IBK, sept mois après / « Le Mali dans l’impasse ! »

6

djiguiba - Sept« Plus de sept mois après son entrée en fonction, le peuple malien vit une immense déception proportionnelle à l’étendue de l’espoir suscité par l’élection du président IBK. De nombreuses difficultés l’assaillent au quotidien. Une dérive népotiste sans précédent a vu le jour dès les premiers jours du quinquennat. Les injustices se multiplient, les citoyens et les amis du Mali s’interrogent sur le nouveau type de gouvernance qui est en train de gâcher les chances de redressement de notre pays. », c’est le constat implacable fait par le parti dirigé par Tiebilé Dramé, le Parena, dans un mémorandum en 28 points, rendu public ce jeudi 17 avril, et comprenant des propositions de solutions à travers des recommandations et un vibrant appel aux forces politiques, économiques, sociales et culturelles du pays.

 

Le document de 9 pages intitulé « IBK, sept mois après : Le Mali dans l’impasse » a été rendu disponible au siège du Parena  pour les hommes de média. Selon document dresse un constat implacable sur la gestion d’IBK de ces sept derniers mois. « Cette gouvernance mélange pêle-mêle déclarations tonitruantes dans le but de tenir l’opinion en haleine, menaces, affairisme, opacité, improvisation et pilotage à vue. La question principale du pays, celle du Nord, celle dont la mauvaise gestion nous a entrainés dans l’abîme, est de nouveau dans l’impasse faute d’une stratégie clairement conçue et mise en œuvre ».

Dans une déclaration de 5 chapitres élaborés par le Parena, il ressort que la vie est dure pour les Maliens. C’est peu dire que la plupart des ménages tirent le diable par la queue. Les Maliens souffrent. Les prix de certains produits de première nécessité augmentent. Les activités économiques sont au ralenti. L’argent ne circule pas. Les marchandises ne se vendent pas. Sur tous les marchés du pays, la situation est morose. Pour le Parena, les difficultés financières que rencontrent les Maliens auraient pu être supportables si, au sommet de l’Etat, l’exemple était donné. Or, que voyons-nous ? De nombreux et coûteux voyages présidentiels à bord d’avions de luxe loués à prix d’or avec délégations pléthoriques. Qu’entendons-nous? Des histoires d’argent de plus en plus nombreuses accompagnées de soupçons d’enrichissement illicite, indique la déclaration du Parena. Le document souligne que le président de la République a inauguré le quinquennat en dérogeant à son obligation constitutionnelle de déclaration publique de ses biens. La caractéristique principale du nouveau quinquennat a été l’irruption de la famille dans les affaires de l’Etat, précise le parti.  Selon le document, des contrats relatifs à des marchés de plusieurs dizaines de milliards de FCFA sont signés en toute opacité avec des soupçons d’enrichissement personnel. A titre d’exemple, le contrat de 108 milliards de FCFA entre  GUO-STAR SARL et le ministère de la défense, la rénovation du Palais de Koulouba, les relations avec des hommes d’affaires étrangers.

La réconciliation dans une impasse

Selon le Parena, les nouvelles autorités gèrent le pays comme si l’Etat ne s’était pas effondré suite  à de graves fautes de gouvernance. « La situation au nord du Mali se détériore dangereusement. Plusieurs dizaines de Maliens sont morts au Nord entre février et mars. Une dizaine de personnes ont été enlevées pendant la même période. Le retour des jihadistes, la recrudescence des attaques à la roquette, l’explosion de mines anti-personnel dans plusieurs secteurs du Nord, la découverte de grenades et de près de 6 tonnes de produits chimiques entrant dans la composition d’explosifs  et les vives tensions intercommunautaires démontrent à suffisance que la situation au nord doit demeurer la priorité des priorités. Le processus politique de dialogue et de réconciliation est dans une impasse incompréhensible », souligne le document. Le Parena s’interroge sur le fait que le président n’a-t-il pas engagé le dialogue au terme des 60 jours qui ont suivi la formation du gouvernement, conformément à l’Accord de Ouagadougou qui réaffirme l’intégrité du territoire, l’unité nationale et la forme laïque et républicaine de l’Etat? Un accord qui prévoit le cantonnement et le désarmement des groupes armés. Pourquoi n’engage-t-il pas le dialogue  pour récupérer Kidal, redéployer l’administration et l’armée, et stabiliser le nord ?

 

En conclusion, le Parena signale que sept mois après l’investiture d’IBK, le pays est bloqué : Le dialogue politique avec les groupes du nord en vue de récupérer  Kidal est dans l’impasse, un marasme économique et financier s’est installé, les ménages souffrent, la famille du président s’est emparée de l’appareil d’Etat, Les affaires d’argent, les excès et les dépenses de prestige se multiplient. A cet effet, le Parena recommande l’instauration d’une gouvernance moderne et prévisible,  le desserrement de l’étau de la famille sur l’Etat, la relance du processus politique de récupération de Kidal, l’adoption de mesures pour soulager les ménages, la  relance de l’économie nationale, l’annulation de l’achat du nouvel avion présidentiel, le respect de l’obligation constitutionnelle faite au Premier ministre et aux ministres de déclarer leurs biens, le respect de l’obligation de transparence faite au président de la République de s’expliquer devant le peuple sur ses relations avec les hommes d’affaires étrangers et sur les dépenses de prestige.

 

Le Parena lance un vibrant appel aux forces politiques, économiques, sociales et culturelles du pays, à la société civile et aux leaders d’opinion à l’intérieur comme à l’extérieur afin que « tous ensemble, nous conjuguions nos efforts pour stopper la dérive actuelle et remettre le Mali sur les rails pour  préserver ses chances de se relever ».

Aguibou Sogodogo

PARTAGER

6 COMMENTAIRES

  1. C’est ce que le peuple attend de la classe politique.Dénoncer les maux mais si nécessaire agir également par des moyens démocratiques.Chercher toujours à défendre et à protéger le peuple.

  2. DÉSORMAIS SUR LES RÉSEAUX SOCIAUX NOUS ALLONS LANCÉS UNE FICTION -POLITIQUE APPELÉE LE COUP DE JOEBRIN ALIAS IBRAHIM B KEITA IBK.
    LE MOUVEMENT DÉMOCRATIQUE RECONSTITUÉ DANS LA RUE POUR RÉCLAMER UN CHANGEMENT DE RÉGIME, UNE RÉVOLUTION DE PALAIS; IBK DANS LES PAS DU GÉNÉRAL MOUSSA TRAORE AU TOGO……
    NE RATER PAS LE PREMIER ÉPISODE SUR LES RÉSEAUX…..

    LES LIEUX ET LES PERSONNES
    JOEBRIN : ÉLU A LA TÊTE DU PAYS APRÈS L’OPÉRATION SERVAL ET L’INTERVENTION DES TROUPES FRANÇAISES AU MALI POUR LIBÉRER LES 2/3 DU TERRITOIRE OCCUPÉ PAR LES REBELLES TOUAREGS ET LES MOUVEMENTS INTÉGRISTES ISLAMIQUES; AVEC 77 POUR CENT DES VOIX, LE MANSA IBK PENSE AVOIR ACHETER LES MALIENS ET LEURS VOTES. IL DEMANDE AU PAYS ENTIER DE SE METTRE A SA DISPOSITION ET A CELLE DE SA FAMILLE, ALLIÉS DE PRES OU DE LOIN.
    LA PREMIERE PREMIERE DAME: L’IMPERATRICE AMINATA MAIGA KEITA, MAMAN DE KATIO 1ER, SŒUR DE ABBA MAIGA ALIAS GROS BALOURD COUILLEUR IMPÉNITENT DE MADAME BOIRE FILY CISSOKO MINISTRE DE L’ARGENT FACILE. A

    • SI VOUS CESSSEZ D’INSULTER LES GENS, VOTRE INITIATIVE SERA SUIVIE. ON PEUT LUTTER CONTRE QUELQU’UN TOUT EN RESPECTANT SA PERSONNE ET SA VIE PRIVEE.

  3. Ne dit-on pas que :”Dougoutiki koro tè dougou gnèlén fè”?PPR vous avez été ministre de la jeunesse & des sports au Mali.Qu’avez vous apporté de positif au sport malien en général à part détourner des fonds du ministère au profit du PARENA?RIEN D’AUTRE!J’aimerais bien que le régime IBK soit critiqué par des personnes comme Tiènan Coulibaly-Soumana SACKO, Ousmane ISSOUFI Maiga; Oumar MARIKO-Aminata Dramane Traoré-Dionkiss…qui ont fait leurs preuves au moment de leur passage à l’éxécutif (ou qu’on n’a pas encore vus à l’oeuvre)mais pas par n’importe quel baltringue fusse-t-il un ancien ministre. 👿 😈

  4. Que des conneries, Avons nous reellement besoin de 31 P…de ministres dans ces periodes de vaches maigres.? En plus de la dilapilation des millions de franc sinon des milliards pour des renovations en ce moment. Non pas avqant une petite stabilite et un de voir une petite lumiere au bout du tunnel, cas meme.
    On rien rien vu avec ladji inchallah, des salaires et indemnites du P de l’AN et les duputes etc…, je pense. Ladji bourama cree des postes par ci et par la pour juste de la pure manipulation politique. Noua avons de vrais et tres bons cadres assis a la maison ou en retraite forcee au lieu de les utiliser pour leurs capacites a faire emerger le pays, non c’est le calinissisme, la famille et les potes d’abord. Restons les bras croises et Dieu nous parachutera tout et tout, Ho Grand Peuple du Mali. Voyons comment la premiere annee va se passer avec le mec ladji inchallah, comme c’est avec des inchallah que nous la paix, la securite, les emplois, la bonne gouvernance, l’ecole bien retablie, la lutte contre la corruption et….vont nous tomber sur la tete alors plus que nepotiste, corrupteur, etc… que ladji ainsi nos rrequins, rapaces, loups et crocodiles de la republique, je parle de tous nos politiards la, tu meurs.

Comments are closed.