IBK : Du plébiscite à la déception

87
Retour d'ATT- Transhumance vers la majorité présidentielle
IBK (photo archives)

Il était une fois, les Maliens ont amèrement regretté d’avoir, dans leur majorité, porté le choix sur un homme, qui, à leurs yeux, était l’homme de la situation. A savoir recouvrer l’entièreté du territoire du pays, gérer la crise dans le septentrion malien, recoudre le  tissu social mis en mal depuis janvier 2012, redonner l’espoir aux Maliens avec à la clé une lutte implacable contre la corruption, le détournement de deniers publics et le chômage des jeunes. Avec cet homme « providentiel », le Mali devrait retrouver son HONNEUR et les Maliens le « BONHEUR », d’où le slogan choc de campagne « LE MALI D’ABORD ». Mais, l’espoir s’est envolé et les Maliens « se mordent le doigt » d’avoir fait, inconsciemment, le mauvais choix. IBK dispose-t-il encore du temps et des ressources pour se rattraper ?

Sur la base de son patriotisme (nul ne doute de cela) et en foi en son « kankélétiguiya » (le respect de la parole donnée), les Maliens ont cru en lui, et lui ont gratifié de la légitimité nécessaire pour conduire les affaires du pays et le sortir du gouffre.

Il est vrai, reconnaissons-le, que la tâche est loin d’être facile. L’homme hérite d’un Etat presque en lambeau occasionné par un coup d’Etat des plus débiles de l’histoire de notre pays et l’occupation d’un tiers du territoire par les djihadistes et autres indépendantistes touarègues. Sans compter la suspension de la coopération avec nombre de nos partenaires, et pas des moindres. Avec comme conséquence, une  situation économique et financière nationale moribonde.

Et justement, c’est pour toutes ces raisons que les Maliens avaient fondé tout leur espoir en lui pour relever les défis. Ils ont cru en lui, en sa capacité, en son expérience dans la gestion de l’Etat, en son sens élevé de l’Etat, en ses relations, en son génie de  management, en son amour pour son pays, et son empathie pour les Maliens.

Cet homme, en qui les Maliens ont porté leur choix, il s’appelait Ibrahim Boubacar Kéïta, alias IBK.  A l’épreuve de l’exercice du pouvoir, plus de deux ans durant, le peuple malien de juillet et d’Août 2013, ne reconnait plus son homme, ni dans ses vertus d’homme d’Etat qu’il incarnait, ni dans celles d’homme de rigueur et de poigne.

S’il a réussi, en deux temps, à signer l’accord pour la paix et la réconciliation issu du processus d’Alger entre le Gouvernement du Mali et la Plateforme, et ensuite avec  la CMA, il peine pour  sa mise en œuvre, d’où le statuquo quant au retour de Kidal dans le giron de l’Etat malien. Avec comme conséquence la recrudescence, par endroits du pays, des attaques terroristes meurtrières.

S’agissant de la gouvernance, elle  bât des ailes. Les scandales financiers à répétition (achat d’avion et d’armements, « engrais frelatés », passation douteuse de marché de 1000 tracteurs, etc. etc.) en sont la preuve éloquente.  L’instabilité politique est monnaie courante. En deux ans de pouvoir, trois premiers ministres et au moins  cinq gouvernements. Et c’est sûr que ce n’est pas fini. Que se passe-t-il ? IBK, premier ministre d’alors, avait l’un des meilleurs gouvernements qui ont pu mettre en œuvre, avec bien entendu de fortunes diverses, le projet de société du Président Konaré. Aujourd’hui, président de la République, la mayonnaise peine à prendre. Cependant, ce ne sont pas les cadres compétents et vertueux qui manquent.

Quel espoir pour les Maliens !

Fort heureusement que la diplomatie s’active, comme elle peut. Et aussi, celle discrète est à la manœuvre.  L’organisation, à Bamako, en janvier 2017, du sommet France-Afrique ; les visites très symboliques, en l’espace d’une semaine,  du président Allemand Joachim Gauck (14 et 15 février) et du Premier ministre français Manuel Valls (18 et 19 février 2016) sont assez encourageantes. Sans compter, la visite au Mali, la semaine dernière, des membres  du conseil de sécurité des Nations Unies venus s’enquérir de l’évolution de la situation globale du pays.

Au lot des espoirs permis,  les dernières négociations qui semblent porter leurs fruits  dans l’affaire de Kidal. A savoir, l’organisation, dans l’Adrar des Iforas,  du  forum de Kidal prévu vers fin mars.  Ce qui signerait le retour plus ou moins rassurant des ex-groupes armés dans le processus de la paix et leur volonté de combattre le terrorisme.

L’autre espoir permis est la reprise de la coopération bi et multilatérale avec les  partenaires  qui comptent. Et le retour prometteur des investisseurs. Sans compter la confiance qui se consolide avec la communauté internationale. La visite d’Etat du Président de la République à Paris.  Enfin la reforme en cours de nos forces de défense et de sécurité.

S’il n’est jamais trop tard, il est plutôt urgent pour le président IBK, avant la fin de son mandat, de redonner espoir aux Maliens, en améliorant la gouvernance et à être intraitable avec la gabegie, la corruption, en créant  de l’emploi pour les jeunes. Seul gage pour lui de mériter d’écrire son nom en lettres d’or dans les annales du pays. Qu’on dise et écrive un jour, à l’image de Modibo Kéïta, d’Alpha Oumar Konaré, d’Amadou Toumani Touré, il était une fois, IBK.

ALS

PARTAGER

87 COMMENTAIRES

  1. 🙁 🙁 🙁 🙁 🙁 🙁 🙁 🙁
    Ce n’est pas avec la grande gueule … ni l’argent vole du cambriolage des soldats rates et des mafiosi… qu’on peut se fabrique des qualites… :chuckle: :chuckle: :chuckle: :chuckle: :chuckle: :chuckle: :chuckle: :chuckle: :chuckle:

    ZON BRIN … ET LES FOUS QUI ONT VOTE POUR CE VIEUX SANS INTEGRITE … L’APPRENDRONS A LEUR DEPENDS…. 😥 😥 😥 😥 😥 😥 😥 😥 😥 😥 😥

    Moussa Ag,… Un grand salut aux pintades de passages… ESPECE DE VAURIENS SANS DIGNITE… !!!!!!! :pintade: :pintade: :pintade: :pintade: :pintade: :pintade: :pintade: :pintade:

    • 😆 😆 😆 😆 😆 😆 😆 😆 😆 , kopin Soldat Rate je crois qu’il y a au moins un peu compris en preferant se taire et d’ajouter beaucoup, beaucoup et beaucoup d’eau dans son vin avant de parler 😆 😆 😆 .
      Tout compte il fait petit a petit en pas de cameleon de quoi cas meme. Mais tres, tres et tres loin d’etre les attentes du peuple malien.
      Actuellement Nous entamons la periode des grandes chaleurs et les delestages sont de retour plus que jamais. Et pourtant les milliards disparaissent toujours et pour Toujours.
      :hangman: :hangman: :hangman: Pauvre Maliba 😥 😥 😥 .
      A quand le Grand Changement et le Grand Nettoyage 😕 😕 😕 .
      :223: :223: :223:

  2. De compromission en compromission, ATT a compromis l'avenir de tous les maliens, IBK devrait-il suivre le même chemin? Quand on reconnait l'intégrité territoriale, la laïcité, l'hymne et le drapeau du Mali, on est alors citoyen malien et l'on ne peut rien exiger sans avoir accompli son devoir. Donc les ex rebelles doivent se repentir demander pardon au Peuple malien dont ils sont issus et s'engager dans un processus de developpment de tous les jours comme le paysan senoufo de sikasso ou le bobo de mandiakwé, c'est aussi simple que cela. Lorsque cela n'est pas, rien de durable n'est accompli, dites plutôt que vous protègez votre pouvoir et non le peuple. A bon entendeur Salut!
    Reflexion: Pourquoi les sonrai et les touareg ne se marient pas entre eux? Pourquoi les peuls, les bozos ne marient pas les touaregs, les maures?
    Ils habitent tous la même aire géographique et devraient partager les mêmes coutumes. Se serait-il le cas? Donnez des cas d'exemples connus et réussis à ce jour.
    L'on peut connaitre de l'extérieur la monographie d'une aire mais connaitre de l'extérieur la cosmogonie des ethnies parait impossible, maliens reflechissez, historiens à vous de décortiquer, blancs connaisseurs de tout , à vos livres de mensonges remplis de "selon tels expéditeurs, selon telle légende". Intérrogez s'il vous plait les sonrai, les bozos, les tamasheq, les bellah, les peuls et les touaregs, posez ces genres de questions et vous aurez les réponses à l'arrogance de chacune des ethnies que composent le nord. ne travaillez pas, ne reflechissez pa à leur place, incluez tout le monde et posez les vrais questions. Il faut que le touareg comprenne que le temps des raps ( Vème siècle) est revolu, que le sonrai sache que l'ère de la magie noire a revolu, que le peul oublie les batailles victorieuses qui faisaient sa legende et que le Bozo sache qu'il n'y a plus de gros poissons et d'hippopotames et caimans sur lesquels il peut s'essayer et que le Bellah rentre dans le cadre de l'automatisation, de l'indépendance et oublie ses années de servitude et s'accomplir finalement. Ainsi dès que cette vérité sera éclaté et publié, l'orgueil tombera et enfin les coeurs et les esprits pourront s'entendre.
    A la prochaine chers lecteurs

  3. Le Mali n’a pas eu un président plus déterminé, plus responsable, plus optimiste, plus disponible et dévoué qu’Ibrahim Boubacar KeÏta, même dans l’avenir il sera difficile d’en trouver comme lui. Par toutes ses potentialités, son n’expérience et son bon sens de patriotisme, il est au four et au moulin. Il se donne corps et âme pour ressortir notre patrie de cette crise existentielle et multidimensionnelle

  4. IBK est l’homme de situation, l’homme qui faut à la place qu’il faut. Il est à féliciter de sa bonne gouvernance, tous les maliens doivent soutenir et garder une grande confiance en lui. J’invite la population malienne à d’avantage soutenir IBK dans sa bonne politique de gouvernance.

  5. Comme on le dit si bien la population malienne est une population qui veut tout et en même temps. Cela n’est raisonnable. IBK étant l’homme de la situation et même par miracle, il ne pourra pas totalement redresser le pays à mi-mandat. La population doit commencer par soutenir tous les actions gouvernementales car c’est ensemble que nous vaincrons comme IBK l’a toujours dit.

  6. Je ne me lasserai jamais de le dire et redire haut et fort, IBK a hérité d’un pays à bout de souffle que ce soit économiquement, politiquement et tant d’autre. Les prédécesseurs d’IBK ont mal géré le pays, leurs modes de gouvernance étaient à la pointe de la corruption, de l’impunité. Evidement le pays a fini par sombrer dans une crise sans antécédent. IBK n’est pas le fautif mais il est élu pour trouver une suite favorable aux maux de notre patrie.

  7. Quel que soit les propos sataniques des détracteurs, IBK reste toujours vérace puisque par ses compétences, il demeure toujours l’homme de la situation. L’homme qui vaut à la place qu’il faut. Il a seulement besoin du soutien de la population qui l’a élu avec plus 78% de voix, ainsi ensemble nous pourrons sortie notre pays de cette crise existentielle. Le président n’est pas le seul malgré qu’il soit le chef de l’Etat, toute les souches de la société sans exception ont leurs mots à dans reconstruction du pays.

  8. Depuis bien n’avant même l’investiture d’IBK tous les maliens savaient que c’était lui qui pouvait sortie le Mali de cette crise multidimensionnelle. Depuis lors IBK reste de bonne foi dans la gouvernance du pays car malgré les prévus et les imprévus il arrive lentement mais surement à redresser le Mali.

  9. Oui IBK a gagné son pari d’une manière général. Malgré, qu’il ait hérité d’un pays qui persiste depuis fort longtemps dans une crise multidimensionnelle, il n’était très évident qu’IBK en résulte, ainsi. Sa gouvernance est salutaire car il est actif dans plusieurs domaines.

  10. Il a réussi à signer et à mettre fin aux hostilités du Nord. Merci infiniment IBK.
    A ce qui concerne l’économie tout commence a rentre dans l’ordre. Il est en train de bannir du pays, les fraudes et la corruption.

  11. Depuis l’arrivée d’IBK, il est en train de redresser lentement mais surement toutes secteurs Etatiques. Le pays malgré, la crise multidimensionnelle, il a su repartie sur de nouvelle base. L’économie, l’agriculture, l’éducation, la mine, la sécurité et tant d’autre domaine commence à se rétablir durablement.

  12. Certes, plusieurs choses se sont passées lors du mi-mandat du régime d’IBK. La population lui accord toujours sa confiance et lui offre son soutient permanant, car nous savions qu’il est la solution et le seul actuellement dans le milieu politique malien. Les autres politiciens à la tête du pays seront plus catastrophiques d’IBK, je suis sûr de cela.

  13. vIBK est un homme de parole. Il est en train de réaliser le rêve du peuple.
    Le gouvernement d’IBK a été extraordinaire. Car le Mali a connu son développement grâce au régime d’IBK.

  14. En essayant de faire la comparaison entre le régime précédant à celui du régime actuel, on se rendu compte que celui d’IBK est le meilleur.

  15. Cher président,ne vous attardez pas sur les détails de ces journalistes véreux.
    Le peuple malien est conscient de ce que vous faites pour lui et il vous dit merci.

  16. Avant d’accéder au pouvoir IBK, le pays était dans le chao, c’est à dire dans un désordre total. L’armée et la mauvaise gestion de l’administration était mal géré.

  17. Le président IBK travaille déjà pour que le Mali sorte de sa léthargie
    La seule chose dont il a besoin en ce moment c’est le soutien de nous tous car le Mali à en ce moment besoin de tout le monde pour connaitre son véritable essor.

  18. Voilà moins de 3 ans qu’IBK est au pouvoir et qu’on l’accuse d’inefficacité, ce n’est pas raisonnable. IBK est élu pour 5 ans et il très est tôt de tirer toute conclusion possible. Il faudra plus l’encourager, c’est la meilleure solution, l’avenir du Mali repose entre ses mains. Les critiques illogiques sont forcément insensés.

  19. Il est responsable, digne, humble envers son peuple.
    Avant d’accéder au pouvoir IBK, le pays était dans le chao, c’est à dire dans un désordre total. L’armée et la mauvaise gestion de l’administration était mal géré.

  20. Rien qu’en se limitant à la signature des accords de paix,personne ne peut dire dans ce pays que le président a déçu ses compatriotes.
    Mais puisque les opposants ne diront jamais du bien de ce monsieur,on peut donc comprendre aisément le but de tels articles.
    Mais nous les jeunes avons confiance en IBK et nous le soutenons.

  21. Compte tenu de la situation actuelle du pays, le gouvernement d’IBK de son mieux pour que le Mali avance. IBK vise le bonheur des Maliens.

  22. La corruption ne date pas d’aujourd’hui, depuis de régime précédant c’est adire celui d’ATT.
    Le régime d’ATT était basé sur la corruption et la mal gouvernance, c’est-à-dire la mauvaise gestion de l’administration et la désorganisation au sein de l’armée, et le détournement du dernier public.

  23. IBK est venu au pouvoir moins de deux ans, il est parvenu à maintenir la paix et la sécurité au pays.
    La population Malienne sait réellement que la paix est plus efficace que la lutte contre la corruption, car le pays vivait à une situation très dangereuse, alors le peuple voulait la paix et rien que la paix

  24. Même si on n’aime pas un personne il faut avoir le courage de reconnaitre ce que la personne de bien.
    Et le président IBK n’a encore rien fait qui pusse faire penser à une déception des maliens de sa part.Mais je pense plutôt que ce sont des personnes de mauvaise fois qui veulent tout faire pour salir son image.
    Mais ils ont menti…

  25. Le président IBK, est un président légitime et légalement élu avec 77,61% de voie, cela prouve que la population est avec lui.

  26. Le gouvernement d’IBK est surprenant. Le Mali a connu la paix et le développement grâce à eux.
    La question est de savoir pourquoi les gens critiques IBK et son gouvernement ?
    Le Mali a été sauvée de l’indignation et du chao par IBK.

  27. Lorsqu’on travaille sous la pluie il est vraiment très difficile que les autres voient ta sueur.
    Je pense que c’est le cas du président IBK en ce moment.
    Sinon tous les maliens de bonne foi savent que ce monsieur travaille pour le bonheur de ces concitoyens et lui disons merci pour cela.

  28. La gouvernance d’IBK est sans reproche pour le moment, après deux ans et demi de gestion. Si on se réfère aux réalisations qu’il a faites depuis son arrivée au pouvoir, je trouve qu’il a fait mieux plus que tout autre ex-chef de l’État. Comme nous le savons tous, IBK a déployé tous les efforts immenses pour la signature d’un compromis de paix et de réconciliation nationale. Cette signature marque la sortie de crise.

  29. La gouvernance d’IBK est sans reproche pour le moment, après deux ans et demi de gestion. Si on se réfère aux réalisations qu’il a faites depuis son arrivée au pouvoir, je trouve qu’il a fait mieux plus que tout autre ex-chef de l’État. Comme nous le savons tous, IBK a déployé tous les efforts immenses pour la signature d’un compromis de paix et de réconciliation nationale. Cette signature marque la sortie de crise.

    • Macin malle combien ce regime corrompu d ibkon te donne pour nous pondre à chaque critique tes connerie du genre le regime d ibkon est sans reproche on dirait que tu es la seule amaldème a ne pas faire la différence entre une mauvaise gouvernance et in bonne gouvernance quelle conne

  30. Il est vrai, reconnaissons-le, que la tâche est loin d’être facile. :mrgreen: :mrgreen: :mrgreen: :mrgreen:
    Si vous reconnaissez que la tâche n’est pas du tout facile pourquoi l’acculer de toute part. Tout n’est pas certes rose mais des actions de grandes envergures sont en cours dans les secteurs sensibles de la vie socio-politique et vous les journalistes êtes les mieux placés pour nous le dire mais quand vous passez votre temps à dire que c’est la rupture entre IBK et le peuple, IBK a échoué, IBK a trahi le peuple;
    Soyez des artisans de concorde sociale au lieu de vouloir mettre le pays à feu. A bon entendeur! Salut!

  31. Le Mali avait vraiment besoin d’un président qui puisse régler la question du nord et redonner à notre pays sa visibilité au plan international.
    Et depuis son arrivée nous cessons de voir l’intérêt que les partenaires accordent à notre pays et cela commence à faire son effet.
    Merci président pour tout cela.

  32. Certes les difficultés jalonnent la gouvernance d’IBK. Le Mandé Massa est venu en période exceptionnelle comme l’avance le journaliste dans son article, à savoir au moment où le pays était jusqu’au cou pris en otage par une rébellion. Malgré cette situation défavorable à toute réalisation, il est quand même parvenu à la signature d’un accord de sortie de crise pour n’évoquer que cela. Ce seul acte donne un caractère favorable à son bilan. Sans la paix rien n’est possible dans un pays.

  33. Le malien digne et fier de ce nom trouve le bilan de la gouvernance l’actuel locateur de Koulouba très favorable pour le Mali. L’un des actes qu’il a posé prouve cela. Il s’agit de la signature de la convention pour la paix et la réconciliation nationale parmi tant d’autres. Elle a permis de sauver notre État contre la dislocation. Dieu merci aujourd’hui on a regagné presque tous nos partenaires. Il a adopté une loi de programmation militaire. Ce qui est une première au Mali. Franchement, je ne pense qu’IBK soit un mauvais président pour notre Mali de cette période de crise.

  34. Aucun pays ne peut avancer sans la difficulté et c’est ça que nous, Maliens, refusons d’admettre. On veut avoir tous là et dans l’immédiat et on n’oublie la situation que connait le pays. Nous devons tous être des visionnaires car les pays que nous voyons qui sont les plus développés de nos jours n’ont pas tout attendu de l’état. Nous avons un code d’investissement incitatif mais comme le ministre de l’emploi l’a dit récemment pas d’initiative de notre pays. Comment voulons-nous donc que notre pays puisse aller de l’avant ???
    Vraiment on doit être raisonnable et s’engager auprès de notre président le meilleur.
    Il faut que la HAC appelle les journalistes à plus de professionnalisme. Liberté d’expression certes mais pas de désinformation!

  35. Notre pays a accumulé des difficultés de tous ordres pendant plusieurs années mais des personnes à l’expérience et à la sagesse reconnue de tous comme le président IBK et le premier ministre Modibo sont les mieux indiquées pour nous sortir de cette situation. Ils sont sur la bonne voie. Nous devons être patient et attendre qu’ils finissent le travail qu’ils ont commencé.

  36. Je le dis toujours et je le dirai encore, la gestion du pouvoir d’IBK a toujours été transparente ; Il a hérité d’un pays gangréné par des maux qui ne favorisent pas l’essor du pays et ces maux sont à tous les niveaux de la société.
    Ce n’est pas à coup de bâtons magiques qu’IBK changera le pays. Il faut avoir un esprit citoyen et républicain pour comprendre cela au lieu de toujours monter des coups pour crier au scandale. On doit tous se battre pour construire notre pays.
    Aussi je me pose la question de savoir quel est l’intérêt de la presse en voulant toujours faire croire qu’IBK est le plus mauvais président de la république ou qu’il a échoué dans sa mission tout en sachant que c’est tout à fait le contraire.

  37. Dire que le président IBK a déçu ses électeurs relève vraiment de la mauvaise foi.
    Moi je pense que ce président est celui qui à réussi à redonner à notre pays toute sa dignité au plan international.
    Nous devons donc l’en remercier.

  38. Le président IBK connait nos aspirations parce qu’il a été à nos cotés pendant assez de temps et doit pouvoir y répondre. Mais je crois que sa priorité c’est la paix qui peine à venir mais il y arrivera. Et s’il nous donne la paix; il nous aura tout donné car la paix est la base de toutes autres activités.

  39. Souvent je me pose la question à savoir si les journalistes sont nouveaux ou c’est parce qu’ils n’ont pas reçu la formation de journaliste. Ne voyez vous pas le travail colossal que fait le monsieur le président, le dénouement que prend l’accord de paix. Nous sommes fatigués de nos tentatives de désinformation du peuple.

  40. IBK est pour la bonne gouvernance c’est pourquoi il veut tout mettre en oeuvre pour éradiquer la corruption de notre société. Cela représente un réel frein de développement et il a jugé bon de mandater les nouveaux magistrats de mettre un accent particulier sur la corruption

  41. La solution des maux du Mali n’est pas seulement le président de la république. Tous les maliens sont mis devant les faits. On n’est pas obligé d’être à la tête de son pays pour l’être indispensable. On peut être commerçant et utile à sa patrie et œuvrer pour son développement. Les années passées au pouvoir par IBK nous ont réservé beaucoup de surprises en ce qui concerne certaines réalités qui étaient cachées à la population malienne.

  42. Les seules difficultés auxquelles IBK est confronté c’est le fait d’avoir placé sa confiance en des personnes qui ne le méritaient pas. Mais puisque le voile est tombé je pense qu’il atteindra ses objectifs. Il l’a déjà fait sous d’autres régimes où ils était acteur secondaire. Raison pour laquelle je ne doute pas qu’il puisse pas encore le refaire là où lui même tient les reines du pouvoir. WAIT AND SEE!

  43. IBK est un homme d’honneur. Il veut faire de notre armée, une force républicaine prête à toute éventualité. C’est pourquoi, il ne cesse de trouver les équipements de pointe tels que un avion militaire, les pic up sans oublier les formations au coté des forces étrangères et les experts.

  44. Le président IBK est celui qui a réussi à réaliser à mi-mandat ce que certains n’ont pas pu réaliser en deux mandats.
    Je pense que les maliens devaient lui reconnaitre ce mérite et l’encourager pour l’accompagner positivement.

  45. Les journalistes doivent comprendre qu’un président est jugé sur 5 ans et non 2 ans. Nous pouvons dire que le bilan est positif dans la mesure notre économie est assainie et les actions de développement se posent, nous ne pouvons qu’être fiers du président.
    Le problème d’emploi des jeunes est à un niveau appréciable avec plus de 81.486 sur 200.000 promis en 2012.

  46. IBK incarnait et incarne toujours le chef de l’état atypique. Mais quand on sort d’une traversée de désert; il faut bien assez de temps pour se remettre.
    Avec le désordre qui a régné après le départ d’ATT, la conjoncture et autres problèmes d’ordre institutionnels on ne pouvait pas attendre des miracles.
    Les obstacles dans les avancées des choses due au fait que les ptf ont pris des engagements qu’ils n’ont pas encore honoré et aussi certaines personnes à qui il a confié des responsabilités qui ont trahi sa confiance mais on doit chercher à évoluer et toujours tirer le pays vers le haut car c’est aussi ça le patriotisme.

  47. Jusqu’à présent le président IBK n’a pas encore trahi son serment et il ne le fera jamais.
    Ce monsieur a toujours travaillé et continue toujours de travailler pour ses compatriotes dans un pays qu’il a trouvé dans le fond du trou.
    Nous devons l’en remercier.

  48. Nous avons toujours eu confiance en IBK et nous continuerons d’avoir confiance en lui car les actes qu’il pose prouvent une qu’il est une personne digne de confiance.
    Il ne cesse de se battre pour améliorer les conditions de vie de ses compatriotes.
    Nous pensons qu’il est vraiment l’homme qu’il faut à la tête du Mali.

  49. Les citoyens sont toujours confiants envers IBK. Au vu de la population civile, il est et reste l’homme de la situation. Il a fait deux ans et quelques mois au pouvoir sur cinq ans. Pour l’instant, je n’enregistre aucun bilan négatif à son égard. Car je ne veux pas faire de préjugés.

  50. Le président a fait des accords de paix sa priorité 2016. Car sans la paix tout projet de développement est voué à l’échec. Aujourd’hui, vous conviendrez avec ALSqu’il y’a des avancées notables dans la mise en oeuvre desdits accords. Depuis l’entrée de la plate forme à Kidal, les choses ont pris une autre tournure et cela est en train de précipiter les choses.

  51. Les objectifs d’IBK sont de redynamiser la société malienne ; il est en train de le faire. Les partenaires techniques et financiers lui ont réaffirmé leur engagement à l’aider dans cette optique. Il entreprends des reformes dans les secteurs importants de la vie sociale.
    Mais nous ne devons pas nous leurrer car ce n’est pas en deux ans qu’on va résoudre des problèmes datant de 40 ans. Ouvrons un peu les yeux.

  52. Même si toutes les promesses du gouvernement n’ont pas encore été tenues du fait des certaines réalités qu’aucun malien n’est censé ignoré. Il y a des progrès et on doit s’en féliciter et encourager pour le reste. Bonne chance au président IBK et à son équipe pour le reste de leur premier mandat.

  53. Depuis qu’IBK est là l’économie se porte bien grâce à son équipe dynamique, très dévouée au travail. Il ont sure trouver la confiance des partenaires financiers et des financements des projets pour notre pays.
    Lorsqu’il prenait le règne du pouvoir en 2013, notre économie était à 2% mais 2016 nous sommes à 6 % un effort très bien apprécié par tous.

  54. J’ai envie de pleurer quand je vois un journaliste apprécier la gestion d’Ibrahim Boubacar Keïta de la même façon que celles d’ATT et d’AOK. C’est vraiment déplorable. Le bilan du régime actuel est sans reproche. Le problème des maliens est qu’ils sont impatients. Un proverbe dit que celui qui est pressé d’avoir un enfant se mariera à une femme enceinte. Le malien veut «immédiatement».

  55. Les journalistes maliens ont tout fait pour inculquer leur bêtise et donner leur mauvaise image à la population civile. Aucun citoyen ne peut dire quoi que ce soit contre la gestion d’Ibrahim Boubacar Keïta. Dire que sa gestion est mitigée, est une chose aisée. Mais prouver ses dires est difficile. Surtout si on n’a rien comme preuve pour le faire.

  56. Le président IBK était l’homme dont le pays avait besoin. Son élection est la traduction des populations de sortir de la crise et des maux qui minaient les pays. IBK a dit: “Je serai le président de la réconciliation nationale, une réconciliation nécessaire pour répondre aux exigences légitimes de la population : reconstruction de l’État de droit, redressement de l’armée et de l’école, lutte contre la corruption, développement économique et social (…) Je serai le président de la refondation nationale”, a-t-il ajouté. Et il pose des actes dans ce sens.
    C’est pourquoi il place pleins d’espoir en l’accord d’Alger car elle est la prérogative aux actions de son programme de gouvernement.
    Quand on sait d’où vient notre pays on ne demanderait pas l’impossible.
    Le problème dans notre pays c’est notre opposition qui manipule la presse et certaines personnes afin de jeter le discrédit sur la gouvernance d’IBK.

  57. IBK est à saluer et féliciter pour ses efforts pour la paix et la construction des infrastructures offertes aux différentes localités de la région Ségovienne. C’est un bâtisseur dont nous avons besoin ici au Mali.
    La région de Kayes est heureuse de l’accueillir pour le remercier pour les nombreux qui se passent dans toute la localité.

  58. Je sais pas quelles sont les raisons qui auraient poussées à dire que le président IBK veut abandonner Kidal? Il faut donner la chance aux accords de paix signé donc les autorités travaillent dans ce sens. Le président mettra tout en oeuvre pour recouvrer l’intégrité de notre territoire.
    Le forum de Kidal dans les prochains jouent marquera le grand retour de l’administration et de l’armée dans la région.

  59. Chacun a sa vision du bilan. IBK comme toute autre personne a fait des bilans positifs et négatifs. Mais à ce que je sache, comparer aux deux autres régimes précédents, la gestion d’IBK est sans reproche. Seulement les occidentaux, dans leur habitude, font des pressions sur lui. C’est le soutien de la population qui l’aidera à relever le défi de la crise ainsi que les autres défis qui lui attendent.

  60. ALS vient de quelle école. Je lui pose la question de savoir si les réalités de 2007 et 2013 sont les mêmes. Il ne faut être aussi borné que tu ne l’es. Aujourd’hui, le pays est confronté à plus réalités qui mettent un redémarrage parfait du programme du président IBK

  61. Tous les maliens auront à faire leur analyse sur la gestion du pays après les deux ans et quelques mois qu’a passé Ibrahim Boubacar Keïta à la Magistrature Suprême du pays. En tant que malien, digne et fier de l’être je trouve qu’à mi-mandat de son quinquennat, IBK a de bonnes initiatives pour cette nation. J’invite les maliens à soutenir son régime et espérer à un bon résultat d’ici la fin de son mandat.

  62. C’est normal que les maliens soient entre espoir et déception, mon cher journaliste. Car le pays connait une crise depuis 2012. Trois ans est peu pour mettre un terme à cette crise. Espérons toujours sur ce régime.
    A moins de trois ans voilà le bilan du régime :
    La signature de l’accord d’Alger, le projet de construction de l’hôtel SHERATON, les 1552 logements sociaux de N’Tabacoro, les 16000 emplois créés, la 1ère place de l’aéroport de Bamako, la mort de Wadoussène dans la lutte contre le terrorisme, l’achat de l’avion présidentiel, les commandes d’avions et d’hélicoptères pour les forces armées, la loi de règlement militaire, les 1000 tracteurs, les institutions inaugurées et la pose des premières pierres de certaines autres institutions, l’institution du poste de chef de file de l’opposition politique, les mesures prises dans les services d’immigration, les contrats de coopérations avec des partenaires, j’en passe. Vu la période dans laquelle il est venu au pouvoir, ce bilan est admissible. Donc il n’est pas question de dire qu’IBK est entre plébiscite et déception.

  63. Moins de trois ans de gestion d’Ibrahim Boubacar Keïta, le Mali va de l’avant dans la gestion de la crise du nord. IBK a fait de son mieux. Beaucoup a été fait. Mais beaucoup reste encore à faire. Ce n’est pas facile d’être à la tête d’un pays qui connait une crise multidimensionnelle. Souhaitons une bonne continuation à IBK pour le reste de son mandat.

  64. IBK n’a en aucun cas déçu le peuple malien.
    Il est le président qui réussi à donner à notre pays ce que certains n’ont même pas essayé de faire.
    Nous devons donc le soutenir pour qu’il réussisse sa mission pour le bonheur de tous les maliens.

  65. Le plébiscite du président IBK en 2013 était du au faite que c’était le seul qui était à même de conduire le navire Mali à bon port.Et le peuple malien n’a pas eu tort de placer sa confiance en cet homme qui a tout fait mettre notre pays sur les rails.Le peuple malien est très fier de son président.

  66. Ce sont les ingrats qui ne reconnaissent jamais le bien fait.Nous les 77% de la population qui l’avons élu savons tous le travail que le président IBK fait pour notre pays.C’est le plus important.

  67. Les 77% de la population qui ont élu IBK comme le président de la république sont toujours avec lui.L’Amertume ne se situe qu’au niveau de ces journalistes achetés par l’opposition pour intoxiquer la population malienne.Mais les maliens ne sont pas dupes.

  68. Les personnes bien avisées et de bonne foi sont toutes d’accord que le président IBK a fait en deux ans plus que l’on ne pouvait espérer.On n’accorde donc pas d’importance à ce que dit un journaliste corrompu par l’opposition.

  69. Ces propos mensongers de cette photocopie de journaliste ne changeront en rien l’estime que les populations maliennes portent à leur président.Vos multiples tentatives pour discréditer le président IBK ne sont donc que vaines.

  70. Les maliens sont unanimes sur le faite que le président IBK a apporté une nette amélioration au niveau de la qualité de vie des populations maliennes.Comme il est de coutume dans ce pays où des opposants n’ayants pas de projets constructifs pour le pays s’adonnent à des critiques sans fondements.

  71. L’Etat est désorganisé ; l’Administration est inefficace ; la plupart des Agents ne travaillent plus, car le mérite et la compétence ne sont pas reconnus ; il y a du désordre un peu partout. De ce fait, l’Etat est paralysé par des lourdeurs bureautiques.Avait critiquer Ibk.Et sur ce problème le Mali a fait de considérables progrès avec IBK

  72. En 2002, lorsque IBK a été sollicité pour appuyer la candidature de son frère Amadou Toumani Touré, à l’occasion du 2e tour de la présidentielle, il l’a fait, sans hésiter, parce qu’il était, à cette date-là, le meilleur compromis pour conduire le Mali.Ibk est donc un homme qui a le sens de l’Etat.Je pense que ses opposants devraient faire de même au lieu de faire dire à ces journalistes des contrevérités.

  73. Ces propos de 2007 n’avait pas pris en considération le pusch de Sanogo qui allait tous gâter.C’est donc un pays déchiré et affaibli dont a hérité le président IBK.Et il a tous fait pour mettre le pays sur les rails.

  74. Le président IBK a été Chef du Gouvernement, au plus fort de la crise du Nord ; Il s’est immédiatement rendu sur le terrain, dans le Nord, au moment où le sang était encore frais ; il a vécu et partagé, sur place, la douleur des familles qui ont perdu un des leurs.Et c’est sur cette même voie que le président IBK continue en tant que président.

  75. Pour que l’enseignement soit meilleur, nous devons savoir apporter des réponses à la qualité du système éducatif ; à la pertinence des programmes ; à la revalorisation de la profession d’enseignant.Avait suggéré IBK.Et c’est ce qui est en train d’être fait aujourd’hui.

  76. IBK a besoin de soutien des maliens, il doit être soutenu pour le bien de la nation, Jamais l’Etat malien n’a été face à un péril aussi imminent. Les Maliens font face au plus grand défi de leur histoire : vaincre l’ennemi qui menace de détruire leur identité. Quand il y a eu le « 11 septembre », toute l’Amérique s’est mise debout comme un seul homme. Quand la France a été frappée par les terroristes (affaire Charlie Hebdo), tous les Français se sont unis. Quand la Tunisie a été frappée dans son cœur, tous les Tunisiens ont parlé d’une seule voie… Quand un pays est menacé dans son intégrité, sa liberté, sa culture, les fils/filles de la nation se doivent de se donner la main.
    Le Mali est frappée par le terrorisme, le néocolonianisme, l’intégrisme religieux, la guerre géopolitique des grandes puissances…, les Maliens se doivent de s’unir pour y faire face. S’unir pour rester fort ou se diviser pour périr.
    La menace qui plane au-dessus du Mali, n’épargnera personne. Elle ne fera l’affaire d’aucun Malien. Qu’on ne s’y trompe ! Cette menace qui s’appelle « terrorisme religieux » « néocolonianisme » va détruire notre identité et transformer nos vies en enfer.
    Pour sauver le Mali, les Maliens doivent mettre de côté leurs différences politiques, religieuses, ethniques. Le Mali n’a qu’un seul drapeau, une seule armée, un seul territoire. Défendons le Mali. Soutenons le président de la République et son gouvernement contre les « ennemis » du Mali.

  77. de toutes les façons beaucoup des choses ont été faites et beaucoup sont en train d’être faire.
    Cela permet de comprendre qu’IBK est un bon président qui se soucis de son peuple.

  78. Il n’est jamais possible d’apporter une réponse à 100% parfaites pour un pays en deux ans de gestion, mais de ce qu’on a vie, le pays avance en des bonnes conditions de fonctionnalité. IBK en ces deux ans à fait son mieux, car toutes les l’essentielles ont été touché. Si dieu le veut bien, en ses restes des ans le Mali connaitra le bonheur… grin grin

  79. Un adage bamanan propre de chez nous au Mali, ne dit- il pas, que celui qui travaille sous la pluie, n’a aucune chance de se faire apprécier valablement ? Les deux ans du Président de la République, Ibrahim Boubacar Kéïta, à la tête du pays, sont à l’image de celui qui sue sous la pluie.
    Mais un jour viendra que l’effort de notre président sera connu de tous…

  80. Avec IBK l’espoir est permis, Oui, l’espoir est permis, parce qu’il existe un cadre pour le processus de paix, avec la signature de l’Accord d’Alger, dont la mise en route permettra à notre cher pays de recouvrer la souveraineté perdue dans la région de Kidal.
    Oui, l’espoir est permis, parce que le Mali bouge. Malgré les difficultés conjoncturelles, le Mali progresse, avec un taux de croissance de 7,2%, contre 1,7% au moment où IBK venait aux affaires, en septembre 2013. Qui dit mieux!
    Oui, l’espoir est permis, parce que le Mali est un pays où le climat des affaires est propice, un pays prisé par les investisseurs, qui se bousculent au portillon. Le Représentant de la Banque Mondiale pour les opérations au Mali vient de confirmer que les clignotants à Bamako sont au vert et son institution encourage les porteurs de projets à venir au Mali.
    Même son de cloche chez le Représentant du FMI au Mali, qui martèle haut et fort qu’avec l’avènement d’IBK au pouvoir, «le Mali a décollé».
    Oui, l’espoir est permis, avec des projets structurants pour sortir des villages du noir, de l’obscurité, avec tout l’impact que l’électrification peut apporter, en termes de développement, de sécurité et de joie de vivre dans une agglomération.
    Oui, l’espoir est permis, parce que le Mali s’acquitte ses dettes intérieures pour relancer l’économie, avec le payement aux banques et aux particuliers de la somme de 500 milliards de nos francs en l’espace de six mois.

    Vive le Mali !!!!

  81. il faut la participation de tous, ce n’est pas à IBK de changer le vrais comportement des maliens, il faut que ce changement soit venu des maliens eux-mêmes.
    Une chose, Le Mali est un pauvre pays, Mais les maliens font le contraires.

  82. La patience est un chemin d’or.
    L’économie du Mali ira comme ça se doit d’être.
    A chaque chose en son temps et à chaque temps a ses choses….

  83. Le Mali est en train de traverser un moment très difficile de son histoire. L’heure est de se donner les mains pour montrer à l’ennemi combien de fois nous sommes unis, car seul l’union fait la force. Ces conditions de vie sont dites à la crise et à ses inconvénients.
    Mais si dieu le veut avec la bonne volonté du président IBK, des changements serons faites.
    IBK n’abandonnera jamais le peuple et il est toujours présent pour le Mali.

  84. Ce que moi je ne comprends pas des maliens, chacun reste dans son coin pour croire que c’est au président de changer les choses, il faut la participation de tous, ce n’est pas à IBK de changer le vrais comportement des maliens, il faut que ce changement soit venu des maliens eux-mêmes.
    Une chose, Le Mali est un pauvre pays, Mais les maliens font le contraires.

Comments are closed.