Le responsable communication de la DGE, Thomas Lazare Kéita : « Le RAVEC pour des élections en 2013 est un leurre, car il est truffé d’erreurs »

13 réactions [-] Texte [+] Email Imprimer

Journaliste de formation et spécialiste en communication, Thomas Lazare Kéita travaille depuis 2000 comme chef du service communication de la Délégation générale aux élections (DGE). Il  dispose d’une expertise avérée dans le système d’élaboration du fichier électoral et des élections en général au Mali. Dans cette interview qu’il nous a accordée le mardi 13 novembre, il s’explique sur les préoccupations actuelles liées à l’audit du fichier électoral, à la possibilité d’aller aux élections avant ou après la libération du Nord, à l’opérationnalisation du RAVEC, etc. Pour Thomas Lazare Kéita, vouloir aller aux élections l’année prochaine avec un fichier issu du RAVEC ressemble simplement à un rêve. 

Thomas Lazare Keita

L’audit du fichier électoral est actuellement en cours. Que pensez-vous de cette action de contrôle ?

L’audit du fichier est opportun. Il permettra de juger de sa crédibilité. Et il faut le reconnaître, ce fichier est crédible. Il est l’émanation des partis politiques ayant participé à son élaboration à travers leurs représentants au sein de la commission administrative.

A votre avis, le fichier électoral consensuel (FEC) est-il aujourd’hui incontournable pour les prochaines élections ?

Le fait que le Fichier électoral consensuel (FEC), la nouvelle dénomination du fichier soit décrié est simplement un mauvais procès. Je défie toute personne portant des accusations de tripatouillage de ce fichier de le prouver. Le Mali a fait un bond magistral depuis 2002 en matière de confection de fichier électoral.

Et il ne faut pas oublier que notre fichier est sur internet. Cela atteste de son crédit. De toutes les façons, je ne vois pas d’autres alternatives pour aller rapidement aux urnes si ce n’est avec le fichier existant.  Si le Mali veut aller aux élections en 2013, nous devons composer avec le FEC. Car, c’est dans ce fichier consensuel qu’on a les électeurs du Nord, ceux de la diaspora et le reste des électeurs. On ne peut donc pas dire que ce fichier va préparer des élections tripatouillées alors que les voies de son remplacement par un autre système semblent être une aventure.

Le fichier RAVEC (recensement administratif à vocation d’Etat-civil) est-il une panacée pour le Mali ?

Le RAVEC ne peut pas être une panacée pour notre pays parce qu’en vérité, le RAVEC a échoué. C’est ce qu’on refuse de dire. Le RAVEC a échoué tout simplement parce que le personnel qui a été commis pour sa mise en œuvre était incompétent. On a des pages blanches entières dans le RAVEC. Et son utilisation par la DGE en l’état actuel n’est pas faisable. Parce que le RAVEC a été conçu avec un élément clé à savoir le système de la sectorisation qui, lui, n’a pas été conçu. Or, si la DGE devait travailler avec le recensement administratif à caractère électoral (RACE), la sectorisation nous permet la meilleure distribution des cartes en rapprochant l’électeur du bureau de vote. Or, le RAVEC n’a pas pris en compte actuellement la sectorisation. Si le Mali veut faire des élections avec le RAVEC, il faut alors partir de zéro et reprendre tout le système. Tout simplement parce que l’actuel RAVEC est truffé d’erreurs et ne comporte pas l’ensemble des électeurs nationaux et ceux de la diaspora. Cela veut dire que pour 2013, le RAVEC est une vue de l’esprit.

La Commission électorale nationale indépendante (CENI) doit-elle être recomposée ?

Il faut avoir le courage nécessaire pour dire que la CENI doit être recomposée. Il s’agit de faire preuve d’un courage politique, de s’assumer. Il faut rappeler que la CENI est composée de quinze membres : dix des partis politiques et cinq de la société civile. Le fait de dire qu’il y a beaucoup plus de représentants des partis et qu’il est par conséquent difficile de choisir les dix membres venant de l’opposition, de la mouvance présidentielle et des extra-parlementaires dénote d’un manque de réalisme. On peut par exemple procéder à une répartition en attribuant cinq postes aux regroupements politiques, trois aux partis présents à l’Assemblée nationale, un aux extra-parlementaires et un à l’opposition.

Selon vous, les prochaines élections, notamment la présidentielle,  sont-elles possibles avant la libération du nord ? Si oui, comment faut-il faire voter les électeurs de ces régions ?

L’idéal aurait voulu que les élections se fassent dans un Mali totalement libéré. Mais, à l’impossible, nul n’est tenu. Si les élections doivent se tenir avec le FEC, il n’y a pas de problème de calendrier. On peut résolument camper les élections entre avril et mai 2013. Si d’aventure les élections doivent se tenir avant mai 2013, pour faire voter les électeurs du Nord, il suffit d’aller à leur rencontre en un lieu d’exil ou au lieu où ils seront déplacés. N’oublions pas que les électeurs du nord sont dans le fichier FEC. Il suffit de les identifier sur leurs sites et leur envoyer leurs cartes d’électeurs.

Votre mot de la fin?

Le fait de dire qu’il y a une pléthore de structures électorales est un faux débat. L’administration, la CENI sont complémentaires et chacune a sa raison d’être. Rappelons que le président Alpha Oumar Konaré, qui est l’initiateur de la DGE, a eu un bon flair parce qu’il a compris que la suppression des rôles dévolus à l’administration à la CENI et à la DGE procédait du crédit des élections libres et transparentes. Et, à la longue, l’expérience cumulée de la DGE au fil des élections de 2002 à 2007 incite à son maintien. Parce que beaucoup pensent que la pléthore de structures électorales est budgétivore.

Pour les élections de 2012 avortées, la DGE n’a eu qu’une enveloppe de 800 millions de nos francs dans la dizaine de milliards dévolus à l’ensemble des élections. C’est la preuve que l’Agence générale aux élections en gestation est un faux débat. Elle va être un instrument plus budgétivore, touffu, manquant d’efficience. Le problème des élections au Mali ne repose pas sur le fichier électoral. Le Mali a acquis les techniques d’élaboration d’un fichier. Le problème des élections repose sur le système des résultats, leur mise en œuvre et leur crédit. Il faut dire que les partis politiques ne peuvent pas employer des représentants dans les bureaux de vote sur toute l’étendue du territoire national. Ce qui est une tare du système parce que la surveillance des bureaux de vote est une exigence légale.

Réalisée par

Bruno D. SEGBEDJI

 

SOURCE:  du   15 nov 2012.    

13 Réactions à Le responsable communication de la DGE, Thomas Lazare Kéita : « Le RAVEC pour des élections en 2013 est un leurre, car il est truffé d’erreurs »

  1. L’organisation du RAVEC a été mal faite au vu et su de tout le monde. Mais comme chez nous au Mali on ne s’offusque pas d’un travail public mal fait, personne, ni la DGE, le Ministre chargé de la tâche à l’époque, ni le président de la République lui-même n’ont réagi.

    Les équipes étaient mal formées d’où les mauvaises saisies sur les ordinateurs.Certains grands messieurs y avaient fait inscrire leurs proches pour gagner de l’argent. Les équipes n’approchaient pas du tout les populations. Imaginez-vous que toute la population du quartier Sébénicoro (entre autres quartiers), a été invitée se recenser volontairement à La mairie de Lafiabougou. Quels volontaires trouvait-on ? Ce qui était sûr, pas toute la population.Pourquoi pas de points de recensement à Sébénicoro

    Pour ce genre de recensement démographique (car le RAVEC est aussi un recensement démographique), je vois l’INSTAT mieux indiqué car c’est la seule structure nationale spécialisée dans ce genre de travail et elle vient de réussir avec succès le RGPH 2009. Pour un futur recensement électoral que l’on veut vraiment réussir,il faut bien prendre l’INSTAT comme maître d’œuvre et le Ministère de l’Administration Territoriale le commanditaire.

  2. Ce monsieur TLK qui veut se faire passer pour une « grosse tête » est en réalité une « tête bien pleine » et non une « tête bien faite ». C’est pour cela qu’il n’avait pas sa place à l’ORTM.

  3. koska

    Ce que TLK dit est l’amère vérité.Bien que le RAVEC soit biométrique son travail a été confié à des amateurs. J’en sais quelques choses ayant été superviseur .C’est 18 Milliard de francs qui ont été investis ds l’Opération mais les résultats sont en decà de ceux escomptés. demander Sinayoko, coordinateur du RAVEC, ce M. doit entendu par des enqueteurs. Et je l’espère, un jour, il repondra de sa gestion du fonds devant le peuple. Dejà je peux vous annonce qu’il n’y a rien à tirer du RAVEC.

    • Sambpu

      Salut koska.Nous sommes d’accord que c’est nos autorités d’alors eux-mêmes qui ont « saboté » le RAVEC sinon le système en soi n’est pas mauvais!Je vois que beaucoup veulent abandonner le RAVEC pour pouvoir tricher les élections sinon un investissement de 18 milliards au pays dans un dispositif d’élaboration de fichier, pourquoi l’abandonner sans avoir même l’essayé?Certains hommes politiques maliens ne comptent que sur la fraude pour remporter les élections!Ils nous trouveront debout devant eux comme un seul homme!Personne ne viendra encore voler les voix du peuple, c’est fini! :evil: :evil:

  4. yepe

    M Thomas Lazare nous sommes fatigues de ces analyses superficielles. LES MALIENS EXIGENT UN FICHIER BIOMETRIQUE , NOUS AVONS COMPRIS CE JEU DE CIRQUE. MAIS VOUS FERIEZ MIEUZ D ARRETER CAR L HEURE EST TRES GRAVE. COMENT DANS UN PAYS SERIEUX P TON DIRE QUE CE N EST PAS POSSIBLE DE PREPARER L FICHIER D ICI 2013. PARCE QU ON VEUT TRICHER AUX ELECTIONS. JE VOUS SUGGERE EN TANT QU ANCIEN  » GRIOT D IBK » D ARRETER CAR L HEURE EST TRES GRAVE ET L AVENIR EST EN DANGER EN CES HEURES GRAVES. VOUS AVEZ PRETEZ AU PEUPLE MALIEN ET NON A UN HOMME OU UN PARTI POLITIQUE

  5. malieni

    Depuis quant un spécialiste de com connait l’informatique?

    pour nous dire que le RAVEC ne sera pas prêt à date voulu.

    depuis 2000 il est dans le système ça veut dire qu’il a contribué à mettre en place le système de vole de nos élections.

    Donc merci d’avoir montrer ta tête, les ressources humaines de la fonction publique va prendre les dispositions.

    Que dieu nous sauvegarde.

  6. abdoul sy

    un peu de respect pour les gents. votre expert que sait-il réellement du ravec. le problème de la DGE avec le fichier du ravec c’est que la Dge ne peut pas s’adapter à cette technologie maintenant il faut et de l’argent et du temps ce que nous les maliens n’avons pas. alors comme ils ne peuvent pas il faut discréditer l’autre mais ce que TLK ne sait pas c’est que l’audite sera indépendante ce n’est pas des déclarations du genre qui influencerons les rapports.

  7. Peter02

    Je suis très dessolé Thomas il faut avoir honte aucun pays ne organisera pas un élection bien organisé sans le fiché biométrique dit çà parce que on s’est que tu travail à la DGE tous les sous régions qui sont commence le ravec après nous ont faire leurs élection élection avec le fichier biométrique si tu défend ton fiché salle ne saboter notre avenir ont s’est triche labà avec les partie politique soyer digne un bon journaliste ne comporte pas comme toi si j’étais à ta place je quittera la DGE pour me reforme encore en journaliste pour avoir la compétence.

  8. tounk

    Je crois que TLK veut encore jeter de l’huile sur le feu en attribuant une seule place à l’opposition.
    Qui est opposition désormais?

  9. alsace

    Il faut nous dire pourquoi les citoyens n’arrivent pa à se faire une carte d’identité ou renouveller une CI périmée. Tous les commissariats et Gendarmerie nous signalent qu’ils n’ont plus de carte.

  10. Sambpu

    Parlant de TLK, « Il dispose d’une expertise avérée dans le système d’élaboration du fichier électoral et des élections en général au Mali », êtes vous sûr de ce que vous avancez là?Ce que TLK ne dit pas c’est que seul le fichier issu du RAVEC EST BIOMETRIQUE et on nous a dit que « seuls les maliens de RCI n’ont pas été enrolés par le RAVEC ».Si tel est le cas par souci de transparence et de crédibilité pour les résultats des élections, pourquoi ne pas « achever » le RAVEC?Les autres fichiers ONT MONTRE LEUR LIMITE en matière de lutte contre la fraude (le « takokelén » improvisé sous fond de fraude pour ATT n’allait pas avoir lieu si les votes avaient été faits avec le RAVEC).
    Pas besoin de DGE qui coûte 800 millions « seulement? »: une CENI bien structurée avec l’administration territoriale peuvent faire une bonne élection dont les résultats seront acceptés par tous. :wink:

  11. Lasstuss

    Si la liste est sur internet, qu’il nous donne le chemin d’accès, je vais voir si mon nom y est…………….

  12. LE BOUCHER

    A ce fichier FEC il faut ajouter le nom des jeunes qui ont eut 18 ans et enlever tous ceux qui ne retireront pas leurs cartes d’electeurs ( morts et exilés ) Si aussi simple si tout le monde participe de maniere sincere .Faut surtout pas que les cartes non retirées se retrouvent dans un circuit de fraude