Le Premier secrétaire du parti socialiste français, M. Harlem Désir rend visite au Premier ministre Diango Cissoko

1
Diango CissokOET M. Harlem Désir
Diango CissokOET M. Harlem Désir

M. Harlem Désir, Premier secrétaire du parti socialiste français, était le vendredi 15 mars l’hôte du Premier ministre Diango Cissoko. Il était accompagné pour la circonstance d’Ibrahima N’Diaye et Moustaphe Dicko, respectivement 1er vice-président et secrétaire aux relations extérieures de l’ADEMA, et de Oumane Tanor Dieng, secrétaire national du parti socialiste sénégalais, représentant l’Internationale socialiste. A la fin de l’entretien, le premier secrétaire s’est confié à la presse:

Sur l’objet de sa visite :

J’ai tenu à venir témoigner à M. le Premier ministre la solidarité du peuple français en ce moment historique de la vie du Mali, un pays ami. Et où après la reconquête de l’ensemble du territoire contre des terroristes fanatiques qui ont martyrisé la population du nord du pays et qui menaçaient de venir jusqu’à Bamako et finalement de mettre en cause l’existence même du Mali, la liberté de sa population et la sécurité de toute la région et même la sécurité internationale. Après donc cette action militaire qui doit se poursuivre, et pour laquelle la solidarité de la France et de l’Europe doit continuer à être présente, pour accompagner l’armée malienne et la MISMA, il faut aussi penser à l’après. Et l’après commence dès maintenant. C’est la transition démocratique. C’est de faire en sorte qu’avec la société civile, avec les forces politiques du Mali, puissent se préparer des élections qui soient réussies, transparentes, permettent à tous les maliens de s’exprimer, de préparer un avenir de développement, de prospérité, de réconciliation pour le Mali.

Je voulais évidemment profiter de l’occasion de cette visite sur le terrain pour mieux comprendre la situation en écoutant les messages du Premier ministre, mais aussi en l’assurant de la solidarité des socialistes et de l’ensemble du peuple français dans l’action très importante qu’il conduit aujourd’hui avec ce gouvernement d’union nationale, qui est à la fois une action de réconciliation, de reconstruction et de préparation des élections démocratiques.

Sur l’apport du PS à la sortie de crise au Mali

Les socialises français avec le président François Hollande ont évidemment été très présents tout au long de ces derniers mois pour assurer la solidarité avec le peuple malien. Nous voulons aussi être très présents dans les temps qui viennent pour assurer la démocratie et le développement et pour être aux côtés des forces politiques et démocratiques du Mali, de la société civile pour que les relations entre nos deux peuples permettent au Mali de connaître un avenir plus stable et plus prospère. Je crois que c’est l’intérêt de nos deux pays, évidemment en termes de sécurité. Mais c’est surtout notre ambition, notre idéal que nos pays qui sont très amis, qui ont beaucoup d’échanges- il y a beaucoup de maliens qui vivent en France et nous avons d’ailleurs organisé des réunions avec les maliens à Paris et à Montreuil pour exprimer notre solidarité avec le Mali au moment où il était agressé- que nous puissions aussi œuvrer ensemble à l’avenir, à la démocratie, au développement.

Source Primature

PARTAGER

1 commentaire

  1. c’est un non évènement, par ce qu’il est accompagner par ces voleurs de l’ADEMA, ils pensent que le PS à quelque chose, pour leur élire, IBa n’diaye ne va même pas avoir même 20 vois lors des primaires de l’ADEMA, c’est le mal aimé des politiciens Malien

Comments are closed.