IBK échange avec ses compatriotes sur la crise du Mali

3
Ouverture du 44è sommet de la CEDEAO à Yamoussoukro en présence de 14 chefs d’Etat.
Ouverture du 44è sommet de la CEDEAO à Yamoussoukro en présence de 14 chefs d’Etat. (Photo APA)

Yamoussoukro – Le président malien, Ibrahim Boubacar Kéita (IBK), a échangé, samedi avec la communauté malienne vivant à Yamoussoukro sur les derniers développements de la crise au Mali, expliquant que “dans l’ensemble, la situation s’est stabilisée, toutefois il y a des poches d’inquiétudes, de petits sursauts, des petits frémissements et de velléités dans le sud libyen”.

Le président IBK a été reçu, en marge du 44ème sommet de la CEDEAO, en grande pompe par la diaspora malienne à Yamoussoukro conduite par le président du haut conseil malien Namory Bakayoko, en présence du président du conseil des maliens de Côte d’Ivoire Abbé Diawara.

 

IBK a demandé aux maliens de rester reconnaissants au peuple de la CEDEAO qui, à l’unisson a été aux côtés du Mali. ”’Cela m’exigeait de venir le dire aujourd’hui devant le sommet des chefs d’Etat. Je l’ai fait” a-t-il dit.

 
Le président malien a également invité ses compatriotes à la convivialité avec leurs frères ivoiriens qui les ont accueillis avec tant de sollicitude, et tant de fraternité, et de se conformer aux lois, coutumes et usages qui sont en vigueur dans leur pays hôte.

 

Source: AIP

Commentaires via Facebook :

PARTAGER

3 COMMENTAIRES

  1. Il faut que IBK sache que même les maliens qui vivent sur les îles galapagos savent bien la situation actuelle du Mali à plus forte raison ceux de côte d’ivoire. Il doit travailler et non parler à chaque qu’il sort du Mali aux maliens pour se justifier.
    Les justifications résident dans les résultats sur le terrain.On est plus dans les campagnes présidentielles où tout est subjectif mais plutôt dans la période du mandat donné où tout doit être concret.

  2. Il faut que IBK sache que même les maliens qui vient sur les îles galapagos savent bien la situation actuelle du Mali à plus forte raison ceux de côte d’ivoire. Il doit travailler et non parler à chaque qu’il sort du Mali aux maliens pour se justifier.
    Les justifications résident dans les résultats sur le terrain.On est plus dans les campagnes présidentielles où tout est subjectif mais plutôt dans la période du mandat donné où tout doit être concret.

  3. IBK ne convainc plus que lui même.
    Il étale de plus en plus sa faiblesse et sa petitesse d’esprit. Le Mali n’est pas sorti d’affaire.

Comments are closed.