Pour une prétendue fraude électorale : Un militant de l’URD injustement emprisonné

5

Le secrétaire général adjoint de la section de la Commune I, par ailleurs secrétaire général de la sous-section 3 de Banconi de l’Union pour la République et la Démocratie (URD), Boubacar Sangaré dit Bahini a été victime d’une cabale le jour du scrutin. Il a été arrêté le jour du vote, emprisonné puis libéré le jeudi dernier faute de preuve. Il a accepté de nous expliquer son calvaire pendant son arrestation.

Boubacar Bahiny Sangaré
Boubacar Bahiny Sangaré

Arrêté depuis le 28 juillet dernier sur fond de dénonciation calomnieuse par une femme d’un adversaire politique, Boubacar Bahiny Sangaré, très populaire en Commune I n’a recouvré sa liberté que le jeudi dernier.

Il raconte le film de son arrestation : “Vers 17h au centre de vote de  Banconi Zekènekorobougou quand j’étais juste à côté des agents des forces de sécurité, une commissaire a donné l’ordre de m’arrêter pour fraude électorale. Mon seul tort a été d’avoir de l’argent sur moi. Comme si posséder de l’argent sur soit le jour du vote est un crime. Les agents de force de l’ordre m’ont conduit au 6e  arrondissement le jour du vote avant de me transférer à la Sécurité d’Etat le même jour, où j’ai passé une nuit infernale dans une cellule de deux mètres carrés avec d’autres personnes”. Selon M. Sangaré, il a été séquestré et torturé moralement quand bien même il est innocent. “A la Sécurité d’Etat, on m’a interrogé sur la nature de l’argent que j’avais en poche. J’ai répété les mêmes propos tenus au 6e.  En tant que mandataire de mon parti, j’avais le perdiem des délégués et des mobilisateurs de mon secteur Banconi, Zekénékorobougou, plateau, Djaguinébougou avec moi. Une somme qui avoisinait les 900.000 FCFA. Comme si cela ne suffisait pas, on m’a photographié avec cette somme comme si j’étais un voleur de grand chemin “, a expliqué notre interlocuteur.

Après avoir passé 24 heures à la SE, Boubacar Bahiny Sangaré a été reconduit au 6e arrondissement pour être présenté devant le juge le mardi 30 juillet sur la base du procès-verbal de la police qui portait sur la fraude électorale. Ainsi, souligne-t-il, le mardi 30 juillet, j’ai été placé sous mandat de dépôt et conduit directement à la Maison centrale d’arrêt de Bamako. Après avoir passé deux jours en prison, Bahiny a été présenté devant le juge du tribunal de première instance de la Commune I pour son jugement.

Après 3h de procès, Boubacar Sangaré dit Bahini a été libéré purement et simplement pour la simple raison qu’aucune charge n’a été retenue contre lui. Au contraire, il a été victime d’un manque de professionnalisme des agents de sécurité.

“On m’a remis mon argent et j’ai été libéré faute de charge contre ma personne. Le juge a même dit que c’est par manque de professionnalisme des agents de la sécurité que j’ai été arrêté et qu’il n’existe dans aucun texte qu’avoir de l’argent avec soit est un crime “, nous a-t-il expliqué.

Pour cet élu de l’URD, son arrestation n’était ni plus ni moins qu’un complot politique d’un adversaire politique en complicité avec les agents de police afin de le nuire.

“Je ne suis pas un fraudeur, c’est la femme d’un élu du camp adverse qui m’a dénoncé afin de ternir mon image. Dieu merci, la justice a tiré tout ça au clair “.
.
Après sa libération, il est accueilli en héros !

Depuis son arrestation, le soutien des partisans de Bahiny et les membres de son parti (l’URD) n’a pas fait défaut. Après sa libération, les femmes et les jeunes ont réservé un accueil chaleureux à leur mentor au Banconi-Zèkènèkorobougou. Certaines femmes sous le coup de l’émotion se jetaient à terre pour manifester leur joie et leur colère contre le mensonge et la calomnie. Les jeunes de leur côté s’apprêtaient à battre le pavé pour manifester leur colère.

Il faut reconnaitre que Boubacar Bahiny Sangaré est un homme politique très célèbre à Banconi Razel.

Il se bat pour le bonheur des populations de son quartier notamment avec son opération de don gratuit d’eau potable, le grattage et le nivèlement, chaque année, des tronçons.
Abdoulaye Diakité

PARTAGER

5 COMMENTAIRES

  1. C’est vrai, les policiers ont manqué de professionnalisme. Bahini doit aussi comprendre que ce n’est plus possible de voler. Il a eu la chance. La prochaine fois les policiers feront tout pour le prendre en flagrant délit. Tout porte à croire qu’il était en position de tentative de fraude.

  2. Bien dit sankingba,
    c’est certainement l’un de ceux qui donnait de l’argent aux gens pour acheter leur vote. On a bien lu qu’une femme l’a calomnié, mais les dires de cette femme n’ont été mentionnés nul part dans l’article. Ne vous faites pas passé pour un victime innocent, on vous connait.

  3. Si tu vois un ignorant se faire prendre en politique s’est qu’il ne s’est pas contenté d’applaudir, (adage bambara) ce sont les leçons de la vie. 😳

  4. Boubacar Bahiny Sangaré , avez-vous besoin d’empocher la somme de 900.000F CFA dans un lieu de vote au motif qu’il s’agit de perdium? Ne assesseurs de l’URD ne connaissent pas chez vous? Comment on a su que vous avez cette somme en poche? Champion de la corruption, il faut reconnaître que vous avez bénéficié de la magnanimité du Tribunal. Comme votre poche était remplie d’argent, point étonnant que vous recouvrez assez facilement la liberté. Ha l’argent, votre odeur sent bien dans les tribunaux. En effet richement drapé dans votre basin, votre passage ne peut rester anonyme le jour du vote. Mon cher nabab, malgré ce sonnant et trébuchant, ça n’a pas passé. Dommage. Nous sommes debout sur les remparts. Les autres corrupteurs potenTiel nous trouveront devant leur chemin. Bandes de ripoux

Comments are closed.