La course pour Koulouba 2012: Le MPR toujours hésitant, le PSP bloqué

0
0

Seulement à quelques encablures du premier tour de la présidentielle du 29 avril prochain, le Mouvement Patriotique pour le Renouveau (MPR) de Choguel Kokala Maïga hésite encore tandis que le Parti  pour la Solidarité et le Progrès (PSP) du Pr. Oumar Hamadoun Dicko  est bloqué.

 

Si dans les états major de beaucoup de partis politiques, on connaît désormais dans quelle sauce on devrait être mangé pour la présidentielle du 29 avril prochain, c’est loin d’être le cas pour le Mouvement Patriotique pour le Renouveau (MPR) et le Parti pour la Solidarité et le Progrès (PSP). En effet, selon des sources proches des deux formations politiques, la présidentielle s’annonce très compliquée. Les mêmes sources indiquent que le PMR, le parti du tigre serait entrain d’attendre des consignes de la part du Président sortant ATT, afin de s’aligner derrière quel candidat ou quel parti sachant bien que le MPR ne présentera pas un candidat. Ce qui expliquerait tout le retard pris par le parti à choisir un camp pour la présidentielle.

Sinon, comment peut-on comprendre, qu’un grand parti comme, le MPR après avoir tenu son congrès, au cours duquel en principe, le choix du candidat devrait être fait pour l’élection présidentielle, ne parvient toujours pas à se décider dans sa position initiale de parti centriste. Déjà, certaines sources  ont (sans que l’information ne soit confirmée par a direction du parti) évoqué une possible alliance entre le MPR et l’ADEMA.  Si dans le camp du MPR on hésite toujours à choisir le candidat à soutenir pour la présidentielle du 29 avril prochain, par contre au sein du PSP, l’on serait en manque d’argent  pour organiser le congrès avant de penser à l’élection présidentielle. Au cas où le parti ne parviendrait pas à tenir son congrès pour débloquer la situation avant la présidentielle, que ce passerait-il ? Va-t-il succomber à la suite de sa blessure financière ? Autant d’inquiétude pour s’assurer de la santé politique du PSP « avant, pendant et  après l’élection présidentielle à venir ». A suivre…

 

Par Zakariyaou  Fomba

NB - L'auteur de cet article est seul responsable de son contenu.