Le corps enseignants apporte son soutien à Jeamille Bittar : En communion pour construire un Mali émergent

0
0





Tel est le message livré par le président de la coordination des enseignants du Mali, M. Siaka Traoré lors de son allocution à l’adresse du président d’honneur de l’UMAM, M. Jeamille Bittar et de ses camarades. C’était samedi dernier dans la salle de spectacles du pavillon des sports du stade Modibo Kéïta de Bamako. 

A vingt et quatre heures de al cérémonie de déclaration de candidature de Jeamille Bittar à la présidentielle du 29 avril prochain, les enseignants du mali à travers M. Siaka Traoré, ont fait le rappel de leur troupe pour signifier au président d’honneur de l’UMAM qu’ils sont derrière lui et avec lui pour construire ensemble un Mali émergent. « Un soutien sans faille et murement réfléchi pour revaloriser la fonction enseignante», dit-on.

Il s’agit pour Siaka Traoré et ses camarades de relever avec l’UMAM le défi et sont entièrement à la disposition de ce mouvement politique qui n’arrête aps de tisser sa toile partout au Mali.

Pour le Président de l’UMAM, M. Amadou Koïta, toujours inspiré et en harmonie avec l’évènement, a vanté la valeur des enseignants du mali ainsi que dénoncé leurs souffrances. « Hommage au corps enseignants du mali, des patriotes dévoués qui forment dans le labeur des enfants  éclairés conscients de leurs droits. Nous ne sommes pas indifférents à votre cas car nous voulons avec vous, faire de l’école malienne, un modèle car vous informez, organisez et transformez ». Pour le président Koïta : « une nouvelle ère a sonné pour notre pays ; ère de changement dans la prospérité, l’espérance », a-t-il poursuivi. Il a ensuite rappelé le parcours combien brillant du candidat Jeamille Bittar qui est toujours en communion avec les jeunes et els femmes.  « Le combat ne sera pas facile mais avec le courage nous remporterons la victoire. A partir de demain, la train de l’histoire sera en marche avec la déclaration de candidature de Jeamille Bittar. Et le 08 juin, ATT passera le témoin à l’enfant du Mali», a-t-il martelé.

Jeamille, un jour spécial

En réponse à l’appel à candidature des enseignants du mali, le candidat de l’UMAM a martelé d’entrée ceci : « Aujourd’hui, est un jour spécial car je suis un appelé du Mali à la différence de ceux qui veulent forcer le destin. Le pouvoir est un don de Dieu qui ne se trompe jamais et sait qui est bien pour notre pays qui mérite de vivre dans la prospérité ». Pour l’orateur : «la gouvernance mondiale a changé, le Mali doit et suivra cela. Nous ne resterons pas en marge. Ne nous voilons pas la face, vous êtes les acteurs incontournables de ce pays (s’adressant aux enseignants, les oubliés, les désespérés de toujours). « Chaque candidat qui parle de l’école malienne décrit sa maladie. Mais les gens ne s’assument pas et on n’exige pas de résultats. Pour nous, ce sont le mérité et els résultats qui seront au cœur de toutes nos actions. L’année 2012, est une année de changement générationnelle  qui sera exigée par nos populations», a laissé entendre Bittar. Il a ensuite rappelé qu’il est un homme de terrain et d‘action. Pour se faire, il est prêt à gérer le Mali comme une « grande entreprise où chaque malienne et malien trouvera sa place, retrouvera sa dignité et son honneur qui seront restitués. Mon investiture de demain mettra fin au doute qu’on veut semer dans la tête de nos compatriotes. Pour moi, il faut avoir le courage de se battre car il y une lueur d’espoir. Je suis prêt à mourir pour le Mali », a-t-il fait savoir sous els acclamation du public.

L’animation était assurée par la diva Saly Sidibé et par le jeune rappeur MC Papou.

L’appel des enseignants du mali en faveur de Jeamille Bittar, qu’ils qualifient de Magistrat de l’Administration,  partagent sa vision d’un Mali nouveau, un Mali de demain serein, gagneur où chaque fils retrouvera sa place.

Bokari Dicko

 

La section VI US-RDA  signe un accord avec l’UMAM

Pour élire Jeamille Bittar Président de la République du Mali

C’était le 26 janvier dernier au siège de l’UMAM sis à Hamdallaye ACI en présence de nombreux militants.

 C’est dans une ambiance d’un grand jour que les deux parties conduites par M. Modibo Coulibaly, secrétaire général de la section VI US-RDA de la commune VI et M. Jeamille Bittar, président d’honneur de l’UMAM appuyé par Amadou Koïta, président de l’UMAM, ont signé une alliance politique afin d’unir leurs efforts dans lors des joutes électorales prochaines. Selon le secrétaire général de la section VI US-Rda qui se désolidarise du Bureau Politique National de son parti qui a pris fait et cause pour IBK du RPM sans tenir compte de leurs remarques et recommandations : « je suis comblé ainsi la délégation qui m’accompagne pour ce jour très important malgré les pressions et autres menaces. Cette signature a été longuement réfléchie, analysé et a résisté aux pressions. Nous nous sommes assumés parce que notre choix est réaliste, un choix de l’avenir, digne et futuriste en phase avec le monde actuel ». « Dorénavant, Bittar est notre candidat commun car il est un espoir d’un pays, de notre commune où il habite », explique le secrétaire général de la section VI US-RDA. « II y a eu trahisons par rapport à cette alliance qui vient d’avoir lieu parce que avions la conviction et sommes réalistes malgré que le BPN ait choisit IBK sans que le militant lambda ne soit informé. Ceux qui se tuent dans le travail du parti, ne sont pas récompensés et ne bénéficient que des strapontins», explique Modibo Coulibaly.

« Considérez désormais que la crème du parti est derrière Jeamille Bittar. La section VI est engagée à vos côtés et nous nous assumerons contre vents et marées quelque soient les conséquences », adit le secrétaire général de la section VI Us-RDA.

Le président des jeunes de la section VI

Il a rappelé l’aboutissement de longs mois de concertations. Il a expliqué qu’ils sont contre la manifestation de la violence sous toutes ses formes. « Nous sommes la section pilote du parti. Donc la quintessence car avions beaucoup de sections de l’intérieur qui sont solidaires avec nous qui l’ont manifesté par des lettres. Cette signature a fait couler beaucoup d’ancre et de salive. A l’annonce de notre soutien à Jeamille Bittar, toute la crème du parti a envahi le domicile de notre secrétaire général. Nous allons montrer nos preuves. Il est temps de faire confiance à la jeunesse».

Quant à la représentante des femmes US-RDA CVI, elle dira qu’elles sont derrière le parti. Donc la section VI en qui elles font confiance.

Le président de l’UMAM, M. Amadou Koïta a rappelé que 90% des membres de l’UMAM sont membres du PDES. Vous avez devant vous des progressistes qui se retrouvent chaque fois. Il s’agit pour nous de changement mentalité et d‘hommes. Ce jour du 26 janvier est historique pour la jeunesse malienne ».

M. Beydi Traoré, président des jeunes de l’UMAM rappellera que al signature de cette alliance a été réfléchie. « C’est une belle leçon de démocratie pour nous jeunes. C’est une alliance pour la victoire. Et le 08 juin, notre candidat sera investi », a-t-il martelé.

Le parrain de l’UMAM

Jeamille Bittar après avoir écouté les uns et les autres a rappelé qu’il n y a qu’un seul fauteuil présidentiel. « Nous sommes tous en mission. Il n y aucun sacrifice de trop pour ce pays merveilleux qui attend le minimum de nous ». faisant allusion à la présidentielle de 2012, Jeamille Bittar dira que ce combat n’est pas le mien mais générationnel. Il faut que le visage du pouvoir change parce que le monde a changé et change encore. Il ne s’agit pas de partage de gâteau. Il faut de nouvelles initiatives avec de nouvelles ressources qui changeront les conditions de vie de nos concitoyens. Il faut des hommes courageux pour faire avancer le Mali qui sera une grande entreprise où chacun jouera son rôle », indique Bittar.

A Koulouba, Bittar et sa génération : «les gens seront jugés à la tâche en fonction de leurs résultats. Il n y aura pas de sentiments. Nous avons foi en l’avenir ». Parlant de l’emploi, le candidat Bittar dira : « qu’il est injuste de dire qu’il n y a pas d’emploi dans notre pays ». Quant à l’école malienne il dira qu’elle est malade par la faute de ceux-là même qui crient sous tous les toits avoir les remèdes de ses maux. Quel paradoxe ? « Ce sont ceux-là qui évoquent ce sujet qui l’ont rendue dans cet état »,  a martelé Jeamille Bittar. Une façon de dire qui veulent-ils encore tromper après vingt ans de mensonges et de saupoudrages.

Enfin, Jeamille dira que : « la présidentielle du 29 avril prochain est une communion entre un homme et son peuple et non des partis politiques ». Et ajoute en ironisant : « Je suis déjà à Koulouba puisque c’est le rond-point qui me sépare du palais présidentiel ». « Nous avons quelque chose de très important à défendre : le Mali, en guise de conseil a-t-il dit.

Bokari Dicko

NB - L'auteur de cet article est seul responsable de son contenu.