L’ancien diplomate Cheick Sidi Diarra rompt enfin le silence : “Le Mouvement Anw Bè Faso Do est né d’une somme de frustrations des Maliens qui voient notre pays à la dérive”

13

Rentrée au pays depuis 2012, après avoir occupé plusieurs postes de responsabilités sur le plan international, Cheick Sidi Diarra a finalement décidé de rompre le silence puisque son pays est confronté à une crise. Pour jouer sa partition, il a décidé de mettre en place un mouvement dénommé “Anw Bè Faso Do”, qui est une plateforme politique.

Pour le moment, ce mouvement n’est pas officiellement reconnu. “Après avoir observé la situation politique, j’ai décidé de prendre part aux débats politiques. C’est pourquoi, nous avons mis en place ce mouvement, qui est né d’une somme de frustrations. Il s’agit pour nous de faire entendre notre voix puisque nous vivons dans une situation très compliquée. Aujourd’hui, rien n’est fait pour apaiser cette situation. Tous les Maliens sont divisés alors que nous devons faire en sorte que la confiance s’établit entre nous”, dira l’Ambassadeur Cheick Sidi Diarra lors d’une rencontre avec la presse, le week-end dernier.

L’objet de ce point de presse visait à faire connaitre les missions de ce nouveau mouvement. “Le Mouvement Anw Bè Faso Do est une plateforme politique, qui a une revendication spécifique : celle d’assumer notre part de responsabilité dans la recherche de solutions à la crise, dans le processus de réconciliation nationale et la reconstruction du pays. Cette responsabilité, on ne nous la donnera pas. Nous l’arracherons à l’occasion des prochaines échéances électorales. Ce n’est pas un parti politique car il ne veut pas s’enfermer dans des carcans partisans pour défendre cette cause qui transcende les différences politiques et doit mobiliser toutes les forces vives de notre nation à savoir sauver notre pays” dira-t-il.

Selon le conférencier, le Mali a besoin aujourd’hui de l’apport de tous ses enfants puisque la situation est grave : “En quatre ans et demi, le sort du Malien s’est détérioré. L’insécurité s’est installée au Nord et au Centre et dans plusieurs autres parties du pays. La ménagère n’a pas connu de pire moment. Le niveau de l’élève s’affaisse. Le diplômé est destiné au chômage sauf coup de pouce. Le pays est plus polarisé qu’il ne l’a jamais été. Tout est fait, sciemment ou non, pour exacerber les tensions en qualifiant les autres d’aigris quand ils ne sont pas simplement petits”.  

Ce qui fut secrétaire-général adjoint des Nations Unies estime que le Mali a besoin aujourd’hui des dirigeants qui ont le sens de l’Etat et de la mission plus que tout. “Nous avons besoin des dirigeants qui écoutent les compatriotes même s’ils ne sont pas d’accord. De dirigeants qui ont l’empathie et la compassion vis-à-vis de leurs compatriotes et de tous les hôtes de ce pays. De dirigeants qui ont la diligence de bons pères de famille. De dirigeants qui ont une vision et ont l’humilité de reconnaitre qu’ils peuvent se tromper. De dirigeants qui consultent leur peuple, mais qui savent faire montre d’autorité quand il le faut. De dirigeants qui font appliquer les engagements pris. De dirigeants qui nous ouvrent les portes sur le reste du monde pour faire valoir notre richesse et notre diversité. De dirigeants qui sont animés de bon sens…” déclare Cheick Sidi Diarra, qui regrette aujourd’hui que beaucoup de cadres maliens dorment à la maison, alors qu’ils peuvent jouer leur rôle dans le développement de ce pays.

En tout cas, pour Cheick Sidi Diarra, il faut que les choses changent à partir de 2018. “Le mouvement Anw Bè Faso Do estime que nous devons changer la direction prise par le pays. Il s’agit de changer sa gouvernance et appliquer les 14 propositions contenues dans son manifeste. Ce document n’est pas taillé dans du marbre. Il est susceptible d’amélioration. Toutes les forces vives de la Nation peuvent faire front avec nous pour apporter ce changement en toute légalité. Mais nous le répétons, il faut changer de direction et de gouvernance dans le pays. Le mouvement est convaincu que le Mali va se stabiliser, mais au prix de sacrifices que nous devons tous consentir dans l’unité, le consensus et la transparence” précisera-t-il.

Notons que l’Ambassadeur Cheick Sidi Diarra jouit d’une riche expérience professionnelle de plus de 30 ans dans les Relations internationales, le  droit et les questions de développement. Il est détenteur d’une Maîtrise en Droit International Public et Relations internationales de l’Université de Dakar, Sénégal. Il a contribué, dès 1982, au renforcement de l’intégration économique du continent africain ainsi qu’à la promotion de l’agenda de développement économique et social de l’Afrique au plan international.

Et les décennies consacrées aux affaires de l’ONU ont permis à l’Ambassadeur Diarra d’acquérir une connaissance approfondie des questions multidimensionnelles de l’organisation, y compris son processus intergouvernemental ainsi que le fonctionnement de son secrétariat.  Il a apporté une importante contribution au processus de réforme des Nations Unies visant à renforcer son rôle dans les questions de  développement économique.

Il a été l’avocat infatigable de la cause de l’Afrique, des pays les moins avancés (LDCs), des pays en développement sans littoral (LLDCs) et des petits Etats insulaires en développement avec plus de 90 pays membres ou associés des Nations Unies dans son champ de compétence. Ses efforts soutenus en faveur de ces pays lui ont valu d’être élu Président du Groupe des pays en développement sans littoral de 2005 à 2007. L’Ambassadeur Diarra a représenté son pays, le Mali, comme Ambassadeur en Algérie de 1993 à 2003 ; puis comme Ambassadeur, Représentant Permanent auprès de Nations Unies de juin 2003 à juillet 2007.

Cheick Sidi Diarra a été nommé secrétaire-général adjoint des Nations Unies en Juillet 2007. Ses responsabilités comprenaient celles de conseiller spécial du secrétaire-général des Nations sur les questions africaines ; de Haut-représentant pour les pays les moins avancés, les pays en développement sans littoral et les petits Etats insulaires en développement. Il a aussi assumé les responsabilités de Représentant de la Cnuced au Siège à New York.

                   A.B. HAÏDARA

 

Commentaires via Facebook :

PARTAGER

13 COMMENTAIRES

  1. TOUS DES TAPE A L’OEIL
    Nous sommes prets à solliciter ta candidature , un president sans vision réel pour son pays, il est myope , des chefs de parti politique tous des voleurs, corrompus, ils étaient tous chez haya sanogo, des religieux qui doivent savoir choisir un bon président pour le Mali, IBK a été une erreur pour eux

  2. Nous sommes fiers de toi, ta chaleur humaine, ta confiance et ton sérieux dans le travail, nous avons besoin d’un homme comme vous au mali;on a entendu trop de mensonges, Cheick sidi diarra nous sommes prets à cotiser afin que tu sois le candidat du peuple. Il faut renouveler la classe politique

  3. Vous savez homme malien n’aime pas la vérité, nous sommes égoistes et méchants. Diarra si tu as eu ce poste sans l’aide de quelqu’un quelque part tu es un homme franc et sincère.Tu es béni douahahou dé , j’ai été étudiant à Alger, je ne connais pas pour les autres tu as tout fais pour moi, j’ai mangé plusieurs fois chez toi à la maison, j’avais l’accès facile comme d’autres étudiants.Merci pour ton hospitalité
    Vraiment tu es quelqu’un de serviable et je suis prêt à tout pour diarraké

  4. Je vous invite à prendre connaissance des 14 propositions du mouvement AN BE FASO DO pour bien apprécier son ideologie.

  5. KINGUIRAKE
    Loin de penser que l’idéologie seule fait l’homme politique,mais qu’ un homme politique sans idéologie est inefficace.
    Si les grands postes définissaient les hommes politiques ,IBK serait le meilleur des meilleurs.
    Je préfère qu’ on les choisisse par rapport à leurs idéologies que selon les grands postes occupés.
    L’ URSS incarnait une idéologie qui a fait d’elle l’une des plus grandes puissances du monde.
    Cette idéologie a ses inconvénients comme toutes les idéologies.
    Le capitalisme incarné par les États-Unis a aussi ses inconvénients dénoncés par beaucoup.
    Nos hommes politiques doivent s’inspirer de l’histoire de ces deux grandes idéologies pour nous proposer ce qui est adaptable à nos sociétés africaines.
    A part les grands postes occupés,cheikh sidi DIARRA incarne quoi qui puisse inspirer la jeunesse malienne à se mobiliser?
    Tout l’ enjeu est là.
    Sinon,il n’est pas différent de ceux qu’ on dénonce aujourd’hui.

  6. Le Mali a incontestablement besoin de tous ses fils et filles pour relever les défis qui l’assaillent.
    Pour que chaque élément de la nation puisse véritablement jouer sa partition,une réforme en profondeur structurelle des institutions étatiques est capitale.
    Créer des mouvements,c’est convenable,mais dégager des grandes idées d’ensemble pour MOBILISER les forces vives de la nation est plus bénéfique aux développements de la nation.
    Nos grands intellectuels très expérimentés sont plus efficaces que s’ils nous font part de leurs idées permettant aux jeunes de se mobiliser pour les faire adhérer à l’ensemble de la population,de façon bénévole.
    Nous avons une multiplication de mouvements sans contenus autour des grands hommes.Cela favorise ce qu’ on a constaté depuis le début de l’ ère démocratique :UNE PERSONNALISATION DU DÉBAT POLITIQUE.
    LE MALI A PLUTÔT BESOIN DES GRANDES IDÉES.
    Les hommes de hautes qualités pour les mettre en oeuvre ne manquent pas .
    On prend l’exemple sur EMMANUEL MACRON ,il est d’avantage un grand ensemble d’idées que les jeunes se sont emparés pour les divulguer sur les quatre coins du pays que la personnalité de l’ homme.
    Jusqu’à présent tous les regroupements qu’ on crée se font autour des hommes,donc manquant d’originalité pour MOBILISER les jeunes.
    Ras BATH fait la pluie et le beau temps parcequ’ il a apporté de l’originalité.
    Monsieur l’ambassadeur cheikh sidi DIARRA continue à MARCHER sur le chemin des hommes qui se sont fait remarquer dans les différents postes étatiques sans visibilité idéologique.
    Le Mali souffre de ce manque d’idéologie,de conviction pour se SITUER dans le concert des nations du monde.
    ZOUMANA SACHO est pour le moment le seul qui se fait remarquer par ses IDÉES.
    Quant on dit ZOU,tout le monde peut le définir.
    Il n’est pas populaire à cause de ses idées et de ses méthodes d’application qui font peur aux grands électeurs qui font mobiliser un électorat majoritairement influençable.
    Monsieur l’ambassadeur cheikh sidi DIARRA a t’il compris que pour être visible,il faut créer un mouvement afin de jouer un rôle dans les instances SUPRÊMES sans forcément se confronter à la réalité populaire?
    Les grandes IDÉES favorisent l’adhésion populaire,surtout les jeunes cadres assis à la maison qui trouveront un moyen de se dégourdir les jambes.
    L’ expérience est visible et souhaitable que si elle sert à créer et véhiculer les grandes IDÉES bénéfiques au pays.
    Que nos intellectuels de haut niveau arrêtent avec ces multiplications de mouvements,mais une floraison d’idées est plus bénéfique et plus mobilisatrice.
    On peut définir cheick sidi DIARRA par quelle référence idéologique?
    Seuls les grands postes occupés le définissent.

    • Les grands posts occupes et le succes remporte par Diarra le definissent. Tu as oublie que ton Zou que j’apprecie est un produit du PNUD aussi tout comme Diarra, donc n’essayons pas de minimiser l’un et rendre l’autre plus grand que Dieu llui-meme. Soyons clairs le Mali a besoin de tous ses filles/fils et allons choisir les meilleurs qui ne sont pas corrompus et savent comment faire marcher un pays ce n’est pas de l’ideologie qui fait marcher un pays, sino l’Union Sovietique n’allait pas tomber.

  7. @FB, Diarra ets un autre espoir pour le Mali, nous avons besoin de fraiches idees et des Maliens qui ont de l’experience et qui savent les tenants et aboutissants du developpement d’un pays et qui ont une bonne retraite et n’ont pas besoin de l’argent de l’Etat Malien pour vivre ou faire vivre leur famille. IBK est un echec et il doit partir car il a eu 4 annees pour mettre le Mali sur la voie du developpement mais au contraire le Mali a tout perdu car aujourd’hui IBK ne peut pas mettre pieds a Kidal, Gao, Menaka, Mopti, Tombouctou, Taoudenit, et Segou

  8. Le nom du mouvement de Cheick Sidi Diarra qui veut dire le pays est à nous tous est évocateur pour tout homme averti. Cela fait référence au partage du gâteau dont Cheick Sidi Diarra et tous ceux qui font le bruit ont bénéficié avec Alpha et ATT. Cheick Sidi Diarra se souvient maintenant que le Mali est à nous tous pourtant ils ont participé à l’effondrement de ce pays occupant les postes par népotisme. Le pays appartient à tous les maliens mais les maigres ressources ne sont pas à partager aux politiciens véreux.

    • Une chose est sûre SE Cheick Sidi Diarra vaut mieux qu’IBK qui n’a fait de détériorer la situation sécuritaire du Mali. Le premier à une somme d’expériences à son actif, le second (IBK), rien du tout. Il doit partir .

      • Cet homme est un patriote , soucieux du changement pour le bien être du pays. Pour tout bon observateur, il faut un changement en 2018, si nous voulons que le Mali ne s’effondre pas. Le régime IBK doit partir, pour permettre la refondaition du Mali nouveau. IBK qui n’a honoré a aucun engagement pris lors de la campagne présidentielle de 2013, doit se démettre à défaut le peuple doit le démettre par la plus belle manière . IBK a échoué sur toute la ligne, nous lui invitons à rendre le tablier. Certes notre bien commun appartient à toutes ses filles , à tous ses fils, mais celles ou ceux qui peuvent le bâtir sont prioritaires. Il ne fait pas parti de ces dignes fils du pays de Soundiata KEITA . La réélection d’IBK annonce incontestablement la fin du Mali crée par ses pères fondateurs avec le sang d’autres maliens. Aujourd’hui plus que jamais , l’heure doit être à l’unisson pour chasser IBK du pouvoir.

  9. Diarra ets un autre espoir pour le Mali, nous avons besoin de fraiches idees et des Maliens qui ont de l’experience et qui savent les tanants et aboutissants du developpment et qui n’ont pas besoin de l’argent de l’Etat pour vivre ou faire vivre leur famille.

    • Tout le monde espoir pour vous.On dit que l’espoir fait vivre mais il faut être réaliste tout de même. Celui qui dit des mots durs à l’endroit du régime est un espoir systématiquement. Vous avez tellement d’espoir que vous allez vous perdre quand le moment sera venu de choisir entre eux.

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here