« IBK est un Président de circonstances »

98

Selon le plus jeune constitutionnaliste de l’Université des sciences juridiques et politiques de Bamako, l’actuel Président du Mali tire sa légitimé à partir « des questions héritées des évènements de 2012 et de son poste de Premier Ministre et non de sa formation politique ou d’une quelconque coalition électorale ». Je vous rappelle que M. Doumbia a développé une thèse de doctorat en droit sur « L’alternance démocratique au sommet de l’Etat au Mali et au Sénégal depuis l’indépendance », un grade qu’il a obtenu à l’Université de Rouen (France) avec tous les honneurs : « Mention très honorable – Félicitations du jury – Autorisation de publication ». Il nous fournit ses impressions sur l’élection d’IBK en 2013.

L’alternance intervenue en 2013 à la suite de la victoire d’IBK a-t-elle été un accident de l’histoire ou découlait-elle plutôt d’un processus normal et cohérent ?

Pierre Lalumière et André Demichel écrivaient en 1978 : « A titre d’hypothèse, il est possible de soutenir que la loi de l’alternance ne s’applique que durant les périodes de bouleversement politique ou de crise économique et sociale. Une opinion publique profondément divisée fait successivement confiance à l’un et l’autre parti pour trouver une réponse à ses problèmes. L’alternance est alors le reflet du désarroi profond de larges couches de l’électorat, (…) ». L’alternance qu’a connu le Mali à la suite de la présidentielle de 2013 organisée dans un contexte de crise politico-sécuritaire, illustre vivement cette assertion. Dans ce pays, l’alternance a manifesté sa capacité à répondre aux exigences d’une vie politique apaisée et aux contraintes spécifiques d’une situation de crise. Il est important de rappeler qu’avant l’alternance de 2013, le Mali avait basculé d’une crise à une autre en 2012 : rébellion-terrorisme-coup d’État.

Pour sortir de cette crise, l’organisation des élections était la voie la mieux indiquée pour procéder non seulement au changement de l’équipe gouvernementale, mais aussi assurer à la nouvelle équipe, une légitimité pour gouverner.

Dans la perspective de son élection en 2013, la principale force d’IBK a été son bilan passé à la tête du Gouvernement du 04 février 1994 au 21 février 2000, où il succéda à l’époque à deux (2) Premiers Ministres démissionnaires. De tous ceux qui aspiraient à la magistrature suprême lors du scrutin de juillet de 2013, le candidat IBK était celui qui portait le plus la confiance des maliens, pour sortir leur pays dans la plus grave crise de leurs histoires politique et sécuritaire. Et cette confiance, il l’a conquise lorsqu’il assumait les charges de Premier ministre sous Alpha Oumar Konaré. Il faut rappeler à l’époque que le Mali était confronté à des crises sociopolitiques pour lesquelles les Premiers ministres sortants avaient démontré leurs limites. L’AEEM se croyait tout permis et dictait sa loi dans la rue en incendiant les édifices publics. L’UNTM réclamait quant à elle, une hausse de salaires qu’une économie fragile ne pouvait supporter. A cela s’ajoute le banditisme armé touareg qui avait repris au Nord du pays.

Désigné Premier ministre, IBK ne mettra guère de temps à calmer l’agitation sociale. Il procéda immédiatement à l’arrestation des leaders estudiantins qui furent jugés pour troubles à l’ordre public et autres délits. Les mouvements rebelles vont connaître le même sort et les dirigeants syndicaux maîtrisés. C’est par cette méthode musclée que le Premier ministre IBK stabilisera le Mali, lui assurant ainsi une certaine tranquillité au cours de très longues années. C’est ce bon souvenir que les maliens ont gardé d’IBK : un homme d’autorité et intègre qui a le sens élevé de l’État.

Il est important de rappeler que les difficultés qu’éprouvait le régime d’ATT à faire face à la crise politico-sécuritaire au nord du pays en 2012 ont accéléré la chute de ce dernier et permit l’arrivée d’IBK à la magistrature suprême en 2013 après une transition bien réussie et présidée par le professeur Dioncounda Traoré. Les partisans d’ATT dont la Coalition politique n’avait plus la fraîcheur de la légitimité ont perdu les élections face au candidat de la « rupture », M. Ibrahim Boubacar Kéita, soutenu par la Coalition qui a apporté son soutien au coup d’État du 22 mars et une partie importante de la classe politique et de la société civile. Les citoyens maliens dans leur grande majorité ont ainsi vu en IBK, le seul candidat capable de reconquérir à leur pays sa dignité bafouée par ATT et ses partisans. A l’issue d’une élection non contestée en 2013, la Coalition ayant soutenu le régime déchu perdit le pouvoir au détriment de la Coalition qui a apporté son soutien au candidat IBK et à l’armée. La grave crise de 2012 aura alors permit au candidat de la « rupture » d’accéder au pouvoir pour un mandat de cinq (5) ans après plusieurs tentatives restées infructueuses.

A l’analyse, on peut affirmer que l’incapacité du régime d’ATT à apporter une solution à la crise au nord du pays à l’époque très préoccupante, est un élément déclencheur de l’alternance démocratique réalisée au Mali en 2013. De ce qui précède, s’impose une interrogation toute simple : sans la survenance des évènements survenus au nord du Mali suivis de coup d’État en 2012, IBK serait-il Président de la République ? De plus, bien avant le renversement du pouvoir d’ATT, l’environnement politique malien était-il favorable à l’arrivée d’IBK au pouvoir ? Ce coup d’État n’a-t-il pas été un élément déclencheur de l’alternance démocratique en 2013 dans ce pays ? Toutes ces questions ont leurs sens au regard de la situation de crise politico-sécuritaire qu’a vécu ce pays en cette période. De toutes façons, l’élection d’IBK est sans doute le prolongement par les urnes d’une volonté de changement exprimée par les putschistes, les pro-putschistes et le peuple malien tout entier à la suite de la plus grave crise politico-sécuritaire qui a secoué leur pays en 2012. Toute chose qui fait de l’actuel Président du Mali, un Président de circonstances, car sans les événements du Nord et le coup d’Etat de 2012, ce dernier ne serait jamais Président de la République et l’environnement politique du pays ne lui était d’ailleurs pas favorable.

S’il y’a une leçon à tirer de l’alternance de 2013 au Mali, c’est la prééminence de la personnalité du candidat IBK sur celle de son parti. Le RPM du candidat IBK était à l’époque une formation politique affaiblie au cours de la période 2007-2012 sur la scène politique malienne. Ce parti n’était pas territorialement aussi bien implanté que l’ADEMA de Dramane Dembélé et l’URD de Soumaïla Cissé en termes d’élus et de militants aux plans local et national. Dans ces conditions, si le candidat du RPM a pu être porté à la magistrature suprême par le peuple malien, cela est dû notamment en grande partie à la personnalité du candidat IBK et non sur la base d’un programme classique élaboré par sa formation politique. Il tire sa légitimité à partir des événements de 2012 et de son poste de Premier ministre et non de sa formation politique ou d’une quelconque coalition électorale.

 

Par Docteur Fousseyni Doumbia pour Maliweb.net

PARTAGER

98 COMMENTAIRES

  1. IBK n’est pas président de circonstance au sens premier du terme car le peuple aspirait depuis bien longtemps au changement vu les problèmes que le pays que le pays avait. On peut seulement estimer que le coup d’état n’a été qu’un élément accélérateur.

  2. S’il y’a une leçon à tirer de l’alternance de 2013 au Mali, c’est la prééminence de la personnalité du candidat IBK sur celle de son parti ❗ ❗ ❗ ❗ ❗ ❗ ❗ ❗ ❗ ❗
    En effet, de ministre de l’affaire étrangères à premier ministre IBK a démontré plusieurs choses qui ont fait de lui le chef d’état idéal pour le pays bien avant même la crise.
    Raison pour laquelle il a promis être le président de tous les Maliens; ce que je pense lui pose des problèmes de nos jours car des personnes estiment qu’il a trahi sa famille politique au profil des autres pourtant dans le gestion des affaires de l’état; il faut associer toutes personne qui peut apporter un plus à l’édification du pays.

  3. ” L’alternance intervenue en 2013 à la suite de la victoire d’IBK a-t-elle été un accident de l’histoire ou découlait-elle plutôt d’un processus normal et cohérent ? ” 👿 👿 👿 👿 👿
    Je pense que l’élection du président IBK est issu d’un processus normal et cohérent. En effet, le président a été élu avec 77 % des voix de ces concitoyens. On pourrait qualifier cette victoire écrasante comme une plébiscite. Et vous allez pas nous faire croire le contraire.

  4. ” De toutes façons, l’élection d’IBK est sans doute le prolongement par les urnes d’une volonté de changement exprimée ”
    Effectivement, le peuple Malien aspirait à un changement. Parce que se sentant trahir, le peuple a porté son choix sur la personne de IBK pour sortir le pays dans la grave crise qu’il n’a jamais connu par le passé. Et ce choix n’est pas vain parce que IBK reste toujours l’homme de la situation.

  5. Le président IBK était l’homme dont le pays avait besoin. Son élection est la traduction des populations de sortir de la crise et des maux qui minaient les pays. IBK a dit: “Je serai le président de la réconciliation nationale, une réconciliation nécessaire pour répondre aux exigences légitimes de la population : reconstruction de l’État de droit, redressement de l’armée et de l’école, lutte contre la corruption, développement économique et social (…) Je serai le président de la refondation nationale”, a-t-il ajouté.
    C’est pourquoi il place pleins d’espoir en l’accord d’Alger car elle est la prérogative aux actions de son programme de gouvernement.

  6. Pour ma part, mes concitoyens doivent comprendre une chose, c’est que nous venons de loin. Et le président a plus que besoin de nos soutiens pour faire avancer les choses. Car nous lui avons accordé notre choix pour qu’il conduise le navire Mali à bon port. C’est pas du tout facile pour un pays qui revient d’une crise multidimensionnelle et sectorielle de se retrouver très rapidement. Mais avec la volonté de tous, nous y parviendrons.

    • Un president qui ne fait que gonfle le budget de sa presidence et entoure son allentour par des hommes politique. Alors dit moi a quel niveau les choses ont avance?

  7. Pour ma part, je pense que le défi de la paix et de la réconciliation nationale n’est pas la seule affaire du président de la république. A quoi serviraient les efforts du président en faveur de la paix et la réconciliation si nous populations sommes pas préparées à celles-ci ? Donc à mon avis, ce challenge est l’affaire de tous. Le président a dit lors de l’opposition lors de leur présentation des vœux que nous venons de loin. Cela nous interpelle tous pour la reconstruction de la nation.

  8. Contrairement à d’autres opinions avancées concernant la gestion d’IBK , je pense qu’elle est bonne. Certes, beaucoup d’efforts ont été consenti pour le retour de la paix et de la sécurité, mais de nombreux défis nous attendent notamment l’application intégrale de l’accord d’Alger. Et, j’ai foi car les parties signataires ont toujours montré leur bonne volonté pour son application. Je souhaiterais que l’opposition emboîte les pas du président pour une sortie de crise réussie au lieu de toujours s’attaquer à la personne du chef d’Etat.
    QUE 2016 SOIT POUR NOTRE PAYS, L’ANNEE DU RETOUR DE LA PAIX DEFINITIVE ! ❗ ❗ ❗

  9. Je pense que l’arrivée d’IBK au pouvoir est le résultats d’un processus normal car il y avait des personnes qui dès le départ ont vu en lui un bon président pour le pays.
    Aux élections de 2002 il sort en 3ème position avec 21,15% des voix derrière ATT 28,87% et Soumaila cissé 21,44% des voix. C’est à dire que depuis cette période il a commencé à tracer les sillons de sa prise du pouvoir.

  10. Moi, je pense que l’arrivée du président IBK au pouvoir a été très important pour notre pays car il vivait une crise qui l’a plongé dans le gouffre. Mais grâce à son dynamisme et son sens élevé de l’Etat, il a redonné de l’espoir au peuple avec la signature d’un accord de paix. Certes, cet accord peine a rentré dans sa phase de mise en oeuvre, mais force est de reconnaître qu’il est un moyen de restaurer la paix et la réconciliation nationale. Par conséquent, il faut les encouragements et le soutien de tous pour que nous consolidions les acquis et avancions dans sa mise en oeuvre effective. Car le Mali est notre bien commun donc nous avons intérêt à ce qui sombre davantage.

  11. A mon avis, le Mali revient d’une crise militaro-politique qui a fragilisé le tissu social. Pour recoudre ce tissu social, il faut de la part de tout un chacun une volonté ferme car on ne peut avoir la paix et la réconciliation que si nous nous donnions les moyens pour y parvenir. Et cela réside dans notre état d’esprit et l’acceptation de l’autre tel qu’il est sans distinction de race et d’ethnie.

  12. Le président a bien conscience de la situation actuelle de notre pays. C’est d’ailleurs pour cela dès sa prise de pouvoir, il s’est attelé à redonner confiance aux citoyens Maliens que nous sommes en concluant un accord de paix et de réconciliation nationale. Certes, cet accord tarde a rentré dans sa phase active, mais il est une issue indubitable pour le renouveau de notre chère patrie. J’appelle toutes les parties signataires de cet accord et le peuple à œuvrer pour la mise en oeuvre parfaite de cet accord.
    VIVE LA PAIX !
    VIVE LE MALI !

  13. Pour ma part, les présidents passés jusqu’à l’accession du président IBK à la magistrature suprême ont été tous dans une circonstance précise. D’ailleurs, il faut qu’un événement se produit pour qu’un autre ne se produise. C’est pour dire qu’une circonstance détermine toujours un fait. Peu importe la manière dont IBK ait accédé au pouvoir, ce qui importe c’est ce que l’homme peut nous apporter dans la reconstruction du pays détruit par la sale guerre qu’on nous ait imposé. Et je pense que nous devons l’accompagner dans cette mission au lieu de toujours chercher des moyens pour saboter le travail de ce dernier.

  14. L’alternance intervenue en 2013 à la suite de la victoire d’IBK a-t-elle été un accident de l’histoire ou découlait-elle plutôt d’un processus normal et cohérent ? ❓ ❓ ❓ ❓ ❓ ❓ ❓ ❓
    Le plébiscite d’IBK a été le fruit d’un processus tout à fait normal car il avait prouvé qu’on pouvait lui faire confiance et qu’il pouvait bel et bien gérer ce pays comme nous le voulions

  15. Le président de la république ne peut pas forcement être considéré comme un président de circonstance car il avait montré qu’il avait une très bonne vision pour notre pays parce qu’ayant été responsables de plusieurs domaines ce qui accompagnés des évènements cités dans l’article l’ont permis d’accéder à cette fonction .
    Cependant, il ne bénéficie plus depuis un certain moment de l’apport de certains collaborateurs avec lesquels il avait l’ambition de réaliser son ambition pour ce pays pour de simple questions de leadership au niveau du gouvernement. Il est acculé de toute part par des détracteurs prétendant qu’il n’a pas de vision pour le pays. Situation qui je penses à susciter le dernier recadrage gouvernemental afin que les choses puissent bouger pour le bien de la population pour laquelle il a démontré qu’il ne veut que le bonheur. Chose à laquelle nous devons osez y croire, lui laisser du temps et de notre modeste contribution y participer.

  16. A part la rébellion du Nord tout ou presque tous les évènements prédestinait IBK à la présidence de notre pays. Il a démontré qu’il était un homme intègre et charismatique. C’est donc à juste titre que les populations l’ont plébiscité lors des élections passées. Sa gestion à connu pas mal de bas indépendamment de sa volonté mais il doit pouvoir répondre à nos attentes.

  17. La gestion du pouvoir d’IBK a toujours été transparente ; Il a hérité d’un pays gangréné par des maux qui ne favorisent pas l’essor du pays et ces maux sont à tous les niveaux de la société.
    Ce n’est pas à coup de bâtons magiques qu’IBK changera le pays. Il faut avoir un esprit citoyen et républicain pour comprendre cela au lieu de toujours crier au scandale.
    Savons-nous combien de temps ont mis les pays que nous citons en exemple pour se construire?
    Avons-nous les mêmes potentialités économiques? Ouvrons un peu les yeux et laissons IBK travailler car il était, est et demeure l’homme de la situation pour sortir la tête du Mali hors de l’eau.

  18. Moi je crois que nous devons accorder du temps au président IBK car s’il a pu aider à résoudre certaines rivalités à l’ère d’AOK je ne pense pas qu’il ne puisse le faire au moment où lui-même tient les reines du pouvoir. Le président IBK a pris le pouvoir dans les conditions que nous connaissons tous mais 2 ans c’est assez mais dans la résolution des problèmes ça peut paraître insuffisant mais attendons donc l’heure du bilan pour nous prononcer.

  19. Le président IBK a toujours été une personne de confiance et le restera.
    En effet,il a fait ses preuves à tous les différents postes qu’il a eu à occuper et c’est sur cette lancée qu’il continue de travailler étant président de la République…

  20. Les formations politiques et les individus qui penseraient que le président IBK ne serai pas arrivé au pouvoir sans eux doivent maintenant comprendre qu’il doit rein à personne comme lui a l’habitude de le dire.
    Alors,que les choses claires…

  21. Lorsqu’on est un citoyen exemplaire qui a toujours servi son pays avec séreux et dévouement,on ne peut qu’inspirer confiance et c’est le cas du président IBK…

  22. Alors monsieur le journaliste, sachez réellement qu’IBK est un homme de parole digne et responsable car toutes les promesses qu’il a tenu avant d’arriver au pouvoir ont été mise en épreuves pour l’instauration de la paix et la garantie de la souveraineté.

  23. La population Malienne sait réellement que la paix est plus efficace que la lutte contre la corruption, car le pays vivait à une situation très dangereuse, alors le peuple voulait la paix et rien que la paix.
    Le gouvernement d’IBK est très bien organisé.

  24. La population Malienne sait réellement que l’environnement IBK est très pollué, certains d’entre ses proches ont des mauvais en faveurs d’IBK, quel que soit les situations le MAliba d’IBK restera toujours le meilleur.

  25. La paix n’a pas de prix, si le remaniement ministériel peut aider le Mali a retrouvé la paix. IBK et son PM sont prêt pour accepter ce remaniement ministériel.

  26. C’est normal que Modibo Keita reste le PM, il est doté d’une immense sagesse et très compétent dans la gestion du gouvernement.

  27. La question est de savoir pourquoi les journalistes ne font pas exactement leurs travails ?
    La réponse à cette question va nous permettre de connaitre la vérité sur la presse Malienne.

  28. Le gouvernement d’IBK est extraordinaire. Le Mali a connu la paix et le développement grâce à eux.
    La question est de savoir pourquoi les gens critiques IBK et son gouvernement ?
    Le Mali a été sauvée de l’indignation et du chao par IBK.

  29. On reconnait la capacité d’un journaliste à travers ses articles et ces idées qu’il évoque.
    Vous ne dites que des mensonges, alors arrête de dire des bêtises sur l’autorité du pays.
    Les vrais ennemis du pays sont ceux qui critiquent le président et son gouvernement.

  30. La corruption ne date pas d’aujourd’hui, depuis de régime précédant c’est adire celui d’ATT.
    Le régime d’ATT était basé sur la corruption et la mal gouvernance, c’est-à-dire la mauvaise gestion de l’administration et la désorganisation au sein de l’armée, et le détournement du dernier public.
    ATT et son gouvernement ont détourné le dernier public, c’est pourquoi nous confrontons aujourd’hui d’énormes problèmes.

  31. Cet accord qui a été signé aujourd’hui renforce la capacité et garanti l’unité nationale. Le peuple Malien a n’est vraiment conscient, car on est au début de la fin de crise.

  32. La mission confiée au PM c’est de présider le comité de suivi des accords de paix afin de trouver le plus rapidement possible, une solution idoine pour le bien de tous les partis signataires.

  33. Pour la lutte contre la corruption, le président et son équipe dynamique ont procédé à la création de structure adéquate et mandater les magistrats d’agir sans pitié contre ce fléau qui empêche l’envol de notre économie.
    A cela s’ajoute la volonté de la société civile à travers la structure AJCAD qui mène une lutte farouche au coté du gouvernement

  34. Nous avons toujours eu confiance en IBK et nous continuerons d’avoir confiance en lui car les actes qu’il pose prouvent une qu’il est une personne digne de confiance.
    Il ne cesse de se battre pour améliorer les conditions de vie de ses compatriotes.
    Nous pensons qu’il est vraiment l’homme qu’il faut à la tête du Mali.

  35. Le président a acheté des équipements militaires pour nos FAMAS. Dos motos et des véhicules pic up leur ont été offerts pour faciliter leur mobilité et intervenir efficacement contre les terroristes dans leur mouvement

  36. La corruption est l’un des élément que le président s’est donné tous les pouvoirs d’éliminer de notre société. Il avait promis plus de 200.000 emplois à la jeunesse et cela est une réalité car en 2015, nous étions à 81.645 emplois.

  37. IBK mène actuellement une lutte acharnée contre le terrorismes surtout avec la signature de partenariat avec les USA et l’UE pour former les forces de sécurité. A cela il faut ajouter les engins mobiles pour la gendarmerie et la police pour faciliter les patrouilles pédestres.

  38. IBK depuis son accession au pouvoir, il a montré au peuple malien qu’il ne se s’est trompé sur leur choix. Il a permis à notre de pays de retrouver la paix à travers la signature des accords de paix d’Alger et posé des actions de développement dans notre pays

  39. Jeune Doumbia merci de partager ce point de vue avec Nous mais malheureusement certains … J’en passe.
    tres bon article. Bonne continuation et félicitations pour la thèse.

  40. C’est plutôt Maliweb qui n’a pas compris le texte du Docteur au point d’attribuer un titre à la con pour dénigrer le président. Il est à la solde de l’opposition qui lui verse des pots de vin pour ternir l’image de notre président bien aimé

  41. Je suis d’avis avec le docteur, IBK était la personne la lieux placée en 2013 pour conduire la destinée de notre pays.
    Le président ne doit pas son élection à ce parti de politicards qui ne pensent qu’à leur ventre.

  42. Le peuple ne s’est pas trompé sur le choix du président IBK. Il a fait ses preuves à la tête de la primature et donc lui confié la tête du pays a été une belle initiative pour le peuple malien

  43. Fiston, tu aurais mieux fait de garder ton opinion pour toi ou pour d’autres occasion plus “saine”. Car ici, 95% des reations prouvent qu’ils n’ont rien compris dans ce que tu dis. Encore felicitation pour le Doctorat.

    • Merci T. Sankara,
      Malheureusement ca serait long poir en decortiquer et commenter.
      Alors le president de circonstance est a mi-terme avec sa gang. Attendons voir d’ici 2 autres années si effectivement Changement il y aura.

  44. Le statut de constitutionnaliste de ce jeune prof d’université est à discuter car le sujet de sa thèse relève de la science politique et non du droit constitutionnel pur et classique : « L’alternance démocratique au sommet de l’Etat au Mali et au Sénégal depuis l’indépendance ».

  45. J’ai l’impression que beaucoup n’ont pas lu l’article entier de ce jeune constitutionnaliste, ils se sont tous simplement limité au titre ” ibk président de circonstance” le monsieur nous dit que ce n’est nullement son parti mais le passé le passé d’un homme intègre et qui a pu mettre un terme à une crise socio-politique et quoi de plus normal pour ce même peuple de lui faire appel au moment ou le pays vit une autre crise.

  46. Seuls les rois arrivent au pouvoir qu'il pleuve ou qu'il neige, qu'il fait beau ou pas ! Même là il y a une condition : il faut qu'un ROI meurt pour que VIVE LE NOUVEAU ROI ! Donc circonstance encore !

  47. Existe-t-il une autre manière d'arriver au pouvoir sans circonstances "SABABOU" ? Les grands évènements font les grands hommes ! Des centaines de personnes font de la politique, mais c'est quelques-uns qui accèdent au pouvoir grâce aux circonstances du moment : 1) Lutte contre la colonisation : Modibo KEITA ; 2) Crise et coup d'état ont fait de GMT président ! 3) Crise du mouvement démocratique a permis à ATT d'accéder au pouvoir 4) et alors ce n’est pas IBK qui va arriver autrement ? C'est pareil partout dans le monde : OBAMA, Hollande, etc,

  48. Existe-t-il une autre manière d'arriver au pouvoir sans circonstances "SABABOU" ? Les grands évènements font les grands hommes ! Des centaines de personnes font de la politique, mais c'est quelques-uns qui accèdent au pouvoir grâce aux circonstances du moment : 1) Lutte contre la colonisation : Modibo KEITA ; 2) Crise et coup d'état ont fait de GMT président ! 3) Crise du mouvement démocratique a permis à ATT d'accéder au pouvoir 4) et alors ce n’est pas IBK qui va arriver autrement ? C'est pareil partout dans le monde : OBAMA, Hollande, etc,

  49. IBK a pu transformer”ces circonstances” en opportunités -de façon positive-pour pouvoir devenir Président de la République comme tout politicien dans un pays en crise.(cas du Général De Gaulle en France après l’occupation nazie).Il était l’Homme qui rêvait en Président depuis qu’il était PM sous Alpha et n’avait jamais cessé de claironner son ambition d’accéder un jour à Koulouba et n’y a jamais renoncé jusqu’à sa victoire en 2012.C’est cette ambition présidentielle qu’il a pu cultiver et revendiquer sans complexe auprès de l’électorat malien dans son ensemble pour pouvoir gagner à tout prix avec la couverture du RPM.
    A cet effect il faut qu’il soit un bon Président et il faut qu’il réussisse son mandat.Pour cette cause, Il doit être à la hauteur de l’urgence, ait une vision réelle avec un bon programme, canalise les aspirations populaires.
    Malheureusement le côté obscur de la force – du pouvoir-avec cette fâcheuse tendance à faire grincer les dents est la proximité aux pouvoirs de “Ma Famille d’abord” et de cette caste d’affiliés de fortune-des mafieux repentis- qui ne cherchent qu’à manger dans l’assiette présidentielle pour pouvoir remplir leurs poches au détriment des intérêts superieurs du peuple.
    Une merde dans son bas de soie. ❓

  50. Nous n’avons absolument pas besoin de vos conneries en ce moment précis, la population n’a pas besoin d’être plus agitée que cela !!! Donc s’il vous plait, gardez vos remarques pour vous même !!!

  51. Ces journalistes de merde nous portent la poissent à chaque fois, nous ne pouvons jamais être tranquille dans ce pays !!! Tous les maliens cherchent une porte de sortie, pourquoi voulez-vous faire perdre espoir aux gens ?

  52. Ces journalistes de con ne vont jamais nous laisser tranquille dans ce pays, ils sont toujours là à envenimer les situations et à dire du n’importe quoi !!!

  53. Je ne comprends vraiment pas les journalistes maliens, pourquoi s’acharnent autant sur le président de la république et son gouvernement, ils ne vous ont absolument rien fait !!!

  54. Les journalistes maliens ne se lasseront jamais de vouloir créer une sorte de tension entre le gouvernement et la population tous les jours !!! Ce qui m’étonne le plus, est qu’ils font cela sans raison valable !!!

  55. Nous n’avons que faire de vos diffamations dans ce pays, vous nous la cassez les oreilles chaque jour que DIEU fait !!! Nous en avons marre d’écouter vos conneries tous les jours !!!

  56. Ces journalistes sont un vrai tas de merdes dans ce pays, des journalistes qui ne sont même pas capable de nous donner de bonnes informations en temps réel, ils ne savent que dire du mal du régime et de son entourage !!!

  57. Un homme est celui qui se reconnait à travers ses actes et son comportement. L’actuel président de la république du Mali, qui est venu au pouvoir en période de crise, a bénéficié de la soutien et de la confiance des citoyens. Cela parce qu’il avait déjà occupé certains poste qu’il a pu bien gérer.

  58. Nous avons cru en lui, plus de 77% des maliens l’ont choisi pour leur sortir de la merde dans laquelle ils étaient plongé depuis plus de 20ans, il l’a fait !!! Nous le voulions pour mettre le pays sur la bonne voie de développement, il est en train de mettre en place une solide base de développement pour notre pays, de quoi avons besoin encore !!!

  59. Peu importe qu’Ibrahim Boubacar Keïta soit un président de circonstance ou autre. La seule chose qui nous intéresse est le résultat qu’on attend de lui.

  60. Je me demande comment est-ce qu’on peut en vouloir jusqu’à ce point à quelqu’un qui fait tout ce travail pour le MALI et les maliens, quelqu’un qui se donne corps et âme pour le développement de notre pays ? A ce que je vois c’est de la pure méchanceté !!!

  61. Ibrahim Boubacar Keïta a donné l’impression aux maliens de faire mieux que ses successeurs à travers ses actes patriotiques. Il s’agit de la signature d’un compromis de paix, de la loi de programmation militaire, de l’institution du poste de chef de file de l’opposition politiques, des 15552 logements sociaux de N’Tbacoro, des 16000 emplois créés, de la première place qu’a occupée notre aéroport dans l’Afrique de l’Ouest, des commandes des aéronefs, j’en passe. Cela pendant deux ans de crise multidimensionnelle. Il est, certes, un président de circonstance mais cela ne lui a empêché de faire de sa gestion un exemplaire.

  62. IBK est celui dont le MALI avait besoin pour se relancer économiquement, sur la scène internationale, pour entamer un procédure de développement durable, pour permettre au MALI de préserver son intégrité territoriale et de faire régner la paix et la sécurité dans notre pays !!! Et il est en train d’accomplir ces différentes tâches à merveille !!!

  63. A moins de deux ans, Ibrahim Boubacar Keïta a fait un bon bilan. La signature de l’accord d’Alger ; la relance de l’économie avec un budget de 1000 milliard d’ici 2016 sans dettes ; les 1552 logements de N’Tabacoro,… IBK avait promis de trouver une solution à la crise et c’est ce qu’il a fait. LE fait qu’il soit un président de circonstance ne lui ait pas empêcher de faire la fierté des maliens dans sa gestion.

  64. Tous les maliens, presque, se glorifient actuellement de la gouvernance d’Ibrahim Boubacar Keïta. Certains disent même qu’à part le régime socialiste de Modibo Keïta, le régime actuel n’est pas à comparer aux autres régimes. Je ne contredis pas le fait qu’il soit un président de circonstance. Mais je suis convaincu aussi qu’il a eu à donner de son mieux.

  65. La popularité du Mali d’abord s’agrandit chaque jour que Dieu fait. Malgré les circonstances dans lesquelles il est entré en fonction. C’est en 2013 que fussent les élections présidentielles au Mali. Comme le dit un proverbe : c’est dans la difficulté qu’on reconnait les capacités et les talents d’une personne. IBK a montré les siens. Son régime est celui de circonstance qu’on ne peut pas trop en vouloir.

  66. J’invite tous mes compatriotes à ne pas tirer le diable par la queue. Ibrahim Boubacar Keïta n’est qu’à deux ans et quelques mois de son quinquennat. Pour pouvoir jauger son travail il faut au moins qu’il achève son premier mandat de 5 ans. Aucun politicien ne peut faire au-delà de ce qu’a fait IBK, même Barack Obama. Le pays était secoué par la rébellion quand IBK venait au pouvoir. 😆 😆

  67. Toute chose prouve que l’actuel régime est celui de circonstance. Le président de la république qui est, aux yeux des maliens qui connaissent l’histoire de cette nation, un homme intègre, digne et loyal. Cela à cause de la performance qu’il a montré quand il occupait les postes de premier ministre et président de l’Assemblée nationale.

  68. Le régime d’Ibrahim Boubacar Keïta est issu du coup d’Etat de mars 2012 suite à l’incapacité du régime d’Amadou Toumani Touré à faire face aux rebelles touareg du septentrion qui a fait une montée vers les autres régions du nord.

  69. Tout à fait juste, Ibrahim Boubacar Keïta est un président de circonstance. Parce que c’est après les évènement de la montée des groupes rebelles et du coup d’État de 2012 que les maliens ont vu en lui l’homme qui pouvait et peut (encore) sortir le pays de la calamité qu’il connait. C’est cela qui fait de lui ce que le jeune constitutionnaliste malien pense, un président de circonstance. 😈 😈 😉 😉 😉

  70. Lors des élections présidentielles précédentes, Ibrahim Boubacar Keïta était le candidat idéal pour faire sortir notre pays de la crise politico-sécuritaire qu'elle connaissait à l'époque et qu'elle connait jusqu'aujourd'hui. Mais il ne tardera pas à y mettre un terme.

  71. Lors des élections présidentielles précédentes, Ibrahim Boubacar Keïta était le candidat idéal pour faire sortir notre pays de la crise politico-sécuritaire qu'elle connaissait à l'époque et qu'elle connait jusqu'aujourd'hui. Mais il ne tardera pas à y mettre un terme.

  72. La gouvernance actuelle est jusqu’à présent est bonne, le problème est que la vision de plusieurs personnes se limitent juste à aujourd’hui. Pour tirer conclusion des 2 ans et quelque mois du président passé à la magistrature suprême, on doit d’abord prendre en compte l’état actuel dont il trouva le pays et aussi des difficultés en général dans le pays.

  73. Je pense que la population doit prendre son mal en patience. Le pays revient d’une crise multidimensionnelle très ardant qui a véritablement ruiné le pays tout entière. Sur le plan économique, éducatif, politico-sécuritaire, surtout la crise du septentrion et tant d’autre le pays est au bord du chaos. Comme on le dit si bien et deux temps trois mouvements IBK ne pourra ne redresser le pays même en 10 ans, il faut un large et maximum de temps pour régler tous ces problèmes.

  74. Moi je pense que si les régimes passés avaient débuté comme IBK le fait le Mali ne sera pas dans cette face déplorable. Les régimes passés sont aussi très coupable de tous les problèmes qui existent. On ne doit pas accuser le régime au pouvoir mais plutôt les aidés à mieux dirigé le pays car notre devenir aussi y dépend bien sûr.

  75. Le travail dont le président IBK est en train d’accomplir est très salutaire et il n’est pas aussi évident qu’il arrive a accompli tout cela. Vue la crise multidimensionnelle et existentielle dont travers le pays IBK arrive par plusieurs efforts et sacrifice à relever le défi. On ne doit pas critiquer le régime au pouvoir mais plutôt mais plutôt le soutenir.

  76. . Mais au-delà des mots IBK a prouvé réalisé plusieurs œuvres. Il a amélioré plusieurs secteurs notamment l’augmentation des salaires, le classement des cadres et l’adoption d’un budget pour les armements et équipements des militaires qui étaient déposés à l’assemblée nationale depuis 2002 sans être adopté lors des régimes précédents et aussi le changement des conditions de vie des forces armées maliennes.

  77. Tous les problèmes persistent aujourd’hui sont provienne de la mauvaise gérance des régimes passés. Le régime d’ATT et celui d’AOK a plongé le pays dans une crise sans antécédent. IBK n’est pas le fautif comme tente de le faire croire plusieurs détracteurs, il est l’homme de la situation, le choix du peuple malien.

  78. Oui IBK a gagné son pari d’une manière général. Malgré, qu’il ait hérité d’un pays qui persiste depuis fort longtemps dans une crise multidimensionnelle, il n’était très évident qu’IBK en résulte, ainsi. Sa gouvernance est salutaire car il est actif dans plusieurs domaines.

  79. Depuis l’arrivée d’IBK, il est en train de redresser lentement mais surement toutes secteurs Etatiques. Le pays malgré, la crise multidimensionnelle, il a su repartie sur de nouvelle base. L’économie, l’agriculture, l’éducation, la mine, la sécurité et tant d’autre domaine commence à se rétablir durablement.

  80. Certes, plusieurs choses se sont passées lors des 2 ans d’IBK. La population lui accord toujours sa confiance et lui offre son soutient permanent, car nous savions qu’il est la solution et le seul actuellement dans le milieu politique malien. Les autres politiciens à la tête du pays seront plus catastrophiques d’IBK, je suis sûr de cela.

  81. Voilà moins de 3 ans qu’IBK est au pouvoir et qu’on l’accuse d’inefficacité, ce n’est pas raisonnable. IBK est élu pour 5 ans et il très est tôt de tirer toute conclusion possible. Il faudra plus l’encourager, c’est la meilleure solution, l’avenir du Mali repose entre ses mains. Les critiques illogiques sont forcément insensés.

  82. En tant que citoyen lambda, laissez-moi vous dire une chose chers compatriotes, personne n’est détenteur de son destin. En venant au pouvoir ce monsieur a tenu plusieurs promesses, parmi celles-ci, il y’en a qui ont déjà vus le jour. Nous savons tous que notre pays fut aussi basculer par le coup d’Etat du 22 mars nous a mis dans un contexte embrassant.

  83. C’est vrai que le Mali a traversé des moments difficile ces derniers temps. Mais, cela ne veut pas dire qu’on doit s’en prendre à tous les individus des institutions de l’Etat. J’ignore ce que ces deux ministres ont fait, mais souvent les choses peuvent être mal interprétées. 😳 😳 😳 😳 😳 😆 😆 😆 😆 😆

  84. 😉 😉 😉 😉 😉 Si IBK décide d’être le seul maître à bord, alors ne vous fatiguez pas à le critiquer, car tout ce qui va arriver à ce pays sous son régime. Il sera tenu coupable de cela et sera juger après son mandat.

  85. Il faut comprendre que le régime IBK a trouvé le pays dans cette période difficile, comme nous ne le savons tous. Par contre, la situation de notre pays ne peut uniquement être considérée comme sa faute même s’ils ont aussi commis des failles.

  86. Soyons reconnaissant envers nos dirigeants, quoi qu’il en soit ils ont aussi travaillé. Nous ne pouvons pas dire le contraire, en croisant les bras. Peut-être que la situation de notre pays allait s’empiré plus d’avantage.

  87. Rappelez-vous chers maliens, le Mali est à nous tous, et non au chef de l’Etat et son gouvernement. De ce fait, il est normal que nous unissions nos forces pour la sauvegarde de notre pays. Certes, nos dirigeants jouent leurs rôles, mais à nous aussi de contribuer à la reconstruction de notre pays.

  88. Le Bateau Mali peut beau tanguer mais ne chavira jamais, le président IBK et son gouvernement sont à pied d’œuvre. Ayons juste le courage de se patienter et attendre la fin du quinquennat d’IBK enfin de le juger.

  89. Général Sanogo, je vous conseille de bien profiter de l’argent que IBK vous inonde royalement afin que vous occuper sans discontinu le Maliweb, de dire tout ce qui se passe dans votre cerveau de despotisme…
    Qui vivra verra !
    C’est IBK qui a financé les troubles studiants et Syndicats de 1994, c’est encore IBK qui pactiser avec les islamistes, enfin c’est aussi IBK qui a soutenu le putschistes est….

    • Goundo, qui vous dit que le President IBK m’envoie de l’argent! Pour votre information, je n’ai ni rencontre’ ni parle’ directement ou indirectement au President!!!! I AM A FREE THINKER!!!! Je donne des maux de tete a’ plusieurs personnes parce que je n’accepte jamais d’etre achete’!!!! Je te surprendrai en te disant que parmi les presidents maliens vivants, je me sents plutot proche de GMT pour sa tres grande honnetete et son… HAMALLISME! Le grand pere de mes enfants a dirige’ un corps ame’ sous Moussa.
      ATT vient en deuxieme position parce que j’aime son cote’ HUMAIN et il est intelligent. Ai-je oublie’ de souligner que la mere de mes enfants se considere comme une fille d’ATT (mes, amis si votre epouse est une SORASSIDEN TIGNENE’ BOGOBOGO, I FEEL YOUR PAIN. (RIRE)!!!
      Alpha occupe la troisieme position parce que je retrouve plusieurs de mes propres carateres dans ce Mr. IL EST TRES INTELLECTUEL, TRES INTELLIGENT ET IL PEUT SURTOUT ETRE CYNIQUE QUAND IL LE FAUT!!!! IL A FAIT DU BON BOULOT A’ LA TETE DE L’UA
      Goundo, IBK vient en quatrieme position. Je partage le cote’ emotionnel qu’il a!!!!! IL EST TRES BON AVEC L’ARGENT DES AUTRES!!!! SI VOUS ANALYSEZ CORRECTEMENT IBK, VOUS CONSTATEREZ KO ADOUSSOU KAGNI!!!! COMME TOUS LES KEITA (A’ PART MODIBO QUI EST EN REALITE’ UN… COULIBALY (rire); LES MANINKA SONT DES… MANINKA. IBK EST BIEN. SES QUELQUES ERREURS QUE NOUS POUVONS CONSTATER ICI ET LA’, VIENNENT DES AUTRES QUI LE POUSSENT A’ LES COMMETTRE. IL LES COMMET SANS S’EN RENDRE COMPTE. Il a un cote’ dictateur qui est probablement bon sous nos cieux. Il faut seulement limiter cette dictature! Nos gens n’ont pas compris la democratie. PLUSIEURS FAUX INTELLECTUELS ET FAUX POLITICIENS DE CHEZ NOUS, DISENT MERDE A’ LA DEMOCRATIE MAIS ILS TIENNENT A’ L’UTILISER POUR AVOIR LE POUVOIR ET L’ARGENT AND NOTHING ELSE!
      To make a long story short, AUJOURD’HUI, IBK EST LA MEILLEURE PERSONNE POUR DIRIGER LE MALI!!!!! CELLES ET CEUX QUI S’ACHARNENT CONTRE SA PERSONNE, ONT D’AUTRES AGENDAS QUI N’ONT RIEN A’ VOIR AVEC LA PAIX, LA STABILITE’, LA SECURITE’ ET LE DEVELOPPEMENT AU MALI!!!!
      Goundo-jolie, je sais qui tu es!!!!!! JE DIRAI A’ LA COUSINE DE TON EPOUX DE REGLER TES COMPTES!!!!! RIRE!!!!!

  90. Doumbia, je suis tres surpris de constater que vous n’evoquez nulle part dans cet article qu’IBK ETAIT AUSSI LE PRESIDENT DE L’ADEMA!!!!!
    IL ETAIT TRES BIEN PREPARE’ POUR LE BOULOT!!!! IL ETAIT LE SUCCESSEUR NATUREL D’ALPHA OUMAR KONARE’ MALHEUREUSEMENT IL A ETE’ VICTIME DU TRAHISON DE LA PART DE SES AMIS DE L’ADEMA. C’EST AINSI QU’IL FUT CHASSE’ DE SON POSTE DE PM ET DE PRESIDENT DE L’ADEMA!!!
    IBK N’AVAIT RIEN A’ VOIR AVEC LE COUP D’ETAT!!!! LES JEUNES MILITAIRES NE SAVAIENT MEME PAS QUE LA MUTINERIE ALLAIT SE TRANSFORMER EN UN COUP D’ETAT. L’EVENEMENT A EU LIEU, IL FALLAIT AVOIR UN HOMME OU UNE FEMME CREDIBLE POUR NOUS FAIRE SORTIR DE L’IMPASSE! Nous avons pense’ a’ IBK et le peuple malien lui a confie’ la lourde mission! Aujourd’hui, nous pouvons dire que le temps est entrain de nous donner raison! LES DIFFICULTE’S DE LA PREMIERE ANNE’E DU MANDAT SONT CAUSE’ES PAR L’INEXPERIENCE DE LA JEUNE EQUIPE (TATAM/MARA) ET DE QUELQUES VIEUX CAIMANS POLITIQUES QUI ETAIENT DETERMINE’S A’ AFFAIBLIR LE PRESIDENT POUR PRENDRE LE POUVOIR!!!! LE CHOIX PRESIDENTIEL DE MODIBO KEITA COMME PM, A REMIS LES CHOSES SUR LA BONNE VOIE!!!!!

Comments are closed.