La COPAM, la guerre, l´état d´urgence : «Nous prenons acte de la présence rapide de l’armée française»

27 réactions [-] Texte [+] Email Imprimer

Dans une déclaration en date du 12 Janvier 2013, au lendemain de la perfide agression jihadiste de Konna, la Copam a salué l´héroïsme résistant de nos Forces armées et de Sécurité. La COPAM a pris acte de la présence rapide de l´armée française en rappelant qu´elle reste très vigilante quant à toute intervention militaire étrangère au Mali.

Au regard des crimes et atrocités terroristes innombrables perpétrés par les islamo-terroristes au nord, au regard de l´avancée et la menace de leurs colonnes de pick-up lourdement armés, l´intervention française dénommée SERVAL a fait l´effet d´un immense soulagement populaire et suscité les espoirs les plus permis.

En ces heures tragiques où fusent les auto-proclamations et applaudissements, nous devons assurément garder la tête froide. L´intervention française semble avoir précipité l´arrivée d´armadas annoncées (USA, UE, CEDEAO). Mais on ne peut oublier qu´il s´agit de ceux-là même qui neuf mois durant, se sont fait les complices des djihadistes en combattant systématiquement l´armée malienne et ses chefs, en refusant à notre vaillante armée nationale désorganisée, son rééquipement en armes modernes, sa formation, sa réorganisation et reconstruction !

 N´a-t-on pas voulu affaiblir le Mali pour mieux le soumettre ?

Ménage-t-on encore le MNLA qui offre ses services pour l´armée française et non pour l´armée malienne ? Qu´en sera-t-il alors de l´intégrité territoriale du Mali? Veut-on nous faire oublier les autres objectifs de cette guerre, les visées notamment de tous bords sur les ressources du sol et sous-sol malien ?

Les faits révélés, depuis la reprise des hostilités sont édifiants, en se remémorant les Accords d´Alger (2006), la haute trahison du régime défunt, les déclarations particulièrement inamicales et singulières de certains dirigeants des pays musulmans, montrent que le Nord du Mali a été identifié comme le nouvel Etat indépendant pour loger tous les islamistes terroristes dont les pays d´origine cherchent à se débarrasser pour leur propre calme et leur propre développement.

En effet, les déclarations surprenantes du président Morsi d´Egypte, celles indécentes de l´Emir du Qatar et les contorsions du frère algérien ne sauraient s´expliquer que par l´éventement de leur plan machiavélique contre notre pays. Même l´intervention fulgurante et inattendue de la France peut être interprétée en partie dans ce sens. Le complot islamiste, en complicité avec certains pays musulmans « frères » est donc devenu un secret de polichinelle depuis l´attaque de Konna et l´arrivée de l´armée française aux côtés de l´armée malienne.

Tous ces évènements confortent la Copam et sa ligne. En effet, la Copam a bien dit que l´armée malienne est l´unique responsable de la libération de notre pays. Les armées qui seront là doivent venir en amies pour l´aider et non pour se substituer à elle, comme le voulaient les apatrides de l´intérieur et leurs amis de l´étranger.

Honneur et gloire à l´armée malienne. Salutations et reconnaissances à toutes les armées des pays amis et frères qui accourent pour verser leur sang afin de l´aider et la soutenir dans l´accomplissement de sa mission sacrée de rétablissement, sans aucune défaillance, de l´intégrité territoriale de notre pays. Tout pays qui s’avise de consacrer la partition du Mali et « d’éradiquer l’armée malienne « doit s’attendre à la résistance du peuple malien. La Copam est fière aujourd´hui, épanouie de joie et de gratitude, de constater que notre armée est COMBATTANTE, COURAGEUSE, VAILLANTE, INTREPIDE ET TEMERAIRE, sur les fronts NORD et SUD en direction de Tombouctou, Gao, Kidal, Aguelhoc et Tessalit. La Copam, qui n´est pas rancunière, sourit en voyant le zèle forcé des camarades du FDR qui gesticulent en faisant semblant de croire aux vertus guerrières de notre armée.

En vérité, ce sont eux qui, aplatis servilement pendant dix ans devant un régime qu´ils ont incarné, mais qui a désossé l´armée, l´administration et tous les attributs de l´état par incompétence, qui criaient, grâce à l´oreille complice de la CEDEAO, pour une autre invasion du Mali, non pas pour le libérer mais pour se sécuriser des Maliens qui n´ont jamais inquiété personne. Au contraire, ces raseurs de murs, avec une presse à leurs deniers, des ordinateurs en abondance sur le marché, insultent et menacent, quotidiennement, les responsables et les militants de la Copam ! Dérision !

Il est clair maintenant que l´état d´urgence n´a pas été institué pour la libération du Nord, mais pour remettre en selle le FDR et son clan ; pour lui permettre de réapparaître avec sa puissance d´argent, ses injures, sa haine, sa hargne pour dresser les Maliens les uns contre les autres et aussi pour intimider la Copam. Peine perdue pour tous les ennemis intérieurs du Mali, car la Copam continue, sans faiblesse, son combat pour le changement, et les idéaux du 22 Mars 2012, pour l´émergence de la nouvelle nation malienne. Après avoir amusé la galerie grâce à son état d´urgence, le FDR et son clan peuvent se taire maintenant en retournant dans le coin obscur où l´histoire et la nation malienne les a désormais relégués.

Si la Copam prône le changement, alors elle œuvre pour le Redressement de la Démocratie et la Restauration de l´Etat. Ainsi la Copam estime que les officiers et soldats qui avaient initié le changement du 22 Mars 2012 au risque de leur vie pour la dignité et l´honneur du Mali doivent jouer tout leur rôle dans la bonne marche de la Transition. Le FDR et ses protecteurs doivent s´en convaincre. Le FDR est une organisation qui ne recherche pas la paix dans ce pays, mais seulement à se maintenir à la tête de nos institutions, et pour cela «  a fin justifie les moyens » ! Le FDR et son clan tentent par tous les moyens de jeter le discrédit sur la Copam, ses actions et ses alliés de la Coalition. Or, pendant que la COPAM  lutte pour l´armée malienne, le FDR et son clan n´ont cessé de vilipender nos forces armées, de faire bloquer nos armes à l’étranger, d’appeler à l’intervention d’armées étrangères dans un pays « sans armée », de saboter toutes les rencontres des Forces Vives du Mali contenues et autorisées dans l’Accord Cadre. Ainsi, la trahison continue!

L’état d’urgence a été institué aussi pour perpétuer le pouvoir illégitime du Président par intérim, en foulant au pied les concertations nationales; pour toujours amuser la galerie, on concocte un papier, au mépris de l’opinion internationale, du combat des Forces Vives depuis le 22 Mars 2012, qu’on appelle Feuille de Route ou Feuille de Rien, à faire adopter par l’Assemblée Nationale dont le mandat est bien révolu! Pour la COPAM, la montée en puissance des opérations militaires dans notre pays ne peut ni occulter ni bloquer ni empêcher l’évolution du processus politique. C’est pourquoi, nonobstant les cornes en banco des ennemis, apatrides et pouvoiristes au sein de notre nation, la COPAM réclame la tenue des concertations nationales et rejette la mascarade qui consiste à faire adopter la Feuille de Route par l’Assemblée Nationale. Ce serait encore une trahison du FDR et son clan.

Dans la dure épreuve que vit notre nation, la COPAM, reconnaît que le premier soldat étranger aux côtés du soldat malien est un soldat français. La COPAM rend un vibrant hommage à la mémoire du Lieutenant Damien BOITEUX qui a été le premier soldat étranger à avoir perdu la vie pour le Mali, pour la France et pour la liberté. Cependant, quel regret et quelle surprise pour nous de constater que l’Ambassadeur de France au Mali, un homme de grande qualité par ailleurs, a cru bon de prendre parti et cause pour le FDR et son clan, en s’introduisant de façon inacceptable dans les affaires intérieures du Mali. N’a-t-il pas dit, concernant les activités de la COPAM et ses Alliés des 9 et 10 Janvier 2013 que « des groupuscules faisaient la loi à Bamako, il était urgent de prendre des mesures« ! Prendre des mesures par qui, Monsieur l’Ambassadeur? La COPAM demande très courtoisement à Monsieur l’Ambassadeur, ainsi qu’à tous ceux qui agissent dans notre pays de se tenir à égale distance des acteurs politiques maliens et de se  tenir hors des affaires intérieures du Mali. Excellence, vous qui êtes si bien informé, vous devez savoir que ce n’est pas un responsable de la COPAM qui a proclamé des jours avant l’invasion de Konna : « Nous allons chauffer au Nord pour reprendre le pouvoir dans le Sud ». Vous êtes tombé dans le piège!

Bamako, le 28 Janvier 2013.

SOURCE:  du   31 jan 2013.    

27 Réactions à La COPAM, la guerre, l´état d´urgence : «Nous prenons acte de la présence rapide de l’armée française»

  1. Dozoba

    Vous ne pouvez plus tromper personne! suppôts de Satan! Ne cherchez pas à dissimuler vos accointances avec les Djihadistes. On vous connait, pêcheurs en eau trouble. l’histoire va vous rattraper bientôt.

  2. Bazouka

    La COPAM existe-t-elle toujours ? Bande d’apatrides. Vous n’avez pas honte de parler. Au moment où les dignes fils de ce pays pensent à la défense de l’intégrité territoriale, vous les aigris sociaux avec vos mentors délinquants de Kati, obsédés par le pouvoir, pensez toujours à vous partager le peu qui reste du Mali. Quel insouciance. Et vous osez parler au nom du peuple malien ! Pensez-vous que le peuple se limite à ces délinquants de Kati, à l’aigris Oumar Marico, à l’esclave Younouss Hameye DICKO, à la mal-aimée Rokia Sanogo et les quelques badauds qui vous accompagnent ? Que Dieu vous débarrasse de la haine et de la méchanceté, pour que vous pouviez ouvrir vos yeux et vivre parmi les humains. Que Dieu bénisse le Mali.

  3. Allain Jules

    Excellente contribution !

    Après les you-you, les Maliens risquent de déchanter.