L’Ambassadeur de France, Christian Rouyer à propos du Nord : “Le début du dialogue ne doit pas freiner l’intervention militaire”

3

A la question du doyen Seydou Badian Kouyaté cherchant à savoir si “prôner le dialogue est le signe d’un angélisme ou de la complicité avec les bourreaux dans le drame du Nord”, l’ambassadeur de France au Mali, Christian Rouyer dira que ” le dialogue qui s’esquisse n’est pas une fin en soi”. Le dialogue ou les négociations, expliquera le diplomate français, sont conformes à la lettre et à l’esprit des résolutions des Nations Unies. Ces propos ont été tenus lors du déjeuner de presse que l’Amicale  des anciens militants et sympathisants de l’union nationale des élèves et étudiants du Mali (AMS-UNEEM) a organisé le vendredi 7 décembre à la Pyramide du souvenir.

L’ambassadeur de France, Christian Rouyer (C) entouré des responsables de l’Ams-Uneem, Oumar Arboncana Maïga (G)

La politique française au Sahel : le cas du Mali “. C’est le thème de cette causerie dont le principal animateur est l’ambassadeur de France au Mali, Christian Rouyer. Il avait à ses côtés les principaux responsables de l’AMS-UNEEM dont le Secrétaire général Oumar Arboncana Maïga, des ténors comme le doyen Seydou Badian Kouyaté, Soumana Sako, Tiébilé Dramé.

Le Secrétaire général de l’AMS-UNEEM, Oumar Arboncana MaÏga a dénoncé la cacophonie au sommet de l’Etat. Ce qui, dira-t-il, rend inaudible le pays,  discrédite les institutions de la transition et enraye toute lisibilité des positions du Mali et toute visibilité de son combat. Il a déploré les tergiversations de la communauté internationale. La médiation de la CEDEAO a été aussi qualifiée de partiale et dénoncée par l’intervenant. “Rien ne sortira de Ouaga, en tout cas, pas la paix, pas l’unité nationale, pas l’intégrité du territoire, pas la laïcité” a souligné M. Maïga.

Dans un message des militantes de l’AMS-UNEEM, Me Kadidia Traoré, évoquant les crimes commis par les bandits armés dans le nord, a haussé le ton face au diplomate français : ” Souffrez que j’interpelle la conscience mondiale sur ces barbaries et atrocités qui sévissent actuellement…Non, non, je m’insurge et je m’indigne contre toute forme d’impunité ou de léthargie coupable à l’égard de ces faits “.

L’ambassadeur de France au Mali, Christian Rouyer a expliqué les liens ombilicaux entre la France et le Mali, avant de souligner que ce qui arrive au Mali touche au plus haut point l’Etat et le peuple français. C’est d’ailleurs la France, a-t-il indiqué, qui a dénoncé premièrement les atrocités commises à Aguel hoc. La commission d’enquête internationale qu’elle a conseillée n’a pas été mise en place. La France, a-t-il relevé, n’a pas abandonné le Mali : la coopération, malgré l’interruption, est renouée au plan militaire ; des entreprises françaises continuent d’exister, à l’exclusion de celles opérant dans le nord, qui se sont repliées provisoirement sur des pays voisins du Mali. Le personnel technique, les cadres et experts de la coopération (à l’exemple du Lycée français Liberté) continuent de servir au Mali.

Parlant de la crise et de sa résolution, le diplomate français a suggéré qu’il ne faut pas vouloir résoudre le problème avec la passion en incriminant tel ou tel pays. Il faut, avec lucidité et raison,  bien analyser la situation pour y trouver une solution définitive. ” Je comprends que ce qui arrive n’est pas acceptable ; les violations des droits de l’homme ne sont pas acceptables. Mais le dialogue qui s’esquisse n’est pas une fin en soi. Si l’on ne se parle pas on ne peut pas voir un début de solution. Le fait qu’il y a un dialogue qui s’amorce ne doit en aucun cas freiner le processus de l’intervention militaire et la France est résolument engagée dans cette dynamique “. Et M Rouyer de faire comprendre que la voie du dialogue est conforme aux résolutions des Nations Unies. C’est un processus évolutif qui peut sembler lent, mais cela ne veut pas dire que “l’Occident est train de dormir “, comme certains le disent.

Pour l’ambassadeur Christian Rouyer, la France tient particulièrement au retour de la paix dans un Mali uni, indivisible et laïc. Ce message, l’Etat français tenait à le transmettre fermement aux éléments du MNLA. Ce qui explique peut-être le reproche qu’on fait à Paris pour avoir reçu ces bandits sur son sol. “ Notre préoccupation est de ne pas avoir une zone d’instabilité, une zone de non-droit au Mali ou dans le Sahel. Malheureusement, cette zone de non-droit s’est installée dans ces régions bien avant le 17 janvier 2012. Pour la France, il n’y a pas de sécurité sans développement, il n’y a pas de développement sans sécurité. Notre souci c’est que toutes les régions du Mali bénéficient de la sécurité et du développement. Les négociations dans ce sens ne se feront pas sans toutes les communautés de ces régions”, a-t-il expliqué.

M Rouyer a précisé que les différences d’appréciations  du timing de l’intervention militaires sont parfaitement compréhensibles du fait du contexte, de la complexité de la situation dans le Nord, mais aussi de l’état de préparation des troupes. Le diplomate français dira que, dans tous les cas, il ne connaît pas un seul chef de guerre au monde qui dira précisément quand et où il compte attaquer des ennemis.

La rencontre a pris fin par une visite guidée des différents compartiments de la Pyramide du Souvenir, précédée d’un bref échange avec les journalistes.

 

Bruno D SEGBEDJI

 

PARTAGER

3 COMMENTAIRES

  1. Les Maliens, qui ne sont pas plus belliqueux que d’autres, savent absolument TOUT de la négociation avec les dirigeants du MNLA et d’Ançardine pour l’avoir pratiquée jusqu’à L’INDIGESTION depuis des décennies : CAR ni les accords, ni les concessions, ni la décentralisation, encore moins l’impunité tacite octroyée n’ont réussi à empêcher les mêmes protagonistes de tirer tout le profit possible des avantages concédés puis de reprendre les armes à la moindre occasion et de tuer pour imposer des vues de plus en plus maximalistes jusqu’à cette ultime fiction d’un Etat indépendant sur un territoire où ils sont ultra-minoritaires.

    L’armée malienne ne doit plus compter que sur ses propres forces pour récupérer à la sueur de son front, ce qu’elle aura perdu à la vitesse de ses jambes. En déclenchant les hostilités face à ces illuminés jihadistes, le Mali ne sera jamais seul dans son combat. Des pays comme le Nigeria, le Niger et l’Afrique du Sud ne resteront pas insensibles à son combat.
    D’autres pays africains, conscients du mépris de la communauté internationale face au drame de tout un continent, sauront se mobiliser et nous aider. Mais on n’a plus le choix, malgré nos lacunes diplomatiques et communicationnelles, malgré la déchirure politique, malgré la crise de trésorerie, il nous faut nous résigner à aller au combat. Un combat pour l’honneur et la dignité retrouvée. Un combat qui fera que le Mali sera de nouveau respecté et craint.

  2. 😀 CETTE PHOTO DE L’ AMBASSADEUR AVEC SES AMIS DE SALADES , LES AFRICAINS SONT JUSQU’ A PRESENT AU DIGESTIF COMME VOIE DE PENSEE-AU-DOUX-DOUX-BOUCHE BEE 😀

    💡 GARCON ❗ RIZ AU POULET ET SALADE POUR MON AMI PRESIDENT ❗

  3. Nous disons à part les naïfs les tarés idiots de naissance qui ne comprennent rien et ne comprendront jamais rien et ceux qui refusent de connaitre la vérité d’1chose pour des raisons personnelles primaires égoïstes tout le monde sait avec 1brin d’honnêteté qu’il n’y a rien et qu’il n’y avait rien à négocier avec ces « ramassis de voyous » qui ne sont qui ont été et qui ne seront que les bras armés des ennemis sous régionaux d’Europe et d’Arabie

    Nous disons qu’ils savent ainsi que leurs commanditaires que les arguments qu’ils avancent qu’ils ont toujours avancé et qu’ils avanceront sont et seront du « bidon »

    Nous disons que les criminels de narcotrafiquants de voleurs violeurs tueurs handicapeurs à vie d’Ansar Eddine et consorts ne peuvent en aucun cas être des agents propagateurs ou de défense de l’Islam Ceux ne sont et ne seront que des Suppôts de Satan des Satan faits humains adeptes et fidèles de Dajal ou l’Antéchrist dont ils préparent et attendent la venue

    Nous disons que les bandits sans foi ni loi voleurs violeurs tueurs sur des bases raciale tribale de MNLA ne sont n’ont été et seront en aucun cas les autochtones ou 1ers occupants de la zone qu’ils revendiquent

    Nous disons que les soit disant rébellions touaregs ont toujours été le fait d’1minorité de touaregs issus toujours des mêmes tributs et des mêmes familles

    Nous disons 2causes sont à la base des ces soit disant rébellions touaregs au Mali

    1)Nous disons ceux sont des touaregs qui ne veulent pas travailler à la sueur de leur front comme le font la majorité des touaregs et les autres ethnies du Mali et sont prêts à s’allier à tout moment avec n’importe qui n’importe quel pays ou puissance même avec Satan pourvu qu’on leur promette l’assistance la pitance gratuites jusqu’à leur mort

    Nous disons que ces êtres primaires ont la paresse la violence ingratitude incrustées dans leurs gênes

    Nous disons qu’ils ne reconnaitront jamais les efforts du Mali à leur égard tant que le Mali ne leur promet pas la pitance l’assistance gratuites jusqu’à leur mort

    Nous disons ils sont et seront toujours 1problème pour leurs frères touaregs travailleurs les autres ethnies du nord du Mali et pour le pays tout entier

    Nous disons qu’ils ne présentent que 0,5% des touaregs du Mali qui ne présentent de 1,5% des ethnies du nord du mali

    2) Nous disons la 2ème cause des soit disant rébellions touaregs à répétition est cette impunité au nom d’1 soit disant réconciliation qui permet à 1individu ou 1groupe d’individus de quitter sa fonction dans l’administration ou dans l’armée de devenir 1rebelle et tuer violer voler handicaper à vie le citoyen lambda malien et revenir après reprendre tranquillement sa place avec souvent même 1promotion

    Nous disons partout dans le monde et dans toutes les vraies démocraties on ne dialogue pas avec les ennemis même fussent ils des compatriotes en service pour des pays autres que les leurs et qui plus ont volé violé handicapé tué des citoyens lambda leurs compatriotes aux fins que plus jamais il vient à l’idée d’1 personne ou groupe de personnes de refaire de tels actes

    Nous disons dans les vraies démocraties ces criminels sont traqués partout ils sont pour les mettre hors d’état de nuire

    Nous disons à Dioncounda au 1er ministre et gouvernement que le Mali ne saurait se déroger à ce principe sacro-saint de justice de protection des citoyens lambda aux fins que plus jamais il vient à l’idée d’1personne ou groupe de personnes à refaire de tels actes

Comments are closed.