Le leader du Cnid-Fyt investi hier : “Le temps de Me Tall est arrivé pour Koulouba”

0
1





C’est dans une salle polyvalente du stade du 26 mars, pleine à craquer, que le candidat du CNID-FYT, Me Mountaga Cheick Tall, a été investi. C’était hier dimanche 15 janvier devant le Comité directeur du parti au grand complet. Les leaders religieux, Ousmane Madani Chérif Haïdara, Soufi Bilal Diallo, l’imam de la grande mosquée de Bamako, Koké Kallé, le coordinateur des chefs de quartiers du District de Bamako, les représentants des familles Tall de Ségou et Nioro, le nouveau président du Réseau des communicateurs traditionnels pour le développement, Cheik Oumar Soumano étaient présents. La classe politique y était fortement représentée : IBK du RPM, Boubacar Bah dit Bill de l’Adema, Pr Yoro Diakité pour le Baara, Pr Younouss Hamèye Dicko du RDS, Dr Choguel Kokala Maïga du MPR, Mme Sidibé Aminata Diallo du REDD. La CARE, le Miria, le PDES, l’URD, le PIDS et plusieurs députés étaient également présents.

55 ans, Me Mountaga Cheick Tall est un grand habitué des élections présidentielles. Déjà lors de la présidentielle de 1992, alors qu’il n’avait que 35 ans, il obtient 12% des voix et se classe 3ème après Alpha Oumar Konaré et Mamadou Tiéoulé Konaté. C’est ainsi que, depuis l’avènement de la démocratie, il s’est attelé à apporter sa contribution à la construction nationale. Son investiture est une suite logique du combat qu’il mène depuis qu’il était à l’école. Sans compter que c’est aussi une recommandation du 7ème Congrès du CNID qui a instruit au Comité directeur de tout faire pour élire Me Tall à la magistrature suprême. Le nouveau slogan du parti, "Wati sera" c’est-à-dire "Il est temps", en dit long sur sa détermination.

La cérémonie d’investiture du candidat du CNID-FYT a été marquée par une lecture du Saint Coran, des prestations d’artistes, la présentation de Me Tall, son discours d’investiture et les témoignages des partis invités.

Né le 10 décembre 1956 à Ségou, Me Tall est descendant d’une famille impériale et maraboutique (arrière petit-fils d’El Hadj Omar Tall et d’Ahmadou Cheickou, roi de Ségou). Nanti, en 1982, d’un doctorat en droit, il s’inscrit aux barreaux de Dakar et de Bamako avant d’ouvrir, en 1983, le premier Cabinet d’avocats du Mali. Parallèlement à ses études, celui qui deviendra le redoutable Me Tall, bourreau de la dictature du Général Moussa Traoré, menait d’intenses activités syndicales. C’est pourquoi, en 1990, il n’a pas hésité à descendre dans la rue en créant le CNID association, la première structure de l’opposition à visage découvert qui, après avoir réclamé le pluralisme démocratique au Mali, a donné naissance au CNID parti politique. Son combat politique lui a valu trois inculpations, la prison, la déportation et trois non-lieux  au temps fort de la contestation au régime du Président Konaré.

D’après le candidat investi du CNID-FYT, la présidentielle est un moment fort de la vie d’une nation et les 20 ans d’apprentissage de la démocratie lui ont permis d’apprendre beaucoup de choses. C’est pourquoi, dans son discours, les sujets brûlants de l’heure ont été abordés : l’école, la sécurité, la corruption, l’injustice, le faible pouvoir d’achat des populations etc. D’ailleurs, selon Me Tall, le nouveau projet de société du parti qui est en conception sera vulgarisé très prochainement. Il prend en compte, a-t-il dit, toutes les préoccupations des masses laborieuses. "L’offre politique doit prendre en compte la demande sociale" a admis Me Tall. Dans son discours, Me Tall a beaucoup fait allusion à Dieu. Ce qui lui a permis de toucher au rapport politique-religion : "On a fait croire aux gens que la politique, c’est pour les malfrats et qu’elle est incompatible avec la religion. C’est faux et archifaux. Bientôt, on mettra un document à la disposition des Maliennes et des Maliens dans ce sens".

Le clou de l’intervention du candidat du CNID -FYT à la présidentielle du 29 avril prochain a été sa réponse à l’appel à candidature : "J’ai à peine connu Modibo Kéïta, j’ai combattu Moussa Traoré, je me suis opposé à Alpha Oumar Konaré et j’ai accompagné ATT. Grâce à Dieu, nous sommes prêts à gouverner pour avoir aidé à consolider la démocratie depuis 20 ans. Nous sommes prêts à gouverner pour n’avoir jamais été pleinement aux commandes et qui fait que nous avons des solutions nouvelles".

Tous les intervenants, aussi bien religieux que politiques, ont mis l’accent sur la très forte personnalité de Me Mountaga Tall qui, malgré toutes les vicissitudes, a su rester digne. Ils ont, par ailleurs, salué le combat qu’il continue de mener pour l’encrage de la démocratie au Mali.

Diakaridia YOSSI

 

NB - L'auteur de cet article est seul responsable de son contenu.