Jeamille Bittar et la présidentielle du 29 avril prochain : C’est autour de la jeunesse de monter à Koulouba

0
0

La salle de « l’Union africaine » de l’hôtel de l’Amitié de Bamako a refusé hier du monde. Plus de 400 personnes étaient présentes à la déclaration de candidature du président d’honneur de l’UMAMA, M. Jeamille Bittar en présence d’ambassadeurs et autres chargés d’Affaires de l’ambassade de France, de la Chine, de l’Algérie, du Maroc, des partis politiques amis, des syndicats, de la société civile et de nombreux jeunes et femmes venus de Bamako et de l’intérieur du pays. Une véritable démonstration de force mais de façon sobre et significative pour les initiateurs de l’évènement.

A peine fini d’apprécier le soutien des enseignants du Mali pour sa candidature samedi dernier dans la pavillon des sports du stade Mdobo Kéïta, l’enfant de San, non moins opérateur économique, président de la CCIM et du CESC, M. Jeamille Bittar a déclaré solennellement devant une foule venue nombreuse dans la salle de « L’Union Africaine » de l’Amitié a accepté l’appel des femmes et des jeunes du Mali pour qu’il se présente candidat à l’élection présidentielle du 29 avril prochain. « J’accepte votre appel : commerçants, enseignants, jeunes et femmes, prestataires de services, monde productif. Je suis candidat à l’élection présidentielle du 29 avril prochain » sous les acclamations de la salle.  Pour Bittar, le temps des discours est terminé. « Place est à la dynamique des résultats », a-t-il martelé. Le président d’honneur de l’UMAM est candidat pour : « servir le Mali : les jeunes et les femmes qui doivent jouer leur rôle ». « Je ne vous décevrai pas », a-t-il ajouté.

Cette déclaration du président d’honneur de l’UMAM était attendu. N’est-ce pas il l’a souligné en ces propos : « Le Mali attend, espère, le monde entier regarde, les communautés s’impatientent pour nos élections. L’élection présidentielle est un contrat politique entre un homme et son peuple en communion. Le don de soi est obligatoire », a fait savoir le candidat de l’UMAM. Le candidat de l’UMAM a déploré l’indécision de ses camarades politiques et se déclare candidat à l’élection présidentielle de cette année.

Pour Bittar, les défis sont énormes tels que la préservation de la paix au nord du pays qui pâtît d’une insécurité hallucinante consécutive à la chute de Kadhafi. « Le dialogue est une alternative, a-t-il dit  mais la fermeté de l’Etat est nécessaire car « la patrie est en danger ».

La déclaration de candidature de Jeamille Bittar était une aubaine d’esquisser son projet de société de société pour un mali émergent avec la restauration de l’Autorité de l’Etat, renouer le dialogue, asseoir une justice pour tous ; aussi, l’homme fort du Mali s’il est élu Président de la République diminuera le train de vie ostentatoire de l’Etat, répartira els richesses de l’Etat de façon équitable entre les fils du pays.

Parlant de l’économie, Bittar a promis s’il est élu Président de la République de faire venir des investisseurs pour créer des usines. Donc de l’emploi, mobilisation de l’épargne qui dort dans nos banques et établissements financiers pour limiter l’immigration massive de la jeunesse malienne vers des horizons avec les conséquences que cela provoque.

Le Mali puissance agricole

Pour Jeamille Bittar, il est possible de faire de notre pays, une puissance agricole sous-régionale ainsi qu’un élevage et la pêche pour un essor réel. « Chacun vivra du fruit de son travail. Personne ne sera lésé.  Je privilégierai la production et non la consommation », a expliqué le candidat de l’UMAM et du peuple. En sollicitant le suffrage du peuple Malien, Jeamille veut créer une rupture avec du déjà vu et entendu lui qui a eu une ascension fulgurante et un parcours exceptionnel avec sa vision de leadership progressiste, ce diplômé en sciences de l’ingénierie de Kharkov en (ex Union Soviétique). En effet, selon l’orateur, il veut booster et favoriser la culture malienne afin de bâtir un mali fort à travers des initiatives nouvelles cadrant avec l’évolution de la vie actuelle.

Au plan scolaire, Jeamille Bittar se propose de faire du Mali, une destination scolaire et universitaire ». Pour l’orateur, l’heure d’une alternance générationnelle a sonnée. Une situation qu’il incarne. C’est pour cela qu’il a interpelé les uns et les autres à jouer pleinement leur rôle.

L’Ecole malienne et l’emploi des jeunes

Evoquant ce sujet, Bittar n’est pas passé par quatre chemins. Pour lui le constat est amer après 20 ans de démocratie que les jeunes soient sans emploi. Mieux, sous Bittar, nous aurons une école qui formera des élites.

En clair, le président Jeamille Bittar, s’il est élu au soir du 29 avril prochain, fera une rupture profonde avec certaines pratiques qui ne siéent pas avec une démocratie modèle. « Je suis prêt à entrer dans une aventure magnifique avec vous », a-t-il expliqué.

Son projet de société sera bientôt déballé.

Il faut dire qu’avant ce discours historique qui crée une rupture avec els autres candidats à l’élection présidentielle, l’assistance a pu visionner un film documentaire de 15 mn sur le parcours de l’enfant de San. « Exceptionnel et convaincant », laissent entendre bien d’invités.  Pour la plupart, c’est du « no comment ! ».

Enfin, la déclaration de candidature du président d’honneur de l’UMAM a été une fête car les grands artistes tels que Saly Sidibé et Béssékou Kouyaté ont tenu le public en haleine avec des notes musicales et chansons exceptionnelles.

La cérémonie s’est achevée par une photo de famille avec les diplomates qui ont accepté faire el déplacement de la salle de « L’union Africaine ». Tout un symbole.

Bokari Dicko

NB - L'auteur de cet article est seul responsable de son contenu.