Horizon 2018 : Vers un clash ADEMA – RPM

1

La scène politique malienne entrera en ébullition dans quelques mois à cause de la précampagne pour l’élection du Président de la République prévue l’année prochaine. Déjà, l’ADEMA qui l’un des partis majeurs de la majorité présidentielle a déclaré qu’il présentera son candidat, histoire de ne pas rééditer l’erreur de 2007. Cette décision des ruchers, qui a commencé à faire des grincements de dents au sein du parti présidentiel, annonce le début de la fin d’un partenariat qui a commencé au second tour de la dernière élection présidentielle en 2013.

La politique a des raisons que la raison elle-même ignore, a-t-on coutume de dire. La fin du second et dernier mandat du président Alpha Oumar Konaré a été mouvementé à l’intérieur de l’ADEMA PASJ (à cause du choix du candidat du parti). Une guerre fratricide opposa le président et non moins Premier Ministre d’alors (qualifié de candidat naturel par ses partisans) a un courant à l’intérieur du parti appelé ‘’les rénovateurs’’ qui clamait contre vents et marrées, l’organisation d’élections primaires en vue du choix du candidat du parti. Sous la conduite de Soumaïla Cissé, Soumeylou Boubeye Maïga, Mme Sy Kadiatou Sow et autres, les rénovateurs vont contraindre ‘’ le candidat naturel’’ à la démission. Quelques mois après, le désormais ex président de l’ADEMA PASJ (IBK) et ses partisans vont créer le RPM (Rassemblement Pour le Mali). Et depuis, les relations entre l’ADEMA et son ex croissance ont connu des fortunes diverses malgré que les deux (2) parties partagent la même valeur dans la grande famille de l’International Socialiste. Ila fallu attendre la fin du 1er tour de l’élection présidentielle de 2013 (qui a vu l’élimination du candidat de l’ADEMA Dramane Dembélé) pour voir le 1er acte de rapprochement entre ruchers et tisserands. L’ADEMA décida de soutenir  au second tour IBK. Et depuis cette date, l’ancien parti au pouvoir est logé dans la mouvance présidentielle. Beaucoup d’observateurs de la scène politique s’interrogeaient sur le comportement des abeilles à la prochaine présidentielle. Vont-ils soutenir IBK ou au contraire, présenter un candidat ? Pendant sa traditionnelle cérémonie de vœux ténue avant-hier à son siège à Bamako Coura, l’ADEMA a levé le voile sur ses réelles intentions. Les héritiers du président Alpha Oumar Konaré affirment qu’ils seront dans la course en présentant leur candidat.

L’INEVITABLE CLASH

Cette décision vient couper court aux ambitions de certains barons ruchers qui ambitionnent de faire du président IBK en 2018, le candidat de la coalition de plusieurs partis politiques tractés par le RPM et l’ADEMA. Cette idée de coalition des partis était d’ailleurs soutenue par des tisserands qui voyaient dans cette initiative, une épine de moins pour la candidature de leur champion. Au lieu de renforcer les liens de collaboration et partenariat existant entre les 2 partis, la décision des abeilles contribuera à creuser un profond fossé entre eux.
Il est important de noter que les ministres ADEMA ont participé à tous les gouvernements respectifs du président IBK depuis son arrivée au pouvoir. Aussi, le RPM a soutenu l’ADEMA dans presque toutes les élections législatives partielles. Il y aura moins de surprises si les périodes de précampagne et de campagne seront des occasions d’empoignades entre les 2 grands partis de la mouvance présidentielle. Le clash semble donc inévitable entre l’ancien parti au pouvoir, très fortement implanté à l’intérieur du pays et l’actuel parti au pouvoir qui mettra de gros moyens matériel et financier avec comme objectif la réélection du président IBK.

Lamine Diallo
Source : L’Espion

PARTAGER

1 commentaire

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here