Réaménagement du Gouvernement : Ceux qui quittent, ceux qui restent et ceux qui font leur entrée…

13
Réaménagement du Gouvernement : Ceux qui quittent, ceux qui restent et ceux qui font leur entrée…
Les ex-ministres Mahamadou Diarra et Sada Samaké (G-D)

Ce jour, 24 septembre 2015, au moment où les populations sont en pleine fête de l’Aid El Kebir (la Tabaski), est intervenue une nouvelle importante dans la vie de la nation : l’équipe gouvernementale a été réaménagée. La décision, objet du décret N° 2015-603/PRM du 24 septembre 2015, fait suite à une proposition du Premier ministre, chef du gouvernement, Modibo Keïta. Ce décret présidentiel et qui a pris tout le monde de court, a été communiqué à l’opinion par le secrétaire général de la présidence, Mohamed Alhousseini Touré. Il s’agit, selon lui, d’un décret qui vient abroger toutes les dispositions contraires du décret N°2015-03/PRM du 10 janvier 2015 portant nomination des membres du gouvernement.

A l’analyse, le nouveau décret n’apporte véritablement pas de grands bouleversements à la précédente équipe, dont une bonne partie (à quelques cas près) gardent intacts leurs postes. Toutefois, avec ce nouveau décret l’on peut faire un certains nombre de constats. D’abord deux ministres font leur départ du gouvernement. Il s’agit de Mahamadou Diarra, ministre de la justice et des droits de l’homme, Garde des Seaux, remplacé (à ce poste) par Mme Sanogo Aminata Mallé. La deuxième personnalité qui a fait ses valises, est le général Sada Samaké, dont le remplaçant est le colonel Salif Traoré. La non reconduction du général Samaké à la tête du ministère de la sécurité intérieure et de la protection civile, pourrait trouver toute son explication dans le fait qu’il n’a jamais réussi (malgré toutes les attentes) à mettre le secteur de la sécurité sur les rails. Au contraire, ces derniers temps, la situation sécuritaire du pays semblait complètement échapper au général. Qui, au même moment, assiste (impuissant) au recul de l’ordre et de la discipline dans les rangs…

L’autre constat, c’est qu’à la faveur de ce réaménagement, certains ministres changent de portefeuille. C’est ainsi qu’on constate l’apparition de deux nouveaux départements, portant ainsi à 31 la nouvelle équipe gouvernementale, contre 29 dans le précédent.

Ce qui est aussi frappant, c’est que dans le gouvernement (du 24 septembre) des ministres changent de département. Il  s’agit notamment de Ousmane Koné qui pose ses valises au ministère de l’environnement, de l’Assainissement et du Développement Durable que Mohamed Ag Erlaf quitte pour prendre les commandes d’un nouveau département, celui de la Décentralisation et de la réforme de l’Etat. Le nouveau ministre de la santé et de l’Hygiène Publique, est une dame. Il s’agit de Mme Marie Madeleine Togo.

Il reste ministre des Affaires étrangères, mais Abdoulaye Diop n’a plus sous sa responsabilité les domaines de la coopération internationale et l’intégration Africaine, qui ont donné naissance à un nouveau département confié à Cheikna Ahmed Sidi Diawara, et que M. Sambel Diallo remplace désormais à la tête du ministère de l’Aménagement du territoire et de la Population. Aussi, le ministère du Travail, de la Fonction Publique, est désormais amputé de la réforme de l’Etat…

Abdoulaye Idrissa se maintient à la tête du ministère de l’administration territoriale, mais désormais amputé d’un membre important, celui de la Décentralisation

Ils sont donc deux à faire leurs valises, et quatre (nouveaux ministres) à faire leur entrée dans le gouvernement Modibo Keïta II.

Papa Sow /Maliweb.net

 

PARTAGER

13 COMMENTAIRES

  1. Chers Dr RHISSA presque nos gouvernants ont le plus de conseillers que tous le reste des pays de la sous region, mais helas ils sont emporté pas l’orgueil et la cupudité.

  2. Yugu
    “Aujourd’hui ce dont nous avons au MALI est un remaniement présidentiel.”

    Voilà LA formule qui convient! 😀 😀 😀 😀

    Un remaniement PRESIDENTIEL! 😆 😆 😆 😆 Céssa kifo chénou! 😆 😆

  3. “Le nouveau ministre de la santé et de l’Hygiène Publique, est une dame. Il s’agit de Mme Marie Madeleine Togo.”

    Si Marie Madeleine avait été en poste lors de la crise Ebola, on allait pas avoir de contrôles passoires aux frontières, on allait pas avoir de cliniques ou d’hôpitaux sans tri imposé des patients admis, et on allait pas voir non plus un bouffon de président s’exhiber publiquement en pleine zone de contamination “par solidarité”! 🙄 🙄 🙄 🙄

    Bref, on allait pas voir avec elle toutes les conneries qu’on a pu voir et qui auraient bien pu tourner au désastre!…

    Les ONG santé étrangères doivent sauter de joie! Que ce soit les projets santé Français, allemands, hollandais, tous ont toujours loué l’EXCELLENCE de son travail au sein de la santé Malienne!

    Maintenant qu’elle se retrouve ministre, ils doivent tous être à la fête!

    Les seuls qui ne vont rigoler (et ils sont nombreux chez nous!), ce sont tous les membres de la santé qui fonctionnaient au pots de vin sur les marchés et fournitures sanitaires, et tous les médecins négligents, absentéistes, revendeurs de médicaments hospitaliers, etc…

    Là, pour eux, ça m’étonnerait que sa nomination soit….une fête! :mrgreen: :mrgreen: :mrgreen: :mrgreen:

  4. “Garde des Seaux, remplacé (à ce poste) par Mme Sanogo Aminata Mallé.” 😆 😛 😀

    Garde des “SCEAUX” ou Garde des “SEAUX”? 😆 😆 😆 😆 😆 😆 😆 😆 😆 😆 😆 😆 😆 😆 😆 😆 😆 😆 😆 😆 😆 😆 😆 😆 😆

    Ils ne vont quand même pas lui faire porter des SEAUX d’eau à son âge! 😆 😆 😆 Ni même les lui faire “garder”, c’est pas un job ministériel, ça! 😀 😀 😀 😀 😀 😀 😀

    Pour arriver à confondre les SCEAUX avec les SEAUX, nul doute que Papa Sow est un véritable “PUIT” de science! :mrgreen: :mrgreen: :mrgreen: :mrgreen: :mrgreen: :mrgreen: :mrgreen: :mrgreen: :mrgreen: :mrgreen: :mrgreen: :mrgreen: :mrgreen:

    Houbien 😛

  5. Bonjour,
    Meilleurs vœux à toutes et à tous, et à ceux, comme les réfugiés, qui n’ont pas le cœur pour faire la fête.

    N’oublions pas l’essentiel.

    Devant les comportements de certains, on pourrait penser à cette citation : Il n’y a pas pire aveugle que celui qui ne veut pas voir la réalité en face.

    J’ai fait plusieurs propositions et écrit des centaines de lettres ouvertes sur des problématiques auxquelles sont confrontées TOUS les Maliens, sans exception.

    Par exemples, lettres ouvertes en ligne, adressée à l’ONU, au Président Malien, aux Maliens et aux Partenaires dont la MINUSMA, pour une proposition justifiée de report des élections régionales, communales et du district de Bamako intégrant la nécessité du retour des réfugiés en les mettant dans des conditions pour une vie normale, proposition de sortie durable de la crise intégrant la prise en charge des réfugiés à leur retour dans leurs zones d’habitation habituelle, pour plaider pour la réconciliation entre toutes les filles et tous les fils du Mali incluant celles et ceux des régions du nord, appels aux mouvements armés Maliens pour intégrer le processus inclusif inter-Malien et pour la signature de l’accord de Bamako, répliques aux critiques (celles de l’opposition, …) sur l’accord de Bamako, sur la sécurisation et la stabilisation du Mali, pour la mise en œuvre et le suivi de l’accord de Bamako, pour le respect de l’accord de Bamako et des engagements des parties prenantes, …

    Certains oublient que l’essentiel, pour tous les Maliens incluant ceux du nord du Mali, ce n’est pas de faire une guerre interminable sans issue pour diviser le Mali en le morcelant, pour s’autodétruire et pour disperser ses filles et ses fils MAIS de s’unir, se réconcilier et développer durablement le MALI, Un et Indivisible sans fédération, afin de garantir une paix et une sécurité durables pour notre génération et celles de nos enfants et petits enfants.

    Si les hommes qui se battent pour ce peuple des régions du nord du Mali n’ont pas besoin, comme disent certains, de postes ou d’avoir quoi que ce soit, ce qui n’engage qu’eux, ils doivent avoir besoin d’une « terre » (un pays) où règne et règnera la quiétude et la sécurité durables pour eux-mêmes et pour leurs enfants et petits enfants.

    Les agissements de TOUS ceux auxquels ils font allusion, contribuent-ils à « être et durer » ?

    L’autodestruction et la division, permettront-elles d’être et de durer ?

    A ce rythme, que laisserons-nous à nos enfants et petits enfants ? Un Mali émietté ?

    Que deviendra, alors, notre dignité (celle de tous les Maliens incluant ceux du nord du Mali) ?

    Bâtissons le Mali, Un et Indivisible sans fédération, pour nous et pour eux en nous réconciliant entre nous et en nous unissant.

    Mes objectifs, c’est de contribuer à unir et à réconcilier TOUTES les Maliennes et TOUS les Maliens et à bâtir un Mali Un et Indivisible sans fédération.

    Y-a-t-il une honte à contribuer à unir et à réconcilier ses frères et sœurs d’une même famille, la famille Malienne ?

    La honte, n’est-elle pas, du fait de cette guerre interminable et sans issue, de laisser nos enfants du nord du Mali, laissés pour compte, sans avenir ?

    Pour le bonheur et le bien-être de TOUTES les Maliennes et de TOUS les Maliens, l’accord de Bamako, pour la paix et la réconciliation au Mali, conçu à travers les pourparlers inclusifs inter-Maliens, a été signé par toutes les parties prenantes Maliennes sous la supervision de la communauté internationale via la médiation élargie.

    Sachez juste une chose, c’est que tous les acteurs (défenseurs ou pas de cet accord) ont le devoir de sortir le Mali de cette crise qui n’a que trop duré. Et le fait de rester passifs et d’attendre ou de se livrer à une guerre sans issue, des mois ou des années, pour juger, par la suite, les résultats de l’accord de Bamako, sera suicidaire pour le Mali car cet accord EXIGE la participation de TOUS les Maliens, indépendamment des bords politiques et des groupes armés Maliens, afin de relever les défis auxquels le Mali est confronté.

    Prenez de la hauteur, prenons de la hauteur ainsi que les membres de tous les groupes armés Maliens et ceux de l’opposition, n’attendez pas, n’attendons pas que les fruits issus de cet ACCORD soient murs pour les cueillir, contribuez à la culture de ce qui les générera.

    Allez-vous dire, allons-nous dire à nos enfants et petits enfants que c’est de la faute de X ou Y de n’avoir pas été à l’école et de n’avoir pas reçu en héritage un Mali prospère, sécurisé, répondant à leurs besoins ?

    Participez/participons, TOUS/TOUTES, indépendamment des bords politiques et des groupes armés Maliens, à la mise en œuvre de cet accord pour le bien-être de notre génération et des futures générations.

    En ces jours de fête, je vous prie TOUS/TOUTES de m’excuser si j’ai dit quelque chose qui vous a heurtés.

    Bien cordialement
    Dr ANASSER AG RHISSA
    Expert TIC, Gouvernance et Sécurité
    E-mail : anasser.ag-rhissa@orange.fr
    TEL 00223 78 73 14 61

  6. je me réjouis du départ du ministre de la justice. peut-être c est bon cadre mais il n as pu rien faire durant son séjour. si ce n est menanger les magistrats .et les syndicats . au lieu de mette les gens au boulot .

  7. de l’instabilité gouvernementale, ibk en est le champion et en plus les attentes ne sont jamais comblees concernant la laicité, on peut remarquer aussi le pietinement de l’accord d’alger pour lequel des rebelles auraient dù faire leur entrée.
    la plethore tant decriée n’a pas ete prise en compte.
    pour la securite il s’agit probablement d’un amateur.
    que reproche-t-on a Mamadou Diarra de la justice.?
    le jour de fete etait-il le jour approprié pour ce changement?
    Le rearmement pour la mise en oeuvre de l’accord et l’organisation d’election, cette ambition n’est pas affichee

  8. Ce poste est difficile et personne ne peut avoir un renommé à ce niveau; mon très Cher Salif, je me demande si ce poste ne serait pas votre fin de brillance. Car avec un besoin réel de 150 000 hommes, 8 000 hommes ne pourra pas et parmi ces 8 000 hommes seuls 4 000 hommes réels peuvent se battre et ceux qui sont dotés d’une arme n’atteignent pas les 2 000 hommes. Ces pauvres militaires et policiers sont trop, trop, trop fatigués et n’ont aucune considération par leur hiérarchie. Quelle honte pour ce pays.

  9. Bonjour,
    Le gouvernement de large ouverture tant attendu n’a pas été constitué mais il faut saluer la création du ministère de la décentralisation et des reformes de l’état.

    Félicitations pour les ministres qui ont gardé leurs ministères tels que Zahabi Ould Sidi Mohamed (Réconciliation nationale), Konaté (solidarité, actions humanitaires et reconstruction du nord), Choguel Maïga (Economie numérique, information et communication), Tiéman Hubert (défense et anciens combattants), Abdoulaye Diop (affaires étrangères) et Abdoulaye Idrissa Maïga (administration territoriale), même si les ministères des deux derniers ont été divisés.

    Dommage, on aurait du profiter de ce remaniement gouvernemental pour vraiment y mettre plusieurs membres de l’opposition (en plus de Mohamed Ag Erlaf qui était déjà dans le gouvernement à un autre poste) et des groupes armés modérés même si certains ont du refuser d’entrer au gouvernement, d’autres l’auraient accepté.

    On attend beaucoup du ministère de la décentralisation et des reformes de l’état, pour la mise en œuvre de la décentralisation poussée, qu’est la régionalisation, et pour la mise en œuvre des aspects institutionnels de l’accord de Bamako.

    Félicitations au Ministre, Mohamed Ag Erlaf, qui a obtenu ce ministère.

    Ayant géré l’ANICT, il connait les collectivités territoriales et a les atouts pour dynamiser la régionalisation et la mise en œuvre des aspects institutionnels de l’accord de Bamako.

    Pour les aspects sécuritaires, en plus de la nomination d’un nouveau ministre de la sécurité et de la protection civile, il est indispensable d’avoir une synergie entre tous les acteurs, voir ou revoir ma proposition à l’adresse :

    http://www.maliweb.net/lettres-ouvertes/mise-en-oeuvre-de-laccord-dalger-securisation-et-stabilisation-du-mali-981232.html

    Pour les autres aspects de l’accord, il serait judicieux, en plus d’une synergie entre les autres ministères, pour les prendre en compte de créer, comme je l’avais proposé :

    – un comité national pour la mise en œuvre de l’accord, avec des ramifications régionales et communales, géré par une instance indépendante ou par l’institution représentée par le haut représentant du Président aux pourparlers inclusifs, voir ou revoir ma proposition à l’adresse :

    http://www.maliweb.net/contributions/proposition-dune-organisation-inclusive-idoine-pour-la-mise-en-oeuvre-de-laccord-de-bamako-1042122.html

    – un comité de suivi de l’accord TEMPORAIRE en attendant d’en constituer un permanent lors de la conférence d’entente nationale (conférence prévue dans l’accord) qui se tiendra plus tard, voir ou revoir ma proposition à l’adresse :

    http://www.maliweb.net/contributions/mettre-tous-les-maliens-et-les-partenaires-daccord-a-travers-le-suivi-et-la-mise-en-oeuvre-de-laccord-de-bamako-1077292.html

    Aujourd’hui, tout découlera, avec l’engagement de tous, de la mise en œuvre et du suivi stricts de l’accord par tous les acteurs de l’accord, indépendamment des bords politiques, pour une sortie durable de la crise, voir ma proposition suivante :

    https://www.maliweb.net/contributions/au-mali-tout-decoulera-avec-lengagement-de-tous-de-la-mise-en-oeuvre-et-du-suivi-stricts-de-laccord-de-bamako-1156312.html

    Engageons-nous TOUS, franchement et sans complaisance, en garantissant le respect de l’accord de Bamako et les engagements pris par les parties prenantes et les acteurs, voir ma lettre ouverte à l’adresse :

    https://www.maliweb.net/contributions/accord-de-bamako-comment-garantir-son-respect-et-lengagement-des-parties-prenantes-1167302.html

    De toute façon, l’union sacrée, indépendamment des bords politiques, autour de la mise en œuvre et du suivi de l’accord de Bamako est indispensable.

    Bien cordialement
    Dr ANASSER AG RHISSA
    Expert TIC, Gouvernance et Sécurité
    TEL 00223 78 73 14 61

  10. COLONEL SALIF TRAORE LE PUTCHISTE, QUI A TRUQUÉ LES VOTES A KAYES

    BELLE RÉCOMPENSE

    DJAMOU KEITA AMBASSADEUR EN ANGOLA..

    IBK EST UN PUTCHISTE

  11. Aujourd’hui ce dont nous avons au MALI est un remaniement présidentiel. C’était simple, pour cela il fallait qu’il fasse le pèlerinage cette année à la Mecque.

    IBK DÉGAGE !!! 😀 😀 😀 😀 😀 😀 😀 😀

Comments are closed.