VERS UN NOUVEAU GOUVERNEMENT A LA MI-OCTOBRE: ATT favorable à une équipe à dominante ADEMA-URD

0
Le président de la République, Amadou Toumani Touré est enfin décidé à remanier son gouvernement. Il l’a dit de vive voix à Dioncounda Traoré de l’ADEMA et à Younoussi Touré de l’URD. ATT leur a clairement signifié en fin septembre qu’il compte mettre en place une nouvelle équipe gouvernementale à dominante ADEMA et URD avant le 15 octobre. C’est bien dans cette optique que le chef de l’Etat avait demandé aux deux formations politiques de se concerter pour lui faire parvenir une plate-forme pour 2007.
L’inconnue de ce remaniement ministériel annoncé pour la mi-octobre réside dans le maintien ou non de l’actuel chef du gouvernement, Ousmane Issoufi Maïga.
La certitude, c’est que les nombreux copains d’ATT qui pullulent au sein du gouvernement Pinochet ne seront pas tous reconduits. La surprise sera grande et le réveil brutal pour beaucoup d’entre eux.
ATT veut tenter, à travers ce dernier gouvernement, de son mandat, de réhabiliter la politique. C’est pourquoi, il entend renforcer l’ADEMA de deux ministres à cinq. La réflexion est déjà engagée au sein de la ruche.
En plus du Secrétaire général Marimanthia Diarra et du secrétaire politique Seydou Traoré, tous deux membres de l’équipe Pinochet, le parti de l’abeille commence à penser à d’autres ministrables.
C’est ainsi que des noms comme celui du premier vice-président, Soumeylou Boubèye Maïga, le grand débatteur, Tiémoko Sangaré, le porte-parole de l’ADEMA, Sékou Diakité et même le président Dioncounda Traoré circulent à Bamako-Coura comme d’éventuels ministres. Mais le dernier mot revient toujours à ATT. En 2002, la direction de l’ADEMA avait envoyé une liste de ses ministrables parmi lesquels figuraient en première place, Dioncounda Traoré et Soumeylou Boubèye Maïga. Cependant, le président nouvellement élu a mis une croix sur ces deux barons du parti de l’abeille. Reprendra t-il le même geste à l’endroit de ces deux hautes personnalités ?
En outre, dans la ruche certains murmurent que Boubèye n’accepterait pas un poste ministériel à six mois du scrutin présidentiel. «Il a attendu durant plus de quatre ans et pourquoi ne pas attendre six mois encore ?» a fulminé un proche du premier vice-président.
Les mêmes sources indiquent que si Boubèye ne rentre pas dans le futur gouvernement, son épouse, Binta Yattassaye, un cadre compétent de la BHM et surtout membre de la direction de l’ADEMA pourrait bien y figurer. Le cas Boubèye est à la fois un casse-tête pour le parti et pour ATT. Ce dernier ne souhaite pas avoir Boubèye contre lui et il le considère comme un «ami et un frère».
Le parti de l’abeille, également, pour son unité et sa cohésion ne veut rien entreprendre sans l’ancien bras séculier du président Konaré qui n’entend pas jouer le rôle de la cinquième roue du carrosse. S’il est dedans, Boubèye veut être au centre du dispositif. C’est ce rôle que ses adversaires à l’interne lui dénient. Une minorité très agissante ne souhaite pas du tout que Boubèye soit mis sous scellé. Cette querelle entre abeilles pourrait réveiller les démons de la division à la faveur du remaniement ministériel en vue. En vérité, seul ATT peut décider du sort de Boubèye dans cette guerre de positionnement au sein de la ruche.
Du côté de l’URD, tout indique que le ministre en charge de l’Elevage et de la Pêche sera maintenu au sein de la nouvelle équipe. Comme, on le dit, on ne change pas un homme qui gagne. En effet, c’est grâce à lui que le parti de la poignée de mains, favorable dans un passé récent au RPM, est revenu de façon claire et nette dans le giron du président ATT. C’est dans ce cadre que l’épouse du président Younoussi Touré, Halima Traoré a été nommée, il y a à peine trois mois, PDG des Aéroports du Mali.
Depuis, l’ancien Premier ministre Touré, très actif pour un projet politique avec le parti des tisserands, a brûlé ses dieux pour faire allégeance à Koulouba. Quand bien même tout le monde sait que lui et son épouse vivent dans l’opulence. Le parti de Soumaila Cissé sera également renforcé dans le prochain attelage gouvernemental à l’instar du parti de l’abeille. Ses ministrables sont, entre autres, le premier vice-président, Me Abdoul Wahab Berthé, le secrétaire général Salikou Sanogo par ailleurs doyen de la FAST, le secrétaire général adjoint Alou Sow, un juriste chevronné, la quatrième vice-présidente, Mme Coulibaly Kadiatou Samaké, candidate malheureuse aux législatives partielles de la commune V, Mme Camara Maïmouna Coulibaly, ex-directrice du centre Awa Kéïta et actuellement chargée de mission au ministère en charge de la Femme.
Par ailleurs, il semble que Tiébilé Dramé du Parena, malgré ses démêlés politico-judiciaires, pourrait faire son entrée dans le futur gouvernement. Les formations lilliputiennes qui avaient soutenu en 2002 la candidature d’ATT contre celle de l’ADEMA n’auront même pas la portion congrue. Pendant que le CNID et le MPR se contenteront de cette même portion.
Quant au RPM, il ne sera même pas consulté pour la formation de la nouvelle équipe. C’est dire que le parti d’IBK sera éjecté du gouvernement. Mais, ATT pourrait bien reconduire Mme Maiga Zeinab Mint Youba au nom de l’amitié et de la fraternité qui lient cette dernière à son épouse Lobbo Traoré. A suivre.
Chahana TAKIOU

Commentaires via Facebook :

PARTAGER