Le FDR face à l’élection présidentielle de 2013 : Un comité ad hoc pour étudier trois options unitaires

19 réactions [-] Texte [+] Email Imprimer

Le FDR (photo archive)

Après avoir donné de la voix pour un retour à l’ordre constitutionnel et plaidé pour une intervention militaire, avec un appui international au Nord du Mali, le Front uni pour la sauvegarde de la démocratie et la République (FDR) est aujourd’hui en réflexion sur les prochaines échéances électorales. Dans ce sens, confie une source crédible membre de la direction même du Front, une plate-forme est en cours d’élaboration pour réaffirmer l’option unitaire dans la perspective des prochaines élections, notamment la présidentielle. Une commission ad hoc a été mise sur pied pour réfléchir aux trois options recensées à la base de ce regroupement politique constitué par l’Adéma-PASJ, l’URD, le PDES, le PARENA, l’UDD, le PSP, la FCD, l’UFDP, le MPR et d’autres partis et associations.

Plusieurs responsables du FDR ne cachent plus leur volonté de « poursuivre le cheminement dans une plus grande union ». C’est pourquoi lors de la rencontre que ce regroupement a organisée le mercredi dernier au CICB, les principaux intervenants ont insisté sur la dynamique unitaire du Front dans la perspective des prochaines élections, notamment la prochaine élection présidentielle.  » Si nous menons ce combat ensemble depuis le coup d’Etat, il n’y a pas de raison que nous baissions les bras quand des échéances décisives s’approchent, surtout que nous sommes devenus l’ennemi à abattre. Nous devons resserrer nos rangs « , a souligné l’honorable Mme Coulibaly Kadiatou Samaké.

Selon nos sources, à la base du FDR, les militants demandent aux responsables de demeurer ensemble pour faire face à l’adversité qui a découlé du changement intervenu dans le pays le 22 mars. C’est ainsi que trois options ont été recensées pour aller à la prochaine élection présidentielle : la transformation du FDR en parti politique, la constitution d’un pôle de partis et organisations avec un seul candidat, et la mise en place d’une alliance électorale avec deux à trois candidats avec l’engagement à soutenir celui d’entre eux qui sera au second tour.

Pour plusieurs cadres du Front, même si la première option n’est pas d’avance écartée, elle semble très difficile à réaliser, parce que tous les militants tiennent à conserver leur identité idéologique, surtout que le FDR est formé de partis politiques mais aussi de plusieurs organisations de la société civile.

En effet, assure notre source, les deux dernières options sont plus facilement réalisables du fait des liens d’amitié et les convergences de vues qui existent entre les partis et organisations formant le front. Une vision politique harmonisée entre l’Adéma-PASJ et le PARENA ne surprend guère les observateurs dans la mesure où il y avait entre ces deux formations politiques un projet de fusion, qui n’avait pas abouti du fait de quelques détails de forme et non de fond. Or, au PASJ est très liée l’URD qui en est une protubérance. Et le parti de Soumaïla Cissé avait noué une alliance, dans la perspective de la présidentielle avortée du 29 avril 2012, avec le PSP du Pr Oumar Hammadoun Dicko et la FCD de Djibril Tangara. Sans oublier que l’Adéma-PASJ, le PDES d’Hamed Diané Séméga, l’UFDP du Colonel Youssouf Traoré et l’UDD de Tiéman Hubert Coulibaly étaient très liés pour soutenir le candidat de l’Adéma à l’élection présidentielle prévue pour le 29 avril 2012, avant les événements du 22 mars.

En tenant compte de toutes ces réalités, certains cadres du FDR, parmi lesquels des anciens ministres ont été désignés comme membres d’une commission ad hoc pour étudier les options sur la table. Une plate-forme est en train d’être élaborée pour peaufiner les stratégies de positionnement du FDR par rapport aux futures échéances électorales.

Mais, d’ores et déjà, les analystes commencent à supputer autour des noms d’éventuels candidats susceptibles de défendre les couleurs du FDR à la prochaine présidentielle. Le leader de l’URD, Soumaïla Cissé, qui s’apprêterait à rentrer au pays après un séjour médical et une longue convalescence à Paris, le 1er vice-président de l’Adéma-PASJ et du FDR, Iba N’Diaye, Tiébilé Dramé du PARENA, l’ancien Premier ministre Modibo Sidibé sont entre autres des noms qui sont cités. Un grand travail de sensibilisation et de casting sera amorcé au niveau du regroupement pour arriver à sceller  cette union sacrée.

Bruno D SEGBEDJI

Pourquoi le FDR ne participera pas aux concertations nationales avec les termes de référence actuels

Pour le Front anti-putsch, il n’est aucunement question de participer à un forum quelconque dont l’objectif serait de remettre en cause les acquis démocratiques des vingt dernières années.

Selon plusieurs cadres du FDR, l’ordre constitutionnel auquel le pays est retouurné doit être consolidé. Il n’est pas question de le remettre en cause. Ainsi, envisager de dissoudre  l’Assemblée nationale pour la remplacer par un Conseil national de Transition est, assure cadre du Front, un saut vers l’inconnu. La «composition partisane et déséquilibrée de la commission d’organisation des concertations, présidée par le Directeur de Cabinet du Premier Ministr est aussi désapprouvé par le FDR.

En effet, sur les 49 membres de cette commission, 12 appartiennent au cabinet politique et militaire du Chef du Gouvernement, huit (8) sont membres de la COPAM, neuf (9) représentent le Gouvernement et les Forces armées, quatre (4) appartiennent au regroupement » Convergence pour Sauver le Mali » (proche du Premier Ministre), trois à IBK-2012. Il est prévu deux(2) représentants pour le FDR. Ni l’ADPS, ni le FMR, ni le FRDP Maliko ne sont représentés dans ladite commission.

L’élaboration des termes de référence des concertations, la détermination de l’ordre du jour et de la liste des participants sans concertation aucune avec plusieurs regroupements politiques dont le FDR, l’ADPS, le FMR et le FRDP-Maliko sont aussi des griefs soulevés par le FDR, qui n’exclut pas de revoir sa position si ses préoccupations sont prises en compte.                                      

Bruno D. SEGBEDJI

SOURCE:  du   9 nov 2012.    

19 Réactions à Le FDR face à l’élection présidentielle de 2013 : Un comité ad hoc pour étudier trois options unitaires

  1. africainerouge

    ApemaMali vous avez compris enfin que tous les gens qui sont opposés à nous ne sont pas nos ennemis? alors ou mets tu DR OUMAR MARIKO GRÂCE AU COMBAT DUQUEL « LA LIBERTÉ DE S’EXPRIMER » EST la ET NON COMME VOUS LE DITES AU fdr IL N’A QUE DES RÉACTIONNAIRES DEMANDEZ LEURS CE QUI S’est passé le 22 mars 1991 4 jrs avant la chute de moussa à la bourse du travail? qui est le père de la « démocratie » au MALI? qu’est ce qu’ils en ont fait vos parents,nos parents du fdr? tout ce sur quoi ils se sont mis d’accord avant la chute de moussa ils l’ont laissé de coté seul MARIKO continue à suivre la voie par eux tracée à l’époque et depuis ils font tout pour noyer le poisson en salissant le nom de MARIKO et je vous jure que le jour ou les MALIENS comme vous et moi comprendrons qu’OUMAR est sur la meilleure direction ,l’AFRIQUE toute entière tremblera à l’annonce du nom du MALI libre à vous de croire ou pas respectueusement :idea: :idea: :idea: votre.

  2. john gigi

    je vous parle honnêtement j suis pas du FDR MAIS ILS ONT DIT LA VÉRITÉ CETTE FOIS CI