La ruée vers la CODEM : La quenouille s’étoffe dans plusieurs circonscriptions du pays

3

A quelques encablures des élections présidentielles post crise prévues pour le mois de juillet, le  Candidat des Partis Unis pour la République, non moins Président du parti Convergence pour le Développement du Mali(CODEM) solidifie confortablement sa position. Les 16 et 17 février dernier, son parti a accueilli plus d’une cinquantaine de transfuges politiques des partis dits d’envergure nationale. Après la région de Sikasso, son fief,  Kayes, Koulikoro, Mopti et Ségou adhèrent en  sa cause pour l’opérationnalisation du tournant générationnel. Et le leadership du renouveau se précise.

Housseyni Hamion Guindo, président Codem
Housseyni Hamion Guindo, président Codem

Le parti Convergence pour le Développement du Mali (CODEM) se porte bien et semble être au mieux de sa forme malgré cette crise qui a mis le bâton dans les roues de nombreux bords politiques. Dans la semaine où le Ministre de l’Administration Territoriale, de la Décentralisation et de l’Aménagement du territoire, le Colonel Moussa Sinko Coulibaly, a rendu officiel la date et le mois du premier et deuxième tour des élections présidentielles post crise, 7  et 21 juillet, la CODEM a accueilli en son sein des transfuges politiques venant des cieux de grands partis politiques dans plusieurs circonscriptions  de quatre régions du pays :  notamment à Kita (Kayes), Dogoduma (Koulikoro), Sansanding et Macina, (Ségou) et Tenenkou (Mopti).  La vague de Kita est au nombre de 25 conseillers, principalement venus des rangs du PDES. Leur leader est M. Touré, premier adjoint au Maire. La délégation du bureau national qui a présidé la cérémonie d’adhésion était dirigée par M. Souleymane Makanba Doumbia, vice président de la CODEM.  Celle de Sansanding, 10 conseillers avec à leur tête M. Pierre Traoré et 5 conseillers dans la localité de Macina. La délégation du bureau national de la CODEM            était dirigée par, l’honorable Amadou Bouaré, coordinateur du parti et élu à Macina. A Dogoduma, la quenouille  a reçu 7 conseillers  dont le leader est M. Kansaye, adjoint au Maire de Doguduma. Dans la cinquième région, aux cercles de Mopti et Tenenkou, la vague était plus énorme, une dizaine de maires, selon des sources concordantes.

Cette ruée vers la CODEM peut-elle être interprétée comme une coïncidence ou ont-ils déjà flairés une prochaine…  lors des élections présidentielles qui s’annoncent à grand pas.

Aujourd’hui, au regard de son parcours politique, l’honorable Housseiny Amion Guindo a fait une ascension fulgurante. Au départ considéré être une marionnette, le parti du jeune député arrive à s’imposer parmi plus d’une centaine de partis politiques et se place confortablement dans le rang des cinq premiers partis du pays, avec plus de 1200 conseillers communaux, une quarantaine de maires et huit députés (avant ces nouvelles adhésions).

Cette consolidation de sa position au fil du temps,   le (Poulo) rend presque imbattable dans la région de Sikasso où il est élu, dans la région de Mopti où il est originaire et dans d’autres régions où il s’impose petit à petit. Cela grâce à son combat pour le tournant générationnel en vue d’un renouveau du leadership dans notre pays.

Après ses résultats remarquables lors de la députation de 2007 et les communales de 2009, il évaluera son poids réel par la  conquête du fauteuil présidentiel.

Boubacar Yalkoué

PARTAGER

3 COMMENTAIRES

  1. Jeune fais attention aux opportunistes,escrocs,bandes de petites gens sans honneur.
    Mon très cher tu merites plus,que d’etre envahi par des gens dont la seule ambition est personnelle mais moindre (thé,tee-shirt,5000f par ci,2000f par là et la journée est bonne)
    Honnorable encore une foi attention aux nomades politiques qui pensent etre plus intelligent alors qu’il jouent à la politique de l’autriche.

  2. “La vague de Kita est au nombre de 25 conseillers, principalement venus des rangs du PDES”: les oiseaux migratoires ont entamé leur voyage. :mrgreen: 😆 😛 😀

Comments are closed.