IBK-RPM : Jusqu’où ira le divorce?

60
Sans IBK, que deviendra le RPM ?

L’éjection du Dr Bocary Tréta, ancien ministre du développement rural et non moins secrétaire général du parti présidentiel, du gouvernement a élargi le fossé entre Ibrahim Boubacar Keïta et le Rpm (Rassemblement pour le Mali). C’est le moins qu’on puisse dire après la réaction du Bureau exécutif national du Rpm qui, dans un communiqué rendu public, semble difficilement avaler l’éviction de son secrétaire général du gouvernement.  Et comme pour ne rien arranger, le Rpm (dans son communiqué) a renouvelé sa confiance et son soutien au ministre « désavoué » par IBK. Aussi les dirigeants du parti ont appelé leurs militants à la vigilance et à la mobilisation autour du projet du Rpm.  En cette désapprobation à peine voilée, des observateurs y voient les germes d’un divorce entre le président et son parti. Reste à savoir jusqu’où ira le divorce.

Mécontents depuis belle lurette pour n’avoir pas eu un des leurs à la tête du gouvernement, les membres du Rpm (Rassemblement pour le Mali) sont dans le comble de la déception depuis l’avènement du gouvernement Modibo III. Ce remaniement, contre toute attente, a vu le départ du secrétaire général du Rpm, Dr Bocary Tréta accusé de lorgner le fauteuil du Premier ministre. Pour y parvenir,  Tréta aurait usé de moyens peu orthodoxes dont une campagne de dénigrement du Premier ministre et de déstabilisation de son gouvernement. Finalement, son ambition personnelle démesurée lui aura conduit à sa perte. Il a été purement et simplement éjecté de l’équipe par IBK qui n’a pas hésité à trancher entre Modibo et Tréta… Cependant, le motif invoqué pour justifier l’éviction de l’ancien ministre semble « léger » aux yeux des membres du parti présidentiel qui désavoue à demi-mot la décision du président IBK.

 

Le Rpm prend acte, mais…

Pour manifester son désaccord, le Bureau politique national du Rpm  (BPN/Rpm) a fait un communiqué, dans lequel il a juste pris acte de la reconduction du PM à son poste. « Le Bpn prend acte de la reconduction de Monsieur Modibo Keïta comme Premier ministre, Chef du Gouvernement et de la mise en place du nouveau Gouvernement suivant Décret N°2016-0022/P-RM du 15 janvier 2016 portant nomination des membres du Gouvernement », peut-on lire dans ce  communiqué. Si ce passage paraît anodin, il en est moins pour le second paragraphe dans lequel le parti affirme ouvertement son soutien au ministre éjecté. Ils (les membres du parti) louent les bons et loyaux services rendus à la nation par le ministre Bocary Tréta: « le Bureau Politique National du Rassemblement Pour le Mali (BPN/RPM) remercie le Ministre du Développement Rural sortant, Dr Bokary Treta pour avoir été à la hauteur de la mission à lui confiée par le Président de la République.

Le Bureau Politique National du Rassemblement Pour le Mali (BPN/RPM) félicite le Dr Bokary Treta, Secrétaire Général du Parti pour les bons résultats obtenus dans la transformation de l’agriculture malienne, lui renouvelle sa confiance et lui assure son soutien sans faille pour relever les défis futurs du Parti et du peuple malien dans leur quête d’un mieux-être ».

Et enfin, l’instance suprême du parti a notifié aux militants et sympathisants un changement de cap, en les invitant « à rester vigilants, soudés et mobilisés autour du projet de société et du programme du Parti ». À entendre les nombreuses réactions qui émanent du parti, l’on peut soupçonner les cadres du Rpm de vouloir lâcher IBK et surtout son programme « le Mali D’abord », dont le communiqué ne fait pas mention.  Est-ce donc la fin de la lune de miel entre le président et les membres de son parti ? En tout cas, ce remaniement apporte sa dose de tension à la colère des camarades politiques d’IBK. Déjà, l’on savait le climat très délétère entre le président (qui dénonce la mollesse des cadres de son parti face aux critiques de l’opposition) et ses camarades (qui veulent à tout prix la primature et beaucoup plus de considérations de part d’IBK).

 

I B Dembélé

PARTAGER

60 COMMENTAIRES

  1. Ibrahim Boubacar Keita, lors de sa visite en troisième région, a manifesté sa déception face à son entourage, la majorité présidentielle. Il a eu à soulever certains points dans leur réaction. Ces proches, il s’agit toujours de la majorité, sont tous opportunistes. Ce sont leurs intérêts de places qui les préoccupent et non la logique de faire partie d’un parti politique.

  2. Les politiques maliens sont des opportunistes à la con. Au moment le président de la république est dans les difficultés et compte sur leur coup de main dans les débats politiques, ils sont bouche-b. Mais quand il s’agit de mener une guerre de place à l’intérieur même du parti, ils sont tous ambulants dans les débats. C’est vraiment décevant de la part des membres de la majorité présidentielle

  3. Certaines personnes sont dans la majorité présidentielle pour seulement la place dans le gouvernement et dans les autres Administrations. Sinon les partis d’une majorité présidentielle sont tous prêts à défendre leur numéro 1.

  4. Au Mali, les hommes politiques font de la politique du ventre. Ils partent là où cela leur arrange. aucune politique digne de son idéologie ne trahira jamais son parti politique quelle que soit la cause.

  5. On sait réellement que beaucoup de compagnons d’IBK sont des opportunistes, des individus qui veulent toujours voir IBK trainer sur terre, la plus part des collaborateurs d’IBK sont des individus qui ne cherchent rien d’autre que ces intérêts personnels.

  6. Nous savons réellement que le RPM est un parti soudé, harmonié, avec un suprême exceptionnel, peut-être que les acteurs de cette conférence sont des individus qui veulent seulement satisfaire leurs intérêts personnels.
    En un mot se sont des opportunistes qui veulent toujours nuire à la gouvernance d’IBK

  7. Sincèrement, je ne comprend pas ces journalistes. Lorsque le président décide de travailler avec les compétences peu importe le bord de celui-ci, ces journaleux s’en plaignent car il n’a pas favorisé ces frères de main. Si jamais le président commence à faire face à ces frères de lutte, on qualifierait d’autre mot. Que voulez-vous franchement mes chers journaleux ? On se doit de vous le demander.

  8. Si les journalistes peuvent se doter d’un minimum d’objectivité et de responsabilité en arrêtant de nous pomper l’air avec les histoires de limogeage de Tréta et Igor. Ce sont de vaillants et loyaux fils de la nation qui sont venus servir celle-ci et qu’aujourd’hui la force des choses ont fait qu’ils ne sont plus dans la nouvelle équipe. C’est un poste nominatif, chacun vient apporter sa part dans l’édification de la nation et s’en va.
    Donc qu’on arrête de nous faire croire le contraire.

  9. J’aimerais éclaircir certaines opinions surtout ces journaleux qui veulent tout faire pour mettre le feu au sein du RPM. Il faut que vous ( Journaleux) compreniez une chose que la Nation Malienne ne repose pas sur la seule tête de Tréta. Si, son employeur a jugé mieux de le congédier, qu’on ne fasse de cela un scandale ?
    D’ailleurs, des compétents comme Tréta, il y en a autant. De grâce foutez nous la paix !

  10. « Cette boutade du président IBK lors de la rencontre avec les leaders de la mouvance présidentielle à Ségou a été très significative »
    En effet, cet acte est salutaire car il fallait faire savoir aux brebis galeuses qu’elles ne sont pas intouchables et qu’elles sont là pour travailler pour le peuple alors ceux qui ne font pas convenablement leur travail seront inquiétés. Évidemment c’est ce qui a été fait.

  11. Le président de la république a une très bonne vision pour notre pays parce qu’ayant été responsables de plusieurs domaines.
    Cependant, il ne bénéficie plus depuis un certain moment de l’apport de certains collaborateurs avec lesquels il avait l’ambition de réaliser son ambition pour ce pays pour de simple questions de leadership au niveau du gouvernement. Il est acculé de toute part par des détracteurs prétendant qu’il n’a pas de vision pour le pays. Situation qui je penses à susciter ce recadrage gouvernemental afin que les choses puissent bouger pour le bien de la population. Chose à laquelle nous devons osez y croire et de notre modeste contribution y participer.

  12. Je pense qu’on a pas à crier au scandale parce que tel ou tel ministre est parti au détriment de l’autre. Pourquoi c’est pas tel ? Si ces deux ministres sont pas partis c’est qu’il y a de bonnes raisons. Evitez mes chers journalistes d’alimenter les polémiques pour des histoires des hommes alors que de nombreux défis nous attendent. Je demande au RPM à toujours rester serein et calme.

  13. Le premier ministre Modibo kéïta est un grand homme qui connait les aspirations des populations de ce pays car ayant servi dans plusieurs domaines et pendant de longues années. Son programme montre qu’il a une belle optique de développement pour pays. Mais celui-ci ne semble pas depuis un certain bénéficier de l’aider politique de certains membres du gouvernement et de certaines personnes véreuses (notamment Tréta) qui veulent toujours marquer sa gestion du sceau de l’échec à travers des campagnes de dénigrements et de désinformation à son endroit ce qui n’est pas du tout normal pour un pays qui sort de crise et qui a besoin de la compétence de tous ses fils.
    Nous devons donc l’aider avec le président IBK à apporter d’abord la paix, la justice dans notre pays et l’essor économique que nous attendons tous.

  14. Le président IBK n’a pas limogé Tréta et Igor pour faire plaisir à qui que ce soit mais avec les dérives de Tréta la sanction s’imposait. Comment comprendre que des personnes veulent prendre en otages une institution aussi importante qu’est la primature pour une question de parti politique. Bien que le premier ministre Modibo n’est pas membre du rpm; il travaille pour ce pays et il est donc inadmissible que des personnes comme lui mettent les bâtons dans les roues fut-ils secrétaire général du parti au pouvoir. Toute personne qui a des compétences reconnus doit pouvoir les mettre au profil du pays sans distinction aucune.
    Le Mali n’appartient pas au rpm encore moins à tréta, de la même manière IBK n’est pas le président de rpm mais de tous les Maliens.

  15. On sait que beaucoup d’entre eux ont soutenu IBK à cause de leurs propres intérêts, mais pour IBK c’est le Mali d’abord rien que le Mali D’ABORD. Alors cher DAK, on ne être A KOULOUBA sans pouvoir remplir une salle de 1000 places, mais de tout compte fait, on peut dire que les membres du parti majoritaire ne sont pas avec le président IBK.

  16. Je crois que si nous en sommes arrivé là c’est bien par la faute de Tréta car le président de la république n’a jamais jugé ces ministres et autres membres d’institutions sur les paroles. Il a toujours vérifié les faits et les faits ont condamnés cette fois ci le ministre Tréta.
    On peut être co-fondateur d’un parti politique et ne pas forcement occuper des hautes fonctions car la gestion des affaires du pays est une affaire de compétence et je crois que le premier ministre Modibo en a plus que Tréta.

  17. Monsieur le journaliste, si vous voyez qu’il n’y avait pas d’assez de militant ce n’est pas parce que les membres du partis RPM, sont rancuniers contre des uns et des autres, mais c’est parce que, les dirigeants du RPM ne savaient pas réellement l’identité des gens qui avaient organisés cette conférence.

  18. Le RPM doit revenir sur terre, ses membres doivent réfléchir avant d’agir. IBK n’a jamais fait de la discrimination. Il l’a toujours dit qu’il veut travailler avec ceux qui sont prêt pour aider le Mali quelque soit son bord politique, chose que Tréta et certains membres du parti ne partage pas mais entre le bien du pays et les humeurs de certains individus; il faille bien choisir le pays.

  19. Je pense que les résultats de ce ministre à la tête de son département sont bons. Mais cela ne fait pas de lui une personne indispensable. Donc, arrêtez mon cher journaliste de dramatiser les choses. Il y a des personnes aussi compétentes que lui.

  20. IBK est le président des maliens et non du RPM par conséquent s’il y a des citoyens compétents qui ne sont pas de son parti et qui peuvent travailler pour le pays, je cautionne qu’il travaille avec eux pour les intérêts du pays. LE MALI D’ABORD!

  21. Au Mali, certains hommes politiques font de la politique du ventre. Ils vont là où ils ont leur intérêts. C’est le cas de Dramane Dembélé, Bafotigui Diallo, Bakary Koné, Bocary Treta parce qu’aucun politique adhérant à l’idéologie de son parti ne le trahira jamais quelques soit le motif.

  22. Franchement, nous finirons jamais d’être servis par ces journaleux. Il y a quelques jours que ceux-ci publiaient par ci et par là le remaniement. Aujourd’hui, le nouveau gouvernement a été formé. Voici qu’on cris pourquoi d’autres sont partis au détriment d’autres ? Que voulez-vous mon cher journaliste ? Est-ce des personnes indispensables pour la cause du pays ? Je dis Non. Des personnes compétentes comme ces deux, notre en possède autant. Il s’agit de leur donner leur chance. Et c’est ce que le président a fait.

  23. Le problème au RPM c’est que chacun se bat pour ses intérêts personnels et après deux ans IBK sait qui est qui et qui fait quoi donc il travaille “avec ceux qui ont l’amour du Mali” dans l’âme”; alors laissons les histoires de partis et misons sur les compétences.

  24. C’est vraiment regrettable de voir une telle situation car des personnes qui sont des compagnons de lutte en arrive à cette extrême. Le président IBK a donné plusieurs avertissements pour que cette situation n’en arrive pas là mais hélas les faits sont là et on doit bien l’analyser afin de ne pas nous tromper dans nos choix car le président IBK ne veut que le bien du Malien et on doit le soutenir dans ses décisions même si elles ne plaisent pas à tous. Avec le temps nous en verront le bien fondé.

  25. A mon avis, l’heure n’est pas aux polémiques suite au limogeage de certains ministres dont nombreuses voies trouvent qu’ils ont été parfait dans l’accomplissement de leur mission, mais au travail. Je pense que s’ils sont partis, c’est qu’il y a une raison valable. Ceux qui sont partis ne valent pas mieux que leurs successeurs. L’avenir nous en dira plus. Pour le moment que le RPM garde toujours la patience qui la caractérise au nom de la nation.

  26. Il faut que les journalistes comprennent que pour servir une nation, ce n’est pas une question de préférence de personne. J’appelle le RPM à plus de solidarité autour du président pour que ce dernier puisse mener à bien sa mission. L’heure n’est pas à la division, mais au travail pour la bonne marche du pays.

  27. A mon humble avis, le RPM a intérêt à défendre bec et ongle non seulement les actions du président mais aussi les idéaux du parti pour la prospérité du pays et le bien-être du peuple. Que les intérêts mesquins ne leur font pas voiler ces idéaux.

  28. Je me pose souvent la question que vous voulez vraiment. Vous avez passé votre temps à décrier le laxisme du vieux face aux agissements des membres du parti dans les scandales. Mais le vieux se libère d’eux et vous trouvez autre idiotie à raconter.
    Vous vous êtes faits payer par l’argent volés pour venir leur défendre mais les faits sont là donc c’est une perte de temps

  29. Tréta est à la tête de la commission de l’agriculture à l’assemblée nationale donc il peut continuer son travail.Il faut savoir que s’il s’avère qu’ils sont meilleurs ils reviendront pour continuer leur mission

  30. IBK a une belle raison de les écarter donc arrêter de nous faire croire autre chose. Nous savons tous ce qu’on vous a donné. Je porte à ta connaissance que c’est l’argent volé à l’état malien.
    Vous êtes tous des journalistes pourris

  31. Tréta et Igor ont fait leur travail et il est temps de partir. Ce sont des postes nominatifs pas un royaume mon cher journaleux sans formation. Ils ont remplacé d’autres donc si à leur tour s’ils sont remplacés cela fait quoi. Ils ne sont pas les seuls à servir ce pays

  32. Le RPM est rempli d’opportunistes et d’incompétents. IBK veut le développement du pays et donc il ne saurait travaillé avec de telles personnes de peur de mettre notre pays en retard.

  33. Il faut que les journalistes comprennent que pour servir son pays, on na pas besoin d’être ministre. S’ils étaient autant reconnu de tous pour leur travail, ils auraient servi tous les présidents qui sont succedés à la tête du Mali

  34. Le président a bien prévenu que tout ceux qui seront cité dans un quelconque scandale partira du gouvernement. Alors que Tréta nous prouve le contraire qu’il ne sait rien des scandales dont il est accusé Monsieur le journaliste

  35. Le président IBK doit son élection à l’ensemble du peuple malien. C’est vrai qu’il est issu du RPM mais cela ne doit l’obliger à forcément prendre des gens qui ne pensent qu’à leur intérêt personnel. Mr Tréta se prenait pour le président de la république au point d’en vouloir aux personnes nommées par IBK.

  36. Le RPM doit comprendre que le président sait ce qu’il veut. Ce parti doit savoir qu’il n’a pas porté le président IBK pour venir se remplir les poches mais pour travailler.
    Si Tréta est parti c’est qu’il ya une belle raison et il peut être appelé pour d’autre mission. Ce n’est pas seulement étant ministre qu’on peut servir son pays

  37. Le problème pour vous les journalistes maliens, est que vous manquez de formation de journalisme à proprement dit. Vous avez tant clamé ce remaniement, il est fait pourquoi nous fatiguer avec de tels articles à la con.
    Ils ont tous failli à leur mission sinon ils resteraient à leur poste. Ils ont volé l’argent du contribuable malien et ils ne peuvent pas ainsi demeurer à leur poste.

  38. Les membres du RPM doivent savoir qu’il n’est point obligatoire que le gouvernement d’IBK soit remplit des membres du RPM, cela porte atteinte à la démocratie du pays. Les membres du RPM doivent faire preuve de bonne foi et patriotisme.

    • Oui mais quand celui que vous avez aidé a grimper a Koulouba vous humilie a chaque sortie politique alors il n’est plus question de poste mais de dignité.

  39. Le remaniement futur est un remaniement d’union nationale, le RPM ne doit pas considérer comme un remaniement qui leur est tant attendue. Le pays n’est point un gâteau dont tout le monde doit prendre sa part. Aucune personne de choix du RPM ne remplacera le PM Modibo Keïta.

  40. Le remaniement d’union national est un remaniement plus ardant qu’on ne le pense. Le IBK et sont PM seront même obliger de ce passer de même de la majorité des ministres présent dans le seul but de diversifié la gouvernance du pays.

  41. Le RPM aura quoi de droit, mais ce n’est point en mettant la pression sur le président IBK qu’ils auront gains de cause. RPM est le parti au pouvoir donc il dispose d’une marge de faveur plus ou moins vis-à-vis des semblables mais le problème est qu’il n’arrive point à faire bon usage de cet avantage.

  42. Tous d’abord à savoir que c’est le premier Ministre qui nomme ses Ministres. Le Président de la République ne peut faire des suggestions au premier Ministre. Donc le PM est et reste le premier décisionnaire de son gouvernement. Ce remaniement arrive au bon moment, le peuple attend avec impatience.

  43. Ce remaniement est un remaniement d’union nationale, le RPM ne doit pas considérer comme un remaniement qui leur est tant attendue. Le pays n’est point un gâteau dont tout le monde doit prendre sa part. Aucune personne de choix du RPM ne remplacera le PM Modibo Keïta.

  44. Le parti politique présidentielle est le parti politique qui cause le plus de tort au régime de leur leaders au pouvoir, le rpm doit tout d’abord sous tenir le régime au pouvoir avant d’aspirer pour quoi que ce soit. La course pour le fauteuil du premier ministre Modibo Keïta est une course qui prime la mauvaise foi du RPM, vis-à-vis d’IBK et de la population malienne.

  45. Les membres du parti RPM ne doivent pas prendre le limogeage de Bocari Treta comme une déclaration de guerre entre eux et le président de la république, non loin de là. C’est Bocari Treta en personne qui n’a pu fait de bon résultat. Le RPM doit essayer de comme prendre l’action du gouvernement et le soutenir car elle dans l’intérêt générale.

  46. Le RPM ne doit pas se sentir offensé face au limogeage et à l’absence d’un membre du RPM dans le gouvernement. Pour le moment le Mali est crise donc le régime au pouvoir ne peut se permettre de jouer la carte du favoritisme.

  47. Les membres du RPM doivent savoir que c’est l’intérêt générale qui est primordiale, ils doivent plus moins digérer le limogeage de Bocari Treta, qui d’alleur n’a pas pu accomplit de travaille crédible, objectif et salutaire.

  48. Le RPM n'aura jamais la primature dans ce pays sous Ibrahim Boubacar Keïta. Ce parti n'a pas de ressources humaines pouvant bien gouverner la primature.

  49. Si Bocari Treta est sorti du gouvernement, je pense que ce n’est pas la fin du monde. Il doit aller se préparer et attendre les élections prochaines pour se présenter. Je l’invite aussi à assumer ce qui lui arrive aujourd’hui.

  50. Le RPM n’a pas démérité l’éviction de Bocari Treta du gouvernement. Si le président de la république se trouve aujourd’hui dans une situation délicate à causes des critiques et autres attaques de l’opposition c’est parce que son part n’a pas joué son rôle de parti présidentiel.

  51. Ce n’est le départ de Bocari Treta qui m’a choqué mais celui de Mamadou Igor Diarra, le ministre de l’économie et des finances de l’Etat. Je suis plutôt content du départ de celui à la faute de qui le président de la république n’a plus de bonne image aux yeux des détracteurs suite à la présence des engrais hors norme dans notre pays.

  52. Monsieur le journaliste le départ de Bocari Treta a été une bonne solution pour notre agriculture et pour que les paysans fassent de nouveau confiance à l’actuel locateur de Koulouba. L’affaire des engrais frelatés a été une balle perdue pour le bilan d’IBK.

  53. Ibrahim Boubacar Keïta depuis son arrivée au pouvoir s’est montré disponible et prêt à placer toute personne qui a la capacité et le talent de mieux faire. Il n’a pas affiché l’image de celui qui prime l’intérêt du parti sur l’intérêt de toute la nation en plaçant les militants de son parti. Voilà pourquoi il a été exposé à toute sorte de critique de part et d’autre. Tantôt ma famille d’abord, tantôt mon parti d’abord. Il a bien fait pour Treta frelaté.

  54. La seule chose qui tourne autour de cette histoire du départ de Bocrai Treta, ministre du développement rural,est le fait qu’IBK, depuis son avènement au pouvoir, n’a nommé aucun militant du RPM à la tête de la primature. Je me souviens que la nomination de Moussa a suscité beaucoup de polémique au sein de ce parti. Car les collègues du président étaient tous mécontents de cela. C’est dommage pour ce pays de n’avoir aucun militant dans ce nouveau gouvernement.

  55. Le Mali est sur le point d’être un pays dans lequel même être président de la république est un sac à problème. Parce qu’on ne finira jamais avec les problèmes et les critiques bidonnes. Dès qu’on devient président, il n’y a plus question de parti ou de famille. C’est le pays qui compte. Donc que ce parti nous laisse tranquille avec l’histoire du départ de Treta.

  56. Ibrahim Boubacar avait bel et bien raison quand il disait qu’il n’a pas été élu par le RPM mais plutôt par le peuple. Qui peut dire le contraire ?
    Si certains militants apatrides de son parti on mal comprit cela, mais je ne sais comment ces personnes imaginent, franchement ?

  57. Les militants du RPM n’ont pas pu jusqu’à présent enterrer les cicatrices de la nomination de Moussa Mara. Ils voyaient en cette nomination une humiliation de la part de leur patron, Ibrahim Boubacar Keïta. Mais et pourtant je n’ai vu aucun problème en cela. ET aujourd’hui c’est le départ du seul militant qu’il avait dans le gouvernement qu’il n’arrive pas à comprendre.

  58. Rare sont des hommes qui ont intégré le parti présidentiel par plaisir et à cause de la conformité de son idée à celle dudit parti. C’est après le premier tour des élections présidentielles de 2013 que certaines personnes se sont vus dans une obligation, pas forcément une obligation en tant que telle, il s’agit de parvenir coûte que coûte à ses fins, d’être membre de ce parti. Ce sont aussi ces mêmes individus qui font tout pour fragmenter le parti majoritaire.

  59. Rien de tout cela.sortir du gouvernement n'est pas la fin du monde!!A quelque chose malheur est bon Treta s'occupera de son parti en décrépitude totale.Rien ne sépare les deux amis et complices politiques.Puisse Allah nous aider à résoudre nos problèmes afin d'aller a un digne d'un parti au pouvoir.

Comments are closed.