L’Adema : la course vers le chaos ?

4

L’Adema va mal et même très mal, car si rien n’est fait pour refonder ce parti resté longtemps  privé du respect scrupuleux de ses  idéaux et  textes fondateurs, nul doute  qu’il  court  inexorablement  le risque d’une  implosion presque programmée  par les cadres et militants rêvant tous aujourd’hui  d’un nouveau  et indispensable sursaut républicain.

Ce qui serait bien dommage pour une formation  qui  a eu  surtout  la lourde  responsabilité « historique » de gérer les affaires du pays pendant plus d’une décennie. Cette  situation  très privilégiée lui avait surtout   permis de se doter de moyens matériels et financiers nécessaires pour se tailler  dans les règles de l’art et de la compétition électorale , une place de  leadership incontestée au sein du paysage politique malien. Cette suprématie nationale acquise au cours des différents  scrutins  législatifs et municipaux  ne représente plus cependant la meilleure soupape de sécurité, contre de nombreuses  tentatives secrètes  d’implosion qui se dessinent à l’horizon. Faut-il alors s’attendre à des   lendemains tristes et amers  pour le parti de l’abeille ?

Le Tract explosif  qui accuse le CE !

En effet un  tract intitulé « Appel pour le renouveau du parti » circule  depuis quelques jours sous le manteau  et invite le docile peuple Adema à un vrai sursaut républicain .Pour la bonne raison écrivent ses rédacteurs  que l’idéal de solidarité et de partage qui firent naguère  la force et la fierté de cette formation a aujourd’hui disparu au profit  d’ambitions personnelles. Les valeurs de droiture, de fidélité, de liberté, de travail, de justice  et d’équité ont disparu au profit de la traitrise, de la corruption, du népotisme, de l’égoïsme et de la démagogie.

La violation des principes, des textes et de la déontologie est devenue la règle au sein du parti, ainsi  certains responsables et militants posent délibérément des actes d’indiscipline caractérisée sans être sanctionnés parce que la ruche ne sait plus réagir .Les mouvements affiliés ne fonctionnent plus car ils sont inféodés à certains leaders qui les instrumentalisent. Ceux-ci  donnent d’ailleurs l’impression d’être de simples assemblages de réseaux sans contenu réel.

Le système d’animation et de gestion du parti mis en place par le CE ne permet pas de faire un contrôle efficace de la viabilité et du fonctionnement des sections et de faire une idée de la dynamique interne. Cela conduit à une inefficacité généralisée accentuée par les effectifs pléthoriques des membres des organes (bureaux des comités, sous-sections et CE).L’obligation de rendre compte et de répondre de ces actes a disparu des pratiques du parti au profit d’arrangements sordides de toutes sortes ayant conduit à la suppression pure et simple des critères objectifs de choix des candidats aux différentes investitures.

L’idéal premier de conquête du pouvoir a disparu étant donné que certains leaders ont des ambitions purement alimentaires et se sentent suffisamment sécurisés par les retombées de leur travail machiavélique de destruction du parti au profit de tierce chaque fois que l’occasion se présente. Ainsi donc le CE fonctionne comme une meute d’oiseaux carnivores qui ne se rencontrent que pour partager une charogne. Et comme pour les charognards les mêmes gens ont accès aux mêmes morceaux, le reste des militants étant considérés comme des gens de seconde zone dont le seul rôle est de constater que les chefs se régalent bien.

En conclusion, ce manque d’éthique et la légèreté dans l’animation et la gestion du parti  sont une aubaine pour tous les affairistes , car on a l’impression que nous sommes le seul parti ou avec un peu d’argent on peut se tailler une place à la direction nationale du parti afin d’accéder à des postes de responsabilité dans l’appareil d’Etat au détriment des militants engagés compétents et honnêtes, toute chose qui compromet nos chances de mettre en œuvre le projet de société et les principes éthiques du parti  dans la gestion des affaires publiques.

C’est pourquoi chers camarades, où que vous soyez et quelque soit votre niveau de responsabilité nous vous demandons de vous « réveiller », afin que l’on puisse donner un nouveau souffle au parti, lui permettre de bien jouer son rôle dans le renforcement du processus démocratique et la consolidation de l’Etat de droit au Mali et en Afrique et le mettre sur le starting bloc pour les prochaines échéances électorales.

Création d’une base de données Adema-Pasj

Le président intérimaire du parti Ibrahima N’Diaye est-il au courant de l’existence  du fameux tract ? On est presque tenté ici de répondre par la négative, pour la simple raison que c’est seulement le 11 septembre dernier que le parti a adressé un courrier à toutes les structures locales du parti en vue donc de la création d’une base de données Adema-Pasj. Dans le cadre de l’élaboration d’une stratégie de mobilisation, le comité exécutif envisage la création d’une base de données complète de l’ensemble des militants élus et membres des structures de base du parti. A cet effet, le comité exécutif demande à toutes les sections du parti de lui faire parvenir avant le 30 septembre 2012, délai de rigueur, la liste complète des membres des bureaux et des conseillers communaux  de leur ressort en précisant notamment les noms, prénoms et contacts (numéros de téléphone) des camarades. Compte tenu de l’importance d’une telle base de données dans la mobilisation des militants, l’exécution diligente de la présente tache avant le délai imparti est vivement souhaitée.

Interlignes Tel un bateau ivre  Mon pays étouffe !

En politique il n’ya pas d’homme providentiel, il n’ya que des occasions historiques » dit-on souvent. Si cette boutade se confirmait encore dans notre pays , qui sera donc cet heureux élu  qui pourra bien saisir  sa chance en 2013,( année butoir annoncée par les nouvelles autorités pour l’élection d’un nouveau président ) et résister du coup à cet emballement médiatique qui se produit au quotidien avec sa série d’articles en cascade , ces tombereaux de rumeurs et d’anathèmes  balancées sur Facebook ne laissant  hélas aucune chance à celui qui se trouve dans l’œil du cyclone, si  ce n’est d’attendre le prochain mot , la prochaine rumeur , la prochaine vague et donc la prochaine victime. Jamais dans l’histoire politique de notre pays, le décalage n’a été aussi grand entre l’importance donnée à ces sujets de second ordre et la triste réalité que vivent nos concitoyens. D’un coté les petites phrases, les débats de salon, la politicaillerie .De l’autre la peur du chômage, la hantise de l’insécurité surtout dans les quartiers populaires et sensibles, l’inquiétude face à une rébellion qui  cache de nombreuses zones d’ombre.

Notre beau pays ressemble désormais à un bateau ivre où coté VIP, on se demande « que peut-on dire ? » pendant que dans les soutes, on crie « que peut-on faire pour nous ? ». Ce ressenti social, ce cri de détresse  ne trouve aucun débouché politique, car personne aujourd’hui ne l’incarne .Ce malaise se double d’une fracture territoriale, témoin la situation toute aussi désastreuse que connait l’ensemble des collectivités territoriales de notre pays. .En effet comment peut –on continuer à brandir avec fierté  le mot « décentralisation » lorsque  selon les résultats d’une  récente étude publiée par la direction nationale des collectivités ( DNCT), une des plus grandes menaces pour le processus de décentralisation  est la prépondérance de ressources financières extérieures dans le financement des collectivités décentralisées .En 2008 et 2009, 93,21% des subventions allouées aux collectivités territoriales provenaient des partenaires techniques et financiers(PTF) tandisque  que la part du financement national ne s’élevait qu’à 6,79%. Un vrai scandale ! Alors, de qui se moque t-on.

Face à une démocratie devenue « N’ta sidon yé », nos concitoyens se refugient forcement là ,où ils le peuvent , dans l’abstention et le vote protestataire les jours d’élection ( les politologues sont formels :  Le taux de participation  n’a  jamais dépassé-toutes élections confondues-   plus de 40% ces  dix dernières années) .Et pourtant , il n’ya pas une main dans l’ombre qui tient fermement le couvercle sur cette nation  qui  étouffe et sanglote sans fin , car la vérité est surtout basique .Ceux qui décrètent savoir –les politiques , les medias , les décideurs  bref les élites ont seuls accès à la parole .C’est ce petit groupe , cette apparente caste d’intouchables qui s’autorise et monopolise l’explication sur le sens des choses , d’où une pensée hors sol  et un circuit fermé .Le drame dans tout çà : l’individualisme érigé, comme la dernière des libertés et qui met à mal aujourd’hui  tout nouveau projet collectif rendant presque désuets les trois mots fondateurs ( un peuple ,un but ,une fois)inscrits au fronton de notre constitution en panne depuis le coup de force militaire du 22 mars dernier. Une chose est sure, on ne guérit pas des maux notamment ceux d’une société par des mots d’autant que la disqualification permanente de la parole politique à l’œuvre de nos jours  entame aujourd’hui le crédit même de l’action politique.

Bacary Camara

 

PARTAGER

4 COMMENTAIRES

  1. Merci M. Camara pour votre article courageux qui devrait inspirer tous les partis politiques.

    Les partis politiques au Mali donnent gĂ©nĂ©ralement l’impression de ne pas avoir pris leur distance par rapport aux mĂ©thodes des partis uniques : complaisance, individualisme, favoritisme, manque de vision, absence de renouvellement de la classe dirigeante.

    Ne sommes-nous pas entrain de faire de faux rêves en pensant que ces partis, habitués aux méthodes des partis uniques, permettront le développement de la démocratie au Mali ?

    L’ADEMA a portĂ©, un moment, nos espoirs.
    Certaines options choisies par ce parti, Ă  des moments exceptionnels de l’histoire de notre pays, ont rĂ©duit considĂ©rablement notre enthousiasme :
    1- L’obligation pour IBK de sortir de l’ADEMA
    2- Le soutien apporté à ATT au détriment de toute candidature du parti ADEMA.

    Comment un grand parti peut soutenir un candidat indépendant ?

    L’ADEMA, par ses choix, a fortement contribuĂ© Ă  plomber la dĂ©mocratie au Mali.

    J’espère que le parti a conscience de ses fautes et qu’il s’appliquera Ă  reconquĂ©rir sainement la confiance des Maliens.

  2. l’haure n’est plus Ă  perdre son temps pour des partis ou les responsables vendent leurs dignitĂ© en soutenant des candidats autres que ceux du parti honte Ă  nos dirigeants.

  3. JE partage votre point de vue. L’ADEMA est malade ,malade des cadres :
    1-Alpha qui est le premier responsable tout ce que nous vivons aujourdhui est l oeuvre d’ Alpha il a fait explorer l’ADEMA pour faire elire ATT jusqu’a present JE ne comprend pas pour quelle raisons
    2-ATT et ALPHA ont tout fait pour continuer leurs oeuvres de destruction. ATT a tout fait pour achever le parti et creer un autre parti a sa solde et continuer la destructuration de la societe malienne.
    Si les membres de l’ ADEMA me se ressaissent pas c’est la fin.
    Votre analyse est valuable pour tous les partis politiques du Mali . Les dirigeants sont egoistes . Malgre tiut ce qu’ils ont vole Ils VEULENT toujours restes et continuer a partager le gateau Mali. Vieux corrompus Ils ne VEULENT pas ceder la place aux jeunes. Ce sont toujours les memes candidates
    TOUS LES DIRIGEANTS, LEADERS POLITIQUES ACTUELS SONT DISQUALIFIES. ILS DOIVENT PRENDRE LEURS RETRAITES ET LAISSER LA PLACE A UNE NOUVELLE GENERATION. ET LE PEUPLE DOIT OUVRIR LES YEUX ,CONTROLER LE FONCTIONNEMENT DE L ETAT COMBATRE TOUS LES CORROMPUS

  4. Plutot:Les regles de l’art du vol electoral….
    Tout a une fin,on ne peut pas tromper indefiniment tout le monde.Ce parti n’a plus de seve nourriciere “L’ ARGENT”….What goes up must come down..

Comments are closed.