveau ministre de la Communication et porte-parole du gouvernement, notre confrère et doyen Manga Dembélé est attendu à Bamako ce mardi. 

 

Manga Dembélé

C’est désormais notre confrère et doyen, Manga Dembélé qui aura la lourde tâche d’être le porte-parole du gouvernement en sa qualité de ministre de la Communication. Il remplace à ce poste Bruno Maïga, devenu ministre de la Culture à la place de Boubacar Hammadoun Kébé, qui a finalement quitté le gouvernement.  Ce journaliste très expérimenté occupait le poste de Conseiller à la communication à l’Ambassade du Mali à Paris.

Il est né vers 1958 à Kouniakary dans le cercle de Bafoulabé. Après ses études secondaires au Lycée de Kayes, Lycée de Badalabougou puis au Lycée de Ségou, Manga Dembélé a poursuivi ses études supérieures à l’Ecole normale supérieure ‘ENSUP) option psycho-peda. C’est après qu’il s’est rendu au Centre d’Etudes des Sciences et Techniques de l’Information (CESTI) de Dakar entre 1986-1989 où il obtient un diplôme supérieur en journalisme. Le nouveau ministre de la Communication a également effectué plusieurs stages notamment celui de la production à caractère journalistique et documentaire à l’INA de Paris, de perfectionnement du journaliste télévisé et un cycle de formation en journalisme électronique à Ouagadougou.

S’agissant de sa carrière professionnelle, Manga Dembélé  a commencé le métier de journalisme au niveau de la presse écrite notamment au journal Cauris, l’hebdomadaire L’Opinion et le journal Le Miroir.  C’est en 1993 qu’il a fait ses premiers pas à l’ORTM. Il fut Rédacteur en chef du Journal télévisé avant d’être le Directeur de la télévision nationale entre 2004-2011. C’est à ce poste qu’il a été nommé conseiller à la communication de l’Ambassade du Mali à Paris jusqu’à à sa nomination, samedi 15 décembre, au poste de ministre de la Communication et porte-parole du gouvernement.

Il faut rappeler que Manga Dembélé fut aussi membre fondateur du Réseau des journalistes économiques du Mali et du Club perpective et développement (CPD). 

Marié et père de cinq enfants, le nouveau patron du département de la Communication parle le français, l’anglais, l’allemand, malinké et bamanan. Il aime le football et la lecture. C’est en principe ce mardi que Manga Dembélé arrive à Bamako en provenance de Paris. C’est dire qu’il sera présent au premier conseil des ministres du mercredi.  Du courage cher confrère.

Alou B HAIDARA

 

Ministère de l’Artisanat et du Tourisme :

Yéhia Ag Mohamed Ali, un amoureux du ballon rond, aux commandes

Yéhia Ag Mohamed Ali

Le nouveau ministre de l’Artisanat et du Tourisme, Yéhia Ag Mohamed Ali est très connu dans le monde du football malien (vice-président de la Jeanne d’Arc de Bamako et ancien membre de Malifoot sous Salif Kéïta dit Domingo). Depuis 1994, il fut Coordinateur national Mali-Nord (GTZ-KTW) jusqu’à sa nomination, le samedi 15 décembre, comme ministre.

Yéhia Ag Mohamed Ali est un homme très connu dans le monde du football malien pour avoir été membre du comité exécutif de la Fédération Malienne de Football et membre du Stade Malien de Bamako avant  la création de la Jeanne d’Arc où il occupe le poste de vice-président. Cet homme très généreux est né en 1961 à Léré dans le cercle de Niafunké. Après son baccalauréat (option biologie) au Lycée de Markala, Yéhia Ag a obtenu plusieurs diplômes notamment à l’Ecole Nationale d’Administration (ENA) session économie. Avant de décrocher  le MBA pour cadre à l’Université de Québec à Montréal avec mention d’honneur. Auparavant, il avait obtenu un certificat SIFOR (opération de banque),  un diplôme professionnel d’audit  interne et un CIA (Certified Internal Auditor).

Celui qui aura la lourde tâche de relancer le tourisme et l’artisanat malien  fut également directeur adjoint  (comptabilité budget méridien) à la BIAO-Mali, devenue la Banque Internationale du Mali (BIM-SA). Il fut aussi chef d’agence de cette banque au niveau de la région de Sikasso. De 1985 à 1992, Yéhia Ag a beaucoup servi au niveau de la BIAO-Mali notamment en tant que chef du service des transferts, chef du service caisse. Il a bénéficié aussi d’un stage pratique en opérations de banque à la BIAO à Niamey au Niger.  Depuis 1994, Yéhia Ag est coordinateur national du Programme Mali-Nord (GTZ-KTW). Ce projet est chargé d’appuyer le retour de la paix et de la stabilité dans la région de Tombouctou et la gestion financière (appel de fonds, planification financière).  Il est membre du project management institute et de l’Association des contrôleurs inspecteurs et auditeurs du Mali (ACIAM)  et parle français, anglais, tamasheq, peulh et sonrhaï.

                              A.B. HAIDARA

 

L’administrateur et homme de droit Baba Berthé propulsé à la tête du ministère de l’agriculture

C’est un administrateur de formation, homme de droit et connu du grand public malien qui  hérite du poste de ministre de l’agriculture dans le gouvernement du premier ministre Diango Cissoko. Baba Berthé, puisque c’est de lui qu’il s’agit, était jusqu’à sa nomination Secrétaire général de la Présidence de la République avec rang de ministre. Il remplace à l’agriculture, un des proches collaborateurs de Cheick Modibo Diarra en l’occurrence Yaranga Coulibaly.

Baba Berthé

Si tous les deux ont en commun d’avoir été des professeurs d’enseignement supérieur, ils n’ont pas en commun le même parcours administratif. Puisque c’est très tôt que Baba Berthé met pied à l’étrier administratif. Né en 1961 à Sougoumba dans la commune de Koningué à Koutiala, Baba Berthé fréquenta de 1969 à 1975 l’école primaire de Sougoumba et de 1975 à 1979 l’école fondamentale privée de Koutiala où il obtint son Def. Il décroche  les deux parties du baccalauréat de 1979 à 1982 au Lycée de Sikasso. Il sortira en 1986 de l’Ecole nationale d’administration de Bamako (option administration publique). Son parcours universitaire est sanctionné par l’obtention d’un DEA de droit public fondamental interne de 1992 à 1993 à l’université des sciences sociales de Toulouse et d’un doctorat de droit public de 1993 à 1998 dans la même université. En 1996, il  fait un passage à l’académie de droit international de la Haye (Pays Bas).

S’agissant de ses expériences professionnelles, Baba Berthé intègre la fonction publique en 1987.  De cette année jusqu’en 1988, il fait le service national des jeunes dont 14 mois de stage à la direction centrale du personnel de l’administration et des finances de l’Etat-major de l’armée de l’air. De janvier 1989 au mois d’août 1991, il est successivement secrétaire général du gouvernorat de Tombouctou, chef d’arrondissement de Gargando et de Razelma et chef d’arrondissement de Gossi. Du mois d’août 1991à octobre 1992, il est assistant à l’Ecole nationale d’administration de Bamako, il donne un cours de soutien scolaire à des étudiants en difficulté notamment en droit administratif, constitutionnel et en finances publiques de 1992 à 1998. Depuis octobre 1998, il est chargé de cours à la faculté des sciences juridiques et économiques de l’université de Bamako. Professeur invité à l’institut d’études politiques de Toulouse de 2000 à 2004. Et chargé de mission à la présidence de la République, conseiller technique au Secrétariat général de la Présidence de la République de 2004 à 2008. Baba Berthé est nommé deuxième Secrétaire général adjoint de la Présidence de la République (2008-2011). Avant d’être nommé Secrétaire général de la Présidence de la République avec rang de ministre depuis le 16 mai 2011.

Parallèlement  à ses responsabilités, Baba Berthé était chargé de cours à la faculté des sciences juridiques et politiques et à l’ENA. Le nouveau ministre de l’agriculture parle l’anglais et le français. Il est chevalier de l’ordre national depuis 2006 et est marié et père de trois enfants.

Abdoulaye DIARRA

 

Diané Mariam Koné, une spécialiste de l’analyse sociale et du genre au département de l’Elevage et de la Pêche

Mme Diané Mariam Koné a un parcours  riche  et accumule à son actif plusieurs années d’expérience dans l’administration malienne et dans plusieurs organismes internationaux.

Mme Diané Mariame Koné

De 1991 à 1993, elle est la directrice du centre de formation pratique en élevage, personne ressource en partenariat avec le PREFEP pour l’élaboration des modules de formation des éleveurs et des agents d’élevage du centre de formation pratique en élevage courant 1992-1993. Et en 1993-1994, elle fut la personne ressource pour la formulation d’un module d’entreprenariat au centre de formation pratique en élevage avec le PREFEP. Mme Diané Mariam Koné fut aussi pendant une décennie(1994-2004) consultante formatrice en genre et développement, conseillère auprès des femmes, des associations et des ONG pour une forte implication des femmes dans la vie politique et publique, analyste et chargée de suivi du niveau de participation des femmes à la vie politique et socio-économique du Mali. En 1995, elle est sollicitée par la FAO en sa qualité de personne ressource pour l’élaboration d’une stratégie d’intervention pour les femmes rurales. La même année, le ministère du développement rural et de l’eau fait recours à ses qualités de personne ressource pour la prise en compte de l’aspect genre dans les textes de restructuration. Avant d’être à nouveau consultante (1996-1997) à la FAO pour la formulation du programme intérimaire du projet Kayes-nord pour les femmes et membre  du comité de pilotage du projet PAIB(projet d’appui aux initiatives de base). De 1996 à 2001, Mme Diané Mariam Koné occupa successivement diverses responsabilités au Mali pour traiter les questions du genre. Ses efforts seront sanctionnés en 2002 à travers sa nomination comme directrice du centre national de documentation et d’information sur la femme et l’enfant (CNDIFE). Elle fut sur tous les fronts en alternant les responsabilités. Ce qui l’amène de 2005-2010 à être le point focal du Mali au centre genre CEDEAO/Dakar, membre du conseil d’administration de l’observatoire humain durable, point focal du programme national d’éducation et de citoyenneté, membre du comité national de l’utilisation du gaz butane et du pétrole lampant. Et de 2002 à 2009, son expérience professionnelle la conduira à être membre du conseil d’administration de SAMU social, du comité d’élaboration du cadre de dépenses à moyen terme (CDMT). La liste est loin d’être exhaustive. Mme Diané Mariam Koné eut à partager sa riche expérience à travers des publications aussi prestigieuses les unes que les autres. Il s’agit entre autres des rapports nationaux d’évaluation sur la situation des femmes, le répertoire des femmes élues au Mali, répertoire des femmes entrepreneurs du Mali, bulletin d’information sur la femme et l’enfant, pour ne citer que ceux-là. En 1991, elle s’inscrit à l’université de Pittsburgh aux USA pour décrocher un diplôme en management des projets de développement, études fondation management de développement de développement en 1998 aux Pays Bas. Mme Diané Mariam Koné maitrise l’outil informatique et est depuis 1991 citoyenne d’honneur américaine. En 2010 elle est décorée chevalier de l’ordre national.

Celle qui est créditée d’une grande capacité de développement et d’adaptation ne doit pas avoir de problèmes pour assumer ses nouvelles responsabilités .

 Abdoulaye DIARRA

SOURCE:  du   17 déc 2012.    

27 Réactions à Qui sont les nouveaux ministres ? D’où viennent-ils ? Manga Dembélé : Un journaliste chevronné à la tête du département de la Communication

  1. HASSAN DIABATE

    Une precision de taille. le Koniakary dont parle Monti qui est a 60km de kayes( cercle de kayes) n’est pas compose de sarakoles. il est compose en majorite de peulhs ( 80%) de Bambaras (15%) et de Khasonke (5%).

    je suis natif de ce village.

  2. yck

    Mais parlez-nous du oarcours scolaire et universitaire de mme la ministre de l’élévage et de la pêche.

  3. justicequity

    « tout le monde il est beau , tout le monde il est gentil » , beaucoup d’espoir au début et très vite la réalité rattrape tout le monde .

  4. Mohamed Lemine EL HOUSSEIN

    Félicitations spéciales à mon ami Yahya AG Med Aly Ag Barhaye.C’est un couronnement mérité et mes félicitations aux anciens de Léré.

    Cordialement tous et bons vent à notre prémier ambassadeur dans un Gouvernement , nous sommes tous certains qu’il sera à la hauteur des attentes pour contribuer à la construction de la paix au Mali.

  5. Fama

    Bonne chance au Mali!

  6. yankin

    Salut,félicitation et bon vent aux nouveaux gouvernements et qu’Allah par la grâce du Prophète Mohamed (PSL) vous accompagnent tout au long de ces trois missions qu’aient:La libération des régions occupées,la bonne gouvernance et l’organisation des élections libres crédibles et transparentes.toutes mes bénédictions et merci infiniment.

  7. Monti Raroye

    Sisi KOuniakary est bien dans le cercle de Bafoulabé c’est le bafing à 80 km de BAfoulabé , et 6km de Manantali . en révanche il y’a un autre kouniakari se trouvant dans le cercle de Kayes mais composé que des sarakolés.
    Mais le kouniakari du bafing est constitué que des malinkés
    Bon vent à mr Manga

  8. Monti Raroye

    Sisi KOuniakary est bien dans le cercle de Bafoulabé c’est le bafing à 80 km de BAfoulabé , et 6km de Manantali . en révanche il y’a un autre kouniakari se trouvant dans le cercle mais composé que des sarakolés.

    Mais le kouniakari du bafing est constitué que des malinkés

    Bon vent à mr Manga