La presse nationale à Titibougou, chez l’ancien porte- parole du FDR : Kassoum Tapo, impérial

9

Mon Dieu, bon Dieu, ce qui nous manquait est arrivé, bien arrivé ! La presse nationale au domicile d’un leader politique, il fallait le Bâtonnier, l’honorable Kassoum I Tapo, député Adema élu à Mopti, ancien médiateur entre l’opposition et la majorité présidentielle des crises politico- institutionnelles du premier et très difficile mandat du président Konaré, ancien patron de la CENI et récent ancien porte – parole du FDR, pour vider ce comble, ce criard déficit.

Me Tapo

Jusque là, on nous avait habitués aux salles de conférence des hôtels et plus particulièrement de celles du CICB. Mais là, c’est un grand coup médiatique d’une rare intelligence, d’un leadership plus qu’avéré.

C’était samedi dernier. Des responsables et représentants de plus de trente(30) organes, quotidiens, hebdo et bi-hebdo et mensuels avaient fait le déplacement pour écouter un homme qui, las de prendre des coups politiques d’une rare bassesse, venait de leur ouvrir grandement les portes de ce qu’il a de plus cher, sa maison, le souvenir de cœur qu’il tient à laisser à sa descendance. Un bien acquis à la sueur de son front, à la fermeté de son verbe, au sérieux de son sacerdoce, le fruit de la souffrance, de temps de privations sous tendues par de nombreuses années dans un pays qui n’est pas le sien mais qui l’a accueilli et qui lui a permis de s’accomplir. Revenu au pays au début des années 80, Me Kassoum Issa Tapo, avocat de renom parcequ’inscrit aux barreaux malien et français, figure emblématique du barreau malien, entreprit d’investir le fruit de sa réussite, dans son pays, à Bamako la capitale, à Titibougou, dans la Préfecture de Kati. D’une digne parcelle de terrain proprement acquise, surgira un magnifique domaine mettant en relief la fierté et la dignité du malien. C’est à travers ce domaine que beaucoup d’esprits malins et chagrins tentent aujourd’hui de le blesser, en cherchant à faire croire aux maliens et partant à la génération qui n’était pas encore là, que lui Kassoum I Tapo s’est servi au point de sortir de terre un tel gigantisme, une telle beauté. Erreur, Me Kassoum Issa Tapo avait presque tout prévu. Auréolé du décret présidentiel qui venait l’honorer en qualité de président de la CENI, la toute première de toute l’histoire politique du Mali indépendant, comme pour un devoir de mémoire, avait fait appel à l’ORTM, à travers une équipe de reportage pour fixer des images et recueillir des propos. Tout nouveau président de la Commission ne disposant donc d’aucun fonds public susceptible d’être manipulé, les maliens, ces chers maliens qui veulent les choses propres  ont gravé dans leur mémoire, l’image d’une bonne famille, fière de son chef sur ses propres terres.

Alors à qui voudrait – on faire croire autre chose. Il a été président de la CENI par un décret présidentiel mu par la confiance d’un président que les maliens ont majoritairement installé des années plutôt. Kassoum est propre, n’en déplaise à ceux qui s’acharnent sur sa réussite. Ce domaine il le gardera et fera la politique tant que ses deux jambes supporteront sa masse, son intelligence et son courage. De la CENI écoutons plutôt Kassoum I Tapo campant le décor de ce que sera la suite du déjeuner.

Sory de Moti

PARTAGER

9 COMMENTAIRES

  1. Meme aux heures les plus sombres de l’histoire du pays,les maliens demeurent dans leur jalousie.Nous savons tous que Me Tapo etait un homme riche bien avant qu’il n’entre en politique.

  2. LA HONTE Mr TAPO vous pouvier nous expliquer comment Mr koman doumbia a pu décrocher le marché des urnes pour les élections de 1997.
    Mr DOUMBIA était au moment des faits le président du conseil d’administration de la SOMAPIL et vous vous étiez a l’époque avocat de la SOMAPIL et cette même SOMAPIL était dirigé par le frére de votre épouse.
    Je peux rentré dans plus de détailles.
    Je laisse les Maliens honnêttes médité la dessus.
    Vive le MALI.

    • Mon cher, il fallait bien que quelqu’un decroche le marche. Je suis sure, et vous etes d’accord avec moi, que quelque soit la personne choisie, il y aura des reactions de ce genre.

  3. Vraiment honte aux jaloux! Les tragédies des peuples révèlent souvent de grands hommes mais sont souvent occasionnées par de sombres personnages comme le disent les penseurs. Et à force de taper sur tout le monde à l’aveuglette et de mettre le pays sens dessus-déçà, on pousse les gens dans leurs derniers retranchement et Maître Kassoum est en train d’être révéler vraiment aux Maliens par son courage à affronter toutes les accusations dont il fait l’objet. Peut-être aussi sortira-t-on enfin des preuves contre lui.
    Que ses adversaires arrêtent les insultes et les accusations gratuites du genre “voleurs” ou “destructeurs du pays” et sortent enfin les preuves pour le confondre pour de bon. Sinon nous autres aurons tendance à croire que ses détracteurs ne sont que des aigris et des jaloux.

  4. Ce monsieur fait parti des héros de notre cher Mali.
    Je ne l’ai jamais connu personnellement, mais il a montré à tout les maliens et maliennes qu’il est vrai homme et qu’il n’a peur de rien.
    Son courage n’a pas d’égal.
    Honte aux jaloux

  5. corrompu de journaliste que tu es.Vas profiter du bien mal acquis de Tapo.Dis à ce dernier que les moments de detournement des deniers publics entretenus par ATT sont revolus à jamais et que tous les detracteurs des biens de l’Etat à commencer par Tapo et l’ancien Ministre de la santé en la personne de Touré repondront très bientôt de leurs actes.

  6. Regardez moi un journaliste qui joue le rôle de griot chez l’un des destructeurs du pays. <>, mon cher journaliste où griot, 32/100 des electeurs ont voté en 2002 et 21/100 ont voté et toi tu nous parles de majorité. Ne t’abuses pas de ta profession.

Comments are closed.