Joachim Gauck au Mali : « l’Allemagne restera aux côtés du Mali en tant qu’ami et partenaire »

1

Le président allemand a donné cette assurance au cours d’un point de presse à Koulouba dans le cadre de sa visite dans notre pays vendredi dernier.

Le président allemand, Joachim Gauck, accompagné de son épouse, Daniela Schadt était en visite de travail dans notre pays, vendredi dernier. Accompagné d’une forte délégation, il a été accueilli à sa descente d’avion par le président de la République Ibrahim Boubacar Keïta. Après l’exécution des hymnes nationaux, la revue des troupes et la présentation des corps constitués à l’illustre hôte, les deux chefs d’Etat ont mis le cap sur Koulouba. Au palais présidentiel, après un entretien en tête-à-tête, Ibrahim Boubacar Keïta et son hôte Joachim Gauck se sont prêtés aux questions de la presse nationale et internationale.

Les deux chefs d’Etat ont abordé essentiellement les questions de paix et de sécurité. L’Allemagne qui assure déjà la présidence tournante de la mission européenne de formation militaire (EUTM), s’apprête à envoyer dans notre pays un contingent de 650 soldats dans le cadre de la MINUSMA. Les attaques survenues à Kidal et sur l’axe Tombouctou-Goundam, se sont invitées dans le point de presse.

Malgré ces attaques contre les forces maliennes et leurs alliés, l’Allemagne va-t-elle déployer son contingent de 650 hommes dans le nord du Mali ? En réponse à cette préoccupation d’un confrère de la Deutsche Wele, le président Gauck a indiqué : « Vous ne pourrez jamais éviter par quelque force militaire que ce soit les attaques terroristes dans des zones isolées ». Il ajoutera que ces attaques terroristes n’arrivent pas qu’au Mali. « Il faut voir en Europe où des attaques terroristes se sont déroulées à Paris » le 13 novembre 2015, a rappelé le président allemand, ajoutant : « le terrorisme peut frapper n’importe où et n’importe comment ». Pour lui, la paix et la sécurité sont liées au retour de l’administration dans le nord du pays. « Le déploiement militaire ne suffira, à lui seul, pas pour vaincre tous les défis qui s’imposent. Il faut garantir la santé, l’éducation, la bonne gouvernance, les structures étatiques efficaces, la décentralisation dans laquelle nous avons une expérience à travers le fédéralisme », développera ensuite le président allemand.

Dans le même ordre d’idées, le président Keïta a indiqué que le phénomène du terrorisme menace le monde entier. Pas que le Mali seulement, qui revient de loin. « Ce qui se passe au Mali ne concerne pas que le Mali seulement », a-t-il répété, estimant que la communauté internationale doit rester mobilisée pour combattre ces groupes qui ambitionnent d’imposer l’obscurantisme par la terreur.

Qu’en est-il de la date du déploiement des militaires allemands ? Pour la réponse à cette question, le président allemand a laissé le soin à un membre de sa délégation, le colonel Klaffus qui a expliqué qu’une partie du contingent est déjà à Koulikoro. Et que l’arrivée du complément est prévue entre juin et juillet prochains.

Toujours au sujet de la situation sécuritaire dans notre pays, il a indiqué que le septentrion n’est pas encore stable. «Je ne suis pas d’un optimisme naïf, loin de là. Nous comprenons parfaitement que la situation reste difficile, que la menace pèse toujours sur ce pays », a souligné Joachim Gauck.

Le président allemand a ensuite rassuré les Maliennes et les Maliens que son pays continuera à soutenir le Mali : « Nous resterons aux côtés du Mali en tant qu’ami mais aussi partenaire. À travers l’envoi des soldats allemands au Mali notre objectif, c’est de faire en sorte que la mission des Nations unies soit un succès. Et nous serons toujours à vos côtés pour vous appuyer notamment dans le domaine de la décentralisation ».

De son côté, le président Ibrahim Boubacar Keïta a rappelé que la coopération entre le Mali et l’Allemagne n’a jamais baissé de l’indépendance à nos jours. La République fédérale d’Allemagne a été le premier pays à reconnaître l’indépendance de la toute jeune République du Mali, en 1960. L’Allemagne appuie notre pays dans divers domaines pour la sortie de crise.

Le président Keïta a aussi fait savoir son indignation face aux attaques fréquentes contre nos forces armées et leurs alliés : « J’ai rappelé à mon hôte qu’il fallait bien que l’on trouve une solution. Kidal ne peut pas rester une espèce de plaie béante au sein du Mali où des agressions sont commises quotidiennement et que la communauté internationale et nous-mêmes restions impuissants, à regarder cela. Non, cela n’est pas possible ».

Après ce point de presse, le président Joachim Gauck a eu une rencontre avec la communauté allemande à Bamako avant de se rendre à Koulikoro pour échanger avec les instructeurs allemands au sein de l’EUTM. Le président allemand Joachim Gauck a quitté Bamako dans l’après-midi.

A. DIARRA

PARTAGER

1 commentaire

  1. Tout ca c'est du Bla Bla Bla d'un touriste……… Les Allemands savent que c'est le colon Francais qui est l'obstacle. ALORS que fait l'Allemagne????? C'est pas l'Europe (avec l'Allemagne) qui refusent a notre pays d'acheter des armes??

Comments are closed.