Le chef de file de l’opposition Soumaïla Cissé face à la presse : -“Chaque jour que Dieu fait sous le régime IBK, un scandale vient chasser un autre “

104

-“Si des ministres se croient des cas sociaux pour avoir des logements sociaux, cela inquiète !”

Soumaila Cissé
Soumaila Cissé

Face à la presse hier à la Maison de la presse, le chef de file de l’opposition malienne, l’honorable Soumaïla Cissé de l’URD a dénoncé la succession des scandales (affaire de l’avion présidentiel, contrat d’équipements militaires, engrais frelatés, affaire des passeports, des démolitions de maisons, attribution de logements sociaux…) sous le régime IBK. Avant de réaffirmer l’appartenance, sans aucune ambiguïté, de son parti, l’Union pour la République et la démocratie (URD) à ” l’opposition républicaine et constructive “. Après avoir expliqué les contours de la loi qui institue le chef de file de l’opposition, M. Cissé a indiqué que le décret fixant la composition de son cabinet et les avantages y afférents n’est pas encore pris par le gouvernement. C’était en présence de plusieurs cadres de l’opposition malienne.

Pour le conférencier, ” la nomination de l’honorable Soumaila Cissé comme Chef de file de l’opposition n’est pas une faveur ou un bonus quelconque accordé à ce dernier encore moins un moyen subtil de le ramener dans les rangs et de le faire taire. Non, comme je viens de l’indiquer c’est l’aboutissement d’un processus qui prend naissance dans la Constitution du 25 février 1992 et dans certains accords internationaux “.

Et de souligner qu’aujourd’hui, ce porte-parole de l’opposition c’est Soumaïla Cissé, demain ce serait un autre. ” J’insiste sur ce point car dès ma nomination, on a focalisé les esprits sur les avantages non encore déterminés du Chef de file de l’opposition tout en occultant son rôle dans le jeu démocratique “, a-t-il expliqué.

Une opposition responsable  et patriotique

Pour Soumaïla Cissé, bien avant l’entrée en vigueur de la loi n°2015-007 du 4 mars 2015 portant statut de l’opposition politique, ” après s’être volontairement déclaré et sans pression aucune  dans l’opposition dès le lendemain des élections générales de 2013, l’URD a inscrit son action dans une opposition constructive et responsable en faisant des critiques objectives et des contre- propositions “.

Et d’ajouter qu’il est inutile de rappeler les dérives et les abus qui continuent de caractériser le régime en place. L’URD ne cessera jamais de les dénoncer sans violence aucune.

Aujourd’hui, la Nation est meurtrie, la République est fragilisée, la démocratie fracturée. Les maliens se sentent humiliés, indignement traités et trahis. Ils subissent un quotidien  insoutenable. Ils deviennent de plus en plus nostalgiques du passé. On a l’impression que dans ce pays, un scandale chasse un autre chaque jour que Dieu fait. Les scandales sont devenus la règle. Pour ce régime, le peuple ne constitue plus une priorité “, a-t-il dénoncé.

Il a rappelé que l’année 2014 a été déclarée année de lutte contre la corruption.  Mais, dira-t-il, ce slogan a laissé la place à une course effrénée pour la promotion de la corruption jusqu’au sommet de l’Etat. La corruption florissante, au contraire de l’emploi qui s’assèche, a atteint des proportions inquiétantes dans tous les domaines et les atteintes graves au droit des travailleurs sont devenues monnaie courante avec des relèves de cadres et d’agents dans tous les secteurs pour seul motif politique.

A en croire Soumaïla Cissé, le régime peine  à créer l’espoir, à mobiliser les énergies et à faire appel au génie créateur du peuple malien. Pour la majorité qui gouverne, a-t-il poursuivi, les jeunes et les femmes sont loin d’être les véritables atouts de l’avenir. Les  populations attendent désespérément les services sociaux de base promis.

A le croire, seule une saine distribution de la justice permet de sanctionner les errements inadmissibles. Avant de fustiger la récente démolition des maisons de paisibles citoyens sous divers arguments.

Recrudescence de l’insécurité

L’URD, a expliqué le chef de file de l’opposition, a rappelé avec insistance et sans succès que la montée fulgurante des attaques terroristes et jihadistes dans le pays requiert une vigilance sans faille, une mobilisation permanente et un engagement responsable du Gouvernement à travers des actions appropriées pour combattre les menaces afin d’assurer aux populations la protection de leur personne et de leurs biens.

” L’accord issu du processus d’Alger, auquel nous n’avons pas été associés malgré notre insistance, était censé ramener la paix et la quiétude dans notre Pays. Hélas ! Depuis la signature dudit document, l’insécurité se généralise “, a-t-il déploré.

Il n’a pas manqué de saluer le courage et l’engagement des forces armées et de sécurité du Mali, qui opèrent parfois dans des conditions très difficiles.

Et de souligner avoir demandé au gouvernement de différer la construction du projet de pavillon présidentiel à l’aéroport pour 8 milliards FCFA et d’affecter ce montant à l’équipement des forces de défense et de sécurité. Il a aussi indiqué que l’opposition a toujours exigé que les responsables des actes terroristes criminels soient recherchés, poursuivis, jugés et punis. Mais l’on constate qu’ils sont plutôt libérés en douce par les autorités du pays

Malgré l’arrogance des réponses réservées à nos nombreuses critiques, motion de censure et autres interpellations, les maux demeurent nombreux, les dérives insupportables à tel point que le président de la République, après les avoir reconnus récemment à l’occasion de la fête de l’Aïd El Fitr, a promis de sévir et d’être impitoyable “, a-t-il déclaré, non sans scepticisme.

Rappelons que Soumaïla Cissé a, à l’entame de ses propos rappelé les droits et les obligations de l’opposition malienne, qu’il a reconnue plurielle et animée par plusieurs formations politiques disposant chacune de son leadership et de sa sensibilité.

Bruno D SEGBEDJI

PARTAGER

104 COMMENTAIRES

  1. Soumaila ne nous a rien appris de nouveau par cette conference de presse, c’est du rechauffe qu’il nous a servi. Et puis en tant que chef de l’opposition il n’est pas n’importe qui et ne doit pas parler comme un inconnu de la rue; il doit donc VRAIMENT mesurer ces propos car des paroles comme ” J’ai l’impression qu’un scandale chasse un autre….. ou que des ministres se croient cas sociaux …. ” c’est lamentable pour son rang.
    1) Le ministre est un malien comme nous tous et donc a le droit d’appliquer pour ce type de logement s’il n’a pas encore sa propre maison
    2) Le fait que l’on soit Ministre ne fait pas automatiquement de la personne un milliardaire pour s’offir des maisons de hautes standing, mais comme lui il l’a ete il pense de meme pour les autres;
    3) Ces logements sociaux ne veulent pas dire forcement logements pour pauvres vue les loyers qui vont de minimum 40 000 FCFA a 125 000FCFA , pensez vous qu’un pauvre peut se permettre cela?
    4) Pour construire une maison c’est pas donné , alors c’est la ou le social intervient pour aider cette personne dans l’urgence a avoir sa propre maison payable sur plusieurs années ( Plus de 20 ans).

    Ce que je ne comprends pas dans l’attitude de l’opposition au Mali c’est qu’elle ne parle jamais des acquis du gouvernement et ne propose rien pour le changement. Sinon Soumaila n’est pas sans savoir entre autres
    *** les prouesses de la Douane au mois de mai et juin derniers , une recette de plus de 40 Milliards par mois DU JAMAIS VU dans l’histoire de la douane depuis sa creation donc meme pas quand lui SOUMI etait Ministre des finances.
    *** La confiance retablie entre les bailleurs et l’etat par les nombreux accords de financement
    *** L’instauration de l’autorite de l’etat…. meme si timide

    Critiquez , proposez des solutions mais reconnaissez egalement les acquis car tout n’est NOIR comme vous voulez le faire croire.

  2. Selon soumaila » L’accord issu du processus d’Alger, auquel nous n’avons pas été associés malgré notre insistance, était censé ramener la paix et la quiétude dans notre Pays. Hélas ! Depuis la signature dudit document, l’insécurité se généralise «, tous les maliens sont appeler ont une part de responsabilité pour la réussite de cette paix au Mali. Il s’agit de la nation et ce n’est pas des causes personnelles qui pourront remplacer celle de toute la nation unis.

  3. Tout ce qui intéresse Soumaïla, c’est la promesse faite par le gouvernement. Il veut s’assoir en assistant à l’avancement du pays sans rien faire et continuer à bénéficier des avantages que l’Etat lui donne en tant que chef de fil de l’opposition.

  4. Pas la peine de vous prononcer sur la démolition des constructions, IBK a déjà stoppé les opérations. A reconnaitre que ces habitants ont été arnaqués par le préfet de Kati et ses complices. Avant de morceler ces lieux, l’ACI lui a envoyé une lettre tout en lui expliquent que ces endroits étaient sous sa propriété. Mais ce dernier a joué les aveugles et le sourd muet pour poser ses actes. Ce n’est pas tout le ministre de ladite tutelle lui a aussi interpelé par rapport à ce sujet, mais sans succès. Ben, comme il faut toujours rendre à César ce qui appartient à César. Le Ministre Bathily a jugé nécessaire de démolir ces constructions et d’interpeler les auteurs à la justice.

  5. Quant à l’octroi des 8 milliards pour la construction d’une salle internationale à l’Aéroport. Cela est tout à fait normal, avec ce nouveau statut de premier Aéroport internationale d’export-import de tout l’Afrique. On doit donner plus d’éclat à l’Aéroport. En plus, le gouvernement a déjà lancé la commande des avions de combats dont attends seulement la venue.

  6. Je suis désolé mais les maliens ont toujours été meurtris et ce avant même la venue d’IBK au pouvoir. Tout ce qui arrive à ce pays aujourd’hui n’a rien à avoir avec le régime en place. A moins deux ans de son mandat, est ce qu’on peut tenir coupable ce régime de tous les malheurs qui s’abattent sur ce pays ? Non jamais, ces gouvernants actuels n’y sont pour rien.

  7. L’opposition malienne a toujours failli à ces devoirs. Soumaila est mauvais fruit des régimes précédents, il ne cherche qu’à remplir ces poches. En fait, il n’a pas compris la création du cabinet du chef de fil de l’opposition. Raison pour laquelle, il s’est porté silencieux pendant tout ce temps. Alors qu’IBK a fait cela pour donner une chance à l’opposition de revendiquer en même temps de proposer des stratégies pouvant sortir le pays dans l’impasse. Or, c’est maintenant ou jamais que l’opposition doit se porter présent.

  8. Soumaila cissé est un pyromane de la République, le régime actuel a ouvert la voie à l’opposition de s’exprimer et d’accompagner le gouvernement dans la gestion du pouvoir. Au lieu de proposer, il préfère se taire et critiquer après tout le monde. Saisissez cette opportunité de son Excellence et arrêtez de créer la polémique.

  9. N’importe quoi, même les chiens sont peuvent soulever la question de corruption, sauf vous Soumaila. Vous êtes le premier corrompu, vous êtes pire qu’un voleur à vingt mains. Partout où vous êtes passé vous avez créé des ennuis financiers. Vos poches n’ont jamais manqué de quoi se réjouir. Voleur à milles mains et pieds !!!!

  10. La revendication de cette position de l’opposition a été pendant vingt ans, c’est avec IBK que ce rêve est devenu une réalité.

  11. Aucun ministre n’a bénéficié de logements sociaux. Nous sommes au moins dans un pays où tout le monde a droit de savoir la vérité sur des sujets délicats.
    Chacun des ministres ont déjà une maison et ont déjà fait fortune avant d’arriver au gouvernement. Seuls des imbéciles sont capables de croire ce cette affreuse rumeur.

  12. Ces propos de Soumaila Cissé sont dissimulés, s’il est sur de ce qu’il dit pourquoi ne pas faire face à la réalité. C’est-à-dire s’attaquer directement aux auteurs de ces cruautés comme il le dit ?

  13. Soumaïla est une opposition de nom, il n’a rien à dire que de reprendre les ********racontées par les journalistes de la rue. Si au Mali, un scandale chasse un autre scandale, pourquoi il ne nous donne pas des justifications montrant que le pouvoir ferme les yeux sur les scandales.

  14. Actuellement, l’opposition occupe une très grande place dans la gestion du pays. Depuis l’avènement de l’indépendance jusqu’au jour d’aujourd’hui, aucun président malien n’a donné une telle opportunité à l’opposition. Considéré comme des clowns de la classe politique, l’opposition n’avait jamais été appelé à contribuer à la gestion du pays. Maintenant que cette opportunité vous été offerte, vous devez en profité pour proposer à l’Etat.

  15. toujours les mêmes mots les mêmes critiques sans aucun avancé valable, l’opposition ne s’intéresse pas de l’avancement du pays. ils sont prêt aux critique mais pas pour un autre idée pour le développement.

  16. s’il s’agit d’apporter des critique cela est facile, il faut savoir accompagner son état voila ce qui est important…
    😯 😯 😯 😯 😯 😯

  17. Si Soumaila Cissé se met lui aussi à critiquer le régime en place, finalement on ne peut que se demander s’il connait réellement son rôle. Le CFOP n’est pas créé pour critiquer, mais plutôt de permettre à l’opposition d’exposer et de prendre part à la gestion du pays.

  18. IBK a impliqué toute la classe politique dans la gestion du pays. Toutes les fils du Maliba sont appelé à mener ce bateau Mali à bon port et ce à travers la création du chef de fil de l’opposition. Chacun de nous est interpelé à rebâtir ce Mali, on doit tous jouer notre rôle. A reconnaitre qu’IBK est venu trouver le pays dans un état assez crucial.

  19. Soumaila Cissé se croit plus malin que les autres. Il a voilé la face de ces partenaires et celui de ses partisans par rapport à son silence. Il n’explique rien de palpable dans cet article. Le rôle de l’opposition est connu par tous, il n’avait pas besoin de nous rappeler tout ceci. On attendait plus de lui que la définition de ces différents aspects.

  20. Quand on parle d’une opposition, il ne s’agit pas de passé tout son temps à critiquer la majorité. Il faut aussi des propositions c’est ce que soumaïla n’as pas fait en tant qu’opposant.

  21. Soumaila Cissé se croit plus malin que les autres. Il a voilé la face de ces partenaires et celui de ses partisans par rapport à son silence. Il n’explique rien de palpable dans cet article. Le rôle de l’opposition est connu par tous, il n’avait pas besoin de nous rappeler tout ceci. On attendait plus de lui que la définition de ces différents aspects.

  22. « Si des ministres se croient des cas sociaux pour avoir des logements sociaux, cela inquiète ! »
    N’importe quoi, Soumaila est devenu plus mystique que je ne le pense. Il avance des propos qui n’ont ni sens, ni preuve. Ces logements sociaux ont été construits pour les pauvres et non pour les ministres ou un proche de ce genre. Le Ministre chargé dudit domaine ne permettrait jamais qu’un de ces proches soit bénéficiaire.

  23. Le fait qu’il soit le chef de fil de l’opposition ne signifie pas le silence. Au contraire, il doit plus que jamais exposer les préoccupations du pole gauche enfin de proposer. Ce n’est pas pour rien qu’il a été chef de fil de l’opposition, c’est bien sûr pour prendre part à la gestion du pays. La pleine jouissance de la démocratie met d’une part l’accent sur l’opposition.

  24. soumaila laisse nous en paix, il est temps de comprendre la réalité du pays et dans cette réalité tes critiques ne sont pas les biens venu.

  25. Il faut que les uns et les autres comprennent qu’IBK tout seul ne peux pas résoudre tous les problèmes du pays encore moins au bout de deux ans. Ne mettons pas tout sur le dos du régime en place, il n’est pour rien. Tout ce qui arrive au Mali aujourd’hui est le fruit de la mauvaise gouvernance des anciens régimes.

  26. Soumis ne sait prononcer sur aucun point stratégique. Alors qu’il nous dise finalement quel est son avis par rapport à la situation politique, par rapport au développement économique du pays, par rapport à la gestion politique du pays par IBK.
    Sinon jusque-là, je n’avais entendu aucune réaction de lui par rapport aux récemment soulevées dans le pays.
    Pourquoi il n’a pas parlé ?
    Est-ce que son silence peut se traduire par le fait qu’il trouve une part de vérité et qu’il soutient que c’était surement des complots contre IBK et son gouvernement ?

  27. Que tu sois du pole gauche ou droite, IBK n’a pas fait de distinction. A travers le statut du cabinet de l’opposition, tous les opposants sont désormais appelé à prendre part à la gestion de ce pays. Si le régime actuel échoué sur quoi que ce soit, c’est toute la classe politique qui a échoué.

  28. « J’ai l’impression que dans notre pays un scandale chasse un autre et puis la vie continue »,

    Je ne peux me permettre de dire que la corruption doit être soutenue ou encouragée, mais il faut savoir qu’au Mali on pardonne beaucoup plus qu’on ne punisse. Malgré tout, la fin de la crise nous permettra d’aller tout de suite de l’avant en construisant, en punissant ou en corrigeant les impunis et les incorrections.

  29. Soumaïla Cissé connait la réalité du Mali mieux que quiconque. C’est la raison pour laquelle il se tait sur beaucoup de question relative à la corruption ou à la surfacturation et autres dossiers inédits. Le président fait son mieux et il est au courant de cela. Il sait que le retard de ce pays n’est pas la faute du président de la république.

  30. Il ne faut pas parler par plaisir ou parce que les autres parlent, mais il faut dire des choses intéressantes. Des choses qui peuvent nous amener quelque part. C’est zéro ces revendications M. Cissé.

  31. Ce n’est pas le moment de vous prononcer sur des questions ont déjà fait écho dans ce pays. Des affaires qui ont fait l’objet d’interpellation sur tes pieds à l’AN. Tu n’as rien dit en ce moment jusqu’à nos jours tu te lèves pour nous faire le récit. On n’en a assez, vraiment.

  32. Nous sommes au courant de tout ce que faites pour détruire les bienfaits de cet homme politiquement brave et fort.

  33. Je comprends maintenant que ce monsieur ne veut pas la sortie de la démagogie, du favoritisme, du laisser passer, des magouilles et de la fraude dans ce pays.
    Le ministre du domaine et des affaires foncières du Mali, s’est clarifié hier que tous les titres de propriété des logements démolis à Souleymanebougou sont faux et sont indument reçus.
    Tout le monde sait que les biens de l’Etat sont non négociables et sont de caractère imprescriptible.
    C’est Soumaïla qui demande à l’Etat de laisser les gens d’occuper expressément les espaces routiers, les zones interdites, les endroits à usage public sous prétexte qu’il est opposant.

  34. Les moeurs qu’évoque Soumaïla Cissé ici sont loin d’avoir connu le jour maintenant. On peut dire qu’avec IBK les choses ont plutôt changé. Le Mali n’a plus besoin des discussions inutiles. Il est temps que Soumaïla et les autres comprennent cela.

  35. Parlant du statut de l’opposition, il a souligné qu’il est l’émanation de la volonté du peuple malien de préserver et de renforcer les acquis démocratiques du 26 mars 1992. Il a précisé que la démocratie est le droit fondamental des citoyens qui doit être exercée dans des conditions de liberté, d’égalité, de transparence et de responsabilité dans le respect de la pluralité de l’opinion et de l’intérêt commun. Dans cet exercice tout le peuple malien est concerné.
    Soumaïla comprend maintenant que le pays n’a plus besoin qu’on s’entre critique sans raison valable ou sans rapport avec l’intérêt général du peule.

  36. Du nouveau dans l’Affaire de l’avion présidentiel : IBK serait-il victime d’un complot de l’Opposition ?

    D’une source sûre mais anonyme, nous apprenons de nouvelles surprenantes sur l’Affaire de l’avion présidentielle. En effet, notre source qui travaille dans les hautes sphères du Gouvernement malien est un fervent opposant au régime IBK. Il soutient même que le Président a déçu les attentes du peuple malien et trahi ses promesses. Il apporte néanmoins des précisions de taille dans l’acquisition de l’aéronef présidentiel.
    Dès son arrivée au pouvoir, IBK envoie une lettre officielle adressée aux bailleurs de fonds internationaux leur demandant le financement de l’achat d’armes et de munitions pour la réhabilitation de l’Armée malienne en vue de mater la rébellion au nord. Ces bailleurs de fonds, répondent officiellement au Président en notifiant mot pour mot dans leur missive : « Nous ne pouvons financer l’achat d’armes pour un pays qui va l’utiliser pour tuer des êtres humains ». Face à cette réponse, IBK surpris et révolté convoque en douce tous les membres du Gouvernement, les Directeurs de cabinet, la Cour Suprême de Justice et les ténors de l’opposition. Il leur rend compte de la situation avec en appui les deux lettres échangées. Il ajoute que « l’heure est grave et qu’il nous faut agir pour le bien et la gloire du peuple malien ». Le Président demande à l’assistance de faire des propositions concrètes pour la gestion de la guerre au nord Mali. C’est alors que quelqu’un propose timidement de réitérer une demande de financement d’achat d’un avion cette fois comme motif. Lequel avion serait une raison valable d’obtenir ce financement tant inespéré. L’avion est décrit avec des caractéristiques haut de gamme pour pouvoir le surévaluer, donc le surfacturer aux bailleurs. Tous les présents à cette « Assemblée plus qu’extraordinaire », s’accordent unanimement sur la question après quelques petites divergences. Les chevaliers de la table ronde jurent et prêtent serment de garder le silence sur cette mystérieuse entrevue. Ainsi dit, ainsi fait. L’avion est acquis et surfacturé. Mais ce que les maliens ignorent, c’est que l’excédent de la surfacturation a servi à acheter des armes et des munitions qui sont présentement livrées dans des containers déjà présent sur le territoire malien. L’Armée malienne ne peut combattre les bandits armés avec une kalachnikov pour 5 soldats !
    Notre source renchérit en disant qu’il n’est pas d’accord avec les pratiques de d’IBK mais que dans cette histoire d’avion, il reste la victime d’un coup monté de l’opposition. Cette opposition qui était présente à cette réunion officieuse, qui était d’accord avec l’idée, qui a juré et prêté serment de garder le silence, accuse aujourd’hui le Président IBK afin de le discréditer aux yeux des maliens. Sachant que ni IBK, ni les autres dirigeants ne peuvent se défendre face à de telles accusations au risque de se compromettre, l’opposition remue le couteau dans la plaie pour se faire un coup de publicité.
    En tout cas, si cette histoire est vraie, 3 points sont à retenir. Le premier, c’est qu’il n’est pas juste qu’IBK paye tout seul le lourd tribut dont on l’accuse dans l’achat de cet avion. Des investigations doivent être faites pour démontrer la mauvaise foi et la culpabilité des membres de l’opposition et de la Cour Suprême dans cette affaire pour que justice soit rendue. Le deuxième point, c’est qu’IBK est en fait un héros qui a été contraint par un refus d’aide des bailleurs de fonds qui se disent « ami du Mali », de prendre une telle décision pour l’avenir du peuple malien et de la paix au Mali. Quant au dernier point, il concerne les maliens. Le peuple a le droit de connaitre la vérité pour apaiser les tensions. Toutefois, il est du ressort des média d’informer la population sur cette vérité pour une paix durable, une transparence sans égale et une bonne gouvernance démocratique de l’Etat.
    Nous sommes tous concernes car nous sommes tous acteurs du developpement de notre pays le mali
    Abdoulaye A TRAORE
    SOURCE: Inf@sept
    http://www.malijaw.net/actualites/13-presse-locale/891-du-nouveau-dans-l-affaire-de-l-avion-presidentiel-ibk-serait-il-victime-d-un-complot-de-l-opposition

  37. CONSTAT AMER
    Raison pour laquelle je disais qu’il est difficile de faire sortir le Mali dans la merde. Je ne dis pas que c’est impossible.
    C’est en faisant justement et surtout légalement son travail qu’on est traité de tous les maux.
    Pour être glorifié, il faut corrompre, il faut détruire, il faut mal faire.
    Ce sont des situations de cette nature qui feront la cible des prochaines attaques du président de la république. Il l’a dit et il le fera,
    LISEZ LE RESULTAT D’UN CONFRERE DU NOM DE BAROU DOUMBIA SUR L’INTERVENTION DE M. BATHILY SUR LA DEMOLITION DES LOGEMENTS DE SOULEYMANE.

    Le Ministre du Domaine de l’Etat et des Affaires Foncières, Mohamed Ali Bathily, a organisé un point de presse jeudi dernier pour donner des éclairages sur l’opération de démolition à Souleymanbougou.
    Le ministre s’est livré à un véritable cours de droit et a affirmé que l’opération allait continuer jusqu’au bout. Elle a été décidée en accord avec les plus hautes autorités de notre pays, conformément aux dispositions de l’article 67 de la Loi N°02-016 du 03 juin 2002, fixant les règles générales de l’urbanisme qui dispose: «en cas d’extrême urgence, ou s’il s’agit de constructions édifiées sur un terrain occupé sans droit ni titre, ou encore s’il s’agit de constructions en matériaux précaires, l’Administration peut procéder d’office à la démolition et à la mise en état des lieux, aux frais de l’intéressé, après avoir fait établir la description contradictoire des biens à détruire».
    Le ministre Bathily a rappelé que, le 13 octobre 1947, le titre foncier N°1368, d’une superficie totale de 85 ha 13 a 97 ca, a été créé à Souleymanebougou, commune rurale de N’Gabakoro Droit. Il a donné naissance à d’autres titres, tels que le TF 0050 du Cercle de Kati, dont le reliquat a été mis à la disposition de l’ACI par le Gouvernement, le 12 janvier 2002, pour une superficie de 63 ha 26 a 10 ca.
    Le 9 juin 2008, le Préfet de Kati, Ibrahim Mamadou Sylla, par lettre, demandait à l’ACI de lui fournir des informations «sur une parcelle longeant le marigot Farakoba». Il lui a été indiqué que «cette bande empiète sur le lotissement de l’ACI ». Cette situation ayant été confirmée par une expertise, le site a été aménagé et des parcelles ont été vendues. Ainsi, malgré la réponse claire qui lui a été donnée, le Préfet Sylla a procédé à la création de ses propres parcelles, ce qui fut le point de départ d’une occupation illicite des lieux.
    Les démarches de l’ACI, notamment une plainte contre le Préfet Sylla, la lettre N°08-0395/DRDC-Koulikoro de la Direction Régionale des Domaines et du Cadastre et plusieurs autres mesures préventives n’ont pas suffi à empêcher les bénéficiaires de poursuivre leur occupation des lieux.
    Selon le ministre Bathily, les constructions de Souleymanbougou obstruent les servitudes publiques et portent atteinte au domaine fluvial qui, comme toutes les autres dépendances du domaine public, est inaliénable et imprescriptible, ce qui représente un danger mortel car exacerbant les risques.
    Les constructions portent aussi atteinte au droit de propriété des personnes qui, nonobstant le payement à l’Agence de Cession Immobilière (ACI) des frais de cession des parcelles, ne peuvent y exercer leurs droits. Le cas de Mamadou Diaby, un Malien du Gabon qui a payé 400 000 000, sur 500 700 000 FCFA, pour l’acquisition de 4 ha de parcelles, a été cité par le ministre. Il s’est abstenu de payer le reliquat à l’ACI.
    C’est pourquoi, ajoutera Mohamed Ali Bathily, nous avons entrepris, en application de la loi, de démolir les constructions illicites, tant sur le fondement de la violation des lois que sur celui de la disposition des biens d’autrui. L’opération va aller jusqu’au bout. Il a appelé au sens des responsabilités et à l’esprit civique des autorités administratives et des usagers des services publics pour assurer en toute circonstance le respect des lois et des règlements, pour que nul ne se sente au-dessus de la loi.

    PLUS RIEN NE SERA TOLÉRÉ DANS CE PAYS.

  38. «Non, comme je viens de l’indiquer, c’est l’aboutissement d’un processus qui prend naissance dans la constitution du 25 février 1992 et dans certains accords internationaux. Aujourd’hui, c’est Soumaila Cissé, demain ce serait un autre. J’insiste sur ce point, car dès ma nomination, on a focalisé les esprits sur les avantages non encore déterminés du Chef de file de l’opposition tout en occultant son rôle dans le jeu démocratique ». Cela ne vaut même pas le cout de la dire. Cette institution, tout comme l’Etat, est une continuité. Vous n’allez pas eu demeuré éternellement. 😆 😆 😆 😈

  39. Dès la fin du mandat d’Ibrahim Boubacar Keïta, l’actuel chef de file de l’opposition politique pliera ses bagages et céder la place à quelqu’un d’autre. Soumaïla Cissé est un prédateur de deniers publics. Il est content d’avoir entré en possession de ce poste. 😀 😀 😀 😛 😛

  40. Soumiboy n’est qu’une sangsue qui s’est scandaleusement enrichie sur le dos du pays et même de la Sous-région depuis la CMDT jusqu’à l’UEMOA en passant par les super-ministères sur mesure que Alpha lui octroyait pour faire ombrage à IBK. Par ailleurs, il n’est qu’un avatar du voyou ATT qui avait pris la décision de l’installer à sa place en bon fils d’esclave de peul comme lui. Très imbu de sa minable personne il doit remercier le bon Dieu de lui avoir permis de s’entourer d’une solide immunité parlementaire qui lui permet aujourd’hui d’amuser la galerie sans coup férir…

  41. Soumaïla Cissé de l’URD : «Nous sommes prêts à aider notre pays»
    «Je crois que, pour la première fois depuis son investiture, le président de la République a reçu l’opposition. Nous sommes très reconnaissants pour cela. Ça a été l’occasion pour lui de faire la situation globale de l’état du pays, montrer sa vision du Mali et surtout nous donner des détails sur Kidal…Nous l’avons écouté avec beaucoup d’attention. C’est ce qui sûr, l’opposition malienne est une opposition responsable. Elle ne va pas manquer de critiques et de propositions. Nous avons fait remarquer au chef de l’Etat que nous sommes des Maliens à part entière, que nous aimons ce pays profondément, que nous sommes prêts à aider notre pays quelle que soit la situation difficile dans laquelle il est. Mais nous avons besoin d’un cadre d’échanges ; nous avons besoin de méthode pour que nous nous respections les uns et les autres, et que le Mali, la démocratie malienne, a besoin d’une opposition responsable, d’une opposition forte : une opposition consultée et respectée. Je pense que le chef de l’Etat a pris bonne note et a donné l’engagement que nous aurons d’autres rencontres. J’espère qu’au cours de ces rencontres, nous dégagerons ensemble le minimum de solutions pour que le Mali s’en sorte. L’étape de Kidal a été une étape très douloureuse pour l’ensemble de la population, une étape très douloureuse pour nous à l’opposition. C’est pourquoi nous souhaitons que les responsabilités soient clairement situées, pour que nous ne retombions plus dans des situations d’humiliation, comme celle que nous avons connue le 21 mai dernier.»
    Source: Le Reporter

  42. Du point de vue de ses avantages, le chef de l’opposition politique au Mali est assimilé au premier vice-président de l’hémicycle. Il a un cabinet et sa prise en charge est inscrite au budget national. Il a également sa place dans le protocole.

  43. Le Mali, ayant été bâti sur le socle inaltérable de la vérité et de la justice, de l’amour, de probité morale, du respect de soi et des autres,… des mensonges d’aujourd’hui, de folie du gain, et du gain facile, des trafics éhontés du foncier, des coups bas, escroquerie, trahisons, ne nous mèneront nulle part, mieux vaut donc retourner à nos valeurs d’antan, qui ont fait la grandeur du Mali et ‘’ son bon vivre’’ à l’unisson !!

  44. En tout cas, pour moi, vu l’acharnement, les tintamarres et la pression sur le Président de la République, suscités, à cause de cet avion, (d’ailleurs à notre terre si longtemps, et soi-disant réparé ; ou tripoté) ; ne misait-on pas sur un imminent crash de cet appareil douteux, pour éliminer Ibrahim Boubacar Keïta, si tôt, afin d’aller à de nouvelles élections ? Calcul politiciens revanchards ?
    Je pense que mon cousin a du flair, pour ne pas tomber dans un piège aussi grotesque, (et ne doit pas regretter son choix…)

  45. Tant attendu par le peuple pour se prononcer sur les situations actuelles de l’Etat, Soumaïla n’a pu rien de dire de cohérent sur l’évolution de la gouvernance d’Ibrahim Boubacar Keïta. Au Mali, un scandale chasse un autre et puis la vie continue. Il veut dire quoi ?
    J’aurai préféré qu’il parle avec précision et clarté et en proposant des solutions comme la tâche que lui confie le poste de chef de file de l’opposition politique. Soumi, l’Urd est l’Assemblée il y a plus de 11 ans, elle n’a contribué à rien dans ce pays. A part la gestion calamiteuse du portefeuille de l’économie et des finances sous ATT.
    Certes, Cissé, en fonction de la place que son parti occupe au sein de l’Assemblée Nationale (majoritaire dans l’opposition), il est le candidat de droit du poste qui lui est revenu par décret présidentiel. Mais je ne pense qu’il soit en mesure de satisfaire l’idéologie du chef de l’Etat en ce concerne le rôle que doit jouer ce poste dans la consolidation de notre démocratie. Les différents postes, nationaux et régionaux, se sont débouchés sur des gestions calamiteuses. Etant Ministre de l’économie et des Finances de l’époque, l’une des indispensables composantes, la CMDT, du patrimoine national est partie en faillite ; président de l’UEMOA, cette gestion s’est débouchée sur un détournement de fonds.
    😆 😆 😛 😛 😛

  46. En matière de démocratie IBK est à féliciter car il est allé au-delà de la démocratie. L’opposition a une grande part de responsabilité dans la gestion du pays. Elle ne doit pas attendre l’aide des autorités pour se mettre au boulot.

  47. S’il s’agit de critiquer notre opposition est toutes les conditions. Malheureusement quand il s’agit de faire des propositions, elle se déclare en carence de moyens, comme le fait ici Soumaïla Cissé. ➡ ➡ :mrgreen: :mrgreen:

  48. IBK n’est pas comme certain qu’on voyait même, à l’inauguration d’un poulailler. C’est un vrai président. Son Ministre de l’habitat est là pour ça.

  49. Certains de nos journalistes sont maintenant de vrai rigolo. Ils n’ont plus rien à dire et s’adonnent à écrire de n’importe quoi. Ils font la honte des journalistes sérieux.

  50. Depuis les avènements de la démocratie qui consacra le multipartisme, les partis politiques maliens sont entrés en possession de certains droits et devoirs. Ces prérogatives ne font que s’accroitre du jour au lendemain, d’un régime à un autre. L’institution du poste de chef de file de l’opposition politique. L’opposition est la moindre des conditions pour pouvoir bien jouer son rôle. 😛 😛 😛

  51. Cher journaliste, lèche cule de Soumaila, vous êtes juste pitoyable. Vous exposé aux yeux de tous, votre carence intellectuelle. Vous racontez de n’importe quoi et vous n’avez même pas honte. Quels sont vos preuves pour affirmer que les proches du Ministre ont reçus des clefs ? Montrez-nous des preuves s’il vous plait.

  52. Nos opposants ne sont en réalité que des opportunistes, qui n’agissent que pour leurs propres intérêts.
    Il faut qu’ils comprennent, qu’on ne peut pas éradiquer la corruption en un clin d’œil. La lutte contre la corruption est un combat à long terme avec la bonne volonté des citoyens du pays, y compris Soumaila lui-même. Car lors des élections, qu’est-ce que Soumaila n’a pas fait ? Il a cherché par tous les moyens à corrompre la population pour voter pour lui. Plusieurs partisans de Soumaila a été arrêté dans les bureaux de vote, avec des éléments de fraude. Il faut que tous les maliens abandonnent les habitudes qu’ils ont accumulées sous le régime précédent et qu’ils soutiennent le Président IBK dans ce combat.

  53. Pour l’affaire des passeports, nous félicitons le Président et son gouvernement. Dieu merci, le problème a été régler. Avec IBK, les magouilles sont terminées. Avec IBK, plus de corruption, que la transparence.
    Cette affaire a en effet suscité beaucoup de polémiques. Certains ont même essayé de profiter de la situation, ils ont essayé d’envenimer la situation. Le ministre a décidé de régler les 9300 demandes de passeport en attente, en 10 jours. Ensuite, le passeport sera délivrer uniquement à la présence physique des demandeurs, le passeport sera délivré en deux semaines. Il est aussi prévu l’ouverture de plusieurs guichets pour le dépôt et il est sera interdit l’acquisition de deux passeport en moins de cinq ans.
    Une sanction est prévue pour les auteurs de faux papier.
    Nous devons patienter et soutenir le Président et son Gouvernement, car ces procédures faciliteront désormais l’acquisition du passeport.

  54. En ce qui concerne les maisons de souleymanebougou, Nous savons tous que les maliens sont très têtus. Les maliens ne prêtent pas oreille aux mises en gardes. Ils se foutent pas mal des avertissements. On ne peut jamais démolir une maison sans préavis, c’est archi faux. Les maliens se procurent les terrains illégalement, d’autre s’installent sans gêne dans le lit du fleuve, ce qui peut entrainer la mort de plusieurs individus, lors d’une inondation. Les mesures sont prises parfois pour leurs propres biens. Ces mesures sont prises parfois pour épargner leurs vies.

  55. «Tout ce qui n’est pas claire n’est pas français». La colonne de l’opposition politique malienne s’est mise à parler dans le vide et dans l’obscurité. Cela fait plus d’un moi que Soumaïla occupe le poste de chef de file mais il n’avait jamais osé dire un seul mot sur la gestion du pays. Après avoir été critiqué de son silence par la presse, le monsieur a divagué le jeudi face à la presse, dans la maison de presse. Il a tenu des propos ambigus «Au Mali on a l’impression qu’un scandale chasse un autre et puis la vie continue», j’ai pris part à cette conférence. . 😀 😀 😀 :mrgreen: :mrgreen:

  56. Pour l’engrais frelaté, le Ministre TRETA est le seul et unique responsable. Il est non seulement un ennemis du pouvoir mais un ennemis du pays et des maliens. IBK n’était aucunement au courant de cette affaire. TRETA a été averti de la mauvaise qualité des engrais, et il a fait fi de ces informations, et faire venir quand même cet engrais au Mali. Pourquoi ? Parce que leurs complots étaient déjà sur place. Mais nous avons confiance en IBK, pour mettre dehors et éloigné de lui, tous ceux qui n’œuvrent pas dans le même sens que lui.

  57. Selon le ministre des Domaines de l’Etat, son homologue de l’Administration territoriale avait adressé une lettre annulant les lettres d’attributions sur les sites suscités et, au besoin, de démolir les constructions. A le croire, ni les maires ni le Préfet de Kati n’ont veillé à l’application de cette mesure. Selon Bathily, en cette période d’hivernage, les paysans sont » emprisonnés » à cause de l’attribution illicite des terres par des maires et Préfets laxistes.
    » Pendant ce temps, des riches violant la loi sont pris en flagrant délit de construction aux yeux et au su de tous sur des propriétés qui ne leur appartiennent pas « , s’est plaint le ministre. Avant d’ajouter que » cela se passe dans l’impunité totale « . « Y a-t-il des forces de l’ordre pour les riches au Mali ?« , s’est-il interrogé.
    Face à cette situation, le ministre pense que l’Etat doit, maintenant, retrouver son sens et sa vocation. C’est-à-dire » justice sociale pour tout le monde».Avant de quitter les lieux, Mohamed Ali Bathily a donné l’assurance que les constructions dans les servitudes du cours d’eau seront démolies pour le bien être des populations. Idem pour celles construites sur les quatre hectares du Domaine de l’Etat à Souleymanibougou ACI.

  58. Nous savons tous que ce scandale d’engrais frelaté est l’œuvre des ennemis d’IBK. Ce sont les partisans de l’ancien régime qui n’ont pas digéré leur défaite, et qui emploient tous les moyens pour le nuire.

  59. L’affaire de passe port et de carte d’identité est une véritable réalité, alors SADA est l’unique responsable de cela.
    Pour son incapacité le première ministre a mis en place un comité de suivis pour le contrôle de la sécurité de l’Etat, tout cela montre l’incapacité de SADA.
    IBK est un homme de parole. Il est en train de réaliser le rêve du peuple.
    Le gouvernement d’IBK a été extraordinaire. Car le Mali a connu son développement grâce au régime d’IBK.
    La question est de savoir pourquoi les gens critiques IBK et son gouvernement ?
    Le Mali a connu le bonheur et l’honneur sous IBK.

  60. Au lieu de vouloir accuser IBK, qui n’est qu’à moins de 2 ans de son quinquennat, et qui est en train de refaire le Mali, vous devez vous en prendre aux régimes précédents, qui ont dégradé le Mali et l’image du Mali en 10 ans de mauvaise gestion de la république.

  61. «Chaque jour que Dieu fait sous le régime d’IBK, un scandale vient chasser un autre».
    Au Mali un ancien Ministre de l’économie et des Finances ayant mis la CMDT en faillite ose dire de n’importe quoi sur n’importe quel scandale. S’il nous faut dénoncer et sanctionner tous les malfrats, on doit commencer par SOUMI et ces comparables : Alpha, ATT, etc.
    😆 😆 😆 :mrgreen: :mrgreen:

  62. Selon une personne proche de SOUMAILA Un jour, quand nous étions au grain, une femme est venu s’adresser devant nous, en pleurant, que son mari a été enfermé en prison pour cause de la soustraction frauduleuse de la chose d’autrui, elle affirmait que son mari était l’un des personnels de l’HUCOMATEX dont SOUMAILA avait vendu, elle disait que SOUMAILA le pire individu qu’elle n’a jamais vu dans cette planète terre.

  63. L’opposition n’a pas le droit de faire un tel reproche vis-à-vis au gouvernement.
    Tous les conflits fonciers qui existent actuellement sont l’œuvre des élus locaux qui veulent seulement satisfaire l’intérêt personnel. Ce fut le cas de DJANEGELA en 2006 dont l’Etat avait avertis les victimes avant de procéder la démolition.
    La démolition de 150 maisons de SOULEYMANE BOUGOU est due au non-respect de loi, c’est le DJANEGELA à l’ouest de MAGNAMBOUGOU, qui faisait la même chose comme les habitants de SOULEYMANEBOUGOU dont le ministre du domaine et des affaires foncières qui avait donné l’ordre pour bémoliser les maisons qui sont illégalement construit.

  64. IBk est en train de reconstruire en réalité le Mali. Son combat de tous les jours s’oriente vers un Mali nouveau.

  65. L’opposition ne doit pas être contre la démolition des maisons de SOULEYMANEBOUGOU, car il est prescrit dans la loi, que tous les maisons illégalement construis aurons bénéficié d’une démolition totale ? Compte tenu du code domanial et foncier en république du Mali.
    On sait réellement que les victimes, n’ont pas en règle vis avis de la loi car, l’Etat a fait ce qu’il devrait faire, car avant d’acheter les parcelles il y a des procédures à suivre, cela trouve que les victimes n’ont pas remplis conditions du code domanial et foncier, ces parcelles faisaient partie des domaines classés. Alors tous ceux que le journaliste dit sont loin d’être une réalité.

  66. IBK a toujours dit « Nul n’est et ne sera au-dessus de la loi » les véritables hauteurs de cet acte seront traqués et mis sur la disposition de la justice.
    Le PM Modibo Keita l’a souligné dans sa DPG, la corruption, la délinquance financière, etc… seront l’une des lutte les plus primordiale du régime d’IBK.
    La confiance d’IBK a été par son propre Ministre Treta, Treta est le seul fautif.
    IBK prendra une décision ferme contre le Ministre Treta, c’est sûr.

  67. Tout le monde savait que la construction de la maison de SOULEYMANE BOUGOU était illégale.
    SOUMAILA CISSE sait réellement que le problème ne se situe pas au niveau du gouvernement, mais celle des autorités locaux c’est-à-dire les maires.
    Le ministre BATHILY a raison de procéder à la démolition des maisons de SOULEYMANEBOUGOU, à cause de non-respect de la loi, plus précisément les dispositions du code domanial et foncier en république du Mali.
    Suite à l’opération de démolition des 60 concessions à SOULEYMANEBOUGOU le jeudi 23 juillet 2015, le ministre des domaines et des affaires foncières, BATHILY a animé un point de presse hier lundi 27 juillet 2015. Le ministre BATHILY persiste et signe, toute maisons illégalement construites seront détruites et démolies. Il a fait savoir que les constructions érigées sur le site de SOULEYMANEBOUGOU obstruent les servitudes publiques et portent atteinte au domaine fluvial. Un avis partagé par les victimes. Inutile de critiquer le gouvernent car les seuls responsables sont des autorités locaux. A ce niveau SOUMAILA fait des reproches inutiles.

  68. Le président IBK, est le président qui pense à reconstruire le Mali, car les trois régimes auxquels il a succédé ont juste prit leur part du gâteau, empirer la situation et s’en n’ont allé. IBK lui, il construit, il veut faire de Bamako, une ville civilisé et nous devons tous nous en réjouir.

  69. Malgré ce mirage, le peuple a choisi IBK parce qu’il a été trop berné par les savants comme Soumaïla. Après sa défaite en 2002; au lieu de choisir l’opposition, il s’est collé au pouvoir expérimentant ainsi une démocratie atypique. La CMDT fait partie des tristes souvenirs du Mali indépendant. C’est pendant son passage que le Mali a vécu les Programmes d’ajustement Structurelles, des programmes contre-productifs conçus inconsciemment pour l’Afrique. Un parti est fait pour conquérir le pouvoir et non se cacher derrière le pouvoir avec des calculs suicidaires. Il fait partie des cadres que le pays a choyé mais hélas, ils ont été des problèmes pour leurs patries. Le Mali est à terre à cause de leur gestion illisible. De beaux menteurs, par de beaux parleurs. Heureusement qu’on a tout compris et connaît maintenant tout le monde. Qu’il prenne sa retraite politique car il n’a rien compris à présent. Dans d’autres pays des individus comme ça s’effacent des écrans pour ne pas courroucer le peuple. Si Soumaïla avait su se conduire, il aurait pu être Président de ce pays. Mais l’homme a galvaudé ses chances dans des calculs politiciens inutiles en suivant ATT avec des ambitions démesurées. On ne peut pas dribbler Dieu !!!

  70. C’est sous les régimes précédents (MOUSSA TRAORE, ATT, AOK) que les pratiques malsaines (corruption, détournement de deniers publics, népotisme, laisser-aller, insouciance et inconscience…) se sont accrues. IBK n’est pas du genre à travailler dans ce désordre.

  71. Le gouvernement d’IBK est extraordinaire. Le Mali a connu la paix et le développement grâce à eux.
    La question est de savoir pourquoi les gens critiques IBK et son gouvernement ?
    Le Mali a été sauvée de l’indignation et du chao par IBK.
    Le président IBK, est un président légitime et légalement élu avec 77,61% de voie, cela prouve que la population est avec lui.
    Depuis l’indépendance jusqu’à nos jours aucun président n’a eu un tel pourcentage lors des élections et n’a jamais été comme IBK. Cela trouve qu’IBK est l’homme de la situation.

  72. Au juste, que veulent Soumaïla Cissé et Tiébilé Dramé, nullement concernés par le sort du Mali, au bord du gouffre, et partant, par ce qui se passe en Algérie, et dont l’ultime préoccupation est de provoquer le Président Ibrahim Boubacar Keïta, de le mettre, sans cesse en mal (et son Premier Ministre) déjà aux prises avec d’énormes difficultés (dont Soumaïla Cissé et Tiébilié Dramé eux-mêmes en sont les responsables).
    Je veux dire que ces deux hommes ont été tristement célèbres à la C.M.D.T, au Ministère des Finances, au Ministères des Zones arides, à la Rencontre France-Afrique, où Tiébilé a eu à brasser cinquante Milliards de F CFA, pour organiser ce sommet, et dont il n’a pas fait encore un audit (depuis son refus de le faire à l’époque).
    Et cet autre volume d’argent, destiné au développement des Régions du Nord du Mali que Tiébilé Dramé devait également gérer, alors, nouvellement nommé à la tête d’un Ministère, spécialement créé pour lui, appelé : ministère ‘’des Zones arides’’ ; (que personne ne situe géographiquement au Mali !). N’est-ce pas une manière de camoufler ainsi, la vraie destination de cet argent ?
    En réalité, qu’est-il devenu ? Combien d’avions pouvait-on acheter avec ces sommes ?
    En tout cas, je ne sais si ces ‘’Zones arides’’ du Mali, ont connu un développement ; mais pour ce qui est pour le nord du Mali, on se pose la question sur l’utilisation de cette masse d’argent (dont la réponse a créé la crise actuelle, ce véritable bourbier dans lequel nous pataugions aujourd’hui !
    S’agissant de Soumaïla Cissé, il a fait crouler la C.M.D.T, malgré les mesures draconiennes imposées, aux pauvres paysans, à tel point que certains cotonculteurs ont définitivement abandonné la culture, excédés par le poids impitoyable de leurs dettes…
    Et pourtant, la compagnie n’a pas prospéré, au contraire, on a fait appel à la compétence et à la probité morale, de mon cousin Coulibaly, qui a conclu la relève, sans vilipender qui que ce soit (pour surfacturations, ou tricheries sur la qualité du coton, ou autres malversations !)
    Lorsque Soumaïla Cissé était Ministre des Finances, je citerai deux cas sociaux qu’il devait gérer :
    • Quand le Syndicat des Travailleurs a été sollicité auprès de lui, quelques augmentations de salaires, vu la conjoncture du moment, il parait que Soumaïla Cissé lui a répondu : « qu’il n’a pas d’argent à jeter par la fenêtre, ni plus, ni moins »
    • La BMCD était ma Banque, quand j’ai appris un jour que la BMCD voulait vendre son terrain (l’actuel emplacement de l’Hôtel Salam) pour se restructurer… on connait la suite pour la BMCD, qui n’existe plus, à cause de l’infime portion de la vente qui lui était revenue, et qui n’a pas fait son affaire.
    Quant aux cadres de la Banque, inquiets, ils sont partis voir le Ministre, pour connaître leur situation, je crois que les cadres de la BMCD, se souviennent encore, de la réponse cinglante, amère et suffisante de Soumaïla Cissé, à travers laquelle les cadres rabroués, ont compris, sans ambages, qu’ils n’étaient point concernés par cette vente (c’est nous qui avons fait la vente) qui est nous ? Expropriation de la Banque ?
    Son passage à l’UEMOA a-t-il été reluisant ?

  73. Démocratiquement, IBK a mis l’opposition malienne dans toutes les conditions possibles et maintenant l’opposition prend part à la gérance du pays. Mais les Maliens se plaignent toujours de l’opposition car ils estiment que l’opposition n’est pas à la hauteur car elle ne joue pas pleinement son rôle.

  74. IBK a dit : « je dis et redis que l’argent des Maliens est sacré et qu’il faut désormais l’utiliser à bon escient.» Il a dit vrai, car on a assisté aux surfacturations, aux détournements d’argent et à la monté accrue de niveau de la corruption uniquement sous ATT. IBK, les utilise pour refaire le Mali.

  75. Au Mali a toujours été confronté par des scandales de tous genres. L’Urd est parti de l’opposition dans notre il y a plus de 12 ans de cela. Il n’avait jamais osé lever le ton pour dénoncer le régime de telle sorte. 💡 💡 💡 😀 😀 😀

  76. Concernant l’affaire de l’insécurité le gouvernement se bat corps et âme pour mettre fin à ce fléau. IBK et son gouvernement tentent de tout mettre en œuvre pour que les attaques prennent fins, Le ministre Sada Samaké a mal géré le problème et IBK et son PM Modibo Keïta se chargeront de notre à la porte tous les Ministre incompétents. IBK a commandé des avions militaires pour sécuriser les frontières et la population.

  77. Tu as raison Bamako sera le centre du Monde, les infrastructures qui ont besoin de réhabilitation doivent être réhabilité. Bamako doit être à la hauteur de ce rendez-vous. L’honneur et la dignité du pays en dépend car la reconstruction de l’aéroport apportera plus à l’Etat qu’on peut l’imaginer tant sur le économique, développement du durable et touristique.

  78. On ne peut pas éradiquer la corruption en un clin d’œil. La lutte contre la corruption est un combat à long terme avec la bonne volonté des citoyens du pays. Il faut que tous les maliens abandonnent les habitudes qu’ils ont accumulées sous le régime précédent et qu’ils soutiennent le Président IBK dans ce combat.

  79. Etre chef de file de l’opposition dans notre pays est une lourde responsabilité. Car on est appelé à parler au nom de tous les partis politiques de l’opposition. Soumaïla Cissé est sous les pressions des autres opposants qui ne veulent que lui faire transpirer sous la pluie. Car il y a quelques jours seulement les partis FARE, celui de Tiébilé et autres ont entreprit la création d’un pôle de gauche au sein de l’opposition. 😀 😀 😀 😛 😛

  80. On comprend mieux à présent le grand silence de Soumaila. Il attendait son dû, puisqu’il ne les pas encore eu, il a organisé cette conférence pour les réclamer. Vous savez ? Nos opposants ne sont que des opportunistes. Ils ne lèvent la voix que quand leurs intérêts sont en jeu. Ils ne font rien pour accompagner au mieux le Président et son gouvernement. Ils ne s’adonnent qu’à des critiques inutiles. 👿 👿 👿 👿 👿 👿

    IBK a dit : « Nous ne sommes pas venu pour nous servir, mais servir le peuple malien. » IBK est un bâtisseur et un organiseur. 😆 😆 😆 😆 😆 😆 😆

    Jusque-là, IBK se bat pour le bonheur et le bien-être des maliens. Après l’obtention de la paix, il est en train de refaire l’image de Bamako la capitale. Il est en train de construire une maison pour les hôtes, il est en train de construire un grand Hôtel Sheraton, il est en train de rénover l’Assemblé Nationale et maintenant, c’est le projet de construction d’une nouvelle salle d’honneur à l’aéroport international de Bamako-Sénou. 😀 😀 😀

    Il a fait au paravent des voyages fructueux qui ont rapporté des milliards au Mali, notamment son voyage en Chine. Il a commandé des équipements pour l’armée, si vous ne le savez pas. 😀 😀 😀 😀 😀 😀 😀 😀

    Il a présenté lors de ses vœux de la fête de l’AID EL FITR fête, son brillant projet d’autoroute. 😀 😀 😀 😀 😀 😀 😀

    IBK est un bâtisseur, l’homme de la situation malienne. Il est en train de conduire le Mali vers le sommet de l’honneur et de la gloire.
    Soumaila Cissé n’est qu’un plaisantin, il n’a pas son mot à dire en ce qui concerne la bonne gouvernance, et la corruption. Car lors des élections, qu’est-ce que Soumaila n’a pas fait ? Il a cherché par tous les moyens à corrompre la population pour voter pour lui. Plusieurs partisans de Soumaila a été arrêté dans les bureaux de vote, avec des éléments de fraude. De plus si nous visons un peu en arrière, il conduit en faillite, l’usine HUCOMATEX de Koulikoro, quelqu’un qui a été incapable de gérer une usine, ne peut en aucun cas diriger un pays.

  81. La signature de l’accord de paix et la réconciliation est une grande étape pour le maintien de l’ordre et la sécurité dans le pays.
    Le premier accord signé entre le gouvernement et la CMA le 15 mai 2015 a été mise en application, et pour renforcer l’unité nationale, la CMA a proposé un autre accord qui a été signé le 15 juin 2015.
    Monsieur le journaliste, le président de la république a belle et bien signé l’accord de paix et la réconciliation. L’accord de paix permet de garantir la sécurité.

  82. Soumaïla Cissé est un opportuniste. Il n’a rien à offrir au Mali et ne fait que passer son temps à tromper les maliens. Il place l’argent avant l’amour de son pays. Au lieu de travailler, il prétend que l’opposition n’a pas été mise dans les conditions idoines (financières) pour faire son travail. Il est pire que ceux qu’il accuse.

  83. Il faut dire que si nous sommes encore dépendants, c’est à cause des gabegies chroniques à répétions de nos gouvernants ; sinon, l’achat d’un seul avion, pour un Etat ; comme le Mali, grand producteur d’or, ne devait pas être un scandale ; surtout pour un Président, que la volonté populaire des citoyens eux-mêmes a propulsé sur la scène… alors quoi de plus normal, que de le mettre dans de bonnes conditions de travail, qu’il mérite donc en retour, pour combler nos attentes. Devait-il se déplacer à dos de nos ânes, et chameaux ? Non !
    Quand bien même, « cet argent ai servi à l’époque, à l’achat d’armements », quelle armée digne de ce nom, était là, pour manier ces armes ?
    Encore moins, s’ils avaient été envoyés au Nord pour « soulager les souffrances des populations », ne seraient-ils pas tombés plutôt dans les mains des djhadistes, maîtres des lieux ? C’est tout simplement regrettable ! Nous ne devons pas tomber d’aussi bas…
    Si cet avion appartient déjà à l’armée, pourquoi pas, après réparation, ne l’avoir pas laissé à sa destination première, qui n’en a point, et dont elle en a besoin, aujourd’hui, plus qu’hier !
    En tout cas, pour moi, vu l’acharnement, les tintamarres et la pression sur le Président de la République, suscités, à cause de cet avion, (d’ailleurs à notre terre si longtemps, et soi-disant réparé ; ou tripoté) ; ne misait-on pas sur un imminent crash de cet appareil douteux, pour éliminer Ibrahim Boubacar Keïta, si tôt, afin d’aller à de nouvelles élections ? Calcul politiciens revanchards ?

  84. Soumaïla n’est pas rentré au fond des problèmes qui reproche au régime d’Ibrahim Boubacar Keïta. La manière dont lui était attendu par l’opinion publique, il devrait tenir des propos clairs sans ambiguïté. 😆 😆 😆 😈 😈 😈

  85. NIKITA, vous avez posez des questions très importants, si SOUMAILA prend la parole au nom de l’opposition, alors il devrait inviter tous les autres membres politiques faisant partie de l’opposition.
    En réalité l’opposition Malienne est devenue une propriété privée et non collectif, car même s’il est le chef, les autres ont le droit d’y participer.

  86. Une opposition n’a pas pour seul mission de critiquer. Elle est aussi l’une des institutions ou structures qui est appelée à participer à la gestion du pays. Mais rare sont nos opposants qui savent cela. Comme exemple on peut citer Oumar Mariko, Mamadou Hawa Gassama, et consorts. Jamais ces derniers ne font des propositions. 😛 😛 😛 😈 😈 😈

  87. PAUVRE JOURNALISTE, Compte tenu du décret N° 2015/ 0428-PRM du 10 juin 2015 par le président de la République, fixant la nomination du chef de fil de l’opposition qui permis à l’opposition d’avoir le statut juridique et leur fournis des moyens nécessaires afin de bien exercer leurs fonctions.
    AU MALI L’OPPOSITION A PERDU SON SENS COMPTE TENU DE SA REACTION VIS AVIS AU GOUVERNEMENT.
    Selon le texte, le droit à l’Opposition politique est reconnu à tout parti politique ou groupement de partis politiques. Ainsi, Tout parti politique de l’Opposition peut participer au gouvernement ou soutenir l’action gouvernementale. De ce fait, selon l’esprit de la Loi, tout parti politique qui décide de participer au Gouvernement devient un parti de la majorité présidentiel et perd ainsi le droit de militer dans l’Opposition. Les partis politiques de l’opposition peuvent être consultés sur les grandes préoccupations nationales sur lesquelles ils se prononcent. Dans le respect strict de la souveraineté nationale, des lois et règlements, les partis politiques de l’opposition peuvent établir et entretenir des relations de coopération avec des partis politiques étrangers ou associations politiques internationales. L’accès aux médias publics et privés est garanti. Le devoir des partis politiques de l’opposition est d’agir dans le respect de la Constitution, des lois et des règlements de la République en tous lieux et en toutes circonstances. Dans le sens du renforcement de l’idéal démocratique et du progrès, l’Opposition politique a le devoir de suivre l’action gouvernementale, de la critiquer de façon objective et constructive.
    OBJECTIFS
    1. Le sens et le rôle de l’opposition en démocratie sont perçus.
    2. Quelques droits et devoirs de l’opposition sont connus.
    1. L’opposition comme facteur essentiel de la démocratie.
    En démocratie, il n’est pas indispensable qu’il y ait unité, consensus ou unanimité, l’important est qu’une majorité se dégage. Toutefois, la minorité a des droits.
    Un parti ou un groupe de partis mis en minorité (ou n’exerçant pas le pouvoir exécutif) constitue l’opposition.
    L’opposition peut être parlementaire ou extraparlementaire
    L’opposition, c’est un parti ou un ensemble de partis mis en minorité (ou écarté de l’exécutif) par les élections ou la recomposition des forces et rapports de forces politiques.
    En démocratie, l’opposition critique, contrôle et propose.
    En contrôlant la majorité, l’opposition défend et promeut ses droits, empêche la majorité de s’installer dans l’arbitraire. L’un des moyens privilégiés de son action de contrôle est la critique de l’action et des visions gouvernementales : L’opposition, étant donné qu’elle aspire au pouvoir, doit élaborer et diffuser ses propositions dans chacun des domaines de la vie nationale (l’exemple anglo-saxon de Shadow Cabinet)
    2. Droits et devoirs de l’opposition
    Toute opposition a des droits, par exemple : Droit d’avoir un statut reconnu et respecté par la majorité ou le parti au pouvoir. Le droit d’accéder aux informations concernant la vie politique. Le droit d’être traité de manière équitable conformément aux dispositions de la loi ou de la constitution (par exemple, accès équitable à la presse). Le droit de représentation au sein des organes étatiques conformément aux dispositions de la loi. L’opposition a aussi des devoirs, par exemple : Le devoir de respecter les lois de la République, la recherche du pouvoir ne pouvant s’effectuer que dans le strict respect de la loi. Le devoir de contribuer à l’élévation du débat public en fournissant à l’opinion publique les informations et thèses contradictoires. Le devoir de se préparer à assumer le pouvoir auquel elle aspire à travers la formulation et l’élaboration de propositions alternatives à celles du groupe au pouvoir.
    Moi NIKITA, j’ai du mal à comprendre pourquoi SOUMAILA parle seul au nom de l’opposition ?
    Pourquoi SOUMAILA gardait le silence jusqu’à présent ?
    Est-ce que l’opposition joue son rôle dans un Etat de droit comme le Mali ?
    La réponse à ces questions va nous permettre de connaitre la réalité concrète concernant le rôle de l’opposition et la place qu’il joue dans la gestion des affaires du pays.

  88. Le Mali est un Etat démocratique. L’opposition a droit à certaines prérogatives. Vu le rôle qu’elle doit jouer dans l’exercice de la démocratie qui est droit fondamental de l’homme contenu dans la Déclaration Universelle des droits de l’Homme et du citoyens, et dans presque toutes les constitutions obtenues aux lendemains de cette déclaration. C’est l’article 25 titre II qui consacre le caractère démocratique de notre Etat, à savoir : «le Mali est une République indépendante, souveraine, indivisible, démocratique, laïque et sociale. Son principe est le gouvernement du Peuple, par le Peuple et pour le Peuple». Pour pouvoir bien exerce ce droit qui lui est reconnu, le peuple malien a à sa disposition plusieurs institutions et structures. Mais l’opposition est celle qui nous intéresse dans ce contexte. Malheureusement que nos opposants sont inconscients du devoir qui leur incombe. Le peuple malien ne peut pas se glorifier d’elle. Les partis politiques maliens sont dans les conditions nécessaires mais la moindre des choses qui est de contrecarrer la mal gouvernance et faire des propositions dignes et acceptables, elle n’arrive pas à le faire. 😛 😛 😛 😆 😆 😆

  89. Concernant les engrais frelatés, IBK et son PM Modibo Keïta sont actifs sur le dossier. Treta Bocari et ses complices répondront de leurs actes devant la justice malienne. Treta est le premier fautif de cet actes ignoble, par son n’incapacité, son n’irresponsabilité et même plus sa complicité qui résument à cela.

  90. Merci au Ministre Bathily, je ne comprends pas comment une personne sensée qui dispose de toutes ses facultés mentales peut construire sa maison jusque dans le nid d’un fleuve sec, sur des collines, tout près des voies routières. Ceux sont des zones à haut risque et les dégâts sont toujours imprévisibles. La population doit aussi tenir compte de ses erreurs et les assumées, restant dans ces zones elle court de très grave danger.

  91. A BRUNO ET M. SOUMAÏLA CISSE
    Mouvement progressif et populaire pour le soutien des pouvoirs au mali.
    DROITS ET DEVOIRS DE L’OPPOSITION
    Deux grands principes doivent présider à l’action de l’opposition :
    1- Chercher à arriver au pouvoir par le scrutin ouvert
    2- Ne pas empêcher l’action des gouvernants délégués par la majorité.
    Au Mali, une proposition de loi portant statut de l’opposition est en instance. Bien qu’elle n’ait pas encore été votée, les principes qu’elle contient constituent la base de la pratique de tous les jours à savoir :
    De ses devoirs
    * Contribuer au développement de l’esprit démocratique
    * respecter la constitution et les institutions
    * défendre les intérêts supérieurs de la nation
    * cultiver l’esprit républicain par le respect de la règle de la majorité
    * suivre l’action gouvernementale et le cas échéant de la critique de façon précise et constructive.
    De ses droits
    Il est reconnu à tout parti politique le droit à l’opposition. Toutefois tout parti politique appartenant à l’opposition peut accepter de partager la responsabilité du gouvernement.
    L’opposition politique bénéficie d’un droit de représentation au sein des organes dont les membres sont désignés au prorata par les institutions où elle siège.
    L’opposition a libre accès aux renseignements par voie d’audience spéciale dans les ministères et l’Administration publique. Il ne peut y avoir dérogation aux dispositions du secret professionnel.
    Audience spéciale est accordée d’office tant à la requête écrite de l’opposition que sur convocation des autorités.
    Les missions diplomatiques accréditées au Mali et les personnalités étrangères en visite au Mali peuvent recevoir ou être reçues par les dirigeants de l’opposition.
    De même les membres de partis politiques appartenant à l’opposition peuvent être invitées ou reçues par toutes personnalités étrangères en dehors du Mali par voie diplomatique.
    A l’occasion des cérémonies et réceptions officielles, le droit de l’opposition aux considérations protocolaires doit s’exercer suivant les règles établies par le protocole de la République.
    Outre l’égal accès aux médias d’Etat, l’opposition a le droit de faire entendre ses positions en français ou en langues nationales sur tous les problèmes de l’heure.
    Il est reconnu à l’opposition, le droit aux activités politiques et à la liberté de presse (conférence, meeting, marche) dans le strict respect de la législation en vigueur.
    Au niveau du parlement, l’opposition comme tout autre groupe peut procéder aux propositions d’amendements aux projets de loi, interpellation (orale et écrite) des membres du gouvernement sur les questions d’intérêt national et enfin le droit à la motion de censure.
    Moyens d’action de l’opposition
    L’article 05 de la constitution garantit la liberté d’association, de réunions, de cortèges et de manifestations.
    Quant à l’article 07, il dit ceci : “La liberté de presse est reconnue et garantie. Elle s’exerce dans les conditions fixées par la loi ; l’égal accès pour tous aux médias d’Etat est assuré par un organe indépendant dont le statut est fixé par une loi organique”
    En parcourant ces lignes ci-dessus, on se rend facilement compte que l’opposition dispose des mêmes moyens d’action que la majorité à savoir :
    – Presse : les lois récemment votées par l’Assemblée Nationale assurent l’égal accès et l’égal traitement par les médias d’Etat. Des émissions telles que le forum politique, droits de savoir, tribune sont largement ouvertes à l’opposition indépendamment du fait qu’elle peut initier d’autres grands débats sur des sujets bien déterminés.
    – Droit de réunion, de meeting, de conférence, de manifestations, sont également assurés par la loi. Indépendamment de tout ceci, l’opposition, possède de radios privées où l’expression est libre.
    Extrait de Actes du Séminaire International sur le parlementarisme en Afrique de l’Ouest francophones : Tâches, problèmes et perspectives.
    FKA – ADP ; Ouagadougou, 1994, pp 53-55

    QU’ON NE SE FOCALISE PAS QUE SUR NOS DROITS ALORS QU’ON DES DEVOIRS A ACCOMPLIR.
    EST-CE QUE C’EST LE CAS DE L’OPPOSITION CHEZ NOUS AU MALI ?
    CHI KONGÔ LA FÔ TOUMA TE DATOUMA YE

  92. Ce genre de problème est la faute dû aux régimes passés. Les magouilles, les ventes et constructions illégales des terrains dans le secteur des domaines fonciers résument toujours au pire car la population devient son propre victime en cas de dégât. Le Ministre Bathily veut mettre l’ordre dans ce secteur, avant que l’Etat ne soit encore à faire face à des victimes de dégât de ce genre.

  93. De nos jours l’opposition à faillir à son devoir. L’opposition malienne a perde toute sa crédibilité car elle ne fait que attaquer le régime en place mais ne propose rien de concret. L’opposition ne doit pas que critiquer mais proposer des solutions pour une sortie de crise et bonne gouvernance du pays.

  94. E NI BA TIE KASSIN, tous ceux que vous dites ne sont que des mensonges.
    Les victimes savaient réellement que leurs maisons étaient illégalement battis.
    On est dans un Etat de droit, en droit il est dit que tout individu qui cause a autrui un dommage, il est obligé a le réparé. Le ministre n’a causé aucun dommage, il a seulement appliqué la loi, pour le beau respect du code domanial et foncier.
    KASSSIN, on sait réellement que vous n’êtes pas un bon juriste.
    La loi est là pour protégé les innocents et punis les coupables.
    Je vous fais renvois a l’article 35 du code de procédure pénal qui dispose que le mensonge est sanctionné pour une peine de 3 an 6 moi d’emprisonnement ferme, alors pauvre KASSIN, la justice devrait vous poursuis a cause de votre mensonge et votre ingratitude envers le gouvernement.

  95. Sikasso
    Comment le statu de opposition ne devrait pas être considérer par IBK.Je me demande si tu est conscient de ce que tu dis? Tellement idiot que tu oublie que le Mali est un pays démocratique. IBK n’a fait que rendre démocratiquement à l’opposition malienne ce qui lui est de droit. Depuis la veuille de démocratie le Mali est sous le charme de la de la corruption et de l’impunité, le régime d’IBK est là pour combattre ces maux.

  96. bonjour cher KASSIN
    Il me semble que dans ton enthousiasme tu oublie que l occupation illicite du domaine public est un delit qui releve du tribunal de simple police et qu en l occurence le ministre et le gouvernement sont dans leur droit surtout apres intervention d huissiers de justice….
    En realite le probleme que tu poses est celui du rapport a l autorite au Mali et les arguties jurididique que tu evoques ccache mal le fait que tu es partisan du non respect de la chose publique et de l autorite qui en decoules
    Je te signale d ailleurs que les ont le droit d ester en justice pour demande de reparations et d indemnisation
    Ce sera pour toi et pour ceux qui comme toi sont dans la defiance vis a vis de l autorite un bonne occasion de sortir du juridisme de salon

  97. La diversion incontrôlée de Mohamed Aly Bathily à Souleymanebougou ou la justice selon un ministre

    Conscient de la sauf de justice des maliens dans un pays d’injustice dans lequel il a scandaleusement échoué de dire la loi en s’illustrant en tant que ministre de la justice par la libération des pires criminels du terrorisme international tout en fermant bouche et yeux sur les scandaleuses affaires de surfacturations et de déni de droit de l’avion Boeing 737 d’IBK et ses valets et du marché public des équipements dits militaires, Mohamed Aly Bathily s’offre un étrange rôle de justicier taillé sur mesure au ministère des domaines du Mali.

    Sa nouvelle trouvaille, se substituer à la justice malienne pour démolir des maisons d’autrui au motif que cela a été décidé par les plus hautes autorités du pays.

    Après son forfait culotté à Souleymanebougou il s’exprimait en ces termes:
    “Cette opération de démolition a été décidée en accord avec les plus hautes autorités du Mali, conformément aux dispositions de l’article 67 de la loi fixant les règles de l’urbanisme qui dispose : en cas d’extrême urgence, ou s’il s’agit de constructions édifiées sur un terrain occupé sans droit ni titre foncier ou encore s’il s’agit de constructions en matériaux précaires, l’administration peut procéder d’office à la démolition et à la mise en état des lieux aux frais de l’intéressé après avoir fait établir la description contradictoire des biens à détruire».

    Fin de citation!

    Comme Bathily s’accroche à la loi comme un bébé apeuré s’accroche au dos de sa maman, il va falloir lui expliquer ce que c’est que la loi et l’application de la loi.

    Dans une démocratie il y a ce qu’on appelle la séparation des pouvoirs et cela est garantie par la constitution du 25 février 1992 au Mali.

    A ce titre, l’exécutif c’est à dire le président de la république et son gouvernement dont fait partie le ministère de Mohamed Aly Bathily, a l’initiative de la loi et de la conduite des affaires publiques à travers les actions gouvernementales.

    En outre, l’exécutif promulgue la loi mais ce sont les députés élus à l’assemblée nationale qui votent la loi.

    Une fois votée et promulguée nul n’est sensé ignorer la loi.

    Mais malgré cela si la loi est enfreinte par un citoyen ou une organisation ou toute autre entité, l’exécutif peut engager la force publique pour faire respecter la loi.

    A ne pas confondre enfreindre la loi et litige entre citoyens ou entre citoyens et une organisation ou toute autre entité.

    En cas de litige, c’est à la justice de trancher conformément à la loi et non l’exécutif à fortiori un ministre de la république.

    Dans le cas d’espèce de Souleymanebougou, il s’agit bien d’un litige foncier entre ceux dont Mohamed Aly Bathily a imprudemment démolit les maisons et une entité publique appelée ACI (Agence de cession immobilière).

    L’article 67 de la loi dont évoque le ministre Mohamed Aly Bathily précise très bien “….s’il s’agit de constructions édifiées sur un terrain occupé SANS DROIT ni titre foncier…”

    Est-ce que Bathily a-t’il d’abord demandé à la justice du Mali de prouver par un PROCÈS ÉQUITABLE que les occupants de Souleymanebougou dont il a détruit les maisons n’avaient pas de DROIT sur les terrains objet du litige avec l’ACI?

    La réponse est clair c’est NON!

    Alors pourquoi Mohamed Aly Bathily et ses “plus hautes autorités” se substituent-ils à la justice malienne pour s’attaquer aux biens immobiliers et mobiliers d’autrui au motif qu’ils n’ont pas de droit sur les terrains en question?

    Le gouvernement du Mali sous IBK est-il maintenant confondu à la justice du Mali?
    Depuis quand un ministre juge un litige foncier?

    Si quelqu’un a violé la loi c’est bien le ministre Mohamed Aly Bathily qui prend sans vergogne la place de la justice malienne pour décider droit de vie ou de mort sur le patrimoine immobilier et mobilier des citoyens maliens en violation flagrante des principes constitutionnels de la séparation des pouvoirs au Mali.

    Alors que le ministre Bathily cesse de violer la constitution du Mali et qu’il se remette lui-même à la disposition de la justice malienne pour répondre de ses forfaits et surtout porter réparation aux dégâts prémédités sur biens immobiliers et mobiliers d’autrui à Souleymanebougou.

    Cette réparation doit compter non seulement la remise en état des biens immobiliers et mobiliers indûment détruits mais aussi et surtout les dommages et intérêts pour atteintes à la quiétude et à l’intégrité physique, morale et psychique des occupants lésés de Souleymanebougou.

    Que Bénisse le Mali démocratique!

    Salute!

    • TOUT CE QUI EST VRAI N’EST PAS FORCEMENT VRAISSEMBLABLE.
      LA MANIE EST AUSSI UN ABUS CONTRE LES CONSCIENCES ET UN ABUS CONDAMNABLE.
      KASSIN : En outre, l’exécutif promulgue la loi mais ce sont les députés élus à l’assemblée nationale qui votent la loi.
      Une fois votée et promulguée nul n’est censé ignorer la loi.
      Mais malgré cela si la loi est enfreinte par un citoyen ou une organisation ou toute autre entité, l’exécutif peut engager la force publique pour faire respecter la loi.
      ROUGEO : Tes cours de droit sont bien trop faible ici.
      Nous ne sommes pas dans un cas de promulgation de loi ICI.
      Nous sommes en face d’une situation de fait.
      Pendant qu’on cherche à sortir du gouffre, des individus mal incarnés ce permettent d’encourager les pauvres citoyens à occuper indument des endroits qui n’est pas le leur.
      Adire vrai, M. Bathily est un noble citoyen et ministre dans son état qui fait et a fait correctement son travail et dans la plus grande légalité.

      JE SUIS NERVEUX QUE JE NE VOIS PLUS MES INJURES AFFIHES SUR LE SITE.

  98. Ce sont tous les mêmes soumaila n’est pas différent de ibk des personnes boulimique de l’argent facile
    Le peuple doit dire non à tout ces hommespolitiques qui nous gouverne depuis l’indépendance le temps de changement a sonner et leurs magouilles de chef de l’opposition na même pas de sens vue que tout les parties politiques ont un chef qui les représente à l’assemblée nationale ses suffisant le nouveau poste de soumaila na lieu d’être

Comments are closed.