IBK à Banancoro et à Markala : « Aidons ATT à surmonter les épreuves »

2
3

La très confuse situation au nord de notre pays, la crise scolaire, les mauvaises récoltes de la dernière campagne agricole, bref, la précarité. IBK  a passé en revue les problèmes brûlants de l’heure et a appelé ses partisans à ne poser aucun acte visant à déstabiliser le régime en place car, au delà de tout, il s’agit du Mali qui doit être au-dessus de tous, a-t-il réaffirmé.

 

ibrahim Boubacar Keita dit IBK

Le président du Rassemblement pour le Mali (Rpm), candidat déclaré à l’élection présidentielle de 2012, Ibrahim Boubacar Kéita, a promis d’aller à l’assaut du Mali profond pour solliciter soutiens et bénédictions des sages de notre pays. Le samedi dernier, il a été reçu d’abord à Banancoro et ensuite à Markala, dans la région de Ségou. Dans les deux localités, IBK a eu droit à un véritable bain de foule.

A Banancoro, il était attendu par une association dénommée «Association Ben yéssékola», regroupant 27 villages et plusieurs hameaux. Accueilli par une foule nombreuse, surexcitée, IBK a été conduit comme l’exige la tradition locale, sous le mythique «Kalabanan». Selon la tradition, toutes les grandes décisions sous le règne de Da Monzon Diarra, roi de Ségou, étaient prises sur cette place. «C’est ici que, désormais, nous avons décidé de recevoir tous les grands hommes. IBK fait partie des grands hommes du Mali et il méritait d’être reçu ici» a expliqué M. Coulibaly, responsable de l’association.

Prenant la parole, le chef de village a salué cette visite qui, selon lui, restera mémorable pour les populations, avant de rappeler quelques valeurs d’homme d’Etat et de parole du président IBK.

Soumana Coulibaly, chef de village, a exprimé son indéfectible soutien à IBK et ses représentants dans cette localité dont Brahima Coulibaly et son homonyme de même de famille. Nancoma Kéïta, secrétaire politique du Rpm, a rappelé ses liens d’amitié et de fraternité avec les frères Coulibaly et leurs ambitions pour ce village de grande réputation.

Ici, pour la population qui scandait en chœur «IBK, la solution !» c’est l’heure de leur mentor qui a sonné. «Le tisserand a maintenant suffisamment fabriqué d’étoffes pour tous les Maliens et ils en ont pour 10 ans. IBK est prêt pour le Mali de 2012». Propos d’un octogénaire titubant péniblement avec une canne et qui est apparemment resté fidèle à IBK.

Le président s’est ensuite recueilli sur la tombe de Da Monzon Diarra, avant de rejoindre la place publique où s’impatientait une foule nombreuse venue de plus de 30 villages.

Même si IBK lui-même n’arrêtait pas de dire que l’heure est si grave au point qu’il faille se passer des réjouissances. Mais à Banancoro, les masques sont têtus et les musiciens  n’ont d’oreille pour entendre. Ils ont tenu en haleine le public et ont réussi à voler des acclamations d’IBK, tout émerveillé par le spectacle, celui des grands jours à Banancoro. On notait la présence très remarquée de Mme Mamou Bamba, maire de la commune de Pelengana, dans la région de Ségou.

La démonstration de force de Yacouba Traoré

Après Banancoro, la délégation était attendue à Markala où le convoi s’est immobilisé aux environs de 15 heures.

Ici les partis politiques alliés, les associations et clubs de soutien, le Rpm, ont rivalisé de dynamisme pour le soutien à la candidature d’IBK. Particulièrement, les clubs des amis de Yacouba Traoré, un jeune entrepreneur débordant d’énergie, ont marqué cette journée. Ses militants, venus en nombres, avaient pris d’assaut la place publique où un impressionnant accueil populaire fut réservé au candidat. Tout ému, IBK et sa délégation ont péniblement franchi la marrée humaine pour s’installer.

Dans son discours de bienvenue, Aliou Maïga dit Radia, secrétaire général de la sous-section Rpm de Markala, a fait la présentation des activités menées dans le cadre des élections qui se tiendront le 29 avril prochain. Pour lui, le parti se porte bien et les structures de base fonctionnent normalement. En clair, pour M. Maïga, le parti est prêt pour les élections. Mieux, il a signalé de nouvelles adhésions de trois conseillers municipaux dont Adama Togora qui est d’ailleurs intervenu  pour expliquer leur choix de soutenir IBK. «Nous avons décidé en toute indépendance d’aider notre pays à sortir du mauvais pas. Nul n’est dupe, tout le monde sait que le Mali d’aujourd’hui a besoin d’un homme comme IBK. Soutenir cette candidature, c’est faire acte de patriotisme. Notre pays a trop souffert»,  a t- il déclaré sous les ovations nourries du public.

Quant à Bakary Kanté, responsable local des clubs des amis de Yacouba Traoré, il a dépeint la situation catastrophique dans laquelle notre pays s’est embourbé ces dernières années. Egrenant avec délicatesse les problèmes liés à l’insécurité, à l’emploi des jeunes, à la crise alimentaire et la déperdition de la jeunesse, M. Kanté a touché à la fibre sensible du public et de l’invité du jour.

Créé en 2006, le club des amis de Yacouba Traoré, qui n’était que local, c’est-à-dire circonscrite dans sa ville natale, Markala, couvre aujourd’hui presque toute l’étendue du territoire national. Avec plus d’un millier de comités opérationnels, ce mouvement s’est avéré être un véritable instrument électoral au service du candidat IBK.

Le parrain, lui-même, M. Yacouba Traoré, a exhorté ses sympathisants à obtenir du «100%» pour IBK à Markala, le jour du vote.

Il faut rappeler que Yacouba Traoré n’a jamais prétendu à un poste électif et réaffirme son soutien à IBK à cause du passé glorieux, dit-il, de ce dernier. «IBK, un homme de sacrifice. Aucun sacrifice n’est de trop pour lui tant qu’il s’agit du Mali et des Maliens. Ses valeurs d’homme de dignité et d’Etat, font de lui aujourd’hui le seul président capable de redresser notre pays et lui assurer un avenir meilleur».

Yacouba Traoré est devenu, depuis maintenant plusieurs mois, l’un des soutiens sûrs du Rpm à Markala et à l’intérieur du pays, comme l’a reconnu d’ailleurs Radia, secrétaire général du Rpm, Markala.

Prenant la parole, Ibrahim Boubacar Kéita a remercié les populations et les responsables politiques locaux pour la qualité de l’accueil dont il a bénéficié. Actualité oblige, le sujet majeur qu’il aborde partout lors de ses tournées est relatif à la crise du nord. A Markala, il a tenu à saluer les soldats combattants au front qui sont sous les feux lâches des terroristes.

Pour IBK, tous les Maliens doivent rester soudés derrière ATT pour qu’il surmonte cette crise qui constitue une menace certaine pour notre pays et sa démocratie. «Ce n’est plus une question d’homme, il s’agit du Mali, notre pays. C’est méchant de faire de cette situation un fond de commerce politique comme certains l’avaient tenté et continuent de le faire. Une chose est claire, le Mali peut bien tanguer, mais il ne chavirera jamais. Tant que nous sommes là. Aidons donc le président ATT à bien finir son mandat. C’est pourquoi, j’ai dit à tous mes camarades de ne poser aucun acte qui pourra déstabiliser davantage le président » a déclaré IBK.

Interpellé sur les problèmes de l’école malienne, IBK promet de trouver la solution,  une fois élu, comme il l’avait fait avec moins de pouvoir en 1994.

Partout où IBK est passé depuis le début de la précampagne, jusqu’au dernier hameau du Mandé, les populations ont estimé qu’il est le seul capable de gérer ces crises récurrentes qui malmènent le développement du Mali.

A Markala, IBK a reçu des bénédictions des chefs religieux représentés par l’imam Coulibaly. Le weekend prochain, il est attendu à Kayes en principe.

Envoyé spécial

Abdoulaye Niangaly

 

Federation nationale des femmes rurales du Mali

IBK au chevet des femmes de Kamalé et de Sibiribougou

Dans le cadre de la célébration du 8 mars, Journée internationale des femmes, la Fédération nationale des femmes rurales du Mali a porté son choix sur Ibrahim Boubacar Keïta pour parrainer les festivités de la célébration de leur journée. Avant cela, il a rendu visite aux réalisations de ladite fédération à Kamalé dans le Mandé,  puis à Sibiribougou.

 

A l’heure actuelle, quand on parle des politiques emblématiques de notre pays comme IBK, les gens pensent à la politique. Mais, cette fois–ci, il s’agit d’un acte d’encouragement et humanitaire. En effet, choisi pour parrainer les festivités de la Fédération nationale des femmes rurales, IBK a jugé nécessaire de visiter les réalisations faites par celle-ci dans la localité la plus proche. En effet, accompagné de certains de ses proches collaborateurs, IBK s’est rendu à Kamalé,  à une quarantaine de kilomètres de Bamako.

Faut-t-il le rappeler, cette fédération œuvre beaucoup pour l’insertion socio-économique des femmes rurales du pays. Elle intervient notamment dans le domaine de jardinage et de la transformation des produits céréaliers.  Produisant notamment du couscous, du fonio et des jus de nos fruits tels que le pain de singe (zira), le tamarin et la mangue.

Arrivé à Kamalé dans la matinée, après avoir salué les chefs traditionnels dudit village, IBK s’est rendu au jardin de maraîchage des femmes. Curieux, le président du Rpm ne cessait de poser des questions à ces femmes. Il voulait s’imprégner surtout de la façon dont elles travaillent et si elles bénéficiaient de l’appui de techniciens en la matière. Suite à ces questionnements,  Mme Diarra Tata Keïta, présidente des femmes de Kamalé et secrétaire à la communication de la Fédération, lui a fait savoir que non seulement elles bénéficient de l’appui de l’Ohvn, mais aussi qu’elles ont une caisse d’épargne qui leur permet d’emprunter de l’argent. Malgré cela, elles ont signifié à IBK de multitudes problèmes auxquels elles sont confrontées. Il s’agit, entre autres, de la pénurie d’eau et de l’absence de  grillage de protection des espaces de fruits et légumes du jardin.

En réponse, IBK a donné une enveloppe de 500.000FCFA à ces femmes, tout en leur promettant d’augmenter le volume de production, après bon usage de la présente enveloppe.

Rappelons qu’avant d’aller visiter le jardin des femmes, le chef du village, Oumar Keïta dit Koma et son  frère cadet,  Manfa Kéïta, ont affirmé le soutien total de leur village à IBK à l’occasion de la toute prochaine élection présidentielle.

A Sibiribougou où il y a une unité de transformation «Coopérative Djéka Baara» le président du Rpm a été impressionné par le courage et le professionnalisme de ces femmes.  A cette unité, les responsables ont expliqué à IBK qu’elles bénéficient du soutien du FAFPA, surtout en termes de formation. Elles ont aussi demandé à IBK d’être regardant à leur endroit, une fois élu président de la République. Soulignons que cette unité emploie 13 femmes en permanence et produit des boissons à base de nos fruits.

Oumar KONATE

NB - L'auteur de cet article est seul responsable de son contenu.
Trier par :   les plus récents | les plus anciens | les mieux notés
Malidjigui<span class="wpdiscuz-comment-count"><i class="fa fa-commenting"></i> 4038</span>
Membre
Malidjigui 4038
4 années 6 mois plus tôt

IBK a toujours gouverne avec ATT et voici le bilan commun qu’il ne faut pas fui mais le partager.

Rafale<span class="wpdiscuz-comment-count"><i class="fa fa-commenting"></i> 423</span>
Membre
4 années 6 mois plus tôt

Bonne continuation mon président!!j’aurais aimé être comme ce yacouba traoré mais mes maigres moyens ne me le permettent pas !!! ATT a commis des erreurs mais il reste le président du Mali jusqu’à la fin de son mandat et s’il faut retarder les élections pour mater les bandits armés nous attendrons . Mon général lave l’affront de tessalit et rend nous notre fierté de Malien pauvre mais digne et surtout prèt a tous pour le Mali.

wpDiscuz