Hamed Sow à propos de la présidentielle du 29 avril : “ATT n’a jamais dit au PDES de ne pas présente de ne pas présenter un candidat”

0
0

L’Association des sympathisants d’Hamed Sow (ASAS) a été officiellement lancée le samedi 4 février au CICB. C’était au cours d’une cérémonie présidée par le parrain, Hamed Sow, qui compte s’appuyer sur cette organisation animée par des personnes convaincues comme l’opérateur économique, Sory Kémesso, pour briguer la magistrature suprême.  Egalement président d’honneur  du parti présidentiel, le PDES, M. Sow, lors d’une rencontre avec la presse à la veille du lancement de son mouvement, a souligné avec force que “le président  ATT n’a jamais demandé au PDES de ne   pas présenter un candidat à la présidentielle et la décision du Comité directeur national de ne pas présenter un candidat à la présidentielle va à l’encontre d’une résolution de la Convention nationale qui parti qui avait sollicité le choix d’une candidature interne”.
La décision du Comité directeur  national (CDN) du Parti pour le développement économique et la solidarité (PDES)  de ne pas présenter de  candidat à l’élection présidentielle du 29 avril n’a pas été bien appréciée par nombre de responsables, militants et sympathisants de cette jeune formation politique. Le premier président d’honneur fait partie de ces cadres qui misaient sur une candidature interne du parti pour la prochaine présidentielle. En attendant que la décision du CDN du PDES soit définitive, l’ex-ministre de l’Energie et de l’eau et Conseiller spécial du président ATT, qui rêve de succéder au Cef de l’Etat, a décidé de lancer officiellement l’association de ses sympathisants.
La cérémonie, qui a eu lieu au CICB, a mobilisé des délégués venus de toutes les régions  à l’exception de Kidal.  L’Association des sympathisants d’Hamed Sow (ASAS) est dirigée par Abdoulaye Maïga et regroupe de nombreux jeunes du PDES.
Le président Maïga a vivement remercié les nombreux délégués qui ont fait le déplacement avant de s’appesantir sur les valeurs cardinales de leur parrain, Hamed Sow, un homme qui, selon lui, “aime le Mali et dispose de compétences suffisantes dans les secteurs clés comme la finance internationale, l’économie, l’énergie, le développement etc.”.
A sa suite, les délégués des différentes régions ont exprimé leur engagement sans faille pour  la cause du Dr Hamed Sow. Certains délégués ont souhaité que sa candidature se situe dans le cadre du PDES.
Très touché par la forte conviction et l’engagement des jeunes pour l’accompagner dans la conquête de la magistrature suprême, le parrain Hamed Sow “pense que la moitié du chemin est déjà faite”. Il a souligné que la question de la candidature du PDES à la présidentielle n’est pas encore clause malgré le communiqué le CND du parti. “Qu’on ne se trompe pas, on est du PDES, On y restera. Le PDES est un parti d’avenir qui est derrière ATT et non à la solde de quelqu’un. Nous avons eu du mal à nous accorder sur une candidature interne conformément à une résolution de la convention nationale. La décision du CDN est en violation de cette résolution qui demandait une candidature interne avant mi-janvier. Un parti qui ne respecte pas ses propres textes crée des situations dommageables” a-t-il expliqué.
Toujours par rapport à la décision du CDN, Hamed Sow a été très clair : “ATT n’a jamais dit à quelqu’un que le PDES ne doit pas avoir un candidat à la présidentielle. C’est normal que le parti, à cause de sa jeunesse, soit confronté à un problème de leadership. Mais la seule certitude était que le président Séméga ne pouvait pas briguer l’investiture du parti car étant resté dans le gouvernement alors qu’ATT avait demandé à ceux qui sont intéressés par une candidature de se retirer. Avec cette décision du CDN qui n’a même pas fait l’objet d’un débat ouvert, on peut  dire que le président Séméga a joué un peu à l’égoïste, certains diraient “à Bougouni examen”.
Le parrain d’ajouter qu’il a personnellement informé le président de la République de son projet de candidature : “J’ai toujours informé ATT de mes actions et je ferai ce qu’il me dira. ATT se considère comme quelqu’un qui est au dessus de la mêlée”.  Cependant, Hamed Sow a indiqué que sa candidature va dépendre de la situation du travail de terrain mené par ses amis et sympathisants. “Mon ambition n’est pas de faire une candidature d’accompagnement ou de figuration.   Si nous sommes sûrs d’être dans le tiercé gagnant nous allons nous y lancer.
En attendant, nous n’allons pas faire la politique politicienne, mais nous allons faire une politique de proximité pour adhérer le maximum de Maliens à notre projet qui veut consolider les acquis des deux mandats d’ATT” dit-il.
Hamed Sow a-t-il les moyens de ses ambitions, est-il connu des Maliens, ou n’est -il pas en retard par rapport aux autres candidats ? Par rapport à ces interrogations, il estime que “le Mali est un pays pauvre et les élections ne doivent pas être une occasion d’exhibition des moyens colossaux. Nous allons faire la politique de nos moyens. Notre force est la conviction et l’engagement de nos militants qui ont commencé le travail de terrain il y a longtemps. On ne part pas de rien.
La politique n’est pas être en tout temps à la télé pour dire qu’on est connu, et on peu même être connu sans être populaire. Ces élections sont les plus ouvertes, personne ne sait avec certitude le candidat qui va gagner. Donc, je suis convaincu que je peux être un outsider qui peut venir créer la surprise”.
Mamadou FOFANA

NB - L'auteur de cet article est seul responsable de son contenu.