Le Groupe de réflexion et d’Action pour le Mali (GRAM) porté sur les fonts baptismaux : Une véritable démonstration de force au Palais de la Culture

0
2

Le Groupe de Réflexion et d’Action pour le Mali (GRAM) a procédé, le vendredi soir, au lancement de ses activités dans la salle archicomble du Palais de la Culture (plus de 5 000 personnes) à travers un grand show avec des prestations d’artistes comme Abdoulaye Diabaté, Babani Koné ou encore le jeune rappeur Iba One. Né de la ferme volonté des jeunes, des hommes et des femmes, animés par un devoir citoyen et patriotique, le GRAM  est constitué pour une large part de jeunes leaders revendiquant les mêmes valeurs et partageant les mêmes idéaux. Il s’agit de mutualiser leur compétence, leur talent, leur relation ainsi que leur moyen afin d’apporter  à notre patrie, le Mali, leur pierre pour son édification. C’est pourquoi, cette association apolitique se propose d’apporter au futur Président  de la République, à travers une charte de la jeunesse et des forces vives du Mali, des clés pour décrypter les principales problématiques liées à l’éducation, à l’emploi, à la santé, à la sécurité, à la bonne gouvernance… Mais, pour le moment, le GRAM s’engage à soutenir les actions du Président ATT.  Cette cérémonie de lancement fut une véritable démonstration de force.

Du jamais vu dans les annales des cérémonies de lancement d’une association au Mali ! La grande salle Bazoumana Sissoko du Palais de la Culture Amadou Hampaté Ba était pleine comme un oeuf. On notait plus de 5 300 personnes dans cette salle de 3 500 places. Sans compter les invités qui n’ont pas trouvé de place (environ 1 000 personnes).La cour du palais de la Culture était également bourrée de monde. Ils étaient venus de tous les coins de la capitale pour être les témoins oculaires de la cérémonie de lancement des activités du Groupe de Réflexion et d’Action pour le Mali (GRAM).

 

Créé par des jeunes cadres et des opérateurs économiques soucieux de l’avenir du Mali, le GRAM a été officiellement porté sur les fonts baptismaux. Parmi les partis politiques invités, seul le président du Parti pour le Développement Economique et la Solidarité (PDES) Ahmed Diané Séméga a répondu à l’appel. "Nous avons adressé des invitations à plusieurs responsables politiques pour notre lancement. Malheureusement, c’est Ahmed Diané Séméga qui a favorablement répondu à notre invitation. C’est le lieu pour nous d’adresser nos sincères remerciements au ministre de l’Equipement et des Transports pour cet honneur fait à la jeunesse du Mali" nous a confié  l’un des membres du GRAM. Raison pour laquelle le président du PDES accompagné, pour la circonstanc,e de sa charmante épouse Dominique, a été accueilli par un tonnerre d’applaudissements du public.   

 

C’est aux environs de 20 heures que le maitre de cérémonie, Hamidou Sampi, a annoncé les couleurs de cette belle soirée. Ce fut après la présentation des membres du GRAM parmi lesquels figurent, entre autres, Hammadoun Dagamaïssa, époux de Babani Koné, Ibrahima Diawara, PDG du Groupe  «Ibi Groupe» ….

 

Hommage à Ahmed Diané Séméga

 

Dans son mot de bienvenue, Hammadoun Dagamaïssa dira que le vendredi 9 décembre est un jour exemplaire qui restera longtemps gravé dans la mémoire des Maliennes et des Maliens. Selon lui, le Mali est un exemple en Afrique de l’Ouest à travers les actions posées par le Président de la République, Amadou Toumani Touré. "Nous sommes une association apolitique et nous ne sommes avec personne. Notre priorité est de soutenir les actions d’ATT et de son gouvernement jusqu’au 8 juin 2012. Nous allons nous impliquer pour qu’il y ait un oui au référendum et pour la paix au Nord-Mali" a précisé Hammadoun Dagamaïssa. Avant de rendre un vibrant hommage à Ahmed Diané Séméga qui se bat jour et nuit pour mener à bien la vision du Président ATT à travers la réalisation des infrastructures  notamment routières. 

 

Après ce fut le tour du Secrétaire général du GRAM, Cheicknè  Camara, de prendre la parole pour dévoiler les orientations de cette jeune association. "Dans la vie d’un homme, d’une nation ou d’une génération, il existe des combats auxquels on ne peut se soustraire, des batailles qui méritent d’être livrées tant l’appel du devoir est pressant, tant les défis à relever sont énormes. C’est pourquoi, le Groupe de Réflexion et d’Action pour le Mali est constitué pour une large part de jeunes leaders venus d’horizons divers et de compétences diverses  qui revendiquent les mêmes valeurs et partagent les mêmes idéaux  et qui ontéé décidé de mutualiser leurs compétences, leurs talents, leurs relations ainsi que leurs moyens afin d’apporter à notre patrie, le Mali, leur pierre à son édification" a-t-il souligné.

Selon lui, le GRAM est né de la volonté des jeunes, des hommes et des femmes animés par un devoir citoyen et patriotique, celui de favoriser le développement économique ainsi que l’émergence sociale et culturelle du Mali.

 Il s’agit aussi de relever qualitativement, précisera le Secrétaire général du GRAM, le niveau de vie de ses citoyens dans tous les domaines.

 

 

Soutenir sans réserve les actions du Président ATT

Le GRAM, comme son nom l’indique, a pour vocation de réfléchir, analyser,  diagnostiquer et  évaluer avant d’agir. "Car toute action véritable s’enracine  dans une réflexion profonde, vigoureuse et rigoureuse. A la suite de cette analyse rigoureuse et au vu des résultats concrets sur le terrain ainsi que des multiples réalisations dans les différents secteurs de la vie de notre pays, le GRAM a décidé de soutenir sans réserve les actions et initiatives du président ATT : un homme de parole, de conviction, d’engagement et surtout d’action". Parole du Secrétaire général de cette association apolitique.

 

Le GRAM, selon Cheicknè Camara, "entend avec l’appui et la contribution de toute la jeunesse malienne, poser avec clarté et la dignité requise toutes les questions essentielles liées à l’éducation et à la formation, à la santé, à l’agriculture, à la gouvernance, au choix des politiques et des hommes pour leur mise en œuvre".

Le GRAM entend aussi, avec l’ensemble des couches socio-économiques et professionnelles du Mali, rompre le silence sur toutes les questions fondamentales de l’heure. C’est pourquoi, ce regroupement de jeunes cadres et d’opérateurs économiques a décidé de proposer à l’analyse, à la réflexion et à la critique un projet de Charte, qui comprend les axes prioritaires de la situation socio-économique, politique et culturelle du Mali. "Il s’agit pour nous non pas de proposer de recettes miracles mais de susciter la réflexion, le débat, la discussion autour de l’ensemble des questions majeures touchant à la vie de la nation. Notre association entend jeter les bases d’une nouvelle dynamique participative et citoyenne. Il s’agit pour nous de créer un large rassemblement de la jeunesse en vue de relever les défis du développement, de l’emploi, de la création de richesse. Pour ce faire, la jeunesse doit se montrer plus responsable, mieux formée, mieux organisée et très combative sur le plan démocratique" a dit Cheicknè Camara.

S’agissant de la participation des femmes à la prise des décisions, le GRAM estime qu’il est nécessaire de sortir des travers d’une constante infantilisation la gente féminine à travers une éducation et une formation de qualité.

En tout état de cause, le GRAM se propose d’apporter au futur Président de la République une charte dénommée "Charte de la jeunesse et des forces vives du Mali". Il s’agit, à travers elle, d’apporter des clés, pour décrypter les principales problématiques liées à l’emploi, à l’éducation, à la santé, à la sécurité, à la bonne gouvernance.

 Il faut noter que cette cérémonie de lancement fut une véritable démonstration de force. Les artistes comme Abdoulaye Diabaté, Babani Koné ou le jeune rappeur Iba One ont fait des prestations remarquables. La fête a été très belle et mérite le coup de chapeau.        

 

Alou B HAIDARA


NB - L'auteur de cet article est seul responsable de son contenu.