Le CMDID au chevet de l’Accord de paix signĂ© dans le CADRE DU processus d’Alger : Les partis politiques expriment leur soif de mieux comprendre le document

1

CMDID-MINUSMAUne cinquantaine de  partis politiques et autant d’organisations de la sociĂ©tĂ© civile ont pris part Ă  la rencontre et ont cherchĂ© Ă  comprendre tous les contours de cet accord de paix.

Cette journĂ©e d’Ă©changes a enregistrĂ© la prĂ©sence de l’adjoint au chef de la MINUSMA, Arnold AkodjĂ©nou, du Directeur exĂ©cutif de la fondation CMDID, Moumouni Soumano, le reprĂ©sentant du ministre de l’Administration territoriale et de la dĂ©centralisation et d’autres personnalitĂ©s.

Les objectifs de la rencontre sont la contribution Ă  l’appropriation de l’accord par les acteurs politiques et de la sociĂ©tĂ© civile, la facilitation de l’Ă©mergence des espaces d’Ă©changes, la sensibilisation sur la vulgarisation du document.

Dans son intervention, le ReprĂ©sentant adjoint du SecrĂ©taire gĂ©nĂ©ral de l’ONU, Arnold AkodjĂ©nou, a indiquĂ© que cette journĂ©e d’Ă©changes s’inscrit dans le cadre de la rĂ©alisation d’un programme dont l’objectif est de favoriser une implication et une participation effectives de la sociĂ©tĂ© civile au dialogue national et au processus de mise en Ĺ“uvre de l’accord de paix.

Les partis politiques ont fortement contribuĂ© au retour Ă  l’ordre constitutionnel au Mali, grâce Ă  leur participation active aux Ă©lections prĂ©sidentielles et lĂ©gislatives, qui ont permis la mise en place de nouvelles institutions de la RĂ©publique en 2013 et consacrĂ© le retour progressif du Mali dans le concert de la communautĂ© internationale “, a expliquĂ© le diplomate onusien.

Avant d’ajouter qu’en jouant ce rĂ´le traditionnel qui est le sien, la classe politique malienne a fait preuve de maturitĂ© dans sa quĂŞte pour la paix et la consolidation de la culture dĂ©mocratique dans le pays. ” La sortie de crise se conjugue au pluriel et implique l’ensemble des acteurs clĂ©s, notamment les partis politiques “, a-t-il dĂ©clarĂ©. Et d’insister sur le rĂ´le de contribution au renforcement de la gouvernance qui incombe aux formations politiques. Ce qu’elles feront Ă  travers la formation, l’information et les propositions sur le processus de mise en Ĺ“uvre de l’Accord de paix.Il a, en outre, assurĂ© que la MINUSMA ne mĂ©nagera aucun effort pour accompagner les acteurs maliens en gĂ©nĂ©ral et la classe politique en particulier, Ă  faire face aux dĂ©fis de la paix et de la rĂ©conciliation nationale au Mali.

Pour sa part, le ReprĂ©sentant du ministre de l’Administration territoriale et de la dĂ©centralisation, le Conseiller technique Moussa Ibrahima TourĂ©, a encouragĂ© les partis politiques Ă  assimiler les dispositions contenues dans le document afin de mieux l’expliquer aux populations, dans le cadre de leurs missions de formation et d’Ă©ducation de leurs potentiels Ă©lecteurs. Il a soulignĂ© l’importance des foras d’Ă©changes multi-acteurs qui se tiennent Ă  Bamako et dans les rĂ©gions.

Les acteurs politiques ont, pour la plupart, posĂ© des questions pertinentes sur le processus de nĂ©gociations de cet accord, certains aspects touchant Ă  l’unitĂ© du territoire tels que la crĂ©ation future d’une police municipale, les difficultĂ©s dans le travail du comitĂ© de suivi de l’Accord, etc. A toutes ces prĂ©occupations, les experts commis Ă  l’occasion, Souleymane De (Professeur de Droit) et Ousmane Kornio (consultant) ont apportĂ© des Ă©clairages nĂ©cessaires.

Bruno D.SEGBEDJI

PARTAGER

1 commentaire

Comments are closed.