Le Premier ministre Diango Cissoko consulte les forces vives : Un gouvernement de transition n’a que faire d’une opposition !

7 réactions [-] Texte [+] Email Imprimer

Mr Diango Sissoko, PM

Pour signer sa véritable entrée sur la scène de la transition malienne, le Premier ministre Diango Cissoko prend longuement langue avec la quasi-totalité des représentants des forces vives du Mali. C’était hier, lundi 17 décembre 2012 à la primature. En plus de cinq heures d’horloge, Diango Cissoko a échangé avec ceux qu’il appelle ses « partenaires de sortie de crise « . Il a, sans langue de bois, réaffirmé le besoin de rassembler tous les acteurs sociopolitiques au chevet du bateau Mali, qui tangue, non seulement pour, lui éviter de chavirer, mais de le stabiliser définitivement. 

El le croit dur comme fer. En fin administrateur habitué aux rouages du «  rassembler pour construire « , le Premier ministre Diango Cissoko, avait eu à prodiguer vainement à son prédécesseur le conseil selon lequel  » il ne doit pas se mettre à dos une partie de la classe politique ; un gouvernement de transition ne doit pas avoir d’opposition « . Le nouvel occupant du palais de la primature ne veut surtout pas avoir une flopée de détracteurs et de contestataires des actions que l’équipe gouvernementale va poser pour sortir le pays de la crise. C’est dans ce sens que le chef du gouvernement a consacré la journée d’hier à consulter les forces vives du pays.

Les premiers représentants à ouvrir le bal de ces concertations à huis clos étaient les délégués des familles fondatrices de Bamako, suivis des chefs de quartiers de Bamako et de Kati. La société civile poursuivra la séance des rencontres avec les représentants du Haut Conseil islamique, de l’Archevêché  et de l’association des groupements d’églises et missions protestantes évangéliques. Mahmoud Dicko, Jean Zerbo et Dr Youssouf Dembélé ont eu à échanger avec le Premier ministre.

Du fait de l’importance de la délégation des regroupements politiques, la rencontre avec le Chef du Gouvernement s’est déroulée dans la grande salle de conférence de la primature. On notait la présence de Me Mountaga Tall, Ousmane Ben Fana Traoré et Alhassane Abba, tous de la CSM ; Nouhoum Sarr de l’ADPS, Pr Younouss Hamèye Dicko de la COPAM-forces vives, Malick Alhousseiny du COREN, Iba N’Diaye, Pr Oumar Hamadoun Dicko, Mme Fatoumata Siré Diakité du FDR, Nancoman Kéita de l’alliance IBK-Mali-2012 et d’autres ont échangé avec Diango Cissoko.

A sa sortie, Me Tall, le président du CNID- Faso Yiriwa Ton s’est félicité de l’initiative. « Le Premier ministre a eu la courtoisie d’inviter les représentants des partis politiques, des associations et des regroupements, pour évoquer avec eux sa mission. C’est d’abord un geste courtois ; mais c’est aussi une initiative très républicaine et très conviviale, au cours de laquelle le Premier ministre nous a exposé sa vision des choses, ce qu’il attend de nous, et ce que nous devons attendre de lui. En clair, il a dit pouvoir et savoir compter sur nous. Il nous a assuré de toute sa disponibilité pour mener à bien ses trois missions essentielles : libérer le Nord, organiser les élections et gérer les problèmes quotidiens des Maliens », a-t-il déclaré.

Le leader de la Convergence pour sauver le Mali (CSM) dira que la situation est extrêmement difficile à tout point de vue, politique, économique, social et sécuritaire.  » Aucune personne seule ne peut prendre en charge et gérer les problèmes actuels. C’est pour vous dire que je reviens à ce qu’a dit le Premier ministre. Nous devrions former une équipe solide de Maliens avec un seul objectif, aller vers la libération des régions occupées et organiser dans les meilleurs délais des élections pour avoir un pouvoir légitime issu des urnes qui aura alors la capacité nécessaire pour  faire face aux enjeux qui sont ceux du pays « , a-t-il ajouté.

Pour sa part, Pr Younouss Hamèye Dicko de la COPAM-forces vives a indiqué que le chef du gouvernement a insisté sur la nécessité de libérer rapidement le nord, d’aller à des élections crédibles, transparentes et fiables sans oublier le quotidien des Maliens relatifs à l’école, la santé, l’eau, etc.

A le croire, le Premier ministre s’est engagé  sur ces points en demandant leur soutien. « Nos préoccupations consistent à pratiquer une politique qui correspond au souhait de la nation malienne… Il est important que cette gouvernance tienne compte des préoccupations des populations maliennes; ce qui correspond à la résolution des problèmes présents. Sans cela, c’est l’extérieur qui va nous faire balloter et nous empêcher de prendre les décisions qu’il faut. On ne peut rien faire de sérieux sans le soutien des populations maliennes ».

A la question de savoir si le pays repart  sur de bonnes bases, le président de la COPAM-Forces vives et du RDS, dont un vice-président, Pr Messaoud Ould Mohamed Lahbib, vient de prendre la tête du ministère de l’Enseignement supérieur, a répondu par l’affirmative. « Nous n’avons pas l’habitude que le Premier ministre nous convie pour en quelque sorte se confier à nous… Il semble avoir besoin du soutien de la classe politique ; il nous a assuré qu’il sera à chaque instant à notre écoute. Par courtoisie, il nous a invité et il a fait passer son message « .

A propos du gouvernement, Pr Younouss Hamèye Dicko a déclaré qu’il est composé d’hommes et de femmes compétents sans toutefois oublier de dire que son regroupement n’a pas une représentation suffisante au sein de l’équipe.  » Le Premier ministre nous a assuré qu’il y a des services administratifs qui peuvent être plus intéressants qu’un département ministériel … ».

La séance de consultations des forces vives s’est poursuivie avec des organisations comme l’AMDH, la CNDH, l’UNTM, la CSTM, le patronat, la magistrature, etc.

Bruno D SEGBEDJI

djitosegbedji@yahoo.fr

SOURCE:  du   18 déc 2012.    

7 Réactions à Le Premier ministre Diango Cissoko consulte les forces vives : Un gouvernement de transition n’a que faire d’une opposition !

  1. Kassin

    La crise malienne, vraiment il faut qu’on en parle.

    Au moment où la communauté internationale, la Cedeao et la majorité de la classe politique insistaient sur la nécessité de mettre à l’écart les membres de la junte militaire dans l’exercice du pouvoir transitoire c’est CMD lui même qui a tout fait pour maintenir leur emprise sur le pouvoir (octroie de la majorité des ministères régaliens:défense, sécurité, administration territoriale, justice; loi de protection et légalisation en amnistie et en comité de suivi, silence coupable sur les arrestations extrajudiciaires..)

    Personne n’est contre l’armée malienne, personne n’est contre la garnison de Kati, mais le rôle d’un militaire c’est défendre un pays et non s’immiscer dans l’exercice d’un pouvoir constitutionnel.

    En s’associer avec les aventuriers de Kati contre vents et marées CMD a signé sa propre mort clinique et politique.

    Il n’a rien fait pour permettre un retour rapide à l’ordre constitutionnel normal.

    D’ailleurs il méprisait la constitution du Mali, à la quelle il préférait l’accord-cadre qui lui a permis d’être nommé premier ministre.

    Une association d’hors-la-loi finit toujours par la trahison et l’histoire est suffisamment remplie d’exemples que CMD ne pouvait ignorer l’issue de son alliance avec les putschistes de Kati et contre la volonté et les efforts de la communauté internationale.

    Voici quelques exemples de l’histoire:
    ( Mali: Moussa-Tiekoro-Kissima;
    Burkina Faso: Blaise-Sankara-Lingani-Kaboré;
    Côte d’ivoire:Guëi-Gbagbo;
    Guinée Conakry:Dadis-Toumba-Konaté, etc.)

    Le jour où l’association Sanogo-Konaré-Seyba-Youssouf va voler en éclat, que personne ne soit surpris et surtout n’allez pas nous parler de morale du genre « on ne traine pas un homme déjà à terre » puisque quand on décide d’être hors-la-loi on décide que tout est permis et on vend son âme au Diable, on rentre dans un jeu, et on se doit de le gagner loin de la morale et de la retenue.

    C’est pour éviter ces dérives qu’on insiste et, on ne se lassera jamais de le dire aux maliens, de respecter et de faire respecter les règles que nous avons nous mêmes établies dans notre société.

    Respectons notre constitution, puisque les autres nous ne respecteront jamais si jamais nous ne respectons pas nos propres règles.

    Comprenons les autres s’ils exigent de nous le respect de notre constitution.

    Écoutons les américains s’ils nous exigent un président légitime issu des urnes pour conduire notre pays dans le respect de nos textes.

    Puisque les islamistes au nord ne veulent ni partition ni indépendance, pourquoi ne pas les proposer comme préalable au dialogue (auquel ils sont disposés) qu’ils laissent les populations du nord voter pour leur président?

    Iyad Aghali s’est toujours réclamé du Mali malgré ses dérives, donc cessons les spéculations stériles et organisons une élection sur toute l’étendue du territoire au nord comme au sud puisque les islamistes qui contrôlent le nord n’ont jamais parlé d’indépendance ni autodétermination.

    Leur problème c’est la Charia et ils peuvent le discuter avec le nouveau président élu car Dioncounda n’a ni la légitimité (mais il est légal car la constitution qui lui confère la place de président par intérim) ni le courage de régler définitivement cette crise.

    Le régime d’exception qu’est la transition n’est pas bien indiqué pour régler la crise malienne car il faut beaucoup d’argent pour remettre le pays sur le droit chemin et avec la transition le Mali n’a pas la plénitude de la coopération internationale sans laquelle on ne peut rien faire.

    Ce n’est pas un budget annuel de 1000 milliards de FCFA qui va faire une guerre et organiser des élections générales, tout en continuant de payer les fonctionnaires et d’assurer une année scolaire et universitaire normale, d’assurer des services publics de santé, de fourniture d’eau et d’électricité, d’entretien routier, et de fonctionnement régulier des administrations et des services déconcentrés de l’état même si on annulait tous les programmes d’investissement public.

    Ce n’est pas possible.

    Si le très expérimenté Diango Cissoko, n’est pas d’accord avec ce que je dis alors qu’il le dénonce publiquement.

    Trop de temps perdu à tourner en rond et pour zéro.

    Trop de souffrances inutiles de nos populations du nord et même du sud.

    Trop d’images négatives du Mali qui marqueront à jamais des générations entières de maliens.

    Et souvenons nous, ce pays ne sera grand que si les maliens sont grands.
    Et pour que les maliens soient grands il faut qu’ils libèrent leurs esprits des futilités et des tares inutiles, il faut que nous éduquons nos enfants pour que nous tous prendrons le droit chemin, enfin, il faut que nous acquérions le savoir, où qu’il se trouve.

    Mais à regarder de près, nous avons très peu d’hommes capables de vision et d’actions d’envergure pour sortir le pays de l’ornière.

    CMD était dans ce registre d’hommes incapables mais il n’est pas le seul.

    Et ça sautait à l’œil avec ses agitations inutiles et ses émotions d’enfant emballées dans une carapace de scientifique émérite.

    Sanogo et Dioncounda sont aussi incapables, car leur vision pour le Mali et les actes qu’ils posent ne sont pas les médicaments qu’il faut pour le malade Mali.

    On n’emploie pas un dentiste dans un bloc opératoire pour cardiaque sans aucune formation de chirurgie cardiaque.

    Bonne journée aux CHU de Gabriel Touré et du Point G!

  2. Emoo

    Le gouvernement compte au moins 6 personnes du nord dont 5 arabo, maures, sonrhai,bellas,touaregs machin….etc…

    Faites les calculs vous meme, pour une region qui fait a peine 10% de lapopulation nationale…. Leur lobby c’est les armes et ca marche tres bien meme…

    Comme quoi au mali il est bon de semer la pagaille pour se trouver aux affaires ….comme dirait l’autre…………Un bon business…

    • moussa ag

      Mon cher…

      C’est ce que certains pensent être la solution à un problème qui n’existe pas…LE PROBLÈME DU NORD….,

      Le problème est bien connu et ce n’est pas un manque de représentation politique ou une quelconque discrimination des populations du nord …

      ON N’A SIMPLEMENT À FAIRE … TOUT COMME LES COUPS D’ETAT ….À DES FLÉAUX QUI SE SONT PROUVÉS TRÈS LUCRATIFS DANS LE PASSÉ ET DONT CERTAINS VAURIENS OPPORTUNISTES ET SANS LE MOINDRE SCRUPULE ESPÉRAIENT ET ESPÈRENT UTILISER POUR CHANGER LEUR VIE DE BON-À-RIEN …. AU LIEU DE PRENDRE LA VOIE NORMALE ….

      ÇA A MAL TOURNÉ POUR LE MNLA … ET ÇA VA MAL TOURNER POUR LES VAURIENS GUEULARDS DU CNDR….

      PENDANT CE TEMPS NOS NULLARDS VONT DONNER L’IMPRESSION QUE LE PROBLÈME ÉTAIT LIÉ A UNE MARGINALISATION DU NORD … ET DE SES POPULATIONS….COMME ESSAYE DE PRÉTENDRE LES TERRORISTES ASSASSINS DU MNLA DABS L’ESPOIRE DE SE SORTIR DE LEUR MERDE…

      MAIS NE T’EN FAIT PAS ….À LA FIN … ON VA LAISSER TOUT ÇA DE CÔTÉ … ET FAIRE LA GUERRE QU’ON DOIT FAIRE… PUISQUE LE PAYS EST OCCUPÉ ET SERA OCCUPÉ ….

      IL N’Y A PAS DE LEÇONS DANS L’HISTOIRE DE NOTRE PAYS … C’EST ÇA LE PROBLÈME …

      Moussa Ag, qui pense que MÊME SI ON FAIT UN GOUVERNEMENT DE NORDISTES SEULEMENT … ÇA NE VA PAS MARCHER PARCEQUE CE N’EST PAS ET N’A JAMAIS ÉTÉ LE PROBLÈME….

  3. moussa ag

    HEY…RIEN N’A CHANGÉ HEIN!

    ON N’A TOUJOURS LE GÉNÉRAL DE-LA-GUEULE ET SA BANDE DE GUEULARDS ARMÉS À KATI QUI ON LE CONTRÔLE DU PAYS…

    ON N’A TOUJOURS UNE RACAILLE DE TERRORISTES ET VAGABONDS ARMÉS QUI OCCUPENT PLUS DE LA MOITIÉ DU PAYS….

    ON A TOUJOURS UNE ARMÉE QUI A FUIT L’ENNEMI COMME DES LÉZARDS ET LAISSÉE LE TERRITOIRE….L’ARSENAL DU PAYS…. ET NOS FRÈRES ET SOEURS AUX MAINS DE QUELQUES BANDITS….

    ON N’A TOUJOURS LE MÊME GROS PROBLÈME AVEC CEUX QUI ONT LES MOYENS DE NOUS PORTER SECOUR SUR LE PLAN ÉCONOMIQUE ET MILITAIRE….

    TOUT CE QUI A CHANGÉ … EST QUE LE GROS ASTRE DES ASTRES A ÉTÉ BOUSCULÉ HORS D’ORBITRE PAR LES MÊMES VAURIENS DONT IL A MIS LA PROTECTION AU DELÀ DE L’INTÉRÊT NATIONAL ET LE FUTURE DE PLUS DE 15MILLIONS….

    DJANGO … VA T’IL FAIRE DE MÊME?

    S’IL S’Y AVENTURE … IL VA PÉRIR…ET CE SERA PIRE QUE LE GROS QUI A FRANCHEMENT ÉCHAPPÉ UN PIRE SORT…..

    CEUX QUI N’ONT PAS ENCORE COMPRIS…… QU’IL SERA IMPOSSIBLE DE SAUVER LE MALI ET SAUVER LES SOLDATS RATÉS EN MÊME TEMPS ….VONT ÉVENTUELLEMENT COMPRENDRE….

    SANOGO ET SA BANDE ONT COMMIS ET CONTINUE DE COMMETRE TROP DE BÊTISES APRÈS LEUR COUP D’ÉTAT IRRÉFLÉCHI ET NE VONT PAS POUVOIR S’EN SORTIR….ILS FERONT BEAUCOUP D’ACROBATIES MAIS ÇA NE VA PAS MARCHER… DE MÊME QUE LE MNLA….

    Moussa Ag, qui insiste que SANOGO BE PEUT PAS QUITTER ET SANOGO NE PEUT PAS NON PLUS RESTER…JUSTE UN PEU DE TEMPS POUR QUE LE DÉBAT CHAUFFE PAR RAPPORTS A CES FAMEUSES ÉLECTIONS ….

  4. saidi

    Le Premier ministre nous a assuré qu’il y a des services administratifs qui peuvent être plus intéressants qu’un département ministériel … ».

    Doncec’est lle partage de gateayu KOi !! Eh Mali !!!

  5. bamanan tientigui

    Le peuple ne sait à quel saint se vouer. L’esprit du partage du gâteau persiste. Tenez! prière lisez ces propos d’un professeur Homme d’état Malien: « Pr Younouss Hamèye Dicko a déclaré qu’il est composé d’hommes et de femmes compétents sans toutefois oublier de dire que son regroupement n’a pas une représentation suffisante au sein de l’équipe. » Le Premier ministre nous a assuré qu’il y a des services administratifs qui peuvent être plus intéressants qu’un département ministériel … ».
    Pendant toutes ces années de démocratie de façade, les mêmes se sont gavées pour ensuite ruminer comme des boas.
    L’esprit criminel persiste; à défaut de ministère nous nous contenterons de Directions de certaines grandes structures nationales pourvoyeuses de ressources. Pourquoi dieu ne veut il pas donner enfin la chance au Mali d’avoir enfin des dirigeants sensibles à la misère, au dénuement du peuple travailleur du Mali? Les travailleurs, les fonctionnaires n’évoluant pas dans les méga corporations (super structures dotées de statuts spéciaux)et pour quel résultat. Suivez mon regard :wink. Autrement dit, chers dirigeants vous grandirez lorsque vous comprendrez que votre pouvoir, votre autorité ne valent que par ce que le peuple vous délègue, donnez leur à manger, soignez les, et former les (réf Paul kAGAME du « petit Rwanda respectable »). Grandissez sans vous soucier de vos gibecières, le peuple enfin rassasié s’occupera d’elles. :wink: :wink: :wink: :wink:

  6. victor

    Sanogo a ba/isé Touré (Att), Sanogo a bai/sé Traoré (Dioncouda), Sanogo a bai/sé Diarra (CMD), Sanogo a b/aisé Konaré (enfant de Alpha, Mala toujours en prison), Sanogo a ba/isé Guindo (Abdine toujours en prison). Sanogo a bai:sé Sidibé (Modibo Sidibé desabillé totalement jusqu’à poils a plusieurs reprises à Kati voir sodo/misé
    Sanogo a bai;é Cissé (Soumeila Cissé)

    Les Sanogo senoufo sont supérieurs aux autres maliens et c’est notre regne.
    Soundiata était homme parce na pas affronté Sanogo
    Dah Diarra était homme parce na pas affronté Sanogo
    Samory etait homme parce na pas affronté Sanogo
    Touramakan etait homme parce na pas affronté Sanogo
    Babemba et Tieba etait homme parce nont pas affronté Sanogo

    Vive Sanogo