Le Président de la Commission d’organisation des concertations nationales face à la presse: «Les concertations ne seront pas prises en otage»

9 réactions [-] Texte [+] Email Imprimer

«Ceux qui disent que ces concertations nationales sont organisées pour remettre en cause les institutions de la République font preuve de mauvaise foi. Car cela ne figure nulle part dans les documents. Il y en a qui disent que nous voulons dissoudre l’Assemblée nationale. Nous ne l’avons jamais dit». Voilà ce qu’a déclaré le Président de la Commission d’organisation des concertations nationales, le Pr Oumar Kanouté, Directeur de cabinet du Premier ministre.

Pr. Ouma Kanouté, directeur de cabinet du PM

C’était au cours d’une conférence de presse qu’il a animée en fin d’après-midi le samedi 17 novembre dernier à la Maison de la Presse, en présence de l’ensemble des membres de la Commission.

Manifestement, même sans le dire, le Directeur de cabinet du Premier ministre s’adressait au Front uni pour la sauvegarde de la démocratie (FDR), qui a décliné l’invitation à prendre part à ces assises nationales. «On a tout fait pour que le FDR prenne part aux concertations nationales. On a envoyé des gens les rencontrer pour les convaincre de venir. Il n’y a aucune volonté  de qui que ce soit de les empêcher de participer. Les concertations nationales ne seront pas prises en otage. Même si le FDR ne vient pas, elles se tiendront», a-t-il martelé.

Avant d’ajouter que les membres du FDR étaient libres de venir ou pas. «C’est comme pour le vote. Si vous ne votez pas, celui qui vote va vous gérer. Encore une fois, allez leur dire de venir. Nous n’avons rien derrière la tête en organisant ces assises».

Le Président de la Commission a poursuivi en appelant les uns et les autres à mettre le Mali au-dessus de tout: «si nous sommes unis, nous irons loin, si nous ne sommes pas unis, nous n’irons nulle part. Ce n’est pas le moment où la communauté internationale est déterminée à nous aider que nous devons choisir pour faire nos querelles internes». Dans tous les cas, le Directeur  de cabinet du Premier ministre Cheick Modibo Diarra a assuré que les assises nationales se tiendront aux dates prévues, à savoir, les 26, 27 et 28 novembre prochains.

Selon lui, ces concertations doivent amener le peuple à se  parler et à regarder dans la même direction, pour sortir notre pays de la double crise politique et sécuritaire qu’il subit actuellement. En définitive, elles doivent être un moment de communion et  de  réconciliation nationale. C’est tout le sens des travaux à venir, qui, pour Oumar Kanouté, visent à compléter les organes de la transition, à travers la définition d’organes complémentaires, celle de tous les organes de la transition et les relations fonctionnelles à établir entre eux.

C’est pour cette raison qu’il est souhaitable pour la Commission d’organisation que toutes les composantes de notre société prennent part à ces assises, y compris le front du refus du coup d’Etat du 22 mars dernier. Chacun doit céder sur quelque chose, y compris la Commission d’organisation et le FDR.

Youssouf Diallo

SOURCE:  du   19 nov 2012.    

9 Réactions à Le Président de la Commission d’organisation des concertations nationales face à la presse: «Les concertations ne seront pas prises en otage»

  1. Realite

    Hey Mr Kanoute arrete de nous distraire avec votre histoire de concertation illegitime. Il ya une assemblee nationale, un conseil communale et les autres institutions, on vous ( CMD et clic) demande seulement de faire des propositions concretes pour sortir le pays de ce crise et de les soumettre a l’approbation des institutions et des elus du people. Et vous en etes incapable parceque vous manquez d’idees bande incompetants. Cette concertation c’est pour nous enfoncer d’avantage et donner une legitimite aux vauriens du CNDRE qui sont les seules responsables cette situation que nous vivons. Bien sure avec le soutient inconditionnel de leur premier ministre de fanfaron qui ne cesse de nous montrer ces limites.

  2. issa gadjigo

    mr kanoute contentez vous de bouffer ces dizaines de millions qui sont sont en jeu et arretez de nous distraire avec vos histoires de concertation nationale comment pouviez vous organiser une concertation nationale sans toutes les composantes? le Mali est devenu un vrai etat voyou dans tout le sens.tout se dit aujourd’hui au Mali sauf la verite.depuis les mensonges accumules qui ont mis fin au regime de Moussa notre Maliba a rompu avec la verite.pardon oubliez vos poches et votres egoismes et voir le Mali en premier lieu.si Moussa etait dictateur il-est quand meme plus honnete que ces egoistes de democrates dont la seule motivation etait de faire partir Moussa pour piller le pays si je dois faire un choix entre un dictateur et un voleur je crois que je choisirai le premier.pourquoi toutes ces salamaleq autour d’une guerre qui vous donne tant de frisson.vous trouvez que Att a mal gere le probleme du nord et vous qui croyiez capable qu’attendez vous?arretez de terroriser les gens a Bamako quand les pires ennemis du Mali vous attendent.s’il ya pire ennemi du Mali c’est Sanogo et sa clique.

  3. Le probleme est le choix des participants. Qui et qui et en qualite de quoi? CONCERTATIONS? OUI, ON PEUT MEME EN FAIRE AVEC BANA BANA.
    Mais ce ne serait jamais une Concertation Nationale.
    Vous avez voue au gemonde le mot consensus et avez adopte l’EXCLUSION?

  4. La concertation est une solution pour combattre la crise qui est là. J’approuve que la concertation se fasse dans la recherche de solution pour un Mali prosper et quiet.

  5. Dr ANASSER AG RHISSA

    RÉSUMÉ DE LA LETTRE OUVERTE PORTANT SUR LE GUIDE ET LA PLATEFORME DE CONCERTATIONS NATIONALES ET DE NÉGOCIATION POUR UNE SORTIE DURABLE ET HONORABLE POUR TOUS DE LA CRISE MALIENNE

    Tous les Maliens n’acceptant pas le terrorisme incluant ceux de la diaspora et des régions doivent participer à ces consultations nationales.

    De même que les groupes armés, MNLA et Ansar Dine, respectant certains principes (non impunité, respect des droits de l’homme) et certaines conditions (refus du terrorisme, restauration de l’intégrité territoriale, laïcité).

    Bonjour,
    Cette proposition s’adresse à son Excellence Monsieur le Président par intérim du Mali, Dioncounda Traoré, à son Excellence Monsieur le médiateur de la CEDEAO pour la crise Malienne, à son Excellence Mesdames et Messieurs les membres du gouvernement de transition du Mali, à Mesdames, Mesdemoiselles et Messieurs les responsables du comité d’organisation des concertations nationales et à tous les Maliens.

    C’est le résumé d’une lettre ouverte publiée sur internet, en particulier sur maliweb, tamtaminfo, agora21 et facebook.
    Devant la gravité de la situation au Mali induite par les crises institutionnelle, sécuritaire mais aussi économique, je me permets de vous écrire cette lettre ouverte pour vous faire :

    (1) une proposition portant sur la gouvernance, l’utilité des concertations nationales et la condition de sortie de la crise Malienne. Téléchargeable depuis le portail agora21, sur internet, elle est intitulée :
    [Proposition] GOUVERNANCE, UTILITE DES CONCERTATIONS NATIONALES ET SORTIE DE LA CRISE MALIENNE

    (2) une proposition de sortie, honorable pour tous, de la crise Malienne. Téléchargeable depuis le portail agora21, elle est intitulée sur internet :
    Mali : SECURISER LA POPULATION PUIS OPTER POUR UNE SORTIE DE CRISE HONORABLE POUR TOUS EN GARANTISSANT LA RECONCILIATION ET L’UNITE NATIONALES PAR UNE SOLUTION NEGOCIEE VIA UNE CONFERENCE GLOBALE DE COMPROMIS ENTRE MALIENS

    (3) une proposition d’un guide et d’une plateforme de concertations nationales et de négociation pour une sortie durable et honorable pour tous de la crise Malienne. Elle fait l’objet de cette lettre ouverte.

    Ces propositions ont été enrichies par les très nombreux échanges que
    j’ai eus sur internet, en particulier sur maliweb, essor, tamtaminfo, agora21, facebook, avec des milliers d’internautes au sujet des conférences nationales et de la solution à la crise Malienne. Je profite pour les remercier pour leurs contributions et leur engagement.

    Je propose un guide et une plateforme, qu’il est souhaitable que tous les Maliens utilisent, pour aider à résorber durablement la crise.

    Il est souhaitable qu’ils soient utilisés par le gouvernement de transition du Mali et le comité d’organisation des concertations nationales comme faisant partie des bases de discussions et comme Guide et Plateforme de concertations nationales et de négociation pour une sortie durable et honorable pour tous de la crise Malienne.

    Ce guide et cette plateforme peuvent aussi être utilisés par le médiateur de la CEDEAO pour la crise malienne comme plateforme de négociation.

    Bien cordialement
    Dr ANASSER AG RHISSA
    EXPERT TIC ET GOUVERNANCE
    E-mail: Webanassane@yahoo.com

  6. maiga a souma

    dr kanouté, vous n’avez rien retenu de l’histoire. en 90 et 91, vous éties dans les mêmes rôles ou, presque.

  7. Taavarich

    comparer ces concertations a un vote c’est aller un peu loin quand meme mr kanoute!

  8. malindivisible

    Ces concertations sont indispensables pour que quelques personnes ne fassent pas encore d’autres négociations qui risquent de peser lourd pour la vie du Mali.

  9. Intello

    Au lieu d’aller engloutir des millions encore ds cette concertation…allez donner cet argent au deplaces et refuges qui souffre et manque de tout a cause de la lachete des militaires….et de votre fourberie a faire durer cette crise… :evil: :evil: :evil: :evil:

    Cette concertation n’a aucun sens, soyez plus responsable en arretant de saigner ce pays..bamde d’1be-ciles et inconscients. :roll: :roll: :roll: