La méthode innovante d’Ibrahim Boubacar Kéita : Parole de Malien appelé IBK 

0
0

El Hajj Ibrahim Boubacar Kéïta, a choisi un marabout Touré (Mandé Mori), pour conseiller politique à la communication. De ce fait, son homonyme à moitié et conseiller à la communication, Boubacar Touré, a livré à la  Nation, via les médiats nationaux et internationaux, le contenu du message d’IBK à propos du Nord septentrional malien.

Ainsi, selon lui, pour le candidat du RPM (rassemblement pour le Mali), la «peau de banane des Accords d’Alger» constitue une illégalité tant que ces «accords» quasi secrets dans le fond, n’ont pas été ratifiés par le Parlement Algérien lui-même.

Si et seulement si les parlementaires algériens, parrains du traité dit «ACCORDS D’ALGER» avaient adopté et ratifié un tel document à valeur d’usage sous régional et de sécuritaire, un «Modus Vivendi» en somme théologique pure, aurait été trouvé entre tribus arabes migrants et populations autochtones sédentaires. Et, indépendamment, que nos députés, leurs homologues maliens, les auraient eu à adopter aussi en son temps.

Or on sait comment IBK, président de l’Assemblée Nationale à l’époque avait été tenu à l’écart par le Général Kafougouné Koné sur cette affaire là.

De plus, le RPM estime que le mélange ethnique des populations au Nord du Mali aux rebelles transmigrant, nouvellement arrivés sur le terrain n’est pas fait rassurer, d’autant plus que ces rebelles ont été accueillis les bras ouverts par nos plus hautes autorités.
Ce qui leur a permis et garanti un accès facile dans ce désert géant, om ni l’Algérie, ni le Niger n’ont daigné les y accueillir, avec en prime, 50 millions de francs CFA, librement distribués à la clé.

Le RPM en appelle donc à l’unité nationale et à l’univocité (même voix), au sein du peuple malien, sans distinction de classe, ni exclusion de groupes.

En même temps, le parti du tisserand, fidèle à sa dévise, demande un rééquipement exhaustif et à degré de souhait de notre Armée, de nos gendarmes et des services de la Police Nationale et de la Garde Nationale. Au nom de la défense du territoire. Car ne l’oublions pas, grâce au GPS et au téléphone satellitaire, ces bandits de grands chemins, pour ne pas les nommer d’un autre nom maffieux, ont plus de moyens économiques qu’on ne le pense à tort.

On peut se trouver en Amérique et voir tout ce qui se passe dans les foyers du  monde (Ndlr : et qui ne manquent plus que d’être fournis et ravitaillés en permanence en électricité et gratuitement, sur décisions des gouvernements du monde entier à partir du projet ITER du centre de Cadarache), conclura le messager d‘IBK, son «toma», Touré.

«Pourquoi donc ne pas utiliser ces moyens technologiques de la communication moderne pour protéger  notre territoire à ses frontières, ainsi que garantir la vie de nos populations civiles, toutes en quête de paix et de bonheur ; besogneuses de quiétude et de tranquillité ?»
Des âmes paisibles qui ont voulu faire confiance à IBK en 2002, et qui ne cherchent qu’à être plus nombreuses la prochaine élection, pour lui faire encore plus confiance (l’élire) quant à la

Bonne Gouvernance de ce grand Etat : le Mali. Se sentent mobilisées et plus confiantes avec cet homme là. Il doit bien y avoir une raison. Cherchons à mieux savoir.
Moustaphe LEYE

NB - L'auteur de cet article est seul responsable de son contenu.