Le président de la CENI édifie les hommes de médias

0
0

Le président de la CENI Mamadou Diamoutani a organisé vendredi dernier à la maison une conférence de presse. Objectif : rendre compte des activités réalisées par la CENI depuis sa mise en place.

 

C’est la première fois que les membres de la CENI rencontrent la presse depuis sa mise en place. Même si le président de la CENI estime que la rencontre régulière avec la presse s’inscrit dans leur plan d’activités. Cette rencontre tardive avec la presse est due selon lui, à la mise en place tardive de la CENI. Mais le patron de la CENI rassure que la presse sera édifiée à chaque étape du processus électoral. C’est pourquoi, ajoute- t-il,  la CENI a tenu d’organiser cette conférence de presse après l’étape de révision des listes électorales et la mise en place des démembrements de la CENI à l’intérieur comme à l’extérieur du Mali.

 

M. Diamoutani a indiqué  que la CENI  a pu superviser, conformément à la loi, les opérations de révision des listes électorales sur l’ensemble du territoire national. A ce jour, cette révision des listes électorales est à terme. Le fichier est en phase d’élaboration. Au cours de sa mission de supervision, la CENI a déploré le bas niveau des membres des commissions administratives dont nombre d’entre eux ne maitrisent pas la loi électorale.

 

S’agissant des démembrements de la CENI, ils ont été mis en place sur toute l’étendue du territoire national et à l’extérieur du Mali. Au total 4 644 démembrements de la CENI ont été installés à l’intérieur du pays. Sans compter ceux de l’extérieur.

 

La radiation massive des électeurs sur les listes électorales, la suppression du vote par témoignage, les imperfections de la loi électorale, la campagne électorale avant l’heure et le budget de la CENI sont, entre autres des sujets qui ont été débattus au cours de cette conférence de presse.

Abordant la question des radiations, le président de la CENI dira que nombre d’électeurs risquent de se voir radier sur les listes électorales alors même qu’ils s’apprêtent à voter aux prochaines échéances électorales. Mais ce serait trop tard, car la révision des listes est bouclée. Il y aura moins de polémiques, estime- t-il, sur cette question car la radiation des électeurs n’ayant pas retiré leurs cartes lors des précédentes échéances électorales a été décidée avec l’accord de l’ensemble de la classe politique.

 

En ce qui concerne la campagne avant la campagne  de la part de certains candidats investis par leur parti politiques, M. Diamoutani estime qu’elle doit cesser. Immédiatement. Car il s’agit, selon lui, d’une violation fragrante de loi électorale. Dans le cas contraire, la CENI prendra des mesures afin que lesdits candidats  soit sanctionnés. «Si les campagnes ne cessent pas nous allons saisir le juge électoral compétent pour prendre des sanctions » a-t-il déclaré. Avant d’ajouter que tout candidat qui entend briguer la magistrature suprême doit pouvoir faire la part entre sensibilisation, investiture et campagne électorale. A noter que la campagne de la présidentielle s’ouvre en principe le 8 avril prochain.

 

Aussi le président de la CENI s’est prononcé sur le budget de sa structure qui s’élève à 6,08 milliards CFA. Il précise que les 80% de ces fonds sont destinés aux démembrements de la CENI à l’intérieur et à l’extérieur du Mali.

Abou Berthé

NB - L'auteur de cet article est seul responsable de son contenu.