Insécurité en Côte d’Ivoire : Le Colonel Mambi Koné accuse les pro-Gbagbo

6
Le Colonel Mambi Koné

La situation sécuritaire devient de plus en plus préoccupante en Côte d’Ivoire avec des attaques ciblées, perpétrées par des individus décidés à faire le maximum de victimes dans les rangs des Forces Républicaines de Côte d’Ivoire (FRCI). Tandis que la population s’inquiète de cette montée de la violence dans le pays, les autorités tant politiques que militaires pointent du doigt les miliciens nostalgiques, fidèles à Laurent Gbagbo qui veulent saborder la relance économique amorcée dans le pays, par le Président Alassane Dramane Ouattara, en empêchant les investisseurs d’atterrir dans le pays. Le Commandant de la 2ème Région Militaire de Daloa, le Colonel Mambi Koné, récemment installé dans ses fonctions, est catégorique : « ces  attaques sont bel et bien l’œuvre de miliciens et anciens éléments des FDS fidèles à Gbagbo ». Notre correspondant l’a rencontré dans son fief à Daloa, lors de sa cérémonie de prise de fonction. Lisez son interview.

Le Républicain : Comment expliquez-vous ce regain de tension visible sur tous les fronts militaires au point que vos forces sont en alerte maximum ?

L’alerte fait partie des mécanismes de travail que nous avons dans l’armée. Quand la situation est calme, tout le monde vaque à ses occupations de façon normale. Mais quand la sécurité est menacée, et que la tranquillité de la population est dérangée, il est important que nous mettions nos forces en alerte maximum surtout qu’aujourd’hui on déplore des pertes en vies humaines. C’est cette raison qui nous amène à redoubler  de vigilance pour être prêt à répondre partout en tout lieu et en tout temps face aux agressions dont pourraient être victimes nos populations ou même nos forces de sécurité qui ne sont pas à l’abri des attaques de ces petits bandits.

Colonel  Mambi Koné : La situation sécuritaire préoccupe aujourd’hui plus d’un ivoirien. Depuis quelques temps des attaques sont perpétrées contre les FRCI à travers le territoire national. Quelle est votre appréciation de la situation ?

C’est vraiment dommage que certaines personnes n’aient pas voulu entendre l’appel lancé par le chef de l’Etat surtout lorsqu’il leur a tendu la main pour que chacun s’engage résolument dans la voie de la réconciliation, après la douloureuse crise que le pays a connue. L’appel avait été lancé à tout le monde pour travailler main dans la main au chevet de la mère Patrie qui sortait d’une période douloureuse, afin qu’on arrive à bâtir un pays émergent d’ici quelques années. Pour cela il faut la paix, et une certaine quiétude au niveau de la population. Malheureusement, il y a encore un groupuscule d’individus qui pensent qu’ils peuvent changer les choses par les armes.

Ils continuent à garder des armes par devers eux et à les utiliser contre les populations et l’Armée.  Les armes dans les mains des gens qui ne sont pas autorisés à les avoir, ça devient dangereux et pour eux-mêmes et pour la population. Vous me donnez une fois de plus l’occasion de lancer un appel à l’endroit de ces individus. Je leur demande de déposer les armes faute de quoi, nous les retrouverons où ils sont et les désarmerons de gré ou de force. Nous ne pouvons pas accepter que dans un pays organisé, des gens continuent d’avoir des armes par devers eux, c’est pourquoi des patrouilles sont visibles partout pour les trouver où ils sont. Nous sommes déterminés à les déloger et les traduire devant les juridictions compétentes.

Qui sont ces individus qui continuent d’endeuiller encore les familles et quel est leur motivation?

Ces gens sont des anciens miliciens. Pour la plupart, des mercenaires Ils veulent  continuer à semer la désolation et la psychose à travers la population. Mais nous allons faire barrage à leur entreprise. Nous avons des informations et restons vigilants. Nous les recherchons activement pour les mettre hors d’état de nuire afin que la population retrouve toute sa quiétude. Ils ont pour motivation de faire en sorte qu’il ait une psychose au sein de la population et montrer à la Communauté Internationale que le pays n’est pas en sécurité.

Mais ils se trompent, nous allons continuer à assurer la sécurité de la population, nous allons les traquer, les désarmer et les arrêter dans leurs derniers retranchements. Car il n’est pas question de vouloir renverser le pouvoir par les armes. Il y a des institutions qui sont prévus pour organiser les élections. Lorsque les élections se passent tranquillement, chacun doit respecter le verdict des urnes. Ceux qui veulent se mettre en marge de la bonne marche du pays nous trouveront sur leur chemin. Nous sommes là pour les empêcher de tuer des innocents.

Avez-vous un appel à lancer à la population pour la rassurer, surtout à ceux qui se rebellent contre la république?

Je lance un message d’assurance à la population qu’elle garde sa sérénité car les forces de sécurité font leur travail tout comme le gouvernement est en train de faire  son boulot. A ceux qui se rebellent contre la République, je leur demande tout simplement de rentrer dans les rangs, d’arrêter de semer la désolation et la mort au sein de la population. Qu’ils arrêtent, car ils ne peuvent pas prospérer dans la violence. On ne peut pas vivre en ayant en tête uniquement de tuer. Ils en ont fait assez, qu’ils arrêtent.

Votre dernier mot mon Colonel?

Mon dernier mot est encore une fois de demander à la population de nous faire confiance. De faire confiance à son armée, à sa gendarmerie et à sa police. Nous nous battrons toujours pour qu’elle puisse avoir la paix dans ce pays. C’est notre engagement devant l’Etat de Côte d’Ivoire, devant les populations, de nous sacrifier au besoin afin qu’elle soit tranquille et vaque à ses occupations. Et nous ne faillirons pas à notre devoir. Qu’elle nous fasse confiance.

De Gildas, Correspondant du Républicain à Abidjan

Commentaires via Facebook :

PARTAGER

6 COMMENTAIRES

  1. Hey alassane wattara never forget who you are and where your great grand father came from, they came from Mali to bobodjoulasso, you not even from ivory coast fake burinabe and your bloody killer Blaise tried to create more chaos to Mali a blessing place. GOD will punish you and Blaise, what’s goes around comes around, you guys didn’t see nothing yet disgraces!!!!!
    May GOD protect our parents, relatives in ivory coast, Amin!!!

  2. Que Dieu sauve la RCI de ses fils satans que sont ces hommes politiques que ont semé et sèment encore la violance par tout en Afrique.

  3. sil vous plait mon cher colonel revoyez un peu clair dans la chose car ces indivividus ki toublent aujourd hui la trankilité des ivoiriens vous les connaissaez ce sont bien les pro wattara dozos et autres ki vous ont mis ou voue etees aujourd hui là donc ayez le courage de dire a watara kil va droit dans le mur au lieu dune reconciliation.merci mon colonel

  4. Les images ont fait le tour du monde et horrifié les principaux responsables politiques et militaires américains, consternés par un acte “lamentable”, selon les termes du secrétaire à la Défense Leon Panetta. | AFP/ADEK BERRY
    Trois sous-officiers du corps d’élite des marines américains ont plaidé coupable et fait l’objet de sanctions administratives pour avoir uriné sur des cadavres en Afghanistan et avoir mis en ligne les images sur Internet, a annoncé, lundi 27 août, le corps des marines.

    “Les sanctions précises ne seront pas rendues publiques car il s’agit d’une punition non judiciaire dans le cadre d’une procédure administrative”, affirme le corps dans un communiqué. Ces sanctions peuvent être la dégradation, des arrêts de rigueur, des confiscations de soldes ou encore une réprimande, qui les gênera dans l’évolution de leur carrière. D’autres “actions disciplinaires” devraient être prises à l’encontre d’autres marines impliqués dans cette affaire, selon le communiqué.
    Les trois militaires appartenaient à une unité de tireurs d’élite du 3e bataillon du 2e régiment de marines, basée à Camp Lejeune (Caroline du Nord). Les faits remontent au 27 juillet 2011, lors d’une opération contre l’insurrection talibane dans le district de Musa Qala, dans le Helmand (sud-ouest de l’Afghanistan), mais ils n’ont été portés à la connaissance du public que le 11 janvier avec la mise en ligne d’une vidéo sur Internet. Dans cette vidéo, quatre jeunes soldats se soulagent, hilares, sur les cadavres ensanglantés de trois Afghans. Les images ont fait le tour du monde et horrifié les principaux responsables politiques et militaires américains, consternés par un acte “lamentable”, selon les termes du secrétaire à la défense, Leon Panetta.
    CORANS BRÛLÉS
    Une enquête avait immédiatement été ouverte sous la pression de dirigeants américains soucieux de prévenir un embrasement de la rue afghane. Quelques jours plus tard, un soldat afghan de 21 ans, Abdul Mansour, ouvrait le feu sur un groupe de militaires français assurant la formation des troupes afghanes. Cinq soldats français ont été tués et une quinzaine d’autres blessés. Lors de son interrogatoire, Abdoul Mansour avait dit avoir agi “à cause de la vidéo sur laquelle des soldats américains urinaient sur des cadavres”, selon des sources sécuritaires à Kaboul.
    En une décennie de guerres en Afghanistan et en Irak, les scandales n’ont pas manqué d’éclabousser l’armée américaine. En février, des corans, confisqués parce que des détenus afghans s’en servaient pour communiquer entre eux, avaient été incinérés sur l’immense base aérienne de Bagram, au nord de Kaboul, à la suite d’une négligence. Dans un rapport d’enquête publié lundi, l’armée précise que près de 100 exemplaires du Coran avaient été incinérés sur les quelque 2 000 livres sur lesquels étaient inscrits des “propos extrémistes” qui avaient été identifiés à la bibliothèque de la prison.
    L’armée américaine a recommandé en juin que des sanctions administratives soient prises à l’encontre des sept militaires impliqués. Cette affaire avait provoqué plusieurs jours de manifestations meurtrières en Afghanistan malgré les excuses présentées par les Etats-Unis, les talibans appelant à”tuer” des soldats étrangers pour “défendre le Livre saint”.

  5. Tu est un fuyard
    C’est n’est même pas commencé dabor
    Allassane voulait coûte e coute transfert ses mercenaire a Bamako sous pretex de sécurisé les institutions du mali en fin de mètre le Mali dans le chao et semée la terreur dans le paye à travers ses mercenaire DIEUX ne dort pas le Mali est un paye benis le malheur d Allassane il est entrain de veccir
    Toute ses turbulences de la côte d’Ivoire est dû a ses erreurs
    Il na pas la compétence de sécurisé le peuple ivoiriens
    Domage Dieux seul Sauve la côte d’Ivoire et les protègent contres la malédiction de Mr watara

Comments are closed.