Scrutin du 11 août en Commune III du district de Bamako : Le matériel électoral était nettement en place, l’affluence n’était pas à la hauteur

0

Le scrutin d’hier 11 août s’est bien déroulé en commune III du district de Bamako qui compte un peu plus de 81 000 électeurs. Le dispositif organisationnel, après les couacs du premier tour le 28 juillet dernier ayant entraîné de petits retards dans le début des opérations de vote dans certains bureaux, était cette fois- ci en place. Rien d’anormal n’était à signaler dans les centres de vote que nous avons visités. Malgré la pluie matinale qui s’est abattue hier sur la capitale, les agents électoraux étaient au rendez-vous,   seule l’affluence n’a pas suivi cette parfaite organisation. Elle était moyenne mais acceptable dans de nombreux centres.

 

ambassadrice usa xLa grande affluence constatée lors de la présidentielle du 28 juillet n’était pas au rendez-vous hier pour le second tour qui opposait IBK à Soumaïla Cissé, les deux candidats arrivés en tête au premier tour. Si on peut évoquer la pluie comme l’un des facteurs ayant entrainé la baisse de l’affluence des électeurs, le coordinateur du centre de Ouolofobougou, Yoro Diallo y ajoute la diminution du nombre de candidats.

“Je crois que beaucoup d’électeurs pensent que leurs candidats ont été éliminés au premier tour donc pour eux ce n’est plus la peine de venir. C’est un mauvais calcul, je crois que c’est la phase la plus décisive du vote. Au premier tour il s’agissait de choisir les meilleurs entre les 27 candidats, maintenant il s’agit de choisir le président de la République entre les deux meilleurs candidats, celui qui va présider à notre destinée. Les électeurs devraient alors venir nombreux choisir le bon candidat ” a expliqué M. Yoro Diallo.

Seydou Coulibaly, un électeur du centre du Badialan III d’ajouter le fait que la Cour constitutionnelle a mis du temps pour publier les résultats définitifs et que les candidats n’ont eu que deux jours de campagne bouleversés par la fête du Ramadan. En somme tous les ingrédients étaient  presque réunis pour que le taux de participation n’atteigne pas celui du premier tour.  “Nous avons commencé les opérations de vote à 8 heures, l’affluence était grande entre 10 h et midi. On espère que les électeurs viendront en masse dans l’après midi ” a confié ; la présidente du bureau de vote n°2 du centre de N’Tomikorobougou, Téma Touré. Dans le bureau de vote n°3, le président comptait déjà plus de 200 votants vers 13 heures.

Le coordinateur de ce centre, Mamby Camara a précisé que les 20 bureaux de vote ont tous commencé à 8 heures.  “Depuis le samedi j’avais préparé tous les matériels de vote. Tôt le matin tous les présidents sont venus faire le constat et ont constitué leur bureau pour commencer les opération à 8 heures. Les opérations ont démarré en présence des observateurs de l’Union africaine.

C’est dans la même atmosphère de sérénité que les électeurs ont accompli leur devoir civique au centre de Darsalam où le coordinateur Moussa Ouattara s’attelait à mettre les agents électoraux dans les meilleures conditions de travail. Une équipe technique de la DGE orientait les rares électeurs qui n’avaient pas encore retrouvé leurs bureaux de vote. C’est dans ce centre que l’ambassadrice des USA au Mali, Mary Beth Leonard a visité quelques bureaux de vote en compagnie du maire de la commune III, Abdel Kader Sidibé.

Au centre de vote de Ouolofobougou, sis au centre Aoua Kéïta, les six bureaux de vote fonctionnaient normalement. “Tout se passe bien ici, seulement, il y a eu de petites difficultés avec certaines personnes qui se disent mandataires des candidats. On a une liste de délégués des candidats que nous avons admis dans les bureaux. Les mandataires ne sont pas prévus et nous avons demandé aux forces de l’ordre de les mettre à la porte ” a affirmé le coordinateur Yoro Diallo, avant de juger l’affluence acceptable même si elle n’atteint pas celle du premier tour.

Aux centres de vote de Bamako Coura, à l’école Mamadou Konaté ainsi que ceux du Badialan II, du Badialan III – Kodabougou, du Centre commercial, les électeurs munis de leur carte NINA, seul document pour accéder aux centres de vote, faisaient leur choix dans une quiétude totale.

Youssouf Camara

PARTAGER