Groupement des partis solidaires pour les élections de 2012 : L’unilatéralisme de l’Etat décrié avec en filigrane la crainte d’un fiasco

0




 



«Si nous ne sommes pas satisfaits, nous allons agir de façon  énergique, il faut qu’on respecte le peuple » dixit Pr. Younouss Hamèye Dicko

                Le Groupement des Partis Solidaires pour les Elections de 2012 (GPS 2012) a organisé ce samedi 26 Novembre 2011 une conférence de presse. Animée par son Président le Professeur Younouss Hamèye Dicko, cette conférence a été surtout consacrée à décrier l’unilatéralisme méprisant de l’Etat qui continue à faire le cavalier solitaire.

                Le GPS 2012 récemment baptisé ainsi se battait à l’origine pour un fichier électoral fiable et consensuel. Désormais, il s’agit pour le regroupement, après un examen approfondi du calendrier électoral adopté unilatéralement par le gouvernement le 18 Octobre dernier, d’attirer l’attention de l’opinion sur des questions sensibles. Naturellement la toute première frustration du groupement est l’absence de concertation dans l’adoption du calendrier électoral, selon le président. L’autre désastre est le couplage du 1er tour de la présidentielle avec le référendum. Pour le professeur, c’est tout simplement inédit pour la pratique démocratique. 

                La radiation unilatérale de plus de 2 millions d’électeurs des listes est une préoccupation majeure. C’est tout simplement inadmissible un tel degré de mépris et d’amateurisme dans la gestion du pays. L’absence de cadre de concertation entre les partis politiques et le ministère de l’Administration Territoriale et des Collectivités Locales (MATCL) ; la difficulté que nombreux de nos concitoyens des villages et campagnes ont éprouvés à suivre le processus de s’inscrire sur les listes électorales, sont quelques inquiétudes du GPS 2012 qui craint un fiasco préjudiciable pour la démocratie et l’avenir de notre pays.

                Il est important de préciser que le GPS 2012 est de nos jours composé de 45 partis politiques déterminés, selon son président, à se battre pour faire triompher ses idéaux qui se résument à organiser des élections crédibles pour 2012. L’année 2012 sera une année électorale dans notre pays, alors le souci majeur de tous les Maliens est l’organisation d’élections libres transparentes et apaisées. Le GPS 2012 est ainsi déterminé à aller jusqu’au bout de sa logique à savoir des élections acceptées par tous.

                Les confrères ont posé des questions sur l’ensemble du processus entamé par le GPS 2012 pour faire porter ses préoccupation.

                Ainsi à la question quels sont les moyens de pression dont dispose le GPS pour se faire entendre, le président répond : «Nous sommes dans un système démocratique quelques soient ses faiblesses. Nous sommes dans la légalité, car nous sommes convaincus de vaincre les vices, l’injustice, le mensonge, le vol, les manipulations.»

                Le président est formel sur la même question : «Si nous ne sommes pas satisfaits, nous allons agir de façon  énergique, il faut qu’on respecte le peuple…». Il s’agit pour le Président Younouss Hameye Dicko d’user de tous les moyens de droit pour obtenir des résultats. 

                A la question de l’éventualité d’un boycott des élections, le président est très précis, «Cette éventualité est exclue sans réserve, car le Groupement ne fera plaisir à personne avec le boycott.» Il n’est pas question pour le GPS de boycotter les élections générales de 2012. Le boycott n’apparaît dans aucun scénario des stratégies du groupement. Ce serait faire plaisir autre surtout aux démons.

                Pour le président Dicko, il est clair que le pouvoir actuel a un mépris certain pour les partis. A ce propos il s’abstient de se prononcer sur l’auteur supposé du mépris. Il s’attaque plutôt aux partis qui acceptent et se plaît dans ce statut, sans jamais essayer de se défaire de tel qualificatif.

                En outre, il n’est pas exclu que le GPS attaque dans les prochains jours certaines dispositions du processus électoral unilatéral.

                A l’instar du président du groupement, d’autres présidents du regroupement ont focalisé leur intervention sur la volonté affichée de l’Etat d’œuvrer seul pour l’organisation des scrutins de 2012. Certains intervenants soupçonnent d’une certaine planification pour porter au pouvoir un homme désigné par les sortants. 

Youba KONATE

Commentaires via Facebook :

PARTAGER