Hombori, Boni, Douentza, N’Gouna et Konna : Les populations adhèrent massivement au projet de Modibo Sidibé

4

Le mercredi 17 juillet 2013 restera gravé dans les annales du cercle de Hombori. Selon  les populations, c’est la première fois qu’un candidat quitte Bamako pour venir échanger avec elles à Hombori, à part Modibo Keïta aucun président n’est venu à Hombori, explique t-on,  dans ce village. Ce cercle situé à 250 Km de Gao a accueilli dans la liesse  populaire Modibo Sidibé. Cela après avoir animé un grand meeting à Mopti sur le terrain rouge devant le siège de l’alliance franco-malienne. Ce meeting a vu la participation  de plusieurs notabilités, des membres des grandes familles de Mopti.

 

Modibo sidibe homboriNous sommes là parce que vous avez été honnête et correcte avec ATT, depuis le coup d’Etat jusqu’à ce jour vous n’avez jamais trahi notre frère, nous sommes là par reconnaissance pour cet acte hautement patriotique” a déclaré le chef des Bozos Ali Konipo, pour qui Modibo Sidibé a été exemplaire, un cadre valeureux.

 

 

’Il n’a jamais tenu un double langage par rapport à ATT, nous lui serons reconnaissants à jamais’‘ a conclu le chef des bozos. Quant au coordinateur du Fare de Mopti, Dr Youssouf Cissé,  il a salué tout le monde en souhaitant la bienvenue à toute la délégation, selon lui les Mopticiens ne doivent pas se tromper de choix, car Modibo Sidibé a été correcte et fidèle envers  ATT.

 

 

Le meeting a été grandiose avec un accueil triomphal pour le candidat des FARE. Après avoir salué tout le monde, le candidat a expliqué de long en large son projet de société, les volets femmes et jeunes et le développement de la région de Mopti avec des actions en cours.  La création des pôles de croissance économique dans toutes les régions du Mali, avec l’artisanat et  le tourisme, le secteur privé.

 

 

L’emploi des jeunes avec 2 millions de jeunes et 2 millions d’opportunités d’ici 2030 en posant les balises d’une croissance économique. La création des écoles professionnelles dans les communes du Mali, des lycées techniques et professionnels par région, et la méso-finance pour les femmes.

 

 

Avant de terminer son discours,  il a remercié les forces étrangères qui sont venues aider le Mali dans la crise actuelle, surtout les militaires français, la MISMA et la Minusma. ”Le monde entier regarde le Mali et nos élections nous devrons les réussir. Je vous demande à tous d’aller retirer vos cartes NINA et de voter massivement le 28 juillet afin que le monde sache que le Mali peut se relever et peut encore aller beaucoup plus de l’avant. Nous devrons réussir les élections malgré les contraintes, malgré les difficultés “.  Après le meeting le porte à porte, il a rendu visite à tous les notables de Mopti, les grandes familles et les imams.

 

 

 

Le lendemain mercredi 17 juillet 2013, à 5heures du matin la délégation a pris la route de Hombori située à quelques 250 Km de Gao, ici c’est toute la population qui est sortie massivement avec à sa tête les chefs des différentes communautés. Les notables et chefs coutumiers ont été clairs : ‘‘Vous êtes le seul à venir jusqu’à nous ici, nous allons voter pour vous le 28 juillet. Nous vous donnons notre parole et vous voyez l’état de notre cercle, nous ne ferons pas trop de commentaires “, indique le porte-parole des  chefs traditionnels de Hombori. La délégation a fait le tour de la ville de Hombori, avant d’échanger avec les différents  chefs coutumiers ou leurs représentants.

 

 

La sécurité des personnes et de leurs biens, les  vols de bétails, l’eau potable et les infrastructures de base ont été évoquées par les populations. La paix retrouvée selon elles doit être renforcée avec la présence de l’armée pour éviter les vols de bétails.  Modibo Sidibé a présenté quelques aspects de son projet de société ‘‘Mali Horizon 2030’‘, le rôle de l’armée, la sécurité sur l’ensemble du pays et les volets liés à la protection des personnes et de leurs biens ont été bien appréciés par les populations de Hombori, qui ne demandent que la paix.

 

 

En quittant Hombori, Modibo Sidibé a repris sa spécialité le porte à porte dans chaque village, il s’est arrêté pour discuter directement avec les populations de Daar où  se trouve la main de Fatma, en passant par Boni jusqu’à Douentza Modibo Sidibé n’a dépassé aucune localité. Douentza a eu droit à un meeting géant ou les jeunes filles de la ville ont fait une mobilisation remarquable avec des cartes NINA, elles ont promis de faire gagner Modibo Sidibé a Douentza.

 

 

Après Douentza la délégation avant d’arriver à Boré a pris la route de N’Gouma où l’attendaient plus de 18 villages de la zone, ici les peuls parlent au peul. L’accent a été mis sur la sécurité, la route et la lutte contre le vol des bétails. De N’Gouma Modibo Sidibé s’est arrêté encore dans les villages jusqu’à la route. Les peuls de la zone étaient dépassés c’est pourquoi à Boré face à l’affluence Modibo Sidibé a failli ne pas descendre de sa voiture, à Konna c’était la même chose et la dernière étape a été Fatoma.

 

 

Avant qu’il ne mette le cap sur les cercles de Koro, Bankass et Bandiagara les dernières étapes de la campagne dans la région de Mopti, en 3 jours il a visité plus de 123 villages et fractions, plus les 7 chefs lieux de cercle de la région de Mopti, (Mopti, Hombori, Douentza, Koro, Bandigara et Bankass  et Youwarou).

 

 

               Kassim Traoré

PARTAGER

4 COMMENTAIRES

  1. « ici, les peulhs parlent aux peulhs »..et dans quelle langue? en bambara ? ce déraciné ne comprend pas un traitre mot de sa langue, comme tous les acculturés et autres complexés qui ne font aucun effort pour comprendre la langue de leurs ancêtres; si tu veux des voix dans cette région commence par apprendre le fulfulde au lieu de produire un verbiage déplacé an bamanankan,qui ne correspond ni à ton patronyme, ni au milieu que tu visites;

    • Si tu allais plutôt te renseigner ca vaut mieux que de déverser ta bile sur les autres.

      CET ESPACE N EST PAS DIGNE DES PROPOS COMME LE TIEN.

      MODIBO Y SIDIBE

  2. “ici, les peulhs parlent au peulh”..et dans quelle langue, en bambara ? ce déraciné ne comprends pas un taitre mot de sa langue, comme tous les acculturés et autres complexés qui en font aucun effort pour comprendre la langue de leus ancêtres; si tu veux des voix dans cette région commence par apprendre le fulfulde au lieu de produire un verbiage déplacé an bamanan,qui ne correspond ni à ton patronyme, ni au milieu que tu visites;

Comments are closed.